En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 1 heure 12 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 2 heures 48 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 5 heures 58 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 10 heures 14 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 19 heures 39 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 20 heures 54 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 22 heures 20 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 1 heure 59 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 4 heures 15 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 10 heures 39 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 20 heures 12 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 21 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 1 heure
© Eric Feferberg, JOEL SAGET / AFP
© Eric Feferberg, JOEL SAGET / AFP
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

Publié le 21 novembre 2019
Avec Luc Rouban
Selon le dernier baromètre des personnalités politiques Ipsos-Le Point de novembre, Nicolas Sarkozy est la personnalité préférée des sympathisants de La République en marche. Le second tour de l'élection présidentielle de 2022 avec une nouvelle opposition entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron semble également décourager les Français.
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le dernier baromètre des personnalités politiques Ipsos-Le Point de novembre, Nicolas Sarkozy est la personnalité préférée des sympathisants de La République en marche. Le second tour de l'élection présidentielle de 2022 avec une nouvelle opposition entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron semble également décourager les Français.
Avec Luc Rouban

Atlantico.fr : Le baromètre de popularité des personnalités politiques Ipsos-Le Point de Novembre place Nicolas Sarkozy à la première place des personnalités préférées des sympathisants La République en Marche (LREM). La comparaison avec d'autres sondages semblent indiquer, plus qu'une popularité grandissante de l'ex-président, que les Français ne trouvent pas de personnalité politique incarnant leurs idées, même dans les rangs de la majorité présidentielle. 

D'où vient selon vous ce regain de popularité de Nicolas Sarkozy ?

Luc Rouban : Il y a une grande déception face au quinquennat d'Emmanuel Macron, notamment pour les sympathisants LREM. Les partisans du candidat Emmanuel Macron regrettent plusieurs choses. D'abord ils regrettent que la conception horizontale de LREM qu'Emmanuel Macron avait mis en avant, c'est-à-dire le fait que l'organisation fonctionne sur le modèle du bottom-up, du bas vers le haut, à partir de remontées du terrain, n'ait pas fait long feu. Ils se sont retrouvés avec un système très vertical, top-down, du sommet vers la base, très intégré avec une vigilence et une discipline très forte au sein du groupe à l'Assemblée. Il y a donc des hésitations et des fuites, des gens qui changent d'étiquettes, comme certains maires. 

Il y a aussi dans ce résultat, comme dans ce qui a suivi le décès de Jacques Chirac, la nostalgie d'un grand patron qui serait proche de ses équipes. Nicolas Sarkozy avait une certaine gouaille qui lui a permis aussi d'incarner cette proximité. Emmanuel Macron reste lui figé dans une forme de stature lointaine, détaché des réalités locales, malgré tous ces efforts auprès des maires, comme au congrès de l'AMF. On sent bien qu'il y a cette demande d'une relation de proximité charnelle avec le pouvoir. Les Français cherchent quelque chose qui se rapprocherait du rapport au roi, qu'on peut toucher et qu'on peut voir. Nicolas Sarkozy est donc perçu comme étant plus près des promesses d'origine de LREM. Emmanuel Macron est perçu comme le haut fonctionnaire qui a pour principe des concepts macroéconomiques assez peu compréhensibles par tous. A droite, certains essaient de se positionner sur ce plan-là, comme François Baroin ; ils essaient de faire revivre une droite plus proche du peuple, une droite qui donnerait moins l'impression de ne fonctionner que pour les classes dirigeantes. 

Un autre sondage publié en novembre par l'IFOP le 11 novembre, si 68% des Français estimeraient qu'un second tour Macron-Le Pen est possible, 72% ne le souhaiteraient pas. D'où est-ce que ce résultat vient selon vous ? Les Français sont-ils orphelins de la politique ? 

Oui, certainement. La définition d'un clivage entre progressistes et populistes est un enfermement dans une alternative rejetée par la plupart des électeurs. La victoire d'Emmanuel Macron s'explique aussi par les affaires de François Fillon. On sait aussi qu'on a eu une mobilisation de l'électorat socialiste pour empêcher un duel entre François Fillon et Marine Le Pen. Le péché originel du macronisme est toujours là : il a été élu en grande partie par défaut. La stratégie des milieux macroniens qui consiste à réduire le débat - c'est de bonne guerre - à une opposition au Rassemblement national participe bien sûr à cela. 

Le vrai problème qui se pose maintenant, c'est le rapport aux classes populaires et aux classes moyennes. Derrières toutes ces questions, on a un enjeu électoral important. Cette enfermement entre les deux options risque de produire des taux d'abstention très élevés surtout dans les classes populaires et moyennes. On peut donc lire dans ce sondage, avec précaution, l'attente d'une politique qui soit plus proactive, et qui ne soit pas seulement choisie par défaut, par opposition systématique à tel ou tel camp. 

Un autre sondage, réalisé par l'IFOP avant le premier anniversaire des Gilets jaunes, montrait que le mouvement recueillait toujours 52% d'opinions favorables, même si une grande majorité des sondés ne s'identifie pas comme "gilets jaunes". Comment expliquer ce résultat, sinon par l'absence de relais politiques aux revendications de ce mouvement ?

Il ne faut pas oublier que le mouvement des gilets jaunes est associé au retour très puissant de la violence politique en France. A partir de ces phénomènes de violence, qui sont plus ou moins contrôlés, on en arrive à une situation où l'on sent qu'il y a un risque de basculement dans le n'importe quoi... On est dans une situation anomique comme on le dit en sociologique. Et dans ces situations, il y a forcément une demande d'autorité en réaction. 

Bien sûr la sympathie reste forte parce que les thèses des gilets jaunes sont partagées par beaucoup. Au-delà des revendications fiscales et économiques, beaucoup de gens voient qu'il y a un problème de représentation, d'emprise sur le politique, d'emprise sur la décision, en somme un problème de souveraineté nationale. On a là une lacune, un déficit actuel, qui ne semble pas être comblé, parce qu'il n'y a pas de réforme constitutionnelle, notamment. Il y a cette impression d'être dépourvu des moyens effectifs de contrôle et d'expression de sa citoyenneté. C'est cela le grand message des gilets jaunes. Qu'il y ait ensuite peu d'identification, c'est évident, parce que les actes de violences l'a empêché. Mais l'impression d'être dépossédé du pouvoir politique reste très fort. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 22/11/2019 - 10:21
ce qui serait amusant
c'est au deuxième tour, un petit nouveau avec Marine LP, ou deux petits nouveaux, ou Macron et un petit nouveau, mais il y aura évidemment Macron- Le Pen au deuxième tour, qui gagnera ? nul ne sait .
Le gorille
- 21/11/2019 - 17:59
Le roi, l'âne ou moi, nous mourrons
Deux ans, c'est long, c'est loin. Et un macron a surgi en quelques mois... Qui vivra verra, à moins que vous ne préfériez La Fontaine...
Liberte5
- 21/11/2019 - 14:01
LE Pen vs Macron? Et quoi d'autre!
Il n'y a pas grand chose qui puisse faire penser le contraire. Les médias essaient de trouver de futurs candidats comme Baroin, Précresse, Bertrand, mais comme ceux ci sont très largement macron compatibles, cela ne suscite guère enthousiasme dans l'électorat réputé à "droite" . Les électeurs de droite, la vraie, ne veulent plus des chiraquiens, des sarkozistes. Vu leur passé il n'y a rien en à attendre pour le futur.