En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

04.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

05.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

06.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

07.

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 3 heures 36 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 3 heures 36 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Ursula Von der Leyen, Angela Merkel, et Christine Lagarde, trois femmes qui ont transgressé les dogmes pour sauver l’Union européenne (et qui vont peut-être y parvenir...)

il y a 3 heures 40 min
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 19 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 22 heures 6 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 23 heures 59 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutter contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 3 heures 36 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Santé
Stratégie contre le virus

Moins de morts, moins d’impact économique : ces voisins européens dont la France devrait urgemment s’inspirer pour ne plus être la mauvaise élève du Covid

il y a 3 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac
il y a 3 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 21 heures 56 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 23 heures 53 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 1 jour 1 heure
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

Publié le 16 novembre 2019
Une vaste étude du Pew Research Center, reprenant certains sondages, permet de s'intéresser aux perceptions politique et aux niveaux de satisfaction des Européens, par pays. Alors que les gilets jaunes célèbrent leur premier anniversaire, les résultats pour la France dessinent le portrait d'un pays en crise.
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une vaste étude du Pew Research Center, reprenant certains sondages, permet de s'intéresser aux perceptions politique et aux niveaux de satisfaction des Européens, par pays. Alors que les gilets jaunes célèbrent leur premier anniversaire, les résultats pour la France dessinent le portrait d'un pays en crise.

Atlantico : 30 ans après la chute du mur de Berlin, que disent les divergences européennes de satisfaction sur "la manière dont les choses vont dans leurs pays" en général ? Y a-t-il une crise généralisée du modèle démocratique et de l'économie de marché, ou est-elle localisée ?

Bruno Cautrès : Il est certain que dans de nombreux pays, le pourcentage de ceux qui disent que leur pays va bien sont inférieurs à 50%. De même, de nombreuses études montrent la crise de confiance politique : les institutions sont souvent négativement perçues. Il existe, il est vrai, une géographie de ce sentiment que l’étude du Pew Research Centre retrouve bien : les pays de l’Europe du Nord sont les plus confiants dans leurs systèmes démocratiques et la France est parmi les pays où cette confiance est faible, en tout cas nettement plus faible qu’au Nord de l’Europe ou même en Allemagne. On ne peut néanmoins parler d’une crise généralisée qui toucherait toutes les facettes du sentiment démocratique, y compris en France. Les spécialistes parlent de l’émergence, dans nos pays, d’une « citoyenneté critique » : nous sommes à fois défiants dans la politique et ses institutions mais toujours très attachés aux fondations du régime de la démocratie représentative. C’est paradoxal mais cela traduit bien la situation d’aujourd’hui dans un pays comme la France : dans la crise des Gilets jaunes, il y avait de fortes demandes dans le domaine démocratique pour plus de démocratie directe, pas nécessairement délibérative d’ailleurs, mais il n’y avait pas de remise en cause des principes de la démocratie représentative. Si certains en appelaient à « Macron démission » ou au référendum révocatoire, c’était d’ailleurs, selon eux, pour mieux respecter la voix du peuple, voire le sens du premier tour de la présidentielle. Quoi que l’on pense de ces revendications, on voit bien s’exprimer ici une dimension fortement critique. Le fait que le système politique et les institutions répondent à ces demandes (par exemple l’organisation du Grand débat) est, en démocratie représentative, essentiel. Mais, comme vous le soulignez, on voit bien depuis la dernière décennie que la combinaison économie de marche + démocratie libérale représentative rencontre d’importants problèmes pour « livrer » aux citoyens la double promesse d’émancipation sur laquelle elle repose.

Un des aspects étudiés par l'étude est la perception des perspectives financières des enfants. Les Français sont 16% à penser que leurs enfants s'en sortiront mieux financièrement qu'eux-mêmes : c'est le chiffre le plus bas d'Europe. Est-ce ce pessimisme qui a engendré le mouvement des gilets jaunes ? Vous semble-t-il corrigé aujourd'hui, alors que le mois de décembre est pressenti comme étant un mois particulièrement chaud sur le plan social ?

Les résultats de l’enquête du Pew Research Centre sont tout à fait cohérents avec ceux que nous observons dans les enquêtes réalisées au CEVIPOF pour le cas de la France. On peut citer en particulier notre enquête annuelle du Baromètre de la confiance politique. Le pessimisme dans l’avenir se nourrit en France de trois grandes craintes : l’idée que « c’était mieux avant », le sentiment que l’avenir est porteur de changements qui remettent en cause les choses et un faible niveau de confiance sociale (confiance dans les autres). Ces données ne sont pas spécifiques à la France ; mais il est vrai qu’en France elles comptent beaucoup. J’ajouterais que ce sentiment pessimiste est adossé à une représentation particulièrement négative de la classe politique : la défiance dans les hommes et femmes politiques, l’image qu’ils ne sont pas empathiques, qu’ils vivent dans leur bulle, est très présente en France, même depuis 2017.  Les analyses empiriques du soutien aux Gilets jaunes dans l’opinion, ont montré que tous ces facteurs explicatifs étaient importants : le pessimisme dans l’avenir, le sentiment de vivre dans une société bloquée qui n’offre pas de seconde chance, le sentiment d’injustice sociale.

L'étude évoque également les différences de perception intergénérationnelles. Ce sont, en France comme partout ailleurs, les groupes les plus âgés qui ont la perception la plus pessimiste de l'avenir et de la situation actuelle. Est-ce une nouveauté ? Comment cela se traduit en termes politiques en France ? 

Une précaution de méthode s’impose. L’étude ne publie que des corrélations entre les variables prises deux à deux. Or, un piège classique existe lorsque l’on regarde les effets d’âge : en fait les cohortes les plus jeunes sont en moyenne les plus diplômées. Ce n’est donc peut-être pas l’âge en lui-même qui explique que les plus jeunes soient les plus optimistes ; c’est le diplôme dont les effets sont cachés dans ceux de l’âge. L’étude montre d’ailleurs que les écarts selon les niveaux de diplôme sont également très importants. Il faudrait en fait pouvoir comparer les pourcentages observés chez les jeunes et les vieux diplômés. Une seconde précaution de méthode doit être prise : lorsque l’on dit « les jeunes » ou « les séniors », il faut toujours préciser qu’il existe une pluralité de « jeunesses » ou de « seniors » : par exemple en France la jeunesse qui vote Mélenchon n’a pas le même profil que celle que vote Le Pen. Les catégories de jeunes qui sont les plus précarisées n’ont pas la même vie que les catégories de jeunes issues des milieux favorisés. Le vote pour Marine Le Pen était très élevé en 2017 parmi la jeunesse précaire, celle des petits boulots et salaires. On peut néanmoins évoquer des effets de cohortes générationnels : les plus âgés (par exemple ceux nés entre 1939 et 1959 : entre 80 et 60 ans aujourd’hui) n’ont pas vécu le même contexte socio-économique, une partie a pu même connaître les difficultés économiques après la guerre, dans leur enfance. Les écarts générationnels en France sont importants : les générations les plus anciennes ont vu augmenter leur pouvoir économique, les générations les plus jeunes ont davantage de mal que leurs aînés à obtenir un emploi stable, un logement dans les grands centres urbains. C’est en cela qu’il faut être prudent sur l’interprétation des effets d’âge car tout dépend du profil et du groupe auquel on appartient au sein de ces cohortes.

Malgré leur inquiétude et leur pessimisme sur la situation de leur pays, les Français se montrent néanmoins plutôt satisfaits de leur vie actuelle. Est-ce lié au fait qu'à 57%, ils estiment que le succès dans la vie est "déterminé par des forces extérieures" ? Qu'est-ce que ce sentiment de dépossession a eu à voir avec les gilets jaunes ?

On connait le paradoxe classique de la France : pessimisme dans l’économie et la politique mais sentiment de bonheur dans la vie privée. Un facteur joue un rôle intermédiaire entre la situation d’un individu est le sentiment de satisfaction dans sa vie, c’est le sentiment de contrôler sa vie. Ceux qui ont le sentiment que leur vie échappe à leur contrôle, que des « forces extérieures » décident pour eux, sont généralement bien moins optimistes et confiants dans les autres et dans l’avenir. Il est certain qu’une des explications de la crise des Gilets jaunes tient aussi à ce sentiment de « dépossession » et de spirale négative, d’enchaînement de factures difficiles à payer, de taxes, de galères à trouver un emploi stable ou bien rémunéré. C’est un défi que la crise à révéler ; le défi que notre pays tienne mieux sa promesse d’égalité des chances. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Philvar
- 16/11/2019 - 21:45
Mur de Berlin
Le "désenchantement" des européens n'a rien à voir avec la chute du mur mais bien à le très mauvais montage du système UE et aux abus allemands envers de très nombreux pays européens sous le prétexte de la réunification qui s'éternise. Les allemands ont mis le reste l’Europe en coupe réglée et cela crée du désenchantement même en Allemagne en raison de l'arrivée massive de populations mal adaptée et peu formée au travail moderne donc très peu utile finalement à part engrosser les femmes locales ! Les politiques des dirigeants sont en-dessous de tout !
zelectron
- 16/11/2019 - 15:17
les fossoyeurs de l'Europe
j'avais 15 ans lorsque je suis allé à Oberstdorf (tout petit village de même pas 300 habitants) dans un camp de jeunesse là haut sur la montagne à 1/2 heure de marche et j 'y suis tombé amoureux de l'Europe.
Nous étions une soixantaine de jeunes gens et jeunes filles et, pratiquement toutes les nationalités de l'Ouest étaient représentées avec oh! agréable surprise, un canadien, un australien, un japonais (incroyable parlant parfaitement l'allemand que je me faisait traduire par une copine française en couple avec un autre français . . .
salamander
- 16/11/2019 - 13:27
c normal, aucun constat clair n'a été livré...
au pays, que ce soit, sur les finances et l'économie, l'immigration et la montée de l'islamisme , entre autres.
les media main stream non seulement sont défaillants dans le contenu qu'ils délivrent mais affichent une vision apocalyptique du pays alors que le niveau de vie moyen a été multiplié par 3 depuis les années 60 , et l'espérance de vie , passée de 60 à 80 ans.
La responsabilité des 20 h, de l'info continue et des journaux papiers est écrasante et explique sans doute la situation dans laquelle nous sommes.
Les gilets jaunes , 35000 personnes par samedi et on nous présente le sujet comme la fin du monde !