En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois

07.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Violences
L'IGPN ouvre une enquête après la diffusion d'une vidéo montrant deux policiers frapper un manifestant à terre le 5 décembre
il y a 13 heures 37 min
pépites > International
Drame
Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois
il y a 14 heures 49 min
pépites > France
Autre mouvement de protestation
Prix du gazole : des blocages routiers organisés dans toute la France
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Léonard 2 Vinci" : Une étonnante fresque, qui magnifie le grand Léonard, et le "9ème art"

il y a 17 heures 16 min
décryptage > Politique
Perdus

Après le ratage des Gilets jaunes, la droite impuissante sur la réforme des retraites

il y a 19 heures 35 min
décryptage > International
Election présidentielle américiane

Joe Biden, fantôme poids plume d'Obama ?

il y a 20 heures 56 min
décryptage > France
Et pendant ce temps-là...

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le jour où de Gaulle est tombé sous le charme de Jackie Kennedy

il y a 22 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le débat public peut-il se passer des Libéraux ?

il y a 22 heures 38 min
décryptage > France
Il n'est pas trop tard

Contre la pensée bourgeoise – celle du politiquement correct – osons être révolutionnaires !

il y a 22 heures 39 min
pépite vidéo > People
Plus de peur que de mal
Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain
il y a 14 heures 4 min
pépites > Politique
Friends will be Friends
Mise en examen de François Bayrou : Emmanuel Macron continuera à échanger avec lui
il y a 15 heures 34 min
light > Société
Inégalités
Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'A-Démocratie. Volet 1: Elf, la pompe Afrique" : un des plus grands scandales politico-financiers de la fin du XXème siècle

il y a 17 heures 21 min
décryptage > Politique
Vrai combat

Fini de rire, la République s'attaque à la Haine

il y a 20 heures 37 min
décryptage > Politique
Pour une nuit, pour la vie ?

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

il y a 21 heures 7 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex
il y a 21 heures 41 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sportif, ce nouveau héros de temps de paix

il y a 22 heures 38 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Elections 2020 : les enjeux du combat face à Donald Trump

il y a 22 heures 38 min
décryptage > Economie
Paroxysme

Services publics paralysés et pression fiscale record : tous les symptômes d’une faillite programmée du système français

il y a 22 heures 39 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Malaise social

Hôpital, étudiants, SNCF, retraites : les dossiers qui vont pourrir le quinquennat d’Emmanuel Macron

Publié le 16 novembre 2019
Les personnels de la sphère publique pensent régler leur mal de vivre avec des rallonges budgétaires, Emmanuel Macron et son gouvernement vont à nouveau leur céder. Les uns comme les autres se trompent complètement.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les personnels de la sphère publique pensent régler leur mal de vivre avec des rallonges budgétaires, Emmanuel Macron et son gouvernement vont à nouveau leur céder. Les uns comme les autres se trompent complètement.

Pour répondre à la paralysie de l’hôpital public, le gouvernement sortira mercredi le carnet de chèques. Pour répondre à la grogne des étudiants, il ne finira pas d’inventer un salaire universel pour les jeunes. Quant à la retraite de ceux qui bénéficient de régimes spéciaux, il faudra bien racheter une grande partie des particularités que les conditions économiques et démographiques ne justifient plus.

Entre le poids des habitudes, le poids des corporatismes, la faiblesse des contre pouvoirs organisés en chapelles, l’importance des réseaux sociaux qui priorisent l’approche morale et émotionnelle de la vie en société, le pouvoir politique se retrouve isolé et incapable de convaincre l’opinion des nécessités des réformes pour lesquelles le président a pourtant été élu il y a plus de deux ans maintenant. Ces réformes devaient réparer les dégâts causés par près de trente années d’aveuglement ou de lâcheté politique. Emmanuel Macron n’est évidemment pas coupable de cette situation délétère, mais il est forcément responsable des difficultés à restaurer un ordre dynamique.  Plus grave, il risque de perdre son quinquennat.

Le climat social très détérioré en revient à traduire principalement les disfonctionnements de la sphère publique. Le système de santé publique est étouffé, les systèmes de retraites sont en risque de faillite, les administrations sont obèses et le service public inefficace par rapport à ce qu‘il coute ou ce qu‘il promet.

La colère, la grogne, la rogne des personnels de la sphère publique est évidemment légitime et la première demande porte sur l’urgence matérielle, pouvoir d’achat, conditions de travail et assurance de stabilité pour l’avenir. Ces mouvements en appellent principalement a des rallonges budgétaires pour restaurer cette sphère publique telle qu‘elle fonctionnait (mal) depuis les années 1950.

Or, les rallonges budgétaires peuvent calmer le jeu social, mais ces rallonges budgétaires ne règleront pas le problème. Le mouvement des gilets jaunes a finalement provoqué une augmentation de pouvoir d’achat de 17 milliards d’euros, mais le ressenti par l’opinion ne s’est guère amélioré.

L’injection de moyens financiers dans l’hôpital public est sans doute nécessaire. Et le plan qui sera présenté mercredi par le Premier ministre ne sera pas nul. Avec sans doute, la décision de reprendre la dette de l’hôpital qui représente 30 milliard d’euros. Après tout, on a bien sauvé la SNCF en sortant sa dette. Cette opération purement comptable a le mérite de redonner aux établissements des moyens de financement.

Toute la question est de savoir ce qu’on fait de ces financements. Parce que si on reprend le modèle, il faudra forcément recommencer dans 3 ou 5 ans.

Toute réforme de la sphère publique ne sera utile et performante pour tout le monde (le client ou le patient, le contribuable et le salarié) que si et seulement si on remet le système à plat et notamment si :

1 -on définit clairement ce qui ressort de la compétence de l’Etat, le périmètre de l’Etat n’a aucune autre raison, autre que politique, d’être aussi large.

2-on définit clairement ce qui ressort de la solidarité et de l’assurance.

Alors, ces deux exercices ne sont pas anodins parce qu’ils reviennent :

D’une part, à introduire de la concurrence dans le service public et la concurrence oblige les acteurs à s’évaluer, se remettre en cause, à se challenger et à progresser. Et cela quelque soit le statut. Il n’y a pas d’opposition frontale ou idéologique en santé entre un secteur public qui travaillerait pour tout le monde et un secteur privé qui serait réservé aux plus riches. La vérité, c’est qu’en médecine, il y a beaucoup de collaboration et d’échange de compétence entre le privé et le public. Dans l’Education nationale aussi. Public et privé marchent ensemble surtout dans le supérieur.

D’autre part, la remise à plat nécessite de définir ce qui ressort de la solidarité qui sera financée par l'impôt ou par le prélèvement obligatoire et ce qui ressort de l’assurance, que cette assurance soit gérée par des annexes de l’Etat, des mutuelles ou des sociétés privées. Peu importe. Ce qui est important, c’est que la logique assurancielle redonne de la liberté aux différents acteurs et de la responsabilité.

Dans le système assuranciel, l’assuré choisit son assurance, sa prime, son prestataire en toute responsabilité.

Et dans le service  de santé plus qu’ailleurs, la logique assurancielle renvoie l’assuré à son propre comportement. Ou bien il est porteur de risques graves ou pas. Le gros fumeur ou l’alcoolique est forcément responsable d’avoir un risque de cancer ou de maladie cardiovasculaire. Celui qui mange mal et ne fait aucune exercice, aussi. Et cela en dehors de toute analyse sur les causes de ses excès, qui est un autre problème.

On peut parfaitement imaginer un système de bonus-malus, dans la santé comme il existe dans l’assurance automobile obligatoire et qui fonctionne très bien.

La reconnaissance de la responsabilité individuelle dans la gestion de sa santé personnelle a deux effets dans le fonctionnement du système de santé. D’un côté, il encourage le patient (ou le client), puis les praticiens à favoriser « la prévention » alors que le système actuel priorise le traitement, le soin. Or, il coutera toujours moins cher à la collectivité d’essayer d’éviter la maladie que d’être obligé de payer le traitement et les soins.

D’un autre côté, il encourage le patient à assumer son choix et donc implicitement à faire jouer la concurrence entre les praticiens, et les établissements ce qui les oblige à être en permanence meilleurs.

Au cours de ces dernières années, le privé a donné naissance à des initiatives qui ont été fortement critiquées par les personnels de l’hôpital public mais qui ont entrainé des progrès tels qu’elles sont désormais irréversibles.

Le statut d’hôpital public- privé par exemple a permis de faire des économies substantielles réinvesties dans l’expertise et l’investissement ; (ca ressemble un peu à ce qui existe dans l’Education nationale avec l’établissement privé sous contrat. 

La publication périodique des performances des établissements, service par service, a beaucoup changé le climat et les rapports entre patients et médecins. Ça n‘a pas couté un centime de plus.  Alors le patient n’a en général pas la possibilité de choisir l'hôpital comme il choisit un hôtel de vacances, mais les équipes médicales, elles, peuvent s’évaluer, se comparer et se stimuler au bénéfice du malade.

Autre exemple, la plateforme digitale Doctolib  qui assure le secrétariat des médecins de ville ou de campagne, qui met en contact le médecin et le patient, qui permet au patient de choisir son médecin et surtout qui permet au médecin d’optimiser ton temps de travail. Or, qui décide de telles pratiques, sinon l’Etat paralysé par les lobbies ?

Personne ne regrette aujourd’hui, Doctolib et autres plateformes du même type. Personne, ni un médecin qui adhère au système, aucun patient ou utilisateur n’accepterait un retour en arrière. Et pourtant, il faut se souvenir des tonnes de critiques et de résistances qui se sont opposées à ces innovations.

Le conservatisme actuel qui empêche un pharmacien d’être un auxiliaire de santé hyper spécialisé finira par craquer devant l’urgence de la réalité. D’abord, parce que le maillage des pharmacies est extraordinairement dense, alors que la disparition et le vieillissement des médecins indépendants ont transformé des régions entières en désert médicaux. Il faudra donc pouvoir se reposer sur ses professions médicales. Ensuite parce que des BAC + 7 et plus que sont les pharmaciens pourraient être plus utiles à la collectivité, plutôt que de jouer les épiciers de luxe en vendant des crèmes de beauté et de l'eau distillée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

03.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

04.

Brest : les urinoirs retirés à la gare sous pression d'une association féministe

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

Pakistan : les autorités enterrent l'enquête sur les centaines de femmes chrétiennes vendues à des Chinois

07.

Les infos importantes que la crise des retraites vous a probablement fait zapper

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

04.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

05.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

05.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

06.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
pale rider
- 17/11/2019 - 10:21
ce que vous dites est bel et bon
mais ne sera jamais mis en place. Il n'existe qu'une seule réforme : faire sauter le statut de la fonction publique. Si c'est fait tout le reste suit, si ce ne l'est pas rien n'est possible.
francisquinze
- 17/11/2019 - 01:14
En fait c’est Macron
Qui pourrit lui-même ses dossiers avec toutes ses tarabistouilles.
Qu’il commence par parler vrai en sortant les vrais chiffres de la gabegie Française pour nous responsabiliser.
Par exemple combien nous coûtent les régimes spéciaux, la sur-administration du pays etc ... en les comparant avec nos voisins plus vertueux.
francisquinze
- 17/11/2019 - 01:05
Pour Sylvestre c’est très
Pour Sylvestre c’est très simple, tout se résume à éponger les dettes du public.
Mais que faire de l’éponge après ?
On la refile au FMI ?
Macron devait réformer ...
Réformer c’est transformer un système trop coûteux et peu efficace en un système moins onéreux et plus efficient.
Il semblerait qu’il ait tourné le dos à cet objectif !
Par exemple notre hôpital nous coûte un pognon de dingue avec une proportion record de 35% de personnel non soignant contre 24 en Allemagne...
Au lieu de supprimer ces emplois inutiles pour embaucher des soignants on va encore y injecter du pognon en pure perte.
Dans tout le secteur public c’est cette même logique keynésienne qui prédomine on injecte du fric pour ravaler la façade alors que l’édifice s’écroule sous le poids de son inertie réformatrice.