En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

02.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé

05.

Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

07.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 5 heures 11 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 6 heures 13 sec
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 7 heures 29 min
pépites > Santé
Vive émotion
François Hollande rend hommage aux personnels des Ehpad après la mort de son père
il y a 8 heures 47 min
pépites > France
Hypothèses
Coronavirus : l'Académie de médecine préconise un déconfinement par région
il y a 11 heures 7 min
light > Culture
Influence majeure
Mort de Jean-Laurent Cochet, une figure majeure du théâtre français, des suites du Covid-19
il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
Objectifs
Confinement, tests dans les Ehpad : les explications d’Olivier Véran au micro de Jean-Jacques Bourdin
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Europe
Stabilité

Une politique de voisinage intelligente de l’UE

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Politique
Bilan

Coronavirus : 14 questions auxquelles le gouvernement nous devra une réponse après la crise

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Santé
Surfaces, hygiène et Covid-19

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 5 heures 35 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 6 heures 46 min
pépites > International
Moment "historique"
Covid-19 : après plus de deux mois de confinement, le bouclage est enfin levé dans la ville chinoise de Wuhan
il y a 8 heures 6 min
light > Culture
Féerie et évasion pour les petits et les grands
Disney + est enfin disponible et accessible en France dès ce mardi 7 avril
il y a 10 heures 31 min
pépites > Europe
Solidarité européenne et internationale
Forte inquiétude au Royaume-Uni sur l’état de santé de Boris Johnson, placé en soins intensifs
il y a 12 heures 43 min
pépites > Sport
Restrictions
Confinement : les activités sportives sont désormais interdites à Paris entre 10h et 19h
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

il y a 14 heures 48 min
décryptage > International
Symbole

Coronavirus, Tchernobyl et le modèle chinois

il y a 15 heures 28 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

il y a 16 heures 4 sec
décryptage > Europe
Eurogroup

L’Europe tente de dépasser le chacun pour soi initial

il y a 17 heures 21 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

Publié le 15 novembre 2019
Avec Luc Rouban
Le président de la République Emmanuel Macron a dévoilé que des mesures fortes allaient être annoncées par Edouard Philippe afin de répondre à la crise de l'hôpital. La partie active de son mandat est-elle déjà achevée alors que les Gilets jaunes vont "célébrer" leur anniversaire et que le mois de décembre s'annonce délicat sur le plan social ?
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République Emmanuel Macron a dévoilé que des mesures fortes allaient être annoncées par Edouard Philippe afin de répondre à la crise de l'hôpital. La partie active de son mandat est-elle déjà achevée alors que les Gilets jaunes vont "célébrer" leur anniversaire et que le mois de décembre s'annonce délicat sur le plan social ?
Avec Luc Rouban

Emmanuel Macron a annoncé hier que des réponses seraient apportées à la crise de l'hôpital à l'issue du conseil des ministres de la semaine prochaine. Démontre-t-il par là que la partie active de son quinquennat est définitivement achevée ?

Atlantico.fr : Evoquant la crise de l'hôpital, Emmanuel Macron a rappelé qu'il héritait d'une situation qu'il n'avait pas provoqué :  "Nous en héritons. Elle est le résultat d'années et d'années de mise sous tension [...]". Êtes-vous d'accord avec ce constat du Président de la République ? Hérite-t-il plus généralement de toute la situation sociale actuelle ? 

Luc Rouban : Il est clair que ces crises ont des racines profondes. Elles ont une bonne vingtaine d'années. La situation difficile de l'hôpital public, des enseignants, des policiers, des pompiers, par exemple quand ils interviennent dans les quartiers ; la situation aussi compliquée des militaires, toutes ces crises ne sont pas récentes. C'est un fond bien connu de tous les spécialistes et de tous les experts depuis des années. Maintenant ces crises arrivent à maturité avec le macronisme. Quoiqu'il en dise, Emmanuel Macron s'est inscrit, au moins dans le discours, dans une logique de réforme néolibérale, qui consiste en des réductions de coûts et en prenant en compte un point de vue macro en premier lieu. Il a donc parfaitement raison de dire qu'il fait face à la cristallisation et l'exaspération d'un certain nombre de crises qui sont là depuis très longtemps. 

Nous sommes dans un moment particulier. Pour mener des réformes de la fonction publique, il aurait fallu qu'il y ait des critiques formulées à l'égard de tous les fonctionnaires. Or les Français placent encore leur confiance dans l'hôpital public, dans la police, dans l'armée, bref dans tous les services publics qui assurent leur sécurité ou les soignent. On a vu réapparaître une défense du service public dans l'opinion, au moment même où les réformes d'Emmanuel Macron commencent à fournir des résultats (il faut quand même du temps pour que ces résultats soient observables). 

Le deuxième point, c'est qu'il y a une perception des contraintes fortes que certaines réformes vont faire peser. La réforme des retraites est censée, en quelque sorte, indifférencier secteur public et secteur privé. Il y a donc des tensions interprofessionnels très fortes. Car c'est une réforme qui va satisfaire les hauts fonctionnaires, mais c'est loin d'être le cas pour les enseignants par exemple. Sur le fond, la question qui se pose, c'est qu'on ne sait pas où l'on va. On ne voit pas trop le plan d'ensemble : s'agit-il de moderniser l'Etat-Providence ? S'agit-il vraiment de l'abandonner ? Il y a une incertitude sur le devenir de l'Etat et sur le modèle social que le Président est en train de proposer. Beaucoup de fonctionnaires, et pas seulement eux, sont en train de se demander ce que veut le Président. 

Les gilets jaunes fêteront leur premier anniversaire le 17 novembre, et l'on promet dans le même temps un mois de décembre "chaud" sur le plan social au Président de la République. Est-ce qu'il n'y a pas eu aussi, dans l'attitude d'Emmanuel Macron, quelque chose de contraire à ce que les Français attendaient, c'est à dire de la considération, ce qui l'empêcherait aujourd'hui de mener à bien une quelconque réforme ? 

Luc Rouban : Il y a deux réflexions à mener. D'abord, à travers les gilets jaunes, et la crise aujourd'hui de la fonction publique, s'exprime quelque chose qui n'est pas seulement de l'ordre de la revendication salariale. Le vrai problème, c'est un sentiment d'être abandonné. Vous avez ce sentiment chez les fonctionnaires qui sont de vrais professionnels (les pompiers, les enseignants, etc.) et qui ont le sentiment de ne pas avoir de moyens pour faire leur métier. Il y a un sentiment global de dépossession, de dévalorisation et de non-reconnaissance. 

Ensuite, il faut ajouter que tout ce qui se passe, c'est une conséquence directe du mouvement des gilets jaunes et de l'image que cela a donné du Président. L'une des grandes leçons du mouvement des gilets jaunes, c'est qu'il suffit de se mobiliser et de durcir les mouvements pour obtenir quelque chose. Le fait qu'Emmanuel Macron ait laché une première fois il y a quelques mois, fait qu'aujourd'hui la logique du bras de fer s'est engagée, avec des métiers très largement soutenus par l'opinion. Il y a eu un moment de faiblesse dans le macronisme qui est une porte ouverte à de nouvelles revendications. 

L'incapacité des gilets jaunes à définir une plateforme politique, des leaders, bref à s'organiser politiquement, a montré qu'on pouvait obtenir quelque chose en protestant de manière assez radicale. Et il y a un transfert du conflit de quelque chose d'inorganisé vers quelque chose d'organisé. C'est cela qui est en train de se passer en ce moment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

02.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

03.

Coronavirus : tout ce qu’il faut savoir sur les risques posés par vos courses et autres poignées de portes

04.

Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé

05.

Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

07.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

04.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Attaque à Romans-sur-Isère : mais que faisait Abdallah A. O. en France ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 18/11/2019 - 11:14
Deux fautes impardonnables.
Macron a plombé sa présidence pour deux raisons, deux monstrueuses erreurs. Il n'avait, d'abord, tout simplement pas intégré le bilan négatif de ses prédécesseurs à ce poste et donc pas prévu les mesures urgentes de corrections. Et, faits dramatiques et récurrents, il a insulté, méprisé, humilié le peuple de France, et ce particulièrement au cours de déplacements internationaux es qualité de PR. Les GJ et la débandade dans l'opinion sont partis de là, et ses mandants, oligarchie internationale fort bien conseillée, le savent bien. Il est foutu.
pierre de robion
- 16/11/2019 - 19:39
L'homme de barre tenta en vain d'éviter l'ice berg.....
...et se barra! Bon débarras!
Fait pas bon être au mauvais endroit, au mauvais moment! Mais quand on l'a cherché faut pas se plaindre!
Depuis 1981 les présidents et leurs gouvernements ont méthodiquement, à croire que le plan était trans générationnel, organisé le naufrage du pays: plus d'armée, plus d'école, plus de religion (du moins autochtone), plus de valeur travail, plus de sentiment national ...mais jouir dans entrave, ne pas perdre sa vie pour la gagner, sous les pavés la plage, il est interdit d'interdire,.... bref plus que jamais l'intérêt général est devenu l'inverse de la somme des intérêts particuliers, le communautarisme individualiste en attendant la balkanisation!
Alors comment remédier à des insuffisances criantes dans le domaine militaire, scolaire et universitaire, hospitalier, judiciaire, des infrastructures (transports,...), etc. alors que l'on vit à crédit 2 mois sur 12!
Comment "en même temps" dépenser plus en baissant les impôts, gagner plus en travaillant moins, produire davantage alors les usines ferment, avoir une formation adéquate sans étudier?...
Je ne suis pas sûr que Jupiter lui-même ait la solution! Alors Macron??
vauban
- 16/11/2019 - 08:43
Evgueniesokolof
Tout à fait d‘accord avec votre appréciation sur Ouest France,journal en perdition,concentré avant l,heure de catholicisme de gauche et honteux,de socialovivrensemblisme ,qui durant 40 ans a participé et soutenu les socialistes rennais et le pet de centriste de Mehaignerie

Quand à l’hôpital public ,on y trouvedes gens admirables et dévoués mais n,ayons pas peur de l‘affirmer tout autant de pantouflards professionnels,toujours au premier rang des manifestations et ceci dans tous les corps de métier,se nourrissant sur la bête
Ils vont engraisser un peu plus et dans 5ans le sujet reviendra sur la table