En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 1 heure 38 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 5 heures 4 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 5 heures 59 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 6 heures 44 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 7 heures 42 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 9 heures 58 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 2 heures 1 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 5 heures 26 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 6 heures 20 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 6 heures 58 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 11 heures 11 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 13 heures 4 min
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Mesures fortes ?

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

Publié le 15 novembre 2019
Avec Luc Rouban
Le président de la République Emmanuel Macron a dévoilé que des mesures fortes allaient être annoncées par Edouard Philippe afin de répondre à la crise de l'hôpital. La partie active de son mandat est-elle déjà achevée alors que les Gilets jaunes vont "célébrer" leur anniversaire et que le mois de décembre s'annonce délicat sur le plan social ?
Luc Rouban
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Rouban est directeur de recherches au CNRS et travaille au Cevipof depuis 1996 et à Sciences Po depuis 1987. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République Emmanuel Macron a dévoilé que des mesures fortes allaient être annoncées par Edouard Philippe afin de répondre à la crise de l'hôpital. La partie active de son mandat est-elle déjà achevée alors que les Gilets jaunes vont "célébrer" leur anniversaire et que le mois de décembre s'annonce délicat sur le plan social ?
Avec Luc Rouban

Emmanuel Macron a annoncé hier que des réponses seraient apportées à la crise de l'hôpital à l'issue du conseil des ministres de la semaine prochaine. Démontre-t-il par là que la partie active de son quinquennat est définitivement achevée ?

Atlantico.fr : Evoquant la crise de l'hôpital, Emmanuel Macron a rappelé qu'il héritait d'une situation qu'il n'avait pas provoqué :  "Nous en héritons. Elle est le résultat d'années et d'années de mise sous tension [...]". Êtes-vous d'accord avec ce constat du Président de la République ? Hérite-t-il plus généralement de toute la situation sociale actuelle ? 

Luc Rouban : Il est clair que ces crises ont des racines profondes. Elles ont une bonne vingtaine d'années. La situation difficile de l'hôpital public, des enseignants, des policiers, des pompiers, par exemple quand ils interviennent dans les quartiers ; la situation aussi compliquée des militaires, toutes ces crises ne sont pas récentes. C'est un fond bien connu de tous les spécialistes et de tous les experts depuis des années. Maintenant ces crises arrivent à maturité avec le macronisme. Quoiqu'il en dise, Emmanuel Macron s'est inscrit, au moins dans le discours, dans une logique de réforme néolibérale, qui consiste en des réductions de coûts et en prenant en compte un point de vue macro en premier lieu. Il a donc parfaitement raison de dire qu'il fait face à la cristallisation et l'exaspération d'un certain nombre de crises qui sont là depuis très longtemps. 

Nous sommes dans un moment particulier. Pour mener des réformes de la fonction publique, il aurait fallu qu'il y ait des critiques formulées à l'égard de tous les fonctionnaires. Or les Français placent encore leur confiance dans l'hôpital public, dans la police, dans l'armée, bref dans tous les services publics qui assurent leur sécurité ou les soignent. On a vu réapparaître une défense du service public dans l'opinion, au moment même où les réformes d'Emmanuel Macron commencent à fournir des résultats (il faut quand même du temps pour que ces résultats soient observables). 

Le deuxième point, c'est qu'il y a une perception des contraintes fortes que certaines réformes vont faire peser. La réforme des retraites est censée, en quelque sorte, indifférencier secteur public et secteur privé. Il y a donc des tensions interprofessionnels très fortes. Car c'est une réforme qui va satisfaire les hauts fonctionnaires, mais c'est loin d'être le cas pour les enseignants par exemple. Sur le fond, la question qui se pose, c'est qu'on ne sait pas où l'on va. On ne voit pas trop le plan d'ensemble : s'agit-il de moderniser l'Etat-Providence ? S'agit-il vraiment de l'abandonner ? Il y a une incertitude sur le devenir de l'Etat et sur le modèle social que le Président est en train de proposer. Beaucoup de fonctionnaires, et pas seulement eux, sont en train de se demander ce que veut le Président. 

Les gilets jaunes fêteront leur premier anniversaire le 17 novembre, et l'on promet dans le même temps un mois de décembre "chaud" sur le plan social au Président de la République. Est-ce qu'il n'y a pas eu aussi, dans l'attitude d'Emmanuel Macron, quelque chose de contraire à ce que les Français attendaient, c'est à dire de la considération, ce qui l'empêcherait aujourd'hui de mener à bien une quelconque réforme ? 

Luc Rouban : Il y a deux réflexions à mener. D'abord, à travers les gilets jaunes, et la crise aujourd'hui de la fonction publique, s'exprime quelque chose qui n'est pas seulement de l'ordre de la revendication salariale. Le vrai problème, c'est un sentiment d'être abandonné. Vous avez ce sentiment chez les fonctionnaires qui sont de vrais professionnels (les pompiers, les enseignants, etc.) et qui ont le sentiment de ne pas avoir de moyens pour faire leur métier. Il y a un sentiment global de dépossession, de dévalorisation et de non-reconnaissance. 

Ensuite, il faut ajouter que tout ce qui se passe, c'est une conséquence directe du mouvement des gilets jaunes et de l'image que cela a donné du Président. L'une des grandes leçons du mouvement des gilets jaunes, c'est qu'il suffit de se mobiliser et de durcir les mouvements pour obtenir quelque chose. Le fait qu'Emmanuel Macron ait laché une première fois il y a quelques mois, fait qu'aujourd'hui la logique du bras de fer s'est engagée, avec des métiers très largement soutenus par l'opinion. Il y a eu un moment de faiblesse dans le macronisme qui est une porte ouverte à de nouvelles revendications. 

L'incapacité des gilets jaunes à définir une plateforme politique, des leaders, bref à s'organiser politiquement, a montré qu'on pouvait obtenir quelque chose en protestant de manière assez radicale. Et il y a un transfert du conflit de quelque chose d'inorganisé vers quelque chose d'organisé. C'est cela qui est en train de se passer en ce moment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 18/11/2019 - 11:14
Deux fautes impardonnables.
Macron a plombé sa présidence pour deux raisons, deux monstrueuses erreurs. Il n'avait, d'abord, tout simplement pas intégré le bilan négatif de ses prédécesseurs à ce poste et donc pas prévu les mesures urgentes de corrections. Et, faits dramatiques et récurrents, il a insulté, méprisé, humilié le peuple de France, et ce particulièrement au cours de déplacements internationaux es qualité de PR. Les GJ et la débandade dans l'opinion sont partis de là, et ses mandants, oligarchie internationale fort bien conseillée, le savent bien. Il est foutu.
pierre de robion
- 16/11/2019 - 19:39
L'homme de barre tenta en vain d'éviter l'ice berg.....
...et se barra! Bon débarras!
Fait pas bon être au mauvais endroit, au mauvais moment! Mais quand on l'a cherché faut pas se plaindre!
Depuis 1981 les présidents et leurs gouvernements ont méthodiquement, à croire que le plan était trans générationnel, organisé le naufrage du pays: plus d'armée, plus d'école, plus de religion (du moins autochtone), plus de valeur travail, plus de sentiment national ...mais jouir dans entrave, ne pas perdre sa vie pour la gagner, sous les pavés la plage, il est interdit d'interdire,.... bref plus que jamais l'intérêt général est devenu l'inverse de la somme des intérêts particuliers, le communautarisme individualiste en attendant la balkanisation!
Alors comment remédier à des insuffisances criantes dans le domaine militaire, scolaire et universitaire, hospitalier, judiciaire, des infrastructures (transports,...), etc. alors que l'on vit à crédit 2 mois sur 12!
Comment "en même temps" dépenser plus en baissant les impôts, gagner plus en travaillant moins, produire davantage alors les usines ferment, avoir une formation adéquate sans étudier?...
Je ne suis pas sûr que Jupiter lui-même ait la solution! Alors Macron??
vauban
- 16/11/2019 - 08:43
Evgueniesokolof
Tout à fait d‘accord avec votre appréciation sur Ouest France,journal en perdition,concentré avant l,heure de catholicisme de gauche et honteux,de socialovivrensemblisme ,qui durant 40 ans a participé et soutenu les socialistes rennais et le pet de centriste de Mehaignerie

Quand à l’hôpital public ,on y trouvedes gens admirables et dévoués mais n,ayons pas peur de l‘affirmer tout autant de pantouflards professionnels,toujours au premier rang des manifestations et ceci dans tous les corps de métier,se nourrissant sur la bête
Ils vont engraisser un peu plus et dans 5ans le sujet reviendra sur la table