En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 44 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 21 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 10 heures 1 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 11 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 11 heures 8 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 2 heures 4 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 4 heures 6 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 7 heures 11 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 43 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 58 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 10 heures 13 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 11 heures 5 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 11 heures 9 min
© Capture d'écran
© Capture d'écran
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

Publié le 12 novembre 2019
Rodolphe de Saint Hilaire pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe de Saint Hilaire est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

De Georges Feydeau

Musique : de et avec Reinhardt Wagner

Mise en scène : Zabou Breitman

Avec Léa Drucker, André Marcon, Micha Lescot, Anne Rotger, et Christophe Paou, Ghislain Decléty, Eric Prat, Valérian Béhar-Bonnet, Philippe Caulier, Solal Forte, Philippe Cauler, Constance Guiouillier, Damien Sobierat, Pierre Antoine Lenfant, Pier-Nicolo Sasse

INFOS ET RESERVATION

Théatre de la Porte Saint Martin

18 boulevard Saint Martin
75010 Paris
Tél. : 01 42 08 00 32
http://www.portestmartin.com

Jusqu'au 31 décembre, du mardi au vendredi à 20h, le samedi à 20h30, le dimanche à 16h

RECOMMENDATION

Excellent

THEME

"Et allez donc, c'est pas mon père !": c'est le gimmick qui ponctue chaque scène un peu ollé -ollé de "la Dame de chez Maxim"... autrement dit, et c'est bien mignon, chaque entrechat, genre French Cancan de la gent féminine, qui anime le vaudeville de Feydeau du début à la fin. Le ton est donné : enlevé, enjoué, pétillant et sans malice. "La Dame" c'est le parfait prototype, mais peut être pas le plus original de Feydeau,  d'une mécanique installée pour faire naître un comique instantané à partir d'une situation improbable et inextricable où s'enchevêtrent quiproquos, malentendus, petits mensonges improvisés conduisant couples, familles, amis, au bord de la rupture. Monsieur Petypon, un jeune et fringant trentenaire, marié et docteur de son état, a fait la bombe jusqu'aux aurores, accompagné de son ami Mongicourt, médecin comme lui. Mongicourt   le retrouve chez lui, allongé de tout son long, dans un état comateux, sous le canapé du salon. Rien de grave, sauf que certains soupirs et bâillements se font entendre derrière le rideau d'un alcôve contigüe. Fichtre. Le bon docteur aurait il ramené dans son lit la Môme Crevette, ravissante danseuse du Moulin Rouge ? C'est du moins ce que prétend la diablesse ; Madame Petypon trouve que son mari a bien mauvaise mine mais ne se rend compte de rien et repart dans ses appartements.

Mais voici que débarque l'oncle de retour d'Afrique, le général Petypon, qui invite son neveu et celle qu'il croit être sa femme, la dite Môme Crevette, au mariage de sa fille avec un beau lieutenant. Et c'est parti pour un festival de mésaventures cocasses et de pitreries galantes dans les jardins de ce beau château de Touraine. Tout est bien qui finira bien dans la bonne humeur, comme toujours chez Feydeau. Lucien Petypon retrouve Gabrielle sa femme compréhensive et le beau lieutenant s'enfuit avec la môme Crevette, son ancienne maîtresse en passe de séduire un Général trop naïf  ! (mais un ultime rebondissement est toujours possible ! ).

POINTS FORTS

* Les hasards chez Feydeau font bien les choses. Les coup de théâtre, fréquents mais subtilement dosés , fonctionnent formidablement bien.     

* L'art de la chute, véritable ADN de l'auteur.                                                                                                                             

* La mise en scène et les décors : la pièce est totalement dans son jus, celui qu'avait voulu Feydeau lui même dans toute sa contemporanéité  "Belle Epoque". En ressort une atmosphère délicieusement surannée en costumes de l'époque, avec en fond de scènes des fresques champêtres immenses ; il faut apprécier à sa juste valeur ce conservatisme de bon aloi, si rare aujourd'hui, que nous propose Zabou Breitman.                                         

* L'interprétation : saluons les prestations d'un carré d'élite composé de Micha Lescot dans le rôle bondissant d'un Lucien Petypon, immense et drôlement perruqué,  Anne Rotger avec sa coiffure incroyable dans le personnage de Gabrielle, André Marcon impeccablement sanglé dans le pantalon garance et la vareuse bleue horizon du Général et, bien sûr, Lea Drucker qui interprète une Môme Crevette lumineuse  et facétieuse. Les seconds rôles sont du même tonneau, ainsi en deuxième partie, cette dizaine d'hommes, travestis en femmes, stigmatisant les travers et les manières d'une France petite bourgeoise de l'époque.

* Une mention spéciale pour la musique et l'interprétation  (la Duchesse au piano, excellent !) de et par Reinhart Wagner.

POINT FAIBLES

Au 3e acte, la pièce patine. Trop de volte face, trop de fausses sorties, on s'y perd et on rit moins. C'est là que l'on perçoit les limites de l'argument de cette "Dame de chez Maxim "  auquel on pourra préférer celui de "la Puce à l'oreille", moins daté ! Question de goût mais Feydeau reste Feydeau. Unique !

EN DEUX MOTS...

Plus fine qu'il n'y parait à première vue, "La Dame de chez Maxim" ne déclenche pas une franche rigolade, plutôt une réflexion amusée sur cette satire de la bonne société et sa morale de bon aloi ; de facture classique, cette farandole vaut avant tout par son interprétation . Cette "Dame" mérite bien qu'on aille la voir et l'entendre dans cette mise en scène raffinée ne serait- ce que parce qu'elle peut nous faire oublier d'autres versions "modernistes" et décalées, de manière plus ou moins appropriée, qui nous ont été proposées récemment.

UN EXTRAIT

(Mongicourt) : "Ah Monsieur veut se lancer dans quelque chose qu'il ne connait pas. Monsieur se mêle de faire la noce..."
(Petypon ) : "Mais, serpent, c'est toi qui m'a emmené dans cet endroit d'orgie"
(Mongicourt) : "Ah quelle est forte!"                                                                                             
(Petypon) : "Tu t'es dit voilà un homme sérieux, un savant. Abusons de son ignorance"       
(Mongicourt) : "J'ai dit simplement : Petypon, avant de rentrer, je meurs de soif. Nous venons de passer plus de deux heures à faire une opération compliquée; quand on vient d'ouvrir un ventre, ça vaut bien un bock ! ; "Et moi à 8 heures j'étais avec mes malades... à 11 heures, j'avais tout mon monde, y compris notre opéré"
(Petypon) : "Ah, et comment va-t-il?"                                                                                       
(Mongicourt) : "C'est fini"                                                                                             
(Petypon) : "Ah il est sauvé?"                                                                                                          
(Mongicourt) : "Non, il est mort"                                                                                   
(Petypon) : "Aïe, je savais bien que cette opération était inutile"                                          
(Mongicourt) : " Il n'y a jamais d'opération inutile. Elle peut ne pas profiter à l'opéré , elle profite toujours à l'opérateur" !

L'AUTEUR

Il est dans le top 10 des auteurs les plus joués en France derrière Shakespeare, Molière , Koltes , Guitry, Jean Luc Lagarce , Yasmina Reza... au coude à coude avec Labiche. 40 pièces au compteur  entre 1890 et 1921 ; la première, "Tailleur pour Dames", une des dernières "La Puce à l'oreille". Au milieu "La Dame de chez Maxim" et, pour certains la plus drôle et la plus contemporaine dans l'esprit, "Mais ne te promène donc pas toute nue" ; le fils supposé du duc de Morny, qui courrait les jupons, a eu une descendance prolixe , souvent promise aux arts et lettres... et au succès, exemple Louis Verneuil.

Deux mots sur Zabou Breitman, pour la mise en scène :
Fille de comédiens (Jean Claude Deret et Céline Léger), Zabou est tombée toute petite dans la marmite du théâtre . Elle est face à la caméra à 4 ans pour jouer dans la fameuse série "Thierry La Fronde", une création de son père. elle joue d'abord au cinéma dans un film de Diane Kurys, "Arrête ton cinéma" ou avec Guillaume Canet dans "Narco", par exemple.
Mais Zabou est surtout une grande Dame de la mise en scène. elle collectionne les prix et distinctions . Deux Molière en 2004 (Mise en scène et meilleur spectacle) pour " L'Hiver sous la table " de Roland Topor, deux encore, celui de la mise en scène et celui de l'adaptation pour " Des gens " d'après Raymond Depardon ; plus tard, elle s'attaque à Feydeau avec la mise en scène, à la Comédie française du" Système Ribadier". Elle va jusqu'a monter sous la direction de Philippe Jourdan "L'enlèvement au sérail de Mozart ". Quoi d'autre ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
culture, théâtre
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires