En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

05.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

06.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

07.

Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel

01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

C’est la procureure générale de Paris, Catherine Champrenault, qui va enquêter sur l’affaire ! Et qui va enquêter sur Catherine Champrenault ?

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 20 min 18 sec
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 1 heure 27 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 2 heures 6 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 5 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 6 heures 33 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 7 heures 45 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 8 heures 28 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 1 heure 8 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 1 heure 47 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 2 heures 49 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 6 heures 10 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 7 heures 27 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
Lâches, cyniques et/ou aveugles

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

il y a 8 heures 53 min
© Capture d'écran
© Capture d'écran
(In)efficacité

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Publié le 06 novembre 2019
Le plan immigration du gouvernement devrait être dévoilé ce mercredi. Parmi les mesures qui devraient être annoncées : l'instauration de quotas. Une mesure que plusieurs gouvernements ont déjà tenté de mettre en place sans succès.
Arnaud Lachaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le plan immigration du gouvernement devrait être dévoilé ce mercredi. Parmi les mesures qui devraient être annoncées : l'instauration de quotas. Une mesure que plusieurs gouvernements ont déjà tenté de mettre en place sans succès.

Atlantico : Edouard Philippe devrait dévoiler aujourd'hui le plan immigration de son gouvernement. Certaines mesures ont déjà fuité hier dans la presse, et notamment la mise en place de quotas d'immigration en fonction des besoins de main d'oeuvre, un accès au soin, notamment à l'AME, plus contrôlé, mais aussi une logique d'accueil solidaire des migrants. Toutes ces mesures vous semblent-elles susceptibles de résoudre les problèmes liés à l'immigration et de satisfaire les Français ?

Arnaud Lachaize : Pas vraiment. Les quotas sont comme un serpent de mer. Depuis 20 ans, dès qu’un gouvernement veut donner une impression de fermeté, il lâche le mot quota, comme un mot magique qui serait censé faire vibrer l’opinion en donnant une image de maîtrise des choses. On en parlait déjà dans les débats du début des années 2000 et la discussion de la loi Sarkozy en 2003. Le sujet revient constamment, comme un leitmotiv de l’impuissance publique. 

En l’espèce, il ne s’agit pas d’améliorer la maîtrise de l’immigration. L’idée serait de négocier des quotas d’accueil pour les travailleurs venus de pays tiers, hors Union européenne. Elle serait donc plutôt de renforcer l’immigration professionnelle. Cette dernière représentait, en 2018, 32 815 personnes, c’est-à-dire un faible pourcentage des entrées totales connues : d’une part 255 550 « premiers titres de séjour » dont 89 185 migrants sur motif familial et 80 339 étudiants, et d’autre part, 122 743 demandeurs d’asile. 

Ouvrir des quotas pour l’immigration économique ne règle pas la question de l’ampleur globale du flux migratoire au regard de des capacités d’accueil de la France. Les 255 550 bénéficiaires du premier titre de séjour ont, pour la plupart, accès au marché du travail et les 122 743 demandeurs d’asile l’ont aussi au bout de 6 mois si l’Etat n’a pas donné de réponse à leur demande d’asile, ce qui est bien souvent le cas. Dans le contexte d’une économie française qui compte 3 à 5 millions de chômeurs (selon le mode de décompte), et 9,2 millions de pauvres, l’accueil de ce volume de migrants qui auront besoin de travailler pour vivre dans des conditions dignes, n’est sans doute pas raisonnable. Alors, que dire d’un projet qui vise à encore développer l’immigration de travail ? 

Quant à la proposition de prévoir un délai de trois mois pour bénéficier de la gratuité des soins pour les demandeurs d’asile et de revoir le panier des soins offerts par l’AME, ce sont là aussi des mesures qui sont supposées donner une image de fermeté à des fins politiques. A supposer qu’elles se traduisent dans les faits, elles ne sont en aucun cas de nature à dissuader les migrants de choisir la France comme terre d’accueil.

Edouard Philippe envisagerait également de remettre à plat les règles de l'espace Schengen et le règlement Dublin III. A-t-il le pouvoir et la capacité d'influence pour le faire ?

Depuis des années, des négociations sont en cours à Bruxelles sur ces sujets. Un règlement européen de 2006 (le code frontière Schengen), amendé à plusieurs reprises, a en principe fortement limité les conditions dans lesquelles les gouvernements peuvent rétablir leurs contrôles aux frontières intérieures Schengen (entre eux) en cas de menace pour l’ordre public, pour de brèves périodes (quelques semaines ou quelques mois selon les cas). A la suite de la crise migratoire de 2015, plusieurs Etats européens, Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, ont rétabli leurs contrôles aux frontières intérieures. La France l’a fait aussi, avec l’Italie et l’Espagne. Puis, au prix d’une interprétation fort extensive du code Schengen, et en parfaite contradiction avec son esprit, les maintiennent encore aujourd’hui, 4 ans plus tard… 

Les Etats négocient en ce moment, depuis plusieurs années, une adaptation du code frontière avec la Commission pour assouplir ces règles et les mettre en conformité avec la réalité. La Commission renâcle fortement et tente d’éviter de s’engager dans une voie qui consacrerait la remise en cause, à ses yeux, de la libre circulation. On ne voit pas bien ce que la déclaration du Premier ministre français pourrait changer à cet état de fait… 

Quant au règlement Dublin III, on sait qu’il marche très mal. Il prévoit la prise en charge des demandeurs d’asile par le pays responsable de leur entrée dans l’Union européenne. Or, il est extrêmement difficile d’obliger un Etat à reprendre un demandeur d’asile qui se présente en France et tout autant, dans un dédale de procédures protectrices qui se sont empilées au fil du temps, d’obliger une famille de demandeurs d’asile à repartir dans le pays européen par lequel elle est entrée dans l’espace européen. La réaction du Premier ministre n’y changera rien.

Toute politique d'immigration doit être évaluée à l'aune de ce qu'il est possible de réaliser dans les faits, surtout quand il s'agit de restreindre les règles liées à certains dispositifs ou d'en mettre en place (AME, quotas, etc.). Le gouvernement a-t-il les moyens concrets de sa politique ? Son administration peut-elle par ailleurs se mettre en marche dans ce sens-là ?

Ce n’est pas tellement une affaire de bonne volonté de l’administration qui est en cause. La faiblesse de l’Etat est chronique face à l’immigration irrégulière et tout est fait pour l’accentuer. La hausse des flux migratoires constatée à travers l’explosion du nombre des premiers titres de séjour s’explique largement par l’immigration irrégulière suivie de régularisations sous des formes multiples (au titre de la famille ou du travail ou de motifs humanitaires divers). 

L’Etat est désarmé devant ce phénomène. Sur 100 000 interpellations de migrants en situation irrégulière, seule une poignée, moins de 10 000 fait l’objet d’une mesure effective de reconduite forcée hors de l’espace Schengen. Les reconduites à la frontière sont complexes à réaliser. La mesure d’éloignement doit être confirmée par la juridiction administrative, puis le juge des libertés doit accepter un placement en rétention, ensuite le pays d’origine doit accepter de reprendre le migrant en lui attribuant un laissez-passer consulaire, enfin, même si toute la procédure est réalisée, l’intéressé peut effectuer un « refus d’embarquement ». Franchement l’administration, les préfets et la police, englués dans un ensemble de procédures d’une grande complexité, n’y sont pour rien. 

D’ailleurs, face à cette immigration illégale, les signaux contradictoires ne cessent de s’accumuler. En 2018, le Conseil constitutionnel, acclamé par toute la classe politique, a ainsi proclamé un « principe de fraternité », aboutissant à abroger toute sanction pénale contre l’aide bénévole au séjour illégal. Cette décision se prête à toutes les interprétations abusives, notamment celle de légitimer le séjour illégal. Elle ne peut que troubler les esprits sur un dossier déjà fort embrouillé. 

Une transformation des règles du regroupement familial serait aussi en réflexion. Est-ce que cela vous semble aller dans le bon sens ? Quelles seraient selon vous les mesures ambitieuses en termes d'immigration et qui manquent à l'appel ?

Le regroupement familial est aussi un éternel chiffon rouge destiné à exciter l’opinion. Il permet, de fait, à des travailleurs étrangers bien intégrés de faire venir leur famille à condition de disposer d’un logement et de la rémunération d’un travail adaptés à la taille de cette famille. Ce n’est pas le regroupement familial (en moyenne stabilisé autour de 20 000 par an sur le long terme) qui fait augmenter les chiffres de l’immigration sur motif familial mais les régularisations à divers titres (mariage, vie privée et familiale). On en revient au problème de fond, celui qui dérange et que les pouvoirs publics ne veulent pas voir : celui de la lutte contre l’immigration illégale et celui de l’autorité de l’Etat dans maîtrise des flux migratoires.

 Il manque avant tout à ce projet une volonté ferme et courageuse de lutter contre les filières esclavagistes qui organisent les passages de clandestins notamment par la voie maritime. En acceptant ouvertement de recueillir des migrants passés par cette voie sous forme de quotas d’accueil les gouvernements européens donnent un signe de faiblesse tragique envers les réseaux criminels de passeurs qui accumulent des fortunes sur le trafic des personnes humaines. Il faudrait organiser une force d’intervention maritime des grandes nations européennes pour imposer un blocus maritime aux passeurs esclavagistes à partir des zones d’embarquement. Mais pour cela, il faudrait du courage et de la volonté. 

Tout cela donne l’image d’un gouvernement qui n’est pas animé par une volonté d’améliorer les choses en profondeur mais dans une logique d’affichage et de manipulation de l’opinion de court terme en perspective des prochaines élections.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/11/2019 - 18:05
Il es facile, en effet, à comprendre
que les quotas viendront « en plus », sans être sûrs qu'ils feront vraiment l'affaire, et surtout sans remplacer ceux qui sont déjà sur place ou qui continueront à venir sans savoir rien faire.
Ganesha
- 07/11/2019 - 11:47
Cloette
Vous avez parfaitement compris la différence entre les crapules libérales comme Macron et l'UMPS et les personnalités politiques respectables comme Marine Le Pen.
clo-ette
- 07/11/2019 - 11:40
priorité
développer les pays pauvres de façon à les rendre autonomes, et non en leur kidnappant leurs "élites" ou de leurs" bras", en les vidant ainsi de leur matière grise ou de leur force musculaire , pour chez nous les payer moins cher .Une honte .