En direct
Best of
Best of du 23 au 29 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Jugement
Agression des policiers à Viry-Châtillon : 10 à 20 ans de réclusion pour 8 accusés, 5 personnes acquittées
il y a 7 heures 28 min
pépites > Justice
Fichée S
Ultra-gauche : une militante a été écrouée pour avoir espionné des policiers
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 4 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 24 min
pépites > Justice
Riposte judiciaire
Alexandre Benalla a décidé de porter plainte contre X dans l'affaire de l'enregistrement clandestin diffusé par Mediapart
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le délicieux malheur français" de Denis Olivennes : la mélodie du malheur, notre berceuse préférée

il y a 14 heures 36 min
pépite vidéo > Défense
Futures missions à mener
Opération Barkhane : Emmanuel Macron va réunir le G5 Sahel à Pau
il y a 16 heures 31 sec
pépites > Social
"Le mur du 5 décembre"
806.000 manifestants pour la première journée de mobilisation à travers le pays contre la réforme des retraites
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Santé
Alimentation

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

il y a 18 heures 14 min
décryptage > International
Sommet sous tension

Otan : Emmanuel Macron et Donald Trump, convergences dans l'incohérence

il y a 19 heures 7 min
décryptage > International
Daphne Caruana Galizia

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

il y a 19 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
5 décembre
Jean-Luc Mélenchon salue le "grand progrès" et "l’humanisme" de Marine Le Pen pour sa position sur la grève
il y a 8 heures 31 min
pépites > International
Chambre des représentants
Procédure de destitution contre Donald Trump : Nancy Pelosi demande que soit rédigé l'acte d'accusation
il y a 10 heures 46 min
light > Sport
Répercussions
Le joueur légendaire Marco Van Basten a été retiré du jeu FIFA 20 "jusqu'à nouvel ordre" après son dérapage nazi
il y a 12 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Prince Igor"d'Alexandre Borodine : Le Prince Igor rentre au répertoire de l'Opéra National de Paris

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Léonard de Vinci" au Louvre : ode à Léonard

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Politique
Ça va faire des vagues...

La tempête sociale du 5 décembre : Macron nous invite "à prendre la mer"

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Economie
Campagne mouvementée ?

Pourquoi la présidentielle complique la guerre commerciale sino-américaine (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour l’Europe)

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Economie française

La solution à la récession ? L’optimisme

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Environnement
Pas grand chose à voir avec l'environnement

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

il y a 19 heures 24 min
décryptage > France
Décision

Un office national de lutte contre la haine ou le dernier exemple en date du renoncement politique face à la montée de la violence

il y a 19 heures 55 min
© Capture d'écran
© Capture d'écran
(In)efficacité

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Publié le 06 novembre 2019
Le plan immigration du gouvernement devrait être dévoilé ce mercredi. Parmi les mesures qui devraient être annoncées : l'instauration de quotas. Une mesure que plusieurs gouvernements ont déjà tenté de mettre en place sans succès.
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Lachaize est universitaire, spécialiste de l’immigration. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le plan immigration du gouvernement devrait être dévoilé ce mercredi. Parmi les mesures qui devraient être annoncées : l'instauration de quotas. Une mesure que plusieurs gouvernements ont déjà tenté de mettre en place sans succès.

Atlantico : Edouard Philippe devrait dévoiler aujourd'hui le plan immigration de son gouvernement. Certaines mesures ont déjà fuité hier dans la presse, et notamment la mise en place de quotas d'immigration en fonction des besoins de main d'oeuvre, un accès au soin, notamment à l'AME, plus contrôlé, mais aussi une logique d'accueil solidaire des migrants. Toutes ces mesures vous semblent-elles susceptibles de résoudre les problèmes liés à l'immigration et de satisfaire les Français ?

Arnaud Lachaize : Pas vraiment. Les quotas sont comme un serpent de mer. Depuis 20 ans, dès qu’un gouvernement veut donner une impression de fermeté, il lâche le mot quota, comme un mot magique qui serait censé faire vibrer l’opinion en donnant une image de maîtrise des choses. On en parlait déjà dans les débats du début des années 2000 et la discussion de la loi Sarkozy en 2003. Le sujet revient constamment, comme un leitmotiv de l’impuissance publique. 

En l’espèce, il ne s’agit pas d’améliorer la maîtrise de l’immigration. L’idée serait de négocier des quotas d’accueil pour les travailleurs venus de pays tiers, hors Union européenne. Elle serait donc plutôt de renforcer l’immigration professionnelle. Cette dernière représentait, en 2018, 32 815 personnes, c’est-à-dire un faible pourcentage des entrées totales connues : d’une part 255 550 « premiers titres de séjour » dont 89 185 migrants sur motif familial et 80 339 étudiants, et d’autre part, 122 743 demandeurs d’asile. 

Ouvrir des quotas pour l’immigration économique ne règle pas la question de l’ampleur globale du flux migratoire au regard de des capacités d’accueil de la France. Les 255 550 bénéficiaires du premier titre de séjour ont, pour la plupart, accès au marché du travail et les 122 743 demandeurs d’asile l’ont aussi au bout de 6 mois si l’Etat n’a pas donné de réponse à leur demande d’asile, ce qui est bien souvent le cas. Dans le contexte d’une économie française qui compte 3 à 5 millions de chômeurs (selon le mode de décompte), et 9,2 millions de pauvres, l’accueil de ce volume de migrants qui auront besoin de travailler pour vivre dans des conditions dignes, n’est sans doute pas raisonnable. Alors, que dire d’un projet qui vise à encore développer l’immigration de travail ? 

Quant à la proposition de prévoir un délai de trois mois pour bénéficier de la gratuité des soins pour les demandeurs d’asile et de revoir le panier des soins offerts par l’AME, ce sont là aussi des mesures qui sont supposées donner une image de fermeté à des fins politiques. A supposer qu’elles se traduisent dans les faits, elles ne sont en aucun cas de nature à dissuader les migrants de choisir la France comme terre d’accueil.

Edouard Philippe envisagerait également de remettre à plat les règles de l'espace Schengen et le règlement Dublin III. A-t-il le pouvoir et la capacité d'influence pour le faire ?

Depuis des années, des négociations sont en cours à Bruxelles sur ces sujets. Un règlement européen de 2006 (le code frontière Schengen), amendé à plusieurs reprises, a en principe fortement limité les conditions dans lesquelles les gouvernements peuvent rétablir leurs contrôles aux frontières intérieures Schengen (entre eux) en cas de menace pour l’ordre public, pour de brèves périodes (quelques semaines ou quelques mois selon les cas). A la suite de la crise migratoire de 2015, plusieurs Etats européens, Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, ont rétabli leurs contrôles aux frontières intérieures. La France l’a fait aussi, avec l’Italie et l’Espagne. Puis, au prix d’une interprétation fort extensive du code Schengen, et en parfaite contradiction avec son esprit, les maintiennent encore aujourd’hui, 4 ans plus tard… 

Les Etats négocient en ce moment, depuis plusieurs années, une adaptation du code frontière avec la Commission pour assouplir ces règles et les mettre en conformité avec la réalité. La Commission renâcle fortement et tente d’éviter de s’engager dans une voie qui consacrerait la remise en cause, à ses yeux, de la libre circulation. On ne voit pas bien ce que la déclaration du Premier ministre français pourrait changer à cet état de fait… 

Quant au règlement Dublin III, on sait qu’il marche très mal. Il prévoit la prise en charge des demandeurs d’asile par le pays responsable de leur entrée dans l’Union européenne. Or, il est extrêmement difficile d’obliger un Etat à reprendre un demandeur d’asile qui se présente en France et tout autant, dans un dédale de procédures protectrices qui se sont empilées au fil du temps, d’obliger une famille de demandeurs d’asile à repartir dans le pays européen par lequel elle est entrée dans l’espace européen. La réaction du Premier ministre n’y changera rien.

Toute politique d'immigration doit être évaluée à l'aune de ce qu'il est possible de réaliser dans les faits, surtout quand il s'agit de restreindre les règles liées à certains dispositifs ou d'en mettre en place (AME, quotas, etc.). Le gouvernement a-t-il les moyens concrets de sa politique ? Son administration peut-elle par ailleurs se mettre en marche dans ce sens-là ?

Ce n’est pas tellement une affaire de bonne volonté de l’administration qui est en cause. La faiblesse de l’Etat est chronique face à l’immigration irrégulière et tout est fait pour l’accentuer. La hausse des flux migratoires constatée à travers l’explosion du nombre des premiers titres de séjour s’explique largement par l’immigration irrégulière suivie de régularisations sous des formes multiples (au titre de la famille ou du travail ou de motifs humanitaires divers). 

L’Etat est désarmé devant ce phénomène. Sur 100 000 interpellations de migrants en situation irrégulière, seule une poignée, moins de 10 000 fait l’objet d’une mesure effective de reconduite forcée hors de l’espace Schengen. Les reconduites à la frontière sont complexes à réaliser. La mesure d’éloignement doit être confirmée par la juridiction administrative, puis le juge des libertés doit accepter un placement en rétention, ensuite le pays d’origine doit accepter de reprendre le migrant en lui attribuant un laissez-passer consulaire, enfin, même si toute la procédure est réalisée, l’intéressé peut effectuer un « refus d’embarquement ». Franchement l’administration, les préfets et la police, englués dans un ensemble de procédures d’une grande complexité, n’y sont pour rien. 

D’ailleurs, face à cette immigration illégale, les signaux contradictoires ne cessent de s’accumuler. En 2018, le Conseil constitutionnel, acclamé par toute la classe politique, a ainsi proclamé un « principe de fraternité », aboutissant à abroger toute sanction pénale contre l’aide bénévole au séjour illégal. Cette décision se prête à toutes les interprétations abusives, notamment celle de légitimer le séjour illégal. Elle ne peut que troubler les esprits sur un dossier déjà fort embrouillé. 

Une transformation des règles du regroupement familial serait aussi en réflexion. Est-ce que cela vous semble aller dans le bon sens ? Quelles seraient selon vous les mesures ambitieuses en termes d'immigration et qui manquent à l'appel ?

Le regroupement familial est aussi un éternel chiffon rouge destiné à exciter l’opinion. Il permet, de fait, à des travailleurs étrangers bien intégrés de faire venir leur famille à condition de disposer d’un logement et de la rémunération d’un travail adaptés à la taille de cette famille. Ce n’est pas le regroupement familial (en moyenne stabilisé autour de 20 000 par an sur le long terme) qui fait augmenter les chiffres de l’immigration sur motif familial mais les régularisations à divers titres (mariage, vie privée et familiale). On en revient au problème de fond, celui qui dérange et que les pouvoirs publics ne veulent pas voir : celui de la lutte contre l’immigration illégale et celui de l’autorité de l’Etat dans maîtrise des flux migratoires.

 Il manque avant tout à ce projet une volonté ferme et courageuse de lutter contre les filières esclavagistes qui organisent les passages de clandestins notamment par la voie maritime. En acceptant ouvertement de recueillir des migrants passés par cette voie sous forme de quotas d’accueil les gouvernements européens donnent un signe de faiblesse tragique envers les réseaux criminels de passeurs qui accumulent des fortunes sur le trafic des personnes humaines. Il faudrait organiser une force d’intervention maritime des grandes nations européennes pour imposer un blocus maritime aux passeurs esclavagistes à partir des zones d’embarquement. Mais pour cela, il faudrait du courage et de la volonté. 

Tout cela donne l’image d’un gouvernement qui n’est pas animé par une volonté d’améliorer les choses en profondeur mais dans une logique d’affichage et de manipulation de l’opinion de court terme en perspective des prochaines élections.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Une américaine découvre que son mari la trompe... en lisant une critique culinaire dans le Washington Post

07.

Ces passeports maltais devenus le Graal des super-riches de la planète

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Point de non-retour climatique : allons-nous vers un effondrement global ou vers un gigantesque jeu de gagnants perdants à l’échelle de la planète ?

03.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

04.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

05.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

06.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 07/11/2019 - 18:05
Il es facile, en effet, à comprendre
que les quotas viendront « en plus », sans être sûrs qu'ils feront vraiment l'affaire, et surtout sans remplacer ceux qui sont déjà sur place ou qui continueront à venir sans savoir rien faire.
Ganesha
- 07/11/2019 - 11:47
Cloette
Vous avez parfaitement compris la différence entre les crapules libérales comme Macron et l'UMPS et les personnalités politiques respectables comme Marine Le Pen.
clo-ette
- 07/11/2019 - 11:40
priorité
développer les pays pauvres de façon à les rendre autonomes, et non en leur kidnappant leurs "élites" ou de leurs" bras", en les vidant ainsi de leur matière grise ou de leur force musculaire , pour chez nous les payer moins cher .Une honte .