En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc

01.

L'iPhone, nouveau coach sportif ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 51 min 22 sec
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 3 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 4 heures 27 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 6 heures 50 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 1 heure 12 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 3 heures 10 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 3 heures 34 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 4 heures 6 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 4 heures 37 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 5 heures 44 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 7 heures 1 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 7 heures 48 min
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Dynamisme

Ces villes françaises moyennes qui s’en sortent

Publié le 04 novembre 2019
Les villes moyennes en France sont-elles condamnées à être peu dynamiques ? Les exemples positifs sont pourtant nombreux comme à Colmar et à Meaux.
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les villes moyennes en France sont-elles condamnées à être peu dynamiques ? Les exemples positifs sont pourtant nombreux comme à Colmar et à Meaux.

Atlantico.fr : Comment cela se fait-il que les villes moyennes sont peu dynamiques en France ? Est-ce dû au poids de Paris ? 

Laurent Chalard : Le moindre dynamisme des villes moyennes en France, comme dans de nombreux autres pays développés, est la conséquence de la mondialisation et de son corollaire territorial, la métropolisation. Depuis les années 1980, la croissance démographique et économique se concentre essentiellement dans les agglomérations les plus peuplées, que l’on dénomme « métropoles », la nouvelle économie étant fortement inégalitaire, aussi bien sur le plan humain que sur le plan territorial. Dans un contexte de tertiarisation accentuée de l’économie des pays développés, les activités de haute-technologie et de conception, en particulier dans le secteur tertiaire supérieur, se concentrent dans les grandes villes, alors que la désindustrialisation concomitante pénalise grandement les villes moyennes, où l’industrie demeure, en règle générale, plus importante. 

Cette situation est nouvelle car, par le passé, il n’existait pas un décalage aussi important entre la dynamique des grandes villes et des autres villes. En effet, pendant la grande phase d’urbanisation qu’a connue la France à l’époque des Trente Glorieuses, le dynamisme démographique et économique était généralisé à l’ensemble des villes, quelles que soient leur taille, petite, moyenne ou grande. Urbanisation et industrialisation allaient de pair. Les populations de l’espace rural venaient s’agréger dans les villes les plus proches de leur village d’origine, où se créaient de nombreuses usines. Cette période de croissance maximale des villes moyennes explique pourquoi elles possèdent toutes leur grand ensemble de logements sociaux datant de cette époque.

Qui sont ces villes moyennes? Comment les définir ? Qui les habitent?

Traditionnellement, en France, sont considérées comme étant des villes moyennes des agglomérations (c’est-à-dire les « unités urbaines » de l’Insee) comptant entre 20 000 et 100 000 habitants, correspondant donc à un panel assez large, allant, par exemple, de Lunéville (un peu plus de 20 000 habitants) à Chartres (environ 90 000 habitants). Ces villes jouent un rôle très important dans l’organisation du territoire national dans un contexte hexagonal de faiblesse du sommet de l’armature urbaine, en-dehors de Paris. En effet, de larges parties de la France ne sont pas sous l’influence d’une métropole. Cependant, il existe plusieurs types de villes moyennes, des villes à dominante industrielle, d’autres à dominante administrative, d’autres à dominante touristique. Il n’existe donc pas un modèle unique. 

Au niveau de leurs habitants, à l’heure actuelle, l’une de leurs caractéristiques est la relative surreprésentation des « catégories populaires », entenduds comme les employés et les ouvriers, et la relative sous-représentation des cadres, du fait d’une structure de l’emploi local faisant, sauf exception, peu appel à une main d’œuvre très qualifiée. 

Les villes moyennes françaises sont-elles condamnées à être peu dynamiques ? Comment peuvent-elles se développer ? 

Si l’on analyse l’évolution démographique des communes françaises de plus de 5000 habitants entre 2006 et 2016, on constate que dix villes-centres d’agglomérations de taille moyenne se caractérisent par une croissance soutenue de leur population, gagnant au moins 3900 habitants en volume, soit des taux d’accroissement, pour la plupart d’entre elles, supérieurs à + 10 % sur l’ensemble de la période. Ces villes moyennes affichent donc des performances remarquables, dans un classement où dominent les villes-centres et les banlieues des grandes métropoles (Lyon, Toulouse, Montpellier et Nantes sont en tête), et leur présence pourrait, au premier abord, venir contredire le discours ambiant sur le déclin généralisé des villes moyennes. Néanmoins, une analyse plus poussée de leurs caractéristiques conduit à mettre un bémol à une interprétation optimiste un peu trop hâtive. En effet, la moitié d’entre elles se présentent comme des villes-satellites de grandes métropoles, dont elles bénéficient du développement par une attractivité résidentielle et/ou une attractivité économique. C’est le cas de Montauban (Toulouse), Meaux (Paris), Salon-de-Provence (Aix-Marseille), Bourgoin-Jallieu (Lyon) et Thonon-les-Bains (Genève et Lausanne). Ce ne sont plus vraiment des villes moyennes ! Concernant les cinq autres, quatre sont des villes moyennes du Midi de la France dont le développement repose sur l’économie résidentielle du fait de leur héliotropisme et/ou de leur caractère balnéaire : Agde, Ajaccio, Montélimar et Béziers. On constatera d’ailleurs que leur dynamique ne se traduit pas forcément dans l’animation de leur centre-ville, en particulier pour les deux dernières. Finalement, la seule ville moyenne ne devant pas sa croissance à sa proximité d’une métropole ou uniquement à l’économie résidentielle est Colmar en Alsace, du fait d’une tertiarisation accentuée et non de sa dynamique industrielle (l’emploi dans l’industrie s’y effondre ces dernières années). 

Une fois ce constat effectué, on voit qu’il n’existe guère, à l’heure actuelle, de modèle de développement spécifique aux villes moyennes, en-dehors de l’économie résidentielle, ce qui pose problème, puisque, bien évidemment, toutes les villes de cette taille ne peuvent voir leur dynamisme reposer sur l’héliotropisme. Il convient donc d’inventer un nouveau modèle de développement pour ces villes, reposant sur la croissance de l’emploi, en gardant en tête qu’elles jouent un rôle primordial dans l’organisation du territoire français. Si les villes moyennes « meurent », c’est une large partie de la France qui risque de « mourir » avec.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 04/11/2019 - 12:55
Chalard commence à fatiguer
C'est un peu le Alain Minc law cost de la géographie au service d'Atlantico: Qu'il fasse une analyse des fiches INSEE et il se rendra compte que c'est un peu plus compliqué: autrefois Attali citait et plagiait Girard qu'il n'avait ni lu ni compris. Aujourd'hui on singe Guilluy que j'ai lu mais ,qui malgré ses qualités, fait une erreur majeure. Il n'y a pas les gagnants et les perdants de la mondialisation mais trois catégories: les vrais gagnants ( qui constituent le coeur de l'oligarchie qui tient le pouvoir mais sont peu nombreux) les perdants: pour l'essentiel ceux exposés à la mondialisation et à la numérisation et les perdants protégés qui vont du fonctionnaire à l'employé de Décathlon protégés par la dette et l'Euro fort , du lui même à l'excédent allemand! Bon faut continuer ? Parce que l'analyse des fiches de l'INSEE tempère largement ce que raconte Chalard