En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

07.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 10 min 11 sec
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 15 heures 28 min
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 16 heures 30 min
light > Sport
Solidarité
Racisme : le monde du football apporte son soutien à Moussa Marega
il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Evguénie Sokolov, une pièce de théatre d'après le conte de Serge Gainsbourg

il y a 18 heures 12 min
pépites > International
Chevaux de Troie
Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas
il y a 19 heures 57 min
décryptage > Environnement
Écologiste de plus en plus radicale

Écologie : vers un joli totalitarisme à visage humain

il y a 21 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Signal, enfin une messagerie réellement cryptée pour protéger vos messages ?
il y a 22 heures 23 min
décryptage > Politique
Dure traversée de l'hiver ?

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

il y a 23 heures 27 sec
décryptage > Politique
Discours présidentiel

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 38 min 2 sec
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 15 heures 53 min
pépites > International
Coronavirus
Le marathon de Tokyo annulé pour les amateurs
il y a 16 heures 57 min
Quel avenir pour la viande classique?
Steak in vitro, insectes,: quelle viande mangerons-nous demain?
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Minute antique", des excellentes courtes chroniques

il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Affaire Griveaux
Juan Branco: "J'ai accompagné Piotr Pavlenski en tant qu'avocat et je continue à le faire"
il y a 20 heures 32 min
décryptage > International
Chiffre mensonger

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Politique
Rappel à l'ordre

Concurrence : quand Mario Monti rappelle sèchement aux Etats de l’UE leurs propres responsabilités dans l’absence de champions industriels européens

il y a 22 heures 44 min
décryptage > Economie
Disparition des classes moyennes ?

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

il y a 23 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

il y a 1 jour 35 min
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
Prescription religieuse

Voile : le CFCM ne rend pas service aux musulmans qui se battent contre le sexisme

Publié le 31 octobre 2019
Emmanuel Macron avait demandé au Conseil français du culte musulman (CFCM) de prendre des positions claires sur le sujet du communautarisme. Le CFCM dans son rapport a indiqué que le voile était une "prescription religieuse" qui doit être laissée à l'appréciation des femmes.
Naëm Bestandji est militant laïque et féministe. Il a longtemps travaillé dans le domaine socio-culturel auprès des enfants et adolescents des quartiers populaires, où il a été très tôt confronté à la montée de l'intégrisme religieux. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Naëm Bestandji
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Naëm Bestandji est militant laïque et féministe. Il a longtemps travaillé dans le domaine socio-culturel auprès des enfants et adolescents des quartiers populaires, où il a été très tôt confronté à la montée de l'intégrisme religieux. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Macron avait demandé au Conseil français du culte musulman (CFCM) de prendre des positions claires sur le sujet du communautarisme. Le CFCM dans son rapport a indiqué que le voile était une "prescription religieuse" qui doit être laissée à l'appréciation des femmes.

Le CFCM, qui représente… le CFCM, s'est officiellement positionné sur le sujet du voile : il serait une prescription religieuse (1).

Un groupe de messieurs d'un certain âge, tout imprégnés de leur patriarcat, assument publiquement et sereinement la chosification et la sexualisation des corps des femmes qui seraient responsables du dérèglement de leur libido de mâles. Les musulmanes, pour se protéger des assauts potentiels de ces animaux que seraient les hommes, sont intimées de se dissimuler sous un voile, leur chevelure étant considérée comme un organe génital. Toute la responsabilité de la gestion de la libido masculine pèse ainsi sur leurs épaules (plus précisément sur leurs têtes).

Cette image de vieux messieurs réunis pour décréter la bonne façon féminine de se vêtir (ou plutôt de s'occulter du regard des hommes) est la plus frappante et révélatrice de l'histoire du voilement. Le Coran, qui dans sa version originale en arabe ne mentionne aucun voile ni aucune partie explicite du corps à cacher en dehors de l'échancrure de la poitrine, est encore détourné pour satisfaire ce patriarcat d'un autre âge (2).

Par la prescription du voile, toute la responsabilité de la gestion de la libido masculine pèse sur les épaules des femmes (plus précisément sur leurs têtes).

Les éléments de langage choisis par le CFCM sont les mêmes que ceux des Frères musulmans : "le voile est une prescription religieuse. Ensuite les femmes ont la liberté de suivre cette prescription ou pas. C'est la liberté de chaque musulmane de s'y conformer ou pas". Or, s'il y a obligation, il ne peut y avoir de liberté de choix. Lorsqu'une loi existe, elle doit être respectée par le citoyen. Il peut la transgresser. Mais cela entraine mécaniquement une sanction juridique (contravention, prison, etc.). Le citoyen n'a donc pas la liberté de la respecter ou pas. Il prend la décision de la transgresser en connaissant les risques encourus. C'est toute la différence entre le libre choix et une décision à prendre face à deux propositions inégales.

Mon explication est confirmée par le représentant du CFCM qui déclare que "c'est comme un médecin qui prescrit une ordonnance pour un patient. Le patient, après, a la liberté de suivre cette prescription ou pas. C'est la liberté de chaque musulmane de s'y conformer ou pas".
Mais, pour guérir, un patient doit suivre la prescription du savant, le médecin. Il peut décider de ne pas le faire et, donc, de ne pas guérir. C'est exactement le faux choix, la fausse liberté, qui sont présentés aux musulmanes : elle a la "liberté" de respecter sa religion ou pas, de choisir le salut de son âme ou la damnation éternelle par les flammes de l'enfer. Elle devra assumer la "liberté" de son "choix" face à son Créateur qui la sanctionnera pour sa transgression. Tel est le sens de la conclusion du CFCM : "C'est à elle de faire le choix en toute responsabilité".

Je pourrais utiliser une autre image, plus éclairante : une femme se tient au bord d'un précipice. Face à elle, des messieurs l'empêchent de s'en écarter. Ils lui proposent un deal : soit elle les rejoint cachée sous un voile pour le reste de son existence, aura la vie sauve et chaque jour récompensée par des bienfaits. Soit elle décide de sauter du précipice, cheveux au vent, pour s'écraser comme une crêpe, le corps explosé et la cervelle "éparpillée par petits bouts façon puzzle".
Telle est la présentation du "libre choix" brandie par les islamistes et leurs soutiens (notamment les féministes intersectionnelles). Quel "choix" fera une musulmane sensible à ces propos serinés à longueur de prêches, de lectures et de discours prononcés par l'entourage qui présentent "les bienfaits du voile" et jamais "les bienfaits de ne pas se voiler" ?

Le voile a pour but de dissimuler les musulmanes tout en les exhibant. Un contre sens théologique, une cohérence sexiste et politique.

Le CFCM aurait pu trouver un compromis en proposant aux musulmanes d'opter pour des vêtements plus neutres pour cacher leurs corps coupables, comme un bonnet pour les cheveux, une écharpe pour le cou, etc. Cela apaiserait les tensions sur certains débats comme celui des accompagnatrices de sorties scolaires par exemple. Mais non. Pour le CFCM, comme pour tous les islamistes obsédés sexuels, c'est le voile et rien d'autre. Car cet accessoire n'a pas seulement pour but de cacher la musulmane. Le sexisme est si fortement ancré qu'il doit devenir un élément identitaire et politique : la femme musulmane doit être reconnaissable, afficher sa "pudeur" (euphémisme pour ne pas dire "sexisme"). Des vêtements neutres ne permettraient pas de savoir si celle qui les porte est musulmane ou pas, le voile si. C'est tout le paradoxe et la surprenante contradiction des promoteurs du voile : il a pour but de dissimuler les musulmanes tout en les exhibant. Un contre sens théologique, une cohérence sexiste et politique.

Deux des causes à défendre pour le quinquennat, selon Emmanuel Macron, sont la lutte contre l'islamisme politique et pour l'égalité femme/homme. Marlène Schiappa exprimera-t-elle son indignation face à cette décision du CFCM qui confirme sa dérive vers l'extrême droite musulmane, celle des Frères musulmans ? Rien n'est moins sûr. Comme toujours, le sexisme du voile se pare d'un vernis religieux pour être sanctuarisé. Le respect de la laïcité est alors brandi comme un étendard uniquement dressé pour protéger ce sexisme.

Marlène Schiappa exprimera-t-elle son indignation face à cette décision du CFCM ?

Comme je ne cesse de le répéter, tant que la question du voile restera sur le terrain choisi par les islamistes, celui de la laïcité, pour éviter celui où ils n'ont aucune chance, l'égalité des sexes, l'islamisme politique continuera de progresser par cet efficace et sexiste cheval de Troie.

(1) "Le voile est une prescription religieuse, les femmes ont la liberté de la suivre ou non", explique le vice-président du CFCM
(2) "l'obligation religieuse du voile" créée par les intégristes : une hérésie sexiste combattue par les musulmans rationalistes, Coran à l'appui (1ère partie)

Cet article a été publié initialement sur le site de Naëm Bestandji : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien de contaminés par le Coronavirus, maintenant nommé : COVID-19 ? Des chiffres médicaux, politiques, économiques ou financiers ?

02.

Mutuelles de santé : l‘UFC-Que choisir alerte sur la hausse des tarifs mais se garde d’en donner la raison

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Des soldats israéliens dupés par la ruse téléphonique des fausses femmes du Hamas

05.

Daniel Markovits : “L’élitisme managérial a tué les classes moyennes.”

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

07.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

04.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

Panorama 2070 : ce qu’on sait faire, ce qu’on pourrait apprendre à faire et ce qu’on ne pourra pas faire pour gérer les impacts du dérèglement climatique

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 01/11/2019 - 13:56
La chevelure est un symbole de beauté
Pour la femme donc de féminité depuis l’Antiquité au moins et de force donc de virilité chez l’homme (Samson et les Hébreux notamment). C’est un symbole de sensualité qui contribue au désir et au plaisir avec le consensus des deux sexes et à en outre une fonction de représentativité sociale (on se coiffe pour les événements marquants et pour soigner son apparence) : le coiffeur tient un rôle social très important. Dans toutes les sociétés depuis l’Antiquité et j’imagine depuis le début des groupes humains les pulsions sont régies par l’éducation et la loi et sont encadrées pour permettre la vue en commun. Les Musulmans permettent et même obligent à l’expression de la virilité par la barbe mais ils ont tellement peur des femmes émancipées et sont tellement possessifs qu’ils les cachent pour les confiner à leur vie familiale et soumises au bon plaisir des époux. C’est incompatible avec nous
Forbane
- 01/11/2019 - 11:17
Pulsions
Il y a un vrai problème dans l’éducation des jeunes garçons musulmans dès leur plus jeune âge: leurs parents ne leur apprennent ni le contrôle de leurs pulsions, mais ils y mettent l’interdit religieux ce qui donne l’effet cocotte minute, ni la tolérance à la frustration, c’est pour cela que toute insatisfaction, au travail notamment, est mise sur le terrain victimaire et désigné comme discrimination ( lieu de vie et chômage sont aussi discriminatoires, comme si tous les non musulmans avaient un boulot et vivaient à Neuilly...). Ils sont Objets et non Sujets, renforcés dans cette voie par les «  Idiots utiles » qui peuvent ainsi dissimuler leur sentiment de supériorité, et donc leur racisme refoulé, sur ces musulmans en les chosifiant, comme un petit animal qu’ils protégeraient!
jaune78video
- 31/10/2019 - 15:35
Evidemment qu'ils ne savent pas se tenir...
Quand vous n'avez plus aucune retenue et que votre b... conduit votre comportement alors le mieux c'est d'éloigner la tentation. Donc pour eux, la femme LIBRE est objet de tentation qu'ils sont incapables de ne pas toucher ou de ne pas leur sauter dessus. Les chiens en rut font pareil, les taureaux et les chevaux aussi. Les humains eux sont supposés être passés par le moule de l'éducation. Pas eux ! C'est la différence entre eux et nous...Il faut les mettre dehors ou les mettre au pas de notre éducation/culture. Pas de place DU TOUT pour ces gens ici !