En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

04.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 6 heures 19 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 7 heures 44 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 9 heures 54 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 10 heures 39 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 12 heures 8 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 12 heures 40 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 13 heures 47 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 14 heures 11 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 14 heures 39 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 6 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 7 heures 30 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 8 heures 26 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 10 heures 27 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 11 heures 57 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 12 heures 9 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 13 heures 42 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 13 heures 58 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 14 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 14 heures 45 min
© GEORGES GOBET / AFP
© GEORGES GOBET / AFP
Avenir

Pourquoi la réforme des retraites ne résoudra pas à elle seule le défi démographique du vieillissement

Publié le 31 octobre 2019
Elle en est une brique essentielle mais l’Etat devra faire face à des cohortes toujours plus nombreuses alliant à des degrés divers dépendance physique, cognitive et économique.
Marc de Basquiat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc de Basquiat est fondateur de StepLine, conseil en politiques publiques, et chercheur associé du laboratoire ERUDITE. Il préside l’Association pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence. Il intervient régulièrement comme expert GenerationLibre. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elle en est une brique essentielle mais l’Etat devra faire face à des cohortes toujours plus nombreuses alliant à des degrés divers dépendance physique, cognitive et économique.

Lorsque tel ou tel ministre annonce avec fierté que la France a atteint l’équilibre des comptes sociaux, les démographes et économistes font leur mauvaise tête, n’y voyant qu’une embellie conjoncturelle temporaire. En effet, nos systèmes de retraites ont été conçus à une époque où on quittait l’entreprise à 65 ans pour vivre une petite dizaine d’années paisibles avant le grand départ. Depuis, on quitte la vie active plus tôt et on vit nettement plus longtemps. En 1900, la France recensait 100 centenaires. Cette année nous devrions passer le cap des 15.000, dont la vie de retraité est souvent plus longue que la vie professionnelle. La retraite n’est de facto plus ce qu’elle était. 

On peut donc féliciter un gouvernement qui ose poser à plat cette équation économique impossible : comment équilibrer un système de retraites avec toujours moins de cotisants et une croissance continue du nombre des bénéficiaires ? Si l’Etat était une entreprise moderne confrontée à un tel défi, la première étape serait un projet « 5S », une remise en ordre du chantier. On ne saurait mieux l’illustrer qu’avec cette phrase de Charles Péguy : « L’ordre, et l’ordre seul, fait en définitive la liberté. Le désordre fait la servitude ». Eradiquer les 42 régimes spéciaux historiques de retraite n’est pas un sujet de débat. C’est une évidence.

Même si cette simplification attire l’attention, à rebours de la tendance française à inventer des solutions spécifiques pour une infinité de cas particuliers, le projet porté par Jean-Paul Delevoye va plus loin. Il s’agit d’instaurer ce que l’entreprise nomme un « standard », un processus unique et uniforme éliminant la variabilité qui, comme l’a démontré Peter Drucker, est « le premier ennemi de la performance ». La tension démographique nécessite une solution performante : un système universel, où chaque euro cotisé donne lieu au même nombre de points de retraite pour tous.

Un projet non exempt de fragilités

De nombreux obstacles se dressent inévitablement au cours d’un projet de standardisation. Les incompréhensions sont légitimes, pas les oppositions systématiques. Le gouvernement multiplie les concertations sur le terrain, espérant gagner les moins virulents et isoler les extrémistes. Parfait. Mais il s’engage aussi dans la voie de compromis qui fragilisent le standard. Par exemple, certains « trous de carrière » seront compensés, typiquement en cas de maternité, maladie, invalidité ou chômage. Des bonifications standardisées, dès le premier enfant (bravo) seront aussi accordées aux parents qui ont élevé des enfants au cours de leurs carrières, accordées principalement aux femmes. Ouvrir ainsi le guichet de la distribution de points gratuits ou à prix discount parait moralement légitime, mais constitue un risque pour la performance du système : parions que les élus sauront rivaliser d’inventivité dans les prochaines décennies pour multiplier les cas particuliers… 

Le projet conserve également la notion de « minimum de retraite », pour les personnes « qui ont acquis tous leurs trimestres ». Cette logique orthogonale au standard d’un régime à points constitue un mélange des genres plus problématique. Elle nécessite une comptabilisation de la durée de cotisation, qui ne devrait logiquement pas intervenir dans un système de retraites à points. En théorie, chacun devrait pouvoir partir à la retraite lorsqu’il le souhaite, demandant à la caisse de retraite universelle le calcul actuariel de sa pension, fonction de ses cotisations passées et de son espérance de vie. Mais l’Etat se protège contre d’éventuelles stratégies d’optimisation permises par l’asymétrie d’information : il maintient une contrainte sur la durée de cotisation. Pour les personnes dont les carrières ont été particulièrement hachées, ces règles peuvent créer des situations compliquées. 

Une autre approche consisterait à juxtaposer une solidarité universelle financée par l’impôt et non les cotisations, garantissant un socle de revenu de quelques 500 euros par mois à partir de 65 ans (une sorte d’ASPA réduite et généralisée), à laquelle s’ajouterait le système de retraite à points universel, dépendant strictement et simplement des cotisations antérieures. Cette solidarité universelle disjointe et cumulative permettrait d’éliminer du système assurantiel une bonne partie de ce qui fragilise sa performance : notion de minimum de retraite, compensation de trous de carrière, etc. 

Le double mur de la dépendance

Les idées ne manquent pas, mais il faut faire un tour sur le terrain (démarche « Gemba » en entreprise) pour comprendre ce que vivent les principaux intéressés. De fait, le rapport remis cette semaine par Myriam El Khomri montre les grandes difficultés qui nous attendent pour faire face à l’augmentation du nombre de personnes en perte d’autonomie. La question de la dépendance est probablement le prochain grand enjeu de notre génération. Sécuriser les ressources financières des retraités est nécessaire, mais pour leur offrir quelles conditions d’existence ? 

Le schéma ci-dessous combine l’origine des ressources financières de nos aînés et leurs modalités de vie. 

Le système universel de retraite actuellement en débat ne traite pas (par définition) des personnes les plus fragiles, qui n’atteindront jamais le nombre minimal de trimestres de cotisations. Il est (à juste titre) indépendant des systèmes de retraite complémentaires, qui fonctionnent par capitalisation. Il ne prend pas en compte (heureusement) le fait que certains retraités sont propriétaires d’un patrimoine immobilier qu’ils utilisent ou mettent en location. Il ne traite pas de la difficile question des aidants familiaux, ni du placement en établissement des personnes dont les capacités physiques ou cognitives ne permettent plus la vie autonome.

La réforme des retraites contribue de fait à un vaste chantier dont l’enjeu interroge fortement les valeurs de notre civilisation. Le rapport El Khomri évoque le recrutement en masse par les Ehpad de personnels « venus de pays de piété filiale : Philippines, Sri Lanka, Madagascar ». Pendant ce temps, l’Allemagne exporte certains de ses anciens dans des établissements spécialisés en Pologne. La modernisation du système de retraite par répartition français est une urgence économique. Mettons-le en œuvre rapidement, avant d’aborder d’autres facettes autrement plus sensibles de la réflexion sur le « bien vieillir en France ».

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 01/11/2019 - 14:11
Merci ajm
D’accord avec vous.
gerint
- 01/11/2019 - 14:11
Merci ajm
D’accord avec vous.
ajm
- 31/10/2019 - 22:57
Création d'un monstre dans les mains de Bercy.
Le postulat qu'un régime unique de retraite avec une seule caisse est nécessaire est faux. Dans l'immense majorité des nations cela n'existe pas: les non salariés et certains fonctionnaires ont des régimes à part, même dans les pays les plus centralisateurs. Des régimes par capitalisation complémentaires existent dans de nombreux pays, organisés au niveau national ou dans les branches et entreprises, obligatoires ou facultatifs. Vouloir sovietiser le système de retraite dans une caisse unique dans les mains de Bercy est très dangereux, surtout quand on observe les piteux resultats de sa gestion des deniers publics depuis des décennies. Les deux seules choses qu'il fallait faire c'était mettre en extinction les régimes spéciaux payés indûment par le contribuable et non essentiellement par les intéressés et faire converger le régime de la fonction publique avec les règles du privé, au moins pour les fonctions non régaliennes. En pratique, ce sont les salariés et non salariés du privé qui vont être avalés en premier par le monstre sovietoide tandis que pour les autres cela durera une ou deux générations et encore.