En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 12 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 15 heures 15 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 17 heures 18 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 18 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 19 heures 24 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 19 heures 49 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 13 heures 12 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 17 heures 2 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 18 heures 37 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 18 heures 58 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 19 heures 9 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 19 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 19 heures 49 min
Atlanti Culture

"Les choses humaines" de Karine Tuil : un roman aussi implacable qu'efficace

Publié le 28 octobre 2019
Karine Tuil publie "Les Choses humaines" aux éditions Gallimard. Un roman aussi implacable qu'efficace.
Serge Bressan pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karine Tuil publie "Les Choses humaines" aux éditions Gallimard. Un roman aussi implacable qu'efficace.

"Les choses humaines" 

de Karine Tuil 

Editions Gallimard, 352 pages

 

RECOMMANDATION
En priorité

 

THÈME
Soit un couple français. Une essayiste, Claire Davis-Farel- elle est franco-américaine, 43 ans, cinq ans plus tôt elle a été soignée d’un cancer du sein. Un journaliste, Jean Farel, 70 ans, enfant de l’Assistance sociale et orphelin à l’âge de 9 ans, journaliste depuis quarante ans et star du petit écran. Ils ont un fils aimé- Alexandre, 21 ans, tentative de suicide en première année à Polytechnique à cause de la pression de la réussite, brillant étudiant à l’université de Stanford, Californie…

Farel s’accroche à son statut de star, cultive son masque de « personnalité préférée des Français » et aussi sa suffisance et son cynisme, séduit les jeunes filles (journalistes confirmées ou stagiaires), a depuis longtemps une maîtresse- Françoise Merle, journaliste elle aussi, « intègre » précise la romancière. Le couple Claire et Jean est fatigué, « le sexe et la tentation de saccage, le sexe et son impulsion sauvage, tyrannique, incoercible, Claire y avait cédé comme les autres », l’amour fou c’est une vieille histoire, ils tiennent tant et tant l’un à l’autre. « Les choses humaines », c’est un regard acéré sur le monde médiatique…

Roman en trois temps. « Diffraction » pour premier chapitre, puis « Le territoire de la violence » et « Rapports humains ». 

Changement d’horizon- Claire vit à nouveau d’amour avec Adam Wizman, son amant. Il est professeur de français dans une école juive dans le 93, département Seine-Saint-Denis, au nord de Paris ; il a deux filles- Mila, l’aînée, grande ado de 18 ans, et Noa, 13 ans. Claire et Adam décident d’emménager ensemble.

L’histoire bascule quand, lors de la nuit du 11 au 12 janvier 2016, dans le local à poubelles près de la station de métro Anvers à Paris, Alexandre, le fils de Claire et Jean, a « un instant d’égarement » avec Mila. Alexandre accusé de viol par Mila. Un instant d’égarement, version au masculin ; un viol, version au féminin… Il est placé sous contrôle judiciaire même si on ne saura jamais si le jeune homme est réellement coupable, il y aura procès- le déni pour Alexandre, la vie brisée dans le silence pour Mila…

 

POINTS FORTS
- Le talent, immense, de Karine Tuil pour dessiner ses personnages. Ainsi en va-t-il, une fois encore, pour « Les choses humaines »… Ça commence moderato, ça continue cantabile… Toutes ces personnes, toutes ces vies, on les croyait normales. Aurait-on oublié que, toutes, elles recèlent une part de secret, de honte, des failles ? Aurait-on oublié ce que sont « les choses humaines » ?

- Le souci constant de l’auteure d’être au plus près de la réalité. Ainsi, pour ce nouveau roman, pendant deux ans, l’auteure a assisté à des procès aux assises, interrogé des avocats, s’est documentée en ces temps de #MeToo et affaire Weinstein…

- Sans faire le moindre tapage, loin d’un scandale orléanais et d’une soif “ nothombesque”, Karine Tuil montre un sens aigu pour la perception (quand ce n’est pas l’anticipation) de l’air du temps- politique, économique, sociétal…

- Une écriture aussi vive que acérée, aussi énergique qu’efficace pour raconter la violence tant physique, psychologique, sociale ou encore sexuelle.

- Le grand roman de l’époque, avec toutes ses affres : les crispations identitaires, les affrontements de classes, la guerre des sexes ou encore la mystification…

 

POINTS FAIBLES
- Avec la meilleure volonté et la plus mauvaise foi, bien difficile de relever un seul point faible aux  Choses humaines.

 

EN DEUX MOTS
Avec  Les choses humaines , Karine Tuil signe un onzième roman aussi implacable qu’efficace. D’une écriture acérée et vive, l’auteure décrypte l’époque avec ses us et ses rouages - tout y passe, la famille, le sexe, le viol, la violence. On a là un des grands textes français de l’année 2019 - à lire de toute urgence !

 

UN EXTRAIT
« La déflagration extrême, la combustion définitive, c’était le sexe, rien d’autre- fin de la mystification ; Claire Farel l’avait compris quand, à l’âge de neuf ans, elle avait assisté à la dislocation familiale provoquée par l’attraction irrépressible de sa mère pour un professeur de médecine rencontré à l’occasion d’un congrès ; elle l’avait compris quand au cours de sa carrière, elle avait vu des personnalités publiques perdre en quelques secondes ce qu’elles avaient mis une vie à bâtir : poste, réputation, famille… » 

« Sa mère, c’était un sujet tabou. Anita Farel était une ancienne prostituée toxicomane qui, après avoir eu quatre fils de trois pères différents, les avait élevés dans un squat du XVIIIe arrondissement. Jean l’avait retrouvée morte, un après-midi, en rentrant de l’école, il avait neuf ans. Ses frères et lui avaient été placés à la DDASS. À cette époque, Jean s’appelait encore John, surnommé Johnny- en hommage à John Wayne dont sa mère avait vu tous les films. Il avait été accueilli et adopté par un couple de Gentilly, en banlieue parisienne, avec son petit frère, Léo ».

 

L'AUTEUR
Née à Paris le 3 mai 1972, Karine Tuil est une écrivaine française. Juriste de formation, elle a publié en 2000 son premier roman,  Pour le pire . Il y aura ensuite  Interdit  (2001),  Du sexe féminin  (2002),  Tout sur mon frère  (2003),  Quand j’étais drôle  (2005),  Douce France  (2007),  La Domination  (2008),  Six mois, six jours  (2010, prix littéraire du roman news),  L’Invention de nos vies (2013, finaliste du prix Goncourt, en cours d’adaptation au cinéma) ou encore  L’Insouciance  (2016).  Les choses humaines  est son onzième roman. Traduite dans de nombreux pays (dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Grèce ou encore la Chine), Karine Tuil dit et répète : « Ecrire, c'est prendre le risque de déplaire, un texte doit susciter des réactions contraires. C'est une forme d'expression de liberté, surtout sur des sujets brûlants ». Elle a reçu en avril 2014 les insignes de chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres avant d’être promue, en mars 2017, au grade d’officier.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires