En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 11 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 40 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 19 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 37 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 32 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 48 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 41 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 46 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 42 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 8 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 7 min
Atlanti Culture

"Nous étions nés pour être heureux" de Lionel Duroy : paix des braves après une longue brouille familiale

Publié le 25 octobre 2019
Un récit moins puissant que les précédents ouvrages de Lionel Duroy.
Véronique Roland est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Véronique Roland
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Véronique Roland est chroniqueuse pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un récit moins puissant que les précédents ouvrages de Lionel Duroy.

"Nous étions nés pour etre heureux"

de Lionel Duroy

Editions Julliard, 240 pages

 

RECOMMANDATION
A la rigueur


THÈME
 Pour la deuxième année consécutive, Paul convie sa famille à un déjeuner qui pourrait être bien banal si, autour de la sainte table dressée au jardin, n’étaient réunis non seulement ses enfants mais aussi ses neuf frères et sœurs qu’il n’a pas vus depuis près de trente ans. A l’origine de cette brouille, il y a une bombe, ou plutôt des livres : Paul, écrivain, a fait de son histoire familiale et de son enfance fracassée le terreau de ses récits, s’attirant ainsi la réprobation profonde de ses proches qui lui ont tourné le dos. Mais le temps semble venu, sinon de la réconciliation, des explications bienveillantes et du bilan…

 

POINTS FORTS
-Sans être un règlement de comptes (les différents protagonistes prennent soin de ne pas être blessants), ce repas – qui en fera résonner d’autres chez bien des lecteurs -- est l’occasion de restituer à travers le parcours d’un homme, avec honnêteté et justesse, les colères, les hontes, les blessures familiales qui nous constituent.

- Radioscopie d’une famille en voie de réparation, le livre tire aussi sa force des dialogues sur lesquels il s’appuie largement pour permettre à chacun de se dévoiler, d’exprimer son ressenti sur une même histoire, et d’avancer en tissant grâce aux mots des liens plus apaisés.

-A-t-on le droit de s’approprier le passé de sa famille et d’en faire œuvre publique ? La question n’est pas nouvelle mais elle est au cœur de ce livre ouvertement autobiographique. Par la voix de Paul, Lionel Duroy fait entendre son expérience : il n’a pas choisi l’écriture autobiographique ; l’écriture autobiographique s’est imposée à lui comme seul moyen de survie en dépit des dégâts.

 

POINTS FAIBLES
-Passé les premières pages, on se noie dans la masse des prénoms de la première à la quatrième génération et on peine à suivre. D’autant plus si l’on n’a jamais lu aucun livre de Lionel Duroy et qu’on ignore la genèse des ouvrages précédents, auxquels il est tout de même souvent fait allusion.

-Le retour nostalgique sur le passé, sur ce qui aurait pu ou n’aurait pas pu être dit ou fait, est franchement lassant, et tourne à la rumination quand Paul/Lionel explique et réexplique pour la énième fois qu’il serait mort de ne pas écrire sur son enfance.

 

EN DEUX MOTS 
On est loin des récits puissants auxquels Lionel Duroy a habitué ses plus fidèles lecteurs —  Priez pour nous, Le Chagrin, Colères et tant d’autres. En dépit de sa finesse, l’ouvrage laisse une impression d’après-midi un peu ennuyeux qui s’étire indéfiniment. Si la réconciliation est un enjeu majeur de la vie, preuve est faite qu’en littérature elle est bien moins intéressante que le conflit. Cependant, l’ouvrage a un grand mérite : celui d’ouvrir les lecteurs nouveaux venus à l’œuvre d’un grand écrivain dont il serait dommage de ne pas découvrir les précédents romans.

 

UN EXTRAIT
“ L’impossibilité d’enfouir tout ce qui nous constitue, l’impossibilité de nous “refermer dessus”  tant nous en avons entassé pêle-mêle, est à l’origine de la musique à laquelle se voue Sylvain, du puissant travail de Nicolas sur l’expression du chaos sous l’ordre apparent des choses ou encore de la nécessité d’écrire pour Paul. Comment ceux qui se taisent parviennent-ils à supporter l’inexorable débit de ce qui nourrit notre discours intérieur ? “

 

L'AUTEUR
Quatrième d’une fratrie de dix enfants, Lionel Duroy est né le 1er octobre 1949 à Bizerte (Tunisie). D’abord journaliste à Libération et L’Evénement du jeudi, il s’est consacré à l’écriture dès la publication de son premier roman en 1990. Il a reçu le Prix François Mauriac et le Grand prix Marie-Claire du roman d’émotion pour  Le Chagrin , et le Prix Renaudot des lycéens et le Prix Joseph Kessel en 2012 pour  L’Hiver des hommes .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires