En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

03.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 20 min 17 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 1 heure 4 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 3 heures 31 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 4 heures 4 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 5 heures 53 sec
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 5 heures 57 min
décryptage > International
Il y a mis du temps

Et Macron osa (enfin) nommer le Hezbollah

il y a 6 heures 14 min
décryptage > International
Grand silence à l’Est

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 45 min 19 sec
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 3 heures 4 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 3 heures 57 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 4 heures 17 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 4 heures 35 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 5 heures 21 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 5 heures 55 min
décryptage > Environnement
Quel sale temps

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

il y a 6 heures 18 min
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 20 heures 17 min
© Flickr/benjaminasmith
© Flickr/benjaminasmith
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

Publié le 17 octobre 2019
La majorité des salariés sont invités aujourd’hui à fêter leur entreprise. L’idée est assez surprenante, mais elle a du succès et en dit plus sur les rapports que les Français entretiennent avec leur job que beaucoup de discours politiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La majorité des salariés sont invités aujourd’hui à fêter leur entreprise. L’idée est assez surprenante, mais elle a du succès et en dit plus sur les rapports que les Français entretiennent avec leur job que beaucoup de discours politiques.

Les Français aiment leur entreprise. Pourquoi ? Parce qu’ils s’y plaisent, parce qu‘ils s’y sentent libres et surtout utiles. On croit rêver ? Et pourtant, c’est que révèle le sondage réalisé par Opinion Way à l’occasion de la fête des entreprises. 

L'initiative lancée il y a une dizaine d’année par Sophie de Menthon, présidente d’Ethic, d’organiser la fête de l’entreprise avait suscité au départ quelques sarcasmes ou ironies. Mais à l’arrivée, on s’aperçoit que cette idée répond à une demande solidement enracinée dans le corps social. Demande de lien social d’abord. 

Ça marche tellement bien qu‘au moment où le gouvernement anglais négocie les modalités de son divorce avec l'Union européenne, les entreprises britanniques reprennent l’idée de restaurer la cohésion sociale autour de leur entreprise. Le jour où les Français sont invités à dire s’ils aiment ou pas leur boite, les Anglais, eux, vont essayer de se retrouver autour d’un slogan qui est très proche du nôtre. La Franco-British Chamber of Commerce & Industry - la plus ancienne chambre de commerce en Europe - et le mouvement ETHIC – Entreprise de Taille Humaine Indépendante et de Croissance – lancent donc l’initiative « My company is great », version anglaise du programme français « J’aime ma boite ». A l’heure du Brexit, les entreprises des deux côtés de la Manche s’inscrivent dans la poursuite et le dynamisme des affaires s’appuyant sur des valeurs humanistes. Cette initiative fait suite à la signature le 8 octobre du partenariat entre ETHIC et la Franco-British Chamber et la rencontre entre leurs Présidents, Sophie de Menthon et Thierry Drilhon, en vue d’associer les forces des deux organisations pour soutenir les entreprises de taille moyenne face aux enjeux techniques et humains posés par la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

 

 

En France, le sondage réalisé par Opinion Way pour mesurer l’effet de cette opération de convivialité autour de l'entreprise montre qu’une écrasante majorité des Français déclarent qu’« ils aiment leur boite ». 

J‘aime ma boite, c’est vrai pour 64% des salariés, c’est mieux que l’année dernière (62%), mais c’est moins bien qu‘en 2008 (79% juste avant la crise des subprimes) ou en 2013 ( 73% au point haut de la reprise de l’économie). 

Le sentiment qu’on éprouve à l'égard de son entreprise et de son travail n‘est pas indiffèrent au climat général. Cela dit, il est quand même étonnement stable. La proportion de salariés satisfaits de leur entreprise oscille entre 63 et 75 %. Il n’y a d’ailleurs pas beaucoup de différence d’appréciations entre les hommes et les femmes, selon des tranches d’âge et même selon les zones géographiques ou les affinités politiques. A droite comme à gauche,  on aime l’entreprise. Alors on n'aime pas forcément les mêmes, on n‘aime pas toujours l’avouer, mais personne ne rejette le statut et la fonction sociale qui est, avant tout, de créer de la richesse. Il y n’a pas de catégories qui rejettent l’entreprise, hormis les militants antisystèmes.

C’est assez remarquable comparé aux discours tenus à droite comme à gauche et qui ont tendance à cibler l’entreprise et le chef d’entreprise comme des bouc-émissaires faciles de tous les ennuis de la terre. 

En fait, les Français placent l’entreprise comme l’institution sociale dans laquelle ils font désormais le plus confiance. 

Le quart des salariés font confiance dans l’entreprise en tant qu’acteur de la société, alors que les syndicats ne sont plus crédibles que pour 10%, l’État encore moins (8 % seulement). Quant au personnel politique du gouvernement, ils réussissent à inspirer confiance qu’à 3% seulement des salariés. Moralité : dans ce monde moderne, l’entreprise est la dernière organisation qui tienne debout. Créatrice de richesse et porteuse de progrès.

Ce qui est intéressant, c’est d’analyser les raisons pour lesquelles autant de Français (qui ont quand même la réputation d’être les plus grands râleurs de la terre) déclarent ainsi leur attachement à leur entreprise au point que plus de 60% disent « s’éclater au travail ». En fait, on aime son travail parce qu’il nous fait vivre décemment (c’est un facteur important mais pas primordial). On aime sa boite parce qu’il y a un bon climat, une bonne entente, une vision, une stratégie mais aussi et surtout parce qu’on s’y sent libre et utile, parce que l’entreprise est utile à la société. D’où l’importance donnée aux entreprises qui prennent en compte les questions environnementales, les questions de santé, les questions de projets. 

D’autres enquêtes ont montré que les entreprises qui donnaient un sens à leur développement étaient capables de fidéliser leurs salariés, leurs actionnaires et leurs clients au-delà des objectifs purement financiers. 

Cet état d’esprit n’est pas propre à la France et aux Français. On note des réserves de plus en plus précises à l’encontre du fonctionnement du capitalisme financier ou de la financiarisation extrême des rapports économiques. 

La fête de l’entreprise est importante parce qu’elle célèbre le lien social qui se tisse à l’intérieur de l’entreprise, un objet social trop souvent décrié, mais elle est importante aussi pour les chefs d’entreprises eux-mêmes qui doivent savoir se rendre « désirables ». La satisfaction de leur client en dépend, la qualité de leur recrutement et la fidélité de leur personnel en dépendent, tout comme la loyauté de leurs actionnaires. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires