En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 43 min 8 sec
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 38 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 5 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 24 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 7 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 18 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 23 heures 48 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 10 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 24 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 17 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 32 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 1 jour 8 min
© DR
© DR
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

Publié le 16 octobre 2019
Campagne virale, désinformation, focus sur les nouvelles menaces auxquelles sont confrontées les entreprises.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Campagne virale, désinformation, focus sur les nouvelles menaces auxquelles sont confrontées les entreprises.

Une campagne d’astroturfing au Maroc a coûté près de 200 millions d’euros à Danone en 2018. L’astroturfing consiste à amplifier une campagne virale en créant de faux comptes qui relaient une fausse information ou une rumeur. La campagne contre la vie chère probablement menée par un mouvement islamiste au Maroc a déstabilisé le groupe français l’an dernier. Toutes les entreprises sont concernées par ces nouvelles menaces. 

L’astroturfing peut coûter très cher à une entreprise qui n’y prend pas garde. Danone en a fait l’amère expérience au Maroc en 2018, après un appel au boycott de ses produits largement relayée sur les réseaux sociaux par ce système d’amplification artificielle des messages appelé astroturfing. 

 

Les entreprises démunies face à l’astroturfing politique…

Au début, Danone n’a pas mesuré l’ampleur du phénomène. Le boycott auquel les Marocains étaient appelés apparaissait comme un phénomène marginal. Il s’agissait de protester contre la vie chère, et l’entreprise n’a pas considéré que les attaques dont ses marges faisaient l’objet relevaient d’autre chose que d’une fake news. 

On sait maintenant, depuis une analyse précise menée par l’Ecole de Pensée sur la Guerre Economique (EPGE) de Christian Harbulot, que cette campagne avait tout d’une manœuvre de déstabilisation parfaitement organisée. Ses organisateurs avaient l’intention de nuire à quelques entreprises emblématiques, dont Danone, symbole de l’emprise française supposée sur le Maroc. Deux entreprises marocaines étaient également visées. 

L’astroturfing a permis de catalyser la campagne et de lui donner une ampleur inédite. Les ventes de Danone ont chuté de 35% au Maroc en 2018, obligeant l’entreprise à vendre à prix coûtant et contraignant le président du groupe à prendre lui-même la tête d’une campagne de reconquête dans le pays. L’analyse de l’EPGE montre que le boycott était en réalité une orchestration qui a probablement coûté plusieurs centaines de milliers d’euros à ses initiateurs, et a fonctionné sur des techniques qui n’avaient rien d’une improvisation spontanée. 

 

Un risque politique à identifier rapidement

Dans cette campagne, Danone était un prétexte, un symbole à abattre, qui permettait aux militants islamistes qui organisaient l’opération de mesurer leurs forces sur la scène politique intérieure marocaine. Selon les chercheurs de l’EPGE, ce sont les islamistes radicaux du mouvement illégal mais toléré Al Adl Wal Ihsane (Justice et bienfaisance) qui ont ainsi lancé une sorte de ballon d’essai dans l’opinion, tout en préparant activement les prochaines élections législatives. 

Dans la pratique, la démonstration de force a réussi. Elle prouve que des mouvements très traditionnels peuvent utiliser les techniques d’influence les plus en pointe pour livrer un combat politique. Dans ces nouvelles formes d’opposition, n’importe quelle entreprise peut être piégée et victime d’un dénigrement auquel elle n’est pas forcément préparée ou dont elle ne prend pas forcément la mesure. 

Pour Danone, le choc fut violent. Bien entendu, à travers la marque, c’était la présence française au Maroc qui était visée. Ce précédent mérite d’être précieusement gravé sur nos tablettes. Les entreprises, et singulièrement les multinationales, sont entrées dans un monde de menaces nouvelles où leur valeur emblématique constitue une cible politique de choix. 

 

Face à la montée de l’écologie, une menace grandissante

Dans un univers où les thèmes écologiques et environnementaux deviennent obsessifs, toutes les entreprises sont susceptibles de devenir des cibles de choix pour des campagnes de déstabilisation utilisant des infox ou de l’astroturfing. On voit bien que les angoisses liées à la croissance, au bilan carbone, à la consommation de ressources fossiles peuvent être des instruments émotionnels commodes pour « emporter » la réputation d’une entreprise.

Sur ce point, il est probable que, dans les mois ou les années à venir, toute entreprise soucieuse de maîtriser son image commerciale devra apprendre à composer avec ces nouveaux risques sociaux. Mesurer l’impact d’une campagne virale menée pour des raisons politiques, parfois totalement étrangères à l’objet de l’entreprise, deviendra vite un pré-requis pour atteindre une taille critique suffisante. 

Il reste à construire un risk management de l’image corporate dans un monde nouveau, et nous sommes loin d’une maturité sur ce sujet. Mais une chose est sûre : plus aucun groupe ne peut s’en désintéresser. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires