En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

04.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 4 heures 18 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 5 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 9 heures 36 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 11 heures 8 sec
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 12 heures 23 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 12 heures 49 sec
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 7 heures 32 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 8 heures 46 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 12 heures 7 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 12 heures 36 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 20 heures 29 min
© François Laplante-Delagrave / AFP
© François Laplante-Delagrave / AFP
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

Publié le 15 octobre 2019
Contrairement à ce que l'on entend régulièrement, les catastrophes naturelles tuent aujourd'hui bien moins qu'il n'y a de cela 100 ans. Pourquoi ? Notamment parce que nous sommes plus résilients notamment grâce à la croissance économique.
Ferghane Azihari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à ce que l'on entend régulièrement, les catastrophes naturelles tuent aujourd'hui bien moins qu'il n'y a de cela 100 ans. Pourquoi ? Notamment parce que nous sommes plus résilients notamment grâce à la croissance économique.

Atlantico : Le taux de mortalité lié aux catastrophes naturelles est en baisse partout (inondations, sécheresse, séismes etc). Pourquoi cela? Est-ce dû à la croissance économique, aux innovations technologiques ?

Ferghane Azihari : Aujourd'hui, on sait que la résilience des sociétés humaines et des civilisations croît avec la croissance économique, c'est-à-dire que la croissance économique permet de se montrer toujours plus productive, créatrice de richesses, ce qui de fait implique des systèmes de santé plus performants,  des infrastructures plus résistantes aux catastrophes naturelles. Des intellectuels comme Steven Pinker dans Le triomphe des lumières ou encore Johan Norberg avec Progress: Ten reasons to look forward to the future, ont montré que plus les sociétés sont riches, plus elles ont les capacités à résister face aux dangers que nous impose parfois la nature.  Ce constat remet en question les solutions décroissantistes qui lient la sécurité environnementale à la baisse de production globale de richesses. C'est un contresens. Cette doctrine laisse entendre qu'il y aurait d'un côté les sociétés riches qui seraient des enfers environnementaux, et de l'autre les sociétés pauvres qui seraient des paradis. Cette lecture est tout à fait erronée car certes les sociétés pauvres émettent beaucoup moins de CO2, mais elles connaissent d'autres fléaux environnementaux plus graves, que l'on peut combattre depuis deux siècles, grâce aux révolutions industrielles qui se sont succédées. Le développement technologique est un corollaire de la croissance économique. La croissance économique résulte en partie du progrès technique et ce dernier permet aux civilisations d'être plus adaptées lorsqu'il y a des catastrophes naturelles. En 2010, Haïti a connu plus de 230,000 décès à la suite d'un séisme de 7. Quelques semaines plus tard, le Chili subit un séisme plus violent qui ne fait "que" 525 morts et 23 disparus. La différence est liée au fait que le Chili est un pays développé et Haïti un pays en voie de développement. Le Chili a par exemple des infrastructures et des technologies antisismiques qui font que les bâtiments résistent mieux, les êtres humains sont mieux protégés et bénéficient de meilleures informations. Dans un pays pauvre comme Haïti, lorsque la nature vous frappe, vous n'avez pas beaucoup de moyens de faire face à elle. L'idée que la richesse nous expose à des dangers environnementaux remonte à Rousseau. Lors du tremblement de terre à Lisbonne, il écrit à Voltaire et dit que si les habitants de Lisbonne avaient subi autant de dégâts, c'est parce qu'ils ont commis l'erreur de se regrouper dans cette grande ville et de fait, la civilisation et l'urbanisation auraient exposé l'humanité à des dangers qui auraient été existants dans l'état de nature.

Ce graphique contredit les discours alarmistes. Pourquoi continue-t-on à médiatiser ces discours?

Le discours écologiste aujourd'hui est animé par un anticapitalisme rance. Dans la mythologie capitaliste, il y a une volonté de croire que le capitalisme conduit à l'effondrement des sociétés dites "de pratique".  L'écologie est le nouveau réceptacle de ces ressentiments anticapitalistes alors que toute la littérature économique montre au contraire que la problématique climatique est in fine une problématique de développement économique. Certes le réchauffement de la planète va générer de nombreux problèmes dans plusieurs pays comme les maladies tropicales dans les pays chauds, des inondations, des intempéries mais tous les économistes sérieux expliquent que ces problèmes seront réduits par plus de développement économique. Le paradoxe du discours décroissant est le suivant. On conspue une richesse au nom d'un danger que cette même richesse peut mitiger. C'est un très mauvais calcul. En 1970, un cyclone a tué 500,000 personnes au Bangladesh. En 1991, un autre cyclone d'intensité similaire, fait 139,000 morts. En 2007, même intensité, même pays, 15,000 morts. Que s'est-il passé entre 1970 et 2007 ? Le Bangladesh s'est développé, il a connu une croissance économique et même si ce sont 15,000 de trop, le développement économique a permis à la population d'être plus résiliente.  A nouveau, il faut que les écologistes mettent leur anticapitalisme de côté pour réaliser que la civilisation industrielle, loin d'être l'ennemie de la sécurité environnementale, est au contraire son alliée la plus précieuse.

Est-ce que les projections vont continuer dans ce sens ? Peut-il y avoir un retournement de situation ?

Tout dépendra du climat intellectuel et idéologique. Si les sociétés futures renoncent au capitalisme, se battent pour la décroissance, je prédis des catastrophes humanitaires comme on peut les voir ailleurs. Si l'on prend un pays comme le Venezuela qui a divisé son PIB par deux en quelques années, je ne pense pas qu'ils vivent la sobriété heureuse d'un Pierre Rabhi. Je pense au contraire qu'il y a une résurgence de la famine, des maladies, tout simplement car quand les êtres humains sont plus pauvres, ils s'exposent à des fléaux traditionnels qui ont gangrené notre existence depuis des millions d'années.  Si demain l'humanité poursuit sa réforme vers une économie plus libérale, plus innovante, plus productive, avec une technophilie qui fait que l'innovation technologique des OGM qui résistent à la sécheresse, des dispositifs toujours plus astucieux pour nous adapter à notre environnement, si l'humanité continue dans cette voie-là, alors il n'y a aucune raison de penser qu'elle s'expose à des périls insurmontables. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bdd13
- 15/10/2019 - 22:32
@Didou33 : je suis désolé, le
@Didou33 : je suis désolé, le titre est hautement pernicieux... "moins de catastrophes meurtrières", déjà, c'est pervers. Mais dire qu'elles ont diminué en même temps que l'impact sur l'économie mondiale, non, on ne peut pas dire une chose pareille, quand on atteint les chiffres records de ces dernières années sur les coûts de reconstruction. Non seulement on dépense un argent fou pour se protéger, mais en plus les coûts des catastrophes explosent (si j'ose dire). Et ce qu'il faut aussi comprendre, c'est qu'en l'absence de lois obligeant au respect des normes, le résultat serait certainement honteux. Imaginez-vous un seul instant dans ce monde faire confiance à des constructeurs qui, sans contrainte, se mettraient à vous vendre des bâtiments résistants ? Vous y croyez ? L'homme a réussi à démontrer depuis un million d'années qu'il était le roi de l’esbroufe, de l'entourloupe, de l'escroquerie, de la destruction, et de tout un tas de réjouissances de ce type. Et vous voulez me faire croire qu'il sauverait des millions de gens par le seul fait de son coeur et de ses vertus à vouloir faire de l'humanitaire à coup de sciences appliquées sans contraintes ? Non mais vous rigolez.
Papy Atlantico
- 15/10/2019 - 20:31
@bdd13
L'auteur cite des faits, qui par nature sont incontestables. Par ailleurs, quand vous dites : "on n'a jamais dépensé autant d'argent dans le monde pour se relever des catastrophes naturelles qui sont de plus en plus destructrices", ce n'est en rien contradictoire avec ce qu'il écrit. Les sociétés riches dépensent plus face aux catastrophes naturelles, c'est un fait, mais elles protègent mieux leur population. Haïti a très peu dépensé, avant comme après le séisme, parce que c'est un pays pauvre. Le coût financier est faible, mais le coût humain est catastrophique.
bdd13
- 15/10/2019 - 14:35
affirmation fausse
Pour finir, rien que le titre est faux : on n'a jamais dépensé autant d'argent dans le monde pour se relever des catastrophes naturelles qui sont de plus en plus destructrices.
C'est ce qu'on lit dans tous les rapports. Alors citez vos sources...