En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 7 heures 48 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 8 heures 43 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 11 heures 24 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 13 heures 11 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 15 heures 36 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 17 heures 1 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 8 heures 19 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 9 heures 46 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 10 heures 37 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 11 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 13 heures 3 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 15 heures 48 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 16 heures 47 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 17 heures 6 min
© François Laplante-Delagrave / AFP
© François Laplante-Delagrave / AFP
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

Publié le 15 octobre 2019
Contrairement à ce que l'on entend régulièrement, les catastrophes naturelles tuent aujourd'hui bien moins qu'il n'y a de cela 100 ans. Pourquoi ? Notamment parce que nous sommes plus résilients notamment grâce à la croissance économique.
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ferghane Azihari est journaliste et analyste indépendant spécialisé dans les politiques publiques. Il est membre du réseau European students for Liberty et Young Voices, et collabore régulièrement avec divers médias et think tanks libéraux français et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à ce que l'on entend régulièrement, les catastrophes naturelles tuent aujourd'hui bien moins qu'il n'y a de cela 100 ans. Pourquoi ? Notamment parce que nous sommes plus résilients notamment grâce à la croissance économique.

Atlantico : Le taux de mortalité lié aux catastrophes naturelles est en baisse partout (inondations, sécheresse, séismes etc). Pourquoi cela? Est-ce dû à la croissance économique, aux innovations technologiques ?

Ferghane Azihari : Aujourd'hui, on sait que la résilience des sociétés humaines et des civilisations croît avec la croissance économique, c'est-à-dire que la croissance économique permet de se montrer toujours plus productive, créatrice de richesses, ce qui de fait implique des systèmes de santé plus performants,  des infrastructures plus résistantes aux catastrophes naturelles. Des intellectuels comme Steven Pinker dans Le triomphe des lumières ou encore Johan Norberg avec Progress: Ten reasons to look forward to the future, ont montré que plus les sociétés sont riches, plus elles ont les capacités à résister face aux dangers que nous impose parfois la nature.  Ce constat remet en question les solutions décroissantistes qui lient la sécurité environnementale à la baisse de production globale de richesses. C'est un contresens. Cette doctrine laisse entendre qu'il y aurait d'un côté les sociétés riches qui seraient des enfers environnementaux, et de l'autre les sociétés pauvres qui seraient des paradis. Cette lecture est tout à fait erronée car certes les sociétés pauvres émettent beaucoup moins de CO2, mais elles connaissent d'autres fléaux environnementaux plus graves, que l'on peut combattre depuis deux siècles, grâce aux révolutions industrielles qui se sont succédées. Le développement technologique est un corollaire de la croissance économique. La croissance économique résulte en partie du progrès technique et ce dernier permet aux civilisations d'être plus adaptées lorsqu'il y a des catastrophes naturelles. En 2010, Haïti a connu plus de 230,000 décès à la suite d'un séisme de 7. Quelques semaines plus tard, le Chili subit un séisme plus violent qui ne fait "que" 525 morts et 23 disparus. La différence est liée au fait que le Chili est un pays développé et Haïti un pays en voie de développement. Le Chili a par exemple des infrastructures et des technologies antisismiques qui font que les bâtiments résistent mieux, les êtres humains sont mieux protégés et bénéficient de meilleures informations. Dans un pays pauvre comme Haïti, lorsque la nature vous frappe, vous n'avez pas beaucoup de moyens de faire face à elle. L'idée que la richesse nous expose à des dangers environnementaux remonte à Rousseau. Lors du tremblement de terre à Lisbonne, il écrit à Voltaire et dit que si les habitants de Lisbonne avaient subi autant de dégâts, c'est parce qu'ils ont commis l'erreur de se regrouper dans cette grande ville et de fait, la civilisation et l'urbanisation auraient exposé l'humanité à des dangers qui auraient été existants dans l'état de nature.

Ce graphique contredit les discours alarmistes. Pourquoi continue-t-on à médiatiser ces discours?

Le discours écologiste aujourd'hui est animé par un anticapitalisme rance. Dans la mythologie capitaliste, il y a une volonté de croire que le capitalisme conduit à l'effondrement des sociétés dites "de pratique".  L'écologie est le nouveau réceptacle de ces ressentiments anticapitalistes alors que toute la littérature économique montre au contraire que la problématique climatique est in fine une problématique de développement économique. Certes le réchauffement de la planète va générer de nombreux problèmes dans plusieurs pays comme les maladies tropicales dans les pays chauds, des inondations, des intempéries mais tous les économistes sérieux expliquent que ces problèmes seront réduits par plus de développement économique. Le paradoxe du discours décroissant est le suivant. On conspue une richesse au nom d'un danger que cette même richesse peut mitiger. C'est un très mauvais calcul. En 1970, un cyclone a tué 500,000 personnes au Bangladesh. En 1991, un autre cyclone d'intensité similaire, fait 139,000 morts. En 2007, même intensité, même pays, 15,000 morts. Que s'est-il passé entre 1970 et 2007 ? Le Bangladesh s'est développé, il a connu une croissance économique et même si ce sont 15,000 de trop, le développement économique a permis à la population d'être plus résiliente.  A nouveau, il faut que les écologistes mettent leur anticapitalisme de côté pour réaliser que la civilisation industrielle, loin d'être l'ennemie de la sécurité environnementale, est au contraire son alliée la plus précieuse.

Est-ce que les projections vont continuer dans ce sens ? Peut-il y avoir un retournement de situation ?

Tout dépendra du climat intellectuel et idéologique. Si les sociétés futures renoncent au capitalisme, se battent pour la décroissance, je prédis des catastrophes humanitaires comme on peut les voir ailleurs. Si l'on prend un pays comme le Venezuela qui a divisé son PIB par deux en quelques années, je ne pense pas qu'ils vivent la sobriété heureuse d'un Pierre Rabhi. Je pense au contraire qu'il y a une résurgence de la famine, des maladies, tout simplement car quand les êtres humains sont plus pauvres, ils s'exposent à des fléaux traditionnels qui ont gangrené notre existence depuis des millions d'années.  Si demain l'humanité poursuit sa réforme vers une économie plus libérale, plus innovante, plus productive, avec une technophilie qui fait que l'innovation technologique des OGM qui résistent à la sécheresse, des dispositifs toujours plus astucieux pour nous adapter à notre environnement, si l'humanité continue dans cette voie-là, alors il n'y a aucune raison de penser qu'elle s'expose à des périls insurmontables. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bdd13
- 15/10/2019 - 22:32
@Didou33 : je suis désolé, le
@Didou33 : je suis désolé, le titre est hautement pernicieux... "moins de catastrophes meurtrières", déjà, c'est pervers. Mais dire qu'elles ont diminué en même temps que l'impact sur l'économie mondiale, non, on ne peut pas dire une chose pareille, quand on atteint les chiffres records de ces dernières années sur les coûts de reconstruction. Non seulement on dépense un argent fou pour se protéger, mais en plus les coûts des catastrophes explosent (si j'ose dire). Et ce qu'il faut aussi comprendre, c'est qu'en l'absence de lois obligeant au respect des normes, le résultat serait certainement honteux. Imaginez-vous un seul instant dans ce monde faire confiance à des constructeurs qui, sans contrainte, se mettraient à vous vendre des bâtiments résistants ? Vous y croyez ? L'homme a réussi à démontrer depuis un million d'années qu'il était le roi de l’esbroufe, de l'entourloupe, de l'escroquerie, de la destruction, et de tout un tas de réjouissances de ce type. Et vous voulez me faire croire qu'il sauverait des millions de gens par le seul fait de son coeur et de ses vertus à vouloir faire de l'humanitaire à coup de sciences appliquées sans contraintes ? Non mais vous rigolez.
Didou33
- 15/10/2019 - 20:31
@bdd13
L'auteur cite des faits, qui par nature sont incontestables. Par ailleurs, quand vous dites : "on n'a jamais dépensé autant d'argent dans le monde pour se relever des catastrophes naturelles qui sont de plus en plus destructrices", ce n'est en rien contradictoire avec ce qu'il écrit. Les sociétés riches dépensent plus face aux catastrophes naturelles, c'est un fait, mais elles protègent mieux leur population. Haïti a très peu dépensé, avant comme après le séisme, parce que c'est un pays pauvre. Le coût financier est faible, mais le coût humain est catastrophique.
bdd13
- 15/10/2019 - 14:35
affirmation fausse
Pour finir, rien que le titre est faux : on n'a jamais dépensé autant d'argent dans le monde pour se relever des catastrophes naturelles qui sont de plus en plus destructrices.
C'est ce qu'on lit dans tous les rapports. Alors citez vos sources...