En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

04.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

07.

Nous aurons la Chine de nos mérites

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

02.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo

ça vient d'être publié
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 5 min 49 sec
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 36 min 27 sec
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 1 heure 6 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 1 heure 12 min
Presse
Une trentaine de kiosques à journaux cambriolés à Paris
il y a 1 heure 42 min
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 2 heures 1 min
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 19 heures 5 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 20 heures 15 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 21 heures 49 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 23 heures 25 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 20 min 41 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 1 heure 2 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Terrorisme
LE BLOC-POL DE LAURENCE SAILLIET

Terrorisme : la coupable inertie d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un budget 2021 déformé par le Covid et qui n’ose pas prévoir un emprunt national, mais ça va venir

il y a 1 heure 43 min
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 18 heures 17 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 19 heures 38 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 21 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 23 heures 15 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 23 heures 33 min
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Bonnes feuilles

Pourquoi le bras de fer historique entre Tesla et le syndicat de concessionnaires automobiles remonte à bien avant la création de l'entreprise d'Elon Musk

Publié le 13 octobre 2019
Hamish McKenzie publie "La révolution Tesla" aux éditions Eyrolles. L'histoire de Tesla, c'est celle d'une petite start-up qui a d'abord été regardée de haut par les géants du secteur automobile. La révolution électrique de l'industrie automobile est en cours, avec des moyens et des enjeux colossaux. Extrait 2/2.
Hamish McKenzie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamish McKenzie est un écrivain et journaliste basé à San Francisco. Pour écrire ce livre, il a travaillé chez Tesla et a rencontré des dirigeants de l'industrie automobile partout dans le monde.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamish McKenzie publie "La révolution Tesla" aux éditions Eyrolles. L'histoire de Tesla, c'est celle d'une petite start-up qui a d'abord été regardée de haut par les géants du secteur automobile. La révolution électrique de l'industrie automobile est en cours, avec des moyens et des enjeux colossaux. Extrait 2/2.

Comme souvent chez Tesla, un problème en remplace un autre. En 2014, le constructeur s’est vu contester le droit de vendre en direct ses propres produits. 

En 2007, Musk décrivait dans son blog des magasins Tesla offrant le meilleur de Starbucks et d’Apple, ainsi qu’un « bon restaurant » ; l’entreprise entendait déployer autant d’énergie dans ce projet que dans ses voitures. Aujourd’hui, les magasins Tesla sont élégants et modernes, équipés d’écrans tactiles interactifs, de machines à café Keurig et d’écrans LCD montrant ses voitures en train de rouler vers le soleil couchant. 

Pourtant, certains États pensent qu’ils sont illégaux. 

Les syndicats de concessionnaires automobiles se sont opposés à la stratégie de vente directe de Tesla au motif que l’entreprise enfreint la loi en supprimant les intermédiaires. Au Texas, dans le Michigan et le Connecticut notamment, le Code du commerce accorde aux concessionnaires l’exclusivité des ventes de voitures neuves. 

Le système des concessions gêne Tesla à plusieurs titres. Selon le constructeur, la vente directe est surtout un moyen de contrôler la commercialisation de ses produits. L’enjeu est particulièrement important car la plupart des clients s’y connaissent moins bien en voitures électriques qu’en véhicules à essence. Tesla a qualifié ses magasins « d’espaces éducatifs ». L’entreprise contrôle également sa marque de près. Apple, par exemple, a pris soin de développer son propre réseau de distribution et pendant longtemps n’a pas autorisé d’autres distributeurs à vendre l’iPhone. Tesla suit la même voie. 

Le luxe de visiter un magasin Tesla, où les vendeurs sont priés de ne pas pousser les clients à l’achat, tranche avec le passage chez un concessionnaire traditionnel où la négociation et le service collant sont la norme. Un sondage de 2015 mené par Autotrader, un distributeur en ligne (source partiale, il est vrai), a révélé que le processus d’achat traditionnel ne satisfaisait que 17 % des 4 002 personnes interrogées. En juillet 2016, après qu’un client mystère a classé Tesla bon dernier en efficacité commerciale, Musk s’en est félicité par un tweet : « En vente à l’arraché, Tesla finit dernier. Tant mieux ! » 

Plusieurs enquêtes laissent entendre que les concessionnaires n’ont pas les compétences pour vendre des véhicules électriques ; peut- être ne le veulent- ils pas. Fin 2013 et début 2014, Consumer Reports a mené une enquête discrète sur 85 concessions dans quatre États, montrant qu’un « grand nombre d’équipes commerciales ne connaissaient pas les voitures électriques aussi bien qu’elles le devraient ». Treize concessionnaires ont découragé l’achat d’une voiture électrique et trente- cinq ont recommandé à la place celui d’une voiture à essence. En 2016, une enquête client mystère sur 308 concessionnaires, menée par des bénévoles du Sierra Club, a montré que de nombreux vendeurs ignoraient l’existence de crédits d’impôt et de rabais pour les voitures électriques et le coût de leur entretien. Ma femme en a fait l’expérience en 2017, quand elle a cherché à savoir à quelle réduction elle pouvait avoir droit à l’achat d’une Leaf. Son interlocuteur n’en avait pas la moindre idée.

En 2015, l’ex- président de la National Automobile Dealers Association a qualifié les voitures électriques de « brocoli » alors que les clients veulent « des beignets à basses calories », c’est-à- dire des voitures qui consomment peu. Mais à regarder de plus près le fonctionnement des concessionnaires, les clients ne sont pas entièrement coupables de leur préférence supposée pour des équivalents mobiles de la pâte à frire. Comme l’opinion n’est pas encore mûre pour la voiture sans essence, expliquer ce qu’est une voiture électrique et son fonctionnement prend plus de temps aux vendeurs. Un porte- parole de Nissan a déclaré au New York Times qu’un commercial « vend deux véhicules à essence en moins de temps qu’il ne lui faut pour vendre une Leaf ». En outre, les électriques composés de moins de pièces et exigeant en théorie moins de maintenance sont une menace pour les SAV, qui représentent la première source de bénéfices des concessionnaires. On comprend donc mieux pourquoi Tesla veut garder la main sur la distribution. 

L’origine du bras de fer entre Tesla et les concessionnaires remonte à la récession de 1920 et à la crise des années 1930. À l’époque, les distributeurs étaient dans la main des constructeurs, Ford et General Motors en particulier, qui se sont débarrassés de leurs stocks sur eux quand la demande est devenue atone. 

Ce modèle de la concession avec ses intermédiaires rémunérés avait accéléré la diffusion des voitures en facilitant l’accès des constructeurs aux clients partout dans le pays. Mais les fabricants allaient être privés de leur droit de vendre en direct. En 1937, les États leur ont interdit d’abuser des distributeurs comme ils l’avaient fait pendant la crise de 1929. Les concessionnaires retournent aujourd’hui cette réglementation contre Tesla. 

Aux États-Unis, les distributeurs ont un certain poids politique. La vente de voitures neuves représente 15 % des recettes fiscales du pays, selon la National Automobile Dealers Association, et jusqu’à 20 % dans certains États. Ils emploient au total plus d’un million d’Américains et irriguent les collectivités par leurs investissements publicitaires, l’organisation d’événements et le financement du championnat junior de base-ball. Ils contribuent également aux campagnes électorales locales et nationales. Durant l’année électorale de 2012, la National Automobile Dealers Association a fait plus de 3,2 millions de dollars de dons et dépensé 3,49 millions de dollars en lobbying. Localement, ils sont présents dans toutes les circonscriptions ou presque où leur impact économique se fait le plus sentir. Ils sont un des symboles les plus visibles du pouvoir économique. 

Depuis qu’on vend des voitures, les concessionnaires ont conseillé des millions d’Américains dans l’une des décisions d’achat les plus importantes de leur vie, la deuxième souvent après la maison. Il est difficile de surestimer la place de la voiture dans la psyché américaine. Pour la plupart des Américains, elle n’est pas seulement un moyen de transport pratique, mais aussi un symbole de statut social, de liberté et d’indépendance. Si vous n’êtes pas propriétaire de votre logement, vous pouvez l’être de votre voiture. Si les concessionnaires devaient renoncer à leur statut protecteur de distributeurs exclusifs d’automobiles, ils saperaient leur modèle économique tout autant que leur position privilégiée dans la culture américaine. 

C’est pourquoi Tesla s’est heurté à leur hostilité en voulant pousser son modèle de vente en direct. 

Les syndicats de concessionnaires expliquent qu’ils protègent les consommateurs en préservant la concurrence des prix entre les magasins et en offrant plus de choix de SAV en cas de panne. La Federal Trade Commission (direction de la concurrence) ne les a pas suivis sur ces points. En 2015, elle a fait la mise au point suivante : « Un des principes fondamentaux de la concurrence veut que ce soient les consommateurs, et non la réglementation, qui décident de ce qu’ils achètent et de la manière dont ils l’achètent. » Néanmoins, les concessionnaires bénéficient du soutien de poids lourds. Quand, en 2014, le gouverneur du Michigan Rick Snyder a promulgué une loi interdisant à Tesla de vendre ses voitures en direct dans son État, General Motors a manifesté sa satisfaction : « La loi garantit que nous nous battrons sur le marché avec les mêmes règles que les autres constructeurs automobiles. » 

Tesla estime que les dispositions en faveur des concessionnaires ne le concernent pas, car elles encadrent uniquement les relations entre le constructeur et ses distributeurs. Si par exemple elles interdisent à General Motors de vendre des voitures dans ses propres magasins au risque sinon de cannibaliser ses distributeurs, Tesla n’a pas intérêt à suivre ce modèle. Il souhaite simplement vendre ses voitures lui- même. 

La position de Tesla a été confortée en septembre 2014 quand la Cour suprême du Massachusetts a bloqué la tentative de la Massachusetts State Automobile Dealers Association de faire fermer un magasin Tesla près de Boston. Dans ses attendus, la juge Margot Botsford a estimé que la loi était uniquement faite pour protéger les concessionnaires des pratiques déloyales des constructeurs envers les distributeurs « avec lesquels ils sont associés, le plus souvent par des contrats de concession », et non des constructeurs sans réseau. Tesla s’est empressé de saluer cette décision et de la verser aux contentieux qu’il avait dans d’autres États. « Nous menons d’autres batailles de même nature dans le New Jersey et ailleurs et nous espérons que la même interprétation y prévaudra », a déclaré le directeur juridique adjoint de Tesla. 

Le contentieux au New Jersey a été exemplaire de la manière dont Tesla entendait relever le défi. En mars 2014, les autorités de l’État ont eu recours à une tactique inédite pour interdire au constructeur d’y vendre ses voitures. La New Jersey Motor Vehicle Commission (dont quatre des huit membres avaient été nommés par le gouverneur Chris Christie) avait discrètement prévu de révoquer deux licences commerciales attribuées précédemment à Tesla. Plusieurs dizaines de supporters du constructeur se sont rendus à la réunion pour protester contre la manœuvre, mais n’ont pas eu droit à la parole avant la fin du scrutin. 

Une fois la décision entérinée, Tesla a dû transformer ses magasins en « galeries » où il lui était interdit de proposer des tests de conduite et de parler prix. Les clients devaient passer commande par Internet et se les faire livrer. Tesla avait déjà dû procéder ainsi dans les autres États qui lui avaient interdit la vente directe. 

Quelques jours plus tard, Musk est monté au créneau avec un article de blog adressé « au peuple du New Jersey », dans lequel il s’en prenait directement au gouverneur Chris Christie qui avait été impliqué dans un scandale politique. Son équipe avait en effet restreint l’accès au pont George-Washington reliant le New Jersey et Manhattan par mesure de rétorsion politique contre un maire local dont les électeurs avaient été les otages d’embouteillages monstres pendant plusieurs jours. « La raison invoquée, écrivait Musk, pour justifier le changement de réglementation obligeant les constructeurs à passer par des concessionnaires est “la protection du consommateur”. Si vous avalez ça, le gouverneur Christie vous vendra la fermeture d’un pont ! À moins qu’on ne parle de “protection” façon mafia, l’argument est à l’évidence totalement faux. » La référence à la « mafia » était osée, étant donné la résonance du terme dans l’État qui avait servi de décor à la série Les Sopranos. Mais l’audace a été payante. La presse a applaudi à la témérité de Musk. « Il a osé ! Elon Musk balance la mafia et le dossier du pont à la tête du gouverneur Christie », a titré le blog « Money Beat » du Wall Street Journal. En quelques lignes, Musk avait réussi à transformer un contentieux local en cause nationale et à donner à Tesla l’image du petit teigneux qui tente de s’en sortir dans un système truqué pour l’évincer. En mars 2015, le gouverneur Christie annulait l’interdiction.

Extrait du livre d’Hamish McKenzie, "La révolution Tesla : comment Elon Musk nous fait basculer dans le monde de l’après-pétrole", publié aux éditions Eyrolles. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
NIKKO
- 13/10/2019 - 20:24
Amazon ..
Après les Editions du Rocher, après les Editions Eyrolles .. pourquoi toujours trouver un lien " direct" vers ce site US ?? Êtes-vous rémunérés ou ce membre des Gafam achète-t-il de l'espace derrière tout ce qui a trait à des supports imprimés ( c'est pareil.)
Avec, aussi, une politique - de mer** - qui institutionnalise le retour, l'échange, le " j'en veux plus " le " ça me plaît pas ** beuh " le " j'ai changé d'avis " des emballages surdimensionnés que les préposés emportent parce que le client est absent ou a laissé un mot sur sa boite ( vu et entendu ) Ce ne sont plus des choix adultes .. mais vous êtes - Atlantico - bien content d'aller feuilleter les revues chez le libraire du quartier .. C'est pas de l'humour, la semaine a été chargée - tous genres confondus - et je pensais tomber (on ne tombe jamais bien ) sur un truc plus léger .. à la limite " électrique" mais ce n'est pas le sujet qui m'agace.

[Reprise] Mon expérience d'éditeur avec Amazon et les ...https://www.les-crises.fr › experience-editeur-amazon

À propos d'Amazon https://www.aboutamazon.fr