En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 39 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 16 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Politique
Illusion ?

Congrès des maires de France : ce que le profil de nos élus nous dit de... l’illusion de la démocratie participative

il y a 4 heures 10 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 17 heures 46 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 18 heures 33 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 19 heures 49 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 23 heures 49 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 1 jour 35 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 55 min 32 sec
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Société
Insécurité

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 3 heures 48 min
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 17 heures 22 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 18 heures 11 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 18 heures 56 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 20 heures 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 20 heures 42 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 1 jour 7 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 1 jour 46 min
Atlanti-Culture

"Je ne suis pas Michel Bouquet" : la parole inspirée d'un monstre sacré du théâtre

Publié le 07 octobre 2019
Emouvant et passionnant.
Rodolphe de Saint Hilaire est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe de Saint Hilaire pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe de Saint Hilaire est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emouvant et passionnant.

"Je ne suis pas Michel Bouquet"

De Michel Bouquet
Mise en scène : Damien Bricoteaux
Avec Maxime d'Aboville

 

INFOS & RÉSERVATION
Théâtre de Poche Montparnasse
75 bd du Montparnasse
75006 Paris
Tél. : 0145 44 50 21
http://www.theatredepoche-montparnasse.com
Tarifs : Du mardi au samedi 19h, jusqu'au 16 novembre

 

RECOMMANDATION
En priorité


THÈME
Maxime d'Aboville, seul en scène, raconte Michel Bouquet ou plutôt s'empare de la parole inspirée du fabuleux acteur qui fut notamment l'interprète inoubliable de Pauvre Bitos, du Roi se meurt, des pièces de Pinter et de Beckett sans oublier Tartuffe. Depuis 1943, année où Bouquet entre en comédie dramatique comme d'autres entrent dans les ordres (il avait alors 17 ans) et jusqu'à l'âge vénérable de ses 80 ans, le monstre sacré retrace sa vie et ouvre son cœur à une sorte de confident, en l'occurrence Charles Berling, dans une série d'Entretiens publiée il y a 20 ans (Les Joueurs).

Maxime prête sa voix, à la fois douce et métallique, à un Michel émouvant et terriblement humain, totalement investi dans sa vocation et son amour du théâtre ; c'est une leçon de vie, une philosophie, un parcours initiatique salvateur. On apprend ainsi que Michel Bouquet, jeune homme, vivait des moments d'angoisse intense alimentés par une impression d'enfermement ; cherchant sa place dans la société, fuyant le commerce des hommes, il se réfugie dans la peau des personnages qu'il incarne. On l'apprend par ses propres mots, sans rajouts ni fioritures, mais prononcés souvent avec humour, toujours avec tendresse et finesse : "Oui, c'est bien l'amour du théâtre qui m'a sauvé".

 

POINTS FORTS
Les mots de la vérité, l'authenticité. Les anecdotes contées par Michel Bouquet sont, dans la bouche de d'Aboville, savoureuses, souvent très drôles, insolites. Elles laissent songeur, ému, admiratif comme celles vécues lors de la première rencontre avec Albert Camus qui l'engage, aux côtés de Gérard Philippe, "si lumineux" dit Bouquet, ou avec Maurice Escande qui lui a donné sa chance, lors d'une visite impromptue de l'élève, lui reconnaissant "une belle voix" (celle de Cyrano) puis qui l'a guéri d'une timidité maladive en lui faisant dire du Musset sur le fameux plateau d'Edouard VII, devant 250 élèves goguenards "3 minutes qui m'ont fait naître. .. suivies de 5 minutes pour convaincre ma maman". Escande :  "Ecoutez, madame, il faut que ce petit fasse du théâtre, et puis il gagnera beaucoup plus..." (Son père était alors prisonnier depuis 4 ans en Poméranie !). L'après midi le jeune Michel quittait son petit boulot de manutentionnaire à la Banque pour monter définitivement sur les planches. Et quelle carrière ensuite … après avoir beaucoup souffert : manque de charbon, manque de pain, manque de père ... manque de tout, sauf d'une mère aimante qui l'emmenait parfois au Français.

Comme le titre le suggère, Maxime d'Aboville ne se prend pas pour Bouquet ; il s'efface, il le sublime avec finesse, avec une diction remarquable qui rappelle le maître sans l'imiter.  Il marche dans les pas de son héros, illustrant à merveille par sa discrétion même le credo de l'acteur par excellence : rien d'autre que servir l'auteur. Très fort.

 

POINTS FAIBLES
Je n'en vois qu'un,  et encore :

On ne sait pourquoi, Maxime d'Aboville s'envole parfois sur une petite musique et un phrasé qui relèvent  plus de Fabrice Lucchini que de Michel Bouquet. Amusant une fois, ce tic - involontaire, je présume - devient inapproprié, voir dérangeant, quand il est répété. Même si on les sait complices dans leur amour du théâtre et mutuellement admiratifs.

Un conseil : la représentation est courte, chaque minute compte. Soyez vigilant dès la première répartie de Maxime d'Aboville. Le décalage entre le héros et son interprète peut entraîner une perte fugace de repères.

 

EN DEUX MOTS 
Une bonne leçon de théâtre à apprendre par cœur par tous ceux qui comprennent qu'on peut parfois se sentir mieux dans la peau des autres que dans la sienne propre.                                           

- Une leçon de courage et de respect de soi même pour certains qui, baignés dans un environnement difficile dans leur jeunesse, étaient plus souvent convoqués au piquet que cités au tableau d'honneur !                                                             

- Une grande leçon d'humilité enfin, donnée par un Michel Bouquet qui estime que le comédien n'est pas le personnage qu'il est chargé d'interpréter. Il doit renoncer à lui même. "De toutes façons, moi, je n'existe pas", ajoute- t-il. Le comble du renoncement.

Mais, avant tout, une superbe récréation offerte par un  Maître, témoin du temps passé et par son élève héros du monde nouveau.

 

UN EXTRAIT
(dialogue avec un Charles Berling virtuel)

"Je suis  un interprète pas un auteur. La masse ne m'intéresse pas, ni l'environnement, je n'ai pas d'idées sociales, c'est une tarte à la crème ; j'ai toujours eu le sentiment qu'il fallait que je creuse, et creuse... que j'aille au plus profond de ce que je ressentais de l'œuvre,  que j'essaie de percer les secrets de son écriture, pour être fidèle... J'avais la prudence d'un paysan qui dit :"Si je commence ce champ, je vais labourer ce champ, je vais faire ce sillon droit". Pas autre chose.  "J'aime beaucoup Anne Fontaine (avec laquelle il a tourné "comment j'ai tué mon père", donnant la réplique à Berling) "J'ai eu un père comme tout le monde, mais ce père, qui était usé par la guerre de 14-18, ne parlait pas ou pour ainsi dire jamais, sauf avec ses copains de régiment ; alors, il devenait merveilleux. A travers son film elle [Anne] se demande si cela vaut la peine de souffrir du manque de père. Il se peut qu'un père soit meilleur en n'étant pas là. Il libère bien davantage son fils que s'il était resté à ses côtés !"

 

L'AUTEUR
C'est Albert Camus qui (excusez du peu) repère le premier Michel Bouquet et l'engage, aux côtés de Gérard Philippe, sur une poignée de mains, pour monter Caligula . Nous sommes en 1945. Le jeune Bouquet formé par Escande a alors 18 ans ; il enchaîne ensuite avec 3 pièces de Jean Anouilh sur des mises en scène d'André Barsacq, notamment  L'invitation au Château qui remporte un triomphe . C'est l'heure de gloire du théâtre de l'Atelier.

 La plus grande performance de Bouquet acteur de théâtre, tient à ses interprétations des pièces de Harold Pinter (La Collection) et de Beckett (En attendant Godot) ou encore d'Eugène Ionesco, ce qui lui vaudra un deuxième Molière pour Le Roi se meurt. En 2014 il obtient un Molière d'honneur pour l'ensemble de sa carrière ; insatiable et infatigable, mu par l'amour du théâtre, en 2017, il joue Orgon dans le Tartuffe monté par Michel Fau à la Porte St Martin. Parallèlement il enseigne au Conservatoire pendant plus de 10 ans.

Sa carrière au cinéma a été immensément prolifique avec des rôles (souvent les premiers) majeurs dans 68 films . Citons les films de Chabrol dont il fut un acteur fétiche (La femme infidèle, Juste avant la nuit), Le Promeneur du champ de Mars de Robert Guédiguian (dans le rôle de Mitterrand).

On (Lucchini) a dit de lui qu'il réunit les 3 qualités en voie de disparition d'un grand acteur : La voix, le phrasé, l'intelligence des textes.

Rendons à Charles et à Maxime...

Si les textes sont bien l'œuvre toute spontanée de Michel Bouquet tirée du livre d'Entretiens intitulé Les Joueurs(2001), rendons hommage à Charles Berling qui lui servit de médiateur dans l'évocation de ses souvenirs et à Maxime d'Aboville à qui revient le mérite d'avoir inventé le titre de la pièce "Je ne suis pas..." qui résonne comme "un élan en faveur de la restauration de l'individu", thème cher à Bouquet.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

07.

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires