En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 37 min 19 sec
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 1 heure 1 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 1 heure 25 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 1 heure 27 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 16 heures 54 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 17 heures 37 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 20 heures 6 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 20 heures 50 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 21 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 22 heures 57 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 54 min 7 sec
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 1 heure 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 1 heure 26 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 1 heure 28 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 17 heures 19 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 18 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 20 heures 21 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 21 heures 18 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 22 heures 16 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 23 heures 13 min
© Francesca Mantovani - éditions Gallimard
© Francesca Mantovani - éditions Gallimard
Atlantico Litterati

Le garde des cœurs, ou un sujet nommé désir

Publié le 06 octobre 2019
Sylvain Prudhomme publie avec « Par les routes » (l’Arbalète/ Gallimard) l’un des meilleurs romans de l’automne. Enigmatique, mélancolique, sans épanchements, ce bréviaire du désir surprend par sa forme ultra-contemporaine.
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Prudhomme publie avec « Par les routes » (l’Arbalète/ Gallimard) l’un des meilleurs romans de l’automne. Enigmatique, mélancolique, sans épanchements, ce bréviaire du désir surprend par sa forme ultra-contemporaine.

Sylvain Prudhomme publie avec « Par les routes » (l’Arbalète/ Gallimard) l’un des meilleurs romans de l’automne. Enigmatique, mélancolique, sans épanchements, ce bréviaire du désir surprend par sa forme ultra-contemporaine. Et sa maîtrise parfaite du sujet : la déconstruction du moi par l’Autre. Fixant notre époque à l’aide d’une série de polaroïds, l’auteur de « Par les routes » parvient à saisir l’insaisissable : le passage du temps, la circulation des affects. L’Autre s’échappe puis revient, avant de disparaître à nouveau, car tel est son destin, sa fonction, cette mise à distance, puis ces rapprochements, dans la souffrance de qui attend, « celui des deux qui aime le plus » selon Roland Barthes. « Dans la vie il y a ceux qui partent et ceux qui restent », rappelle Sylvain Prudhomme, utilisant pour son intrigue la métaphore (très réussie) de l’autostop, en tant que déplacement hors -champ, itinérance rebelle, décalée, en somme.

« Ce jour-là, j’ai compris que ce serait toujours là : ce courant, cette immédiate intelligence entre nous. Cette intuition chacun des pensées de l’autre », constate, désemparé, Sacha, le narrateurde Sylvain Prudhomme. Le désir (mouvant, insaisissable, dérangeant), et celui ou celle qui le provoque, nous révèlent mieux que ne le feraient l’introspection, l’expérience et les discours : tel est le fil rouge de « Par les Routes ». Telle fut aussi l’idée fixe de Pier Paolo Pasolini dans son« Théorème » (Folio/Gallimard/1968/), devenu le film que l’on sait. Chez Pasolini, le personnage central est ce « Visiteur » christique, jamais nommé. Celui qui sème le trouble dans les esprits. Le « visiteur » connaît bibliquement tous les protagonistes, avant de disparaître, sorte d’« illusion comique ». Sylvain Prudhomme (Prix Louis Guilloux 2012), s’est donné lui aussi mission de cerner dans son cinquième romanla figure énigmatique du désir. Et celle de l’attachement, qui l’accompagne souvent.Sylvain Prudhomme utilise la métaphore de « l’autostoppeur » (éternel partant)-cet ami jamais nommé (comme ne l’est pas davantage le « Visiteur « chez Pasolini), pour donner corps à ce voyageur imprévisible, son personnage central. Existant par intermittences, « l’autostoppeur « de Sylvain Prudhomme incarne cette figure fuyante du désir, l’impossible jumeau, l’ « alter-ego » (cf. Montaigne/La Boétie :« parce que c’était lui, parce que c’était moi »). Nous assistons à la chute symbolique du sujet désirant aux prises avec les surprises existentielles qu’installe l’être désiré. Chute que Pasolini avait mise en scène au sein d’une famille de bourgeois milanais, tandis que Sylvain Prudhomme l’observe chez un couple d’intellectuelsdans une ville qui semble être Arles. Sacha, le narrateur de Sylvain Prudhomme, est un artiste. Il perçoit l’invisible et comprend « La mélancolie des paquebots » (son futur roman, ses graphismes, the « work in progress »).Chaque mot, chaque silence de« L’autostoppeur », cet ange exterminateur de certitudes, déclenche chez le narrateur ultra-sensible de Prudhomme des abimes de perplexité. Avec de la joie, ou de la tristesse, etle sentiment de n’être pas vivant.(« Un seul être vous manque »,etc.)Comment retenir « l’autostoppeur », le fixer, en somme ? C’est dans « Fragments d’un discours amoureux », peut-être, que Sylvain Prudhomme, qui chérit la nuance, a trouvé la définition du « Fading »sentimental : « épreuve douloureuse selon laquelle l'être aimé semble se retirer de tout contact dans une sorte d’indifférence énigmatique dirigée contre le sujet amoureux». C’est ainsi que « l’autostoppeur » disparaît pourrenouer avec la magie de l’autostop (cf. « fading »). Et fuir Sacha, et l’attachement de Sacha.(« fading », suite)… Marie, femme de « l’autostoppeur », et mère de leur enfant, a le mérite de rester. Elle demeure donc, éveillant soudain le désir de Sacha. L’amour triangulaire s’installe.La fabrique du désir et sa circulation sont à l’œuvre dans « Par les routes ». « L’autostoppeur » chérit Marie au point de partager son existence ? Sacha la désire par imitation. Le désir qu’éprouve « l’autostoppeur » pour Marie rend celle-ci d’autant plus désirable pour Sacha. « J’ai savouré la délicieuse excitation de regarder ses jambes se tendre et se détendre tout près des miennes, de nous sentir proches, pas tout à fait l’un à l’autre encore, mais presque. »Sylvain Prudhomme se plaît ainsi à illustrer la théorie du « désir mimétique », telle que la conçut le génial René Girard (1923-2015). « Le vaniteux romantique veut toujours se persuader que son désir est inscrit dans la nature des choses ou, ce qui revient au même, qu’il est l’émanation d’une subjectivité sereine, la création ex nihilo d’un Moi quasi-divin. Désirer à partir de l’objet équivaut à désirer à partirde soi-même : ce n’est jamais, en effet, désirer à partir de l’Autre. Le préjugé objectif rejoint le préjugé subjectif et ce double préjugé s’enracine dans l’image que nous nous faisons tous de nos propres désirs. (…)Tous ces dogmes (…) relèvent tous, plus ou moins directement, de ce mensonge romantique qu’est le désir spontané. Ils défendent tous une même illusion d’autonomie à laquelle l’homme moderne est passionnément attaché. (…). A la différence des écrivains romantiques ou néoromantiques, un Cervantès, un Flaubert et un Stendhal dévoilent la vérité du désir dans leurs grandes œuvres romanesques. » (« Mensonge romantique et vérité romanesque », René Girard/Grasset/Poche).Stoïque, pudique, Sacha songe au fait qu’il est à mi-parcours de l’existence, et qu’il voudrait chérir « l’autostoppeur »autrement que dans la vie rêvée. « J’ai reconnu la voix del’autostoppeur plus que jamais à côté de la plaque, plus quejamais dans son monde, coupé de tout, hors sujet. (…)». Sylvain Prudhomme est un écrivain. il y a dans son texte une légèreté à la Sagan, et, ce qui n’est pas donné à tout le monde, la même profondeur de champ. Il existe en effet, non par le style, mais par l’esthétique et la vision des êtres et des choses, une certaine parenté entre l’auteure de « Bonjour Tristesse » et Sylvain Prudhomme. Pour résister à « La mélancolie des paquebots », Sagan installait sa fausse désinvolture. Prudhomme impose le même regard ambigu et subtil sur les objets du monde. Par sa liberté, sa fantaisie, son côté non- conforme, et cette courtoise que réclame la pudeur (« oui, c’est un peu con tous ces mots, heureux, malheureux… » p. 33), Sylvain Prudhomme aurait probablement charmé l’auteure du « Garde du cœur ». A force de nonchalance (trompeuse, car chaque mot est ciselé, et les séquences narratives sont extrêmement travaillées), Sylvain Prudhomme ne contrarie jamais le rythme du récit, donc le plaisir du lecteur. « Vivre, c’est maintenir entier le petit nuage que nous formons, malgré le temps qui passe », conclut l’auteur. Le personnage - mystérieux - de « L’autostoppeur », jamais nommé, jamais tout à fait présent, jamais tout à fait disparu, hantera désormais l’imaginaire du lecteur de « Par les routes «Tu as raison, pardon, elle a souri d’un air triste. Bonsoir Marie, j’ai dit en m’en allant. » L’art en général et la littérature en particulier incarnent ce mouvement, cette « mise en route ». Sylvain Prudhomme figure donc sur les listes Renaudot et Interallié, celles du Femina et du Grand Prix du Roman de l’Académie française, sans oublier la liste du Renaudot des Lycéens…

« Par les routes »/ Sylvain Prudhomme/L’arbalète/Gallimard/299 pages, 19 euros/

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires