En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 2 heures 15 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 3 heures 26 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 4 heures 14 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 4 heures 44 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 20 heures 46 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 22 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 3 heures 9 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 3 heures 39 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 4 heures 6 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 4 heures 13 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 4 heures 31 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 4 heures 57 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 47 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 2 heures
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
© STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Limites techniques

Généralisation de la reconnaissance faciale dans les transports : attention danger

Publié le 04 octobre 2019
La reconnaissance faciale dans les aéroports tend à se généraliser. Elle est justifiée notamment par l'optimisation des dispositifs de sécurité.
Elise Dufour est avocate associée au cabinet Bignon Lebray, spécialiste en droit des nouvelles technologies. Elle est également Présidente de l’association Cyberlex.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elise Dufour
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elise Dufour est avocate associée au cabinet Bignon Lebray, spécialiste en droit des nouvelles technologies. Elle est également Présidente de l’association Cyberlex.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La reconnaissance faciale dans les aéroports tend à se généraliser. Elle est justifiée notamment par l'optimisation des dispositifs de sécurité.

Atlantico.fr : En quoi ces dispositifs de reconnaissance faciale dans les aéroports font-ils courir le risque d'atteintes aux libertés individuelles fondamentales ?

Elise Dufour : La CNIL rappelle de longue date que « les enjeux de protection des données et les risques d’atteintes aux libertés individuelles que les dispositifs de reconnaissance faciale sont susceptibles d’induire sont considérables, dont notamment la liberté d’aller et venir anonymement ».

C’est donc la libertés d’aller et venir, mais aussi la liberté de manifester librement, qui est potentiellement remise en question.

Par ailleurs, le visage est une donnée pouvant être captée à l'insu des personnes. Ainsi, les progrès techniques pourraient faciliter les procédés d'identification biométrique d'une personne à son insu, en comparant son visage avec une base de photographies, voire d'usurper son identité.

Déployer la reconnaissance faciale au niveau des gares, des aéroports voire dans les villes, à l’instar de la récente expérimentation menée par le maire de la ville de Nice, risque égaement d’avoir pour effet de créer un sentiment de surveillance de masse au niveau des concitoyens.

En outre, les algorithmes de reconnaissance faciale présentent encore des biais et d’écarts de performance. A titre d’exemple, une étude du Massachusetts Institute of Technology établit que les algorithmes ont tendance à moins bien reconnaître les femmes noires que les hommes blancs, en raison semble-t-il du manque de diversité des bases d’images utilisées pour entraîner les algorithmes.

Enfin, le dirigeant d'ADP a reconnu avoir rencontré plusieurs difficultés dans le cadre des expérimentations menées au nombre desquelles figurent notamment la planimétrie du visage, rebaptisé « le bug du T-shirt Johnny Hallyday », la machine pouvant scanner par erreur un visage plat sur un vêtement.

La CNIL a ainsi récemment appelé à la tenue d’un débat démocratique sur ces questions

Est-il possible de s'assurer que les données collectées par ces dispositifs ne seront pas utilisées ou bien à des fins commerciales, ou bien à des fins politiques à l'avenir ? 

Il est vrai que de nombreuses applications commerciales utilisant la reconnaissance faciale se développent.

Il existe un risque à ce que ces données soient conservées et réutilisées, voire revendues pour une autre finalité que celle initialement prévue.

Cependant, le droit européen, et plus particulièrement le RGPD prévoir des garantie à ce titre, les données biométriques ne pouvant être collectées qu’avec le consentement de la personne concernée et pour une finalité déterminée.

A titre d’exemple, dans sa délibération n°2015-432 du 10 décembre 2015 autorisant la société Aéroports de Paris à mettre en œuvre un traitement automatisé de données à caractère personnel expérimental ayant pour finalité l’identification biométrique des passagers volontaires en entrée et sortie de salle d’embarquement du 10 décembre 2015, la CNIL avait autorisé à titre expérimental les aéroports de Paris le traitement de reconnaissance faciale avec pour finalité l’identification biométrique des passagers volontaires en entrée et sortie de salle d’embarquement, sous réserve que :

-         Les images du visage et de l’empreinte digitale ne soient en aucun cas conservées dans le serveur une fois le gabarit produit.

-         Les personnes concernées donnent, préalablement à leur participation à l’expérimentation, leur consentement libre, spécifique et informé, en signant un formulaire sur support papier après y avoir inscrit leurs nom et prénom.

-         Les données d’état civil (nom et prénom) ainsi que les gabarits biométriques du visage et de l’empreinte digitale ne sont conservées que le temps du passage de la personne concernée par les sas d’entrée et de sortie dédiés à l’expérimentation et au maximum quatre heures après le départ du vol emprunté par les participants concernés.

Quels sont les règlements et les lois existantes en Europe et en France qui permettent de traiter le problème ? Sont-elles selon vous suffisantes ?

Rappelons que le respect du droit à une vie privée est maintes fois proclamé : article 12 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme. En outre, en droit interne, l'article 9 du code civil rappelle que « chacun a droit au respect de sa vie privée ».

Dans son appel un débat démocratique sur les nouveaux usages de caméras vidéos, la CNIL soulignait à ce titre que :

-         « le cadre juridique actuel, précis sur certaines technologies (caméras fixes, certains usages de caméras-piétons) et certaines finalités (visionnage « simple » d’images), n’apporte en revanche pas nécessairement de réponse appropriée à l’ensemble des techniques et usages nouveaux mentionnés ci-dessus. Le droit français, qui comporte un certain nombre de règles spécifiques (code de la sécurité intérieure notamment), se trouve en outre renouvelé, pour ces dispositifs, par l’entrée en application du règlement général sur la protection des données et des textes de transposition de la directive dite « police justice » du 27 avril 2016. Un réexamen d’ensemble, à la lumière des nouvelles règles européennes, s’impose. »

Concernant plus précisément l’utilisation de dispositifs de reconnaissance faciale, en France, lorsqu’un tel dispositif est mis en œuvre pour le compte de l’État celle-ci doit est encadré par les articles 31 et 32 de la loi « informatique et libertés » 21 et par l’article 10 de la directive européenne n° 2016/68022 . Ces dispositions viennent limiter le champ d’application de ces traitements et imposent pour leur mise en œuvre un décret en Conseil d’État pris après l’avis de la CNIL.

C’est dans ce cadre que la CNIL a donné son avis par délibération n° 2019-027 du 14 mars 2019 sur le décret portant diverses dispositions relatives au traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « Passage Automatisé Rapide aux Frontières Extérieures » (PARAFE) (demande d'avis n° 19002203).

Dans l’Union européenne, l’utilisation de dispositifs de reconnaissance faciale, faisant intervenir des données biométriques est encadrée par le règlement général sur la protection des données (RGPD), applicable depuis le 25 mai 2018.

S’il n’y a plus d’autorisation à demander à la CNIL pour ce type de traitement, il reste que le responsable d’un traitement doit effectuer une analyse d'impact relative à la protection des données.

En outre, une donnée biométrique étant une donnée « particulière » ou « sensible » au sens du règlement, elle ne peut être collectée qu’avec le consentement de la personne concernée.

Ces données doivent par ailleurs être conservées pour une durée limitée et ne peuvent utilisées que pour la finalité pour laquelle la personne concernée a donné son consentement.

Si le système européen parait plus protecteur que celui déployé par exemple aux Etats-Unis (qui pour sa part est fondé sur un principe d’opt-out et non d’opt-in), il semble que le cadre mis en place ne soit pas entièrement satisfaisant et reste incomplet.

L’expérimentation menée à Nice a mis au jour la nécessité de compléter le cadre juridique actuel. Cette expérimentation se plaçait en effet certes dans un cadre régi par le RGPD, le fondement légal utilisé étant la recherche scientifique et non pas la sécurité.

Attendons les résultats du débat public initié par la CNIL.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

07.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JBL
- 05/10/2019 - 11:19
Ah bon !
Alors au nom de quelques tordus, il faut espionner tout le monde. Alors qu'est-ce qu'on reproche aux chinois ? Ce sont des gens très bien. Pour info, à mon arrivée en Chine, ma tête a été enregistrée à l'aéroport. A mon départ, au contrôle de police, sur l'écran j'ai retrouvé ma bobine 4 fois, avec des habits différents. On m'a suivi sur tout mon périple (métro, musée, magasins, etc). En France, ça va ce généraliser, les aéroports, les autoroutes, les grands magasins, les cinémas, au nom de la sécurité. Bon, tout va très bien. Je crois que la Stasi utilisait déjà ces méthodes, et sans caméra. Quand aux petites frappes, avec ou sans caméra, elles resteront des frappes, et elles irons là, ou il n'y a pas de caméra. En fait toutes les minorités parviennent à imposer leur loi, à la grande masse des moutons.
ajm
- 04/10/2019 - 21:03
Faux problème
Cette reconnaissance faciale va gêner les petites frappes violentes qui hantent les transports en commun mais qui sont, il est vrai, souvent masqués.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 04/10/2019 - 19:35
C'est en refusant ce genre de
C'est en refusant ce genre de méthode au nom des libertés que nous courons à la catastrophe.... Moins on lutte contre la délinquance, plus la demande des citoyens s'orientera vers un pouvoir fort et autoritaire qui lui n'aura pas de scrupule pour s'asseoir sur les principes démocratiques.... Résultat, les Français se seront tapé 50 ans de bordel pour finir sous une dictature librement consentie....