En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

05.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

07.

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 9 heures 46 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 12 heures 54 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 15 heures 4 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 16 heures 27 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 17 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 17 heures 28 min
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 12 heures 50 min
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 12 heures 59 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 14 heures 13 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 16 heures 8 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 17 heures 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 1 jour 1 heure
© Eric BARADAT / AFP
© Eric BARADAT / AFP
Chaises musicales

Une nouvelle directrice générale à la tête du FMI : mais au fait, qu’est-ce que ça change ?

Publié le 02 octobre 2019
La nomination de l'économiste bulgare Kristalina Georgieva comme directrice du FMI a été confirmée mercredi dernier. L’occasion d’interroger ce que cette nomination change et ce que l'institution mondiale peut encore pour agir sur l'économie dans le monde d’aujourd'hui.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La nomination de l'économiste bulgare Kristalina Georgieva comme directrice du FMI a été confirmée mercredi dernier. L’occasion d’interroger ce que cette nomination change et ce que l'institution mondiale peut encore pour agir sur l'économie dans le monde d’aujourd'hui.

Atlantico.fr : Dans l’économie globalisée et financiarisée, touchée qui plus est par la guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis, quel est le pouvoir du FMI ? 

Michel Ruimy : Concrètement, lorsqu’un pays est confronté à une crise financière (défaut de paiement), le Fonds monétaire international (FMI) soutient celui-ci en lui octroyant des prêts afin de garantir sa solvabilité et d’empêcher l’éclatement d’une crise financière. À l’image de ce qui s’est passé en Grèce lors de la crise de la dette souveraine en zone euro. 

Il est ainsi le dernier ressort en cas de manque de liquidités du système financier international. Les fonds apportés doivent éviter l’effet de contagion et des problèmes momentanés du manque de solvabilité de certains États ou d’une banque centrale. À cet égard, cette institution, bien que critiquée, a eu le souci de limiter l’impact des crises en augmentant grandement sa capacité de prêt, en relevant l’apport financier de chaque pays membre. 

Parmi les nouvelles réformes engagées, il y a notamment celle de sa gouvernance. Pour être plus légitime, il a pris un ensemble de mesures qui tiennent mieux compte de l’importance des pays émergents. L’institution a aussi réformé ses instruments de prêt favorables aux pays à bas revenus. Les prêts sont maintenant plus importants, sont accordés plus rapidement et les conditions d’octroi ont aussi été rendues plus souples.

Il n’en demeure pas moins qu’il fait souvent l’objet de vives critiques de par son ingérence financière dans les affaires des États membres (Pour obtenir ces prêts supplémentaires, le pays en demande doit obligatoirement entreprendre des réformes économiques qui satisfassent le FMI, ceci afin de réguler la gestion des finances publiques dont le déficit et la dette sont deux symptômes) mais aussi lorsqu’il accorde des prêts, principalement aux pays africains. 

Dans le premier cas, on se souvient de l’énorme bras de fer établi entre la Grèce, les pays membres de la zone euro et les institutions internationales. En huit ans de crise, la Grèce a certes perçu quelque 273 milliards d’euros de la part de l’Union européenne et du FMI mais en contrepartie de réformes douloureuses. 

Dans le second cas, on doute plutôt de son efficacité. Dans les objectifs du millénaire, il s’est engagé à diviser par deux le nombre de pauvres dans le monde. Si les famines reculent d’année en année, beaucoup d’Africains vivent encore dans l’extrême pauvreté. Mais s’il n’impose plus de mesures pour lutter contre la pauvreté (il laisse le pays décider), il continue toutefois d’imposer un modèle libéral qui laisse finalement peu de place aux interventions des États et laisse faire le marché. Dès lors, la plupart des États continuent d’appliquer les anciennes recettes du passé. Résultat : les pauvres restent pauvres et les pays africains ont bien du mal à diminuer leur dette publique.

Depuis une vingtaine d’années, il est ainsi la cible de graves critiques. On lui reproche, en effet, d’être un instrument de soumission des pays du Tiers monde, de freiner le développement des pays d’Afrique (et d’ailleurs), de les aliéner politiquement et économiquement à ceux de l’Occident. On réclame une réorientation de ses politiques en dehors de la « logique marchande ». Dans cet environnement, ce « mal-aimé » du système financier international veut faire peau neuve, puisse Kristalina Georgieva l’y aider.

Le FMI a été longtemps accusé d’exporter ses Chicago Boys ultralibéraux dans les pays en développement. Dans quelle mesure le regard du FMI, notamment d’Olivier Blanchard, sur des questions comme celle de la dette a-t-il évolué ? 

Le ralentissement économique qui semble se profiler fait, de nouveau, ressurgir la tentation de succomber aux sirènes de l’endettement public et à un nouvel assouplissement monétaire quantitatif par les banques centrales. Sirènes d’autant plus tentantes pour les gouvernements qu’aucune inflation sérieuse n’a émergé des précédentes politiques budgétaire et monétaire.

Du coup, certains économistes dont Olivier Blanchard, ex-économiste en chef du FMI, estiment que la dette publique n’a guère d’importance. En effet, si, dans un pays donné, les taux d’intérêt d’emprunt sont inférieurs au taux de croissance de l’économie, ce pays peut emprunter à moindres frais et se désendetter sans avoir à produire d’effort particulier (Le poids de la dette dans le Produit intérieur brut tend à diminuer tant que les taux d’intérêt sont inférieurs à la croissance). Dans ce contexte, la dette publique n’est peut-être pas si mauvaise à condition que celle-ci soit utilisée à bon escient c’est à dire si elle sert à financer des investissements susceptibles d’accroître, par exemple, la compétitivité d’une économie.

S’endetter pour soutenir l’économie, quitte à ce que les banques centrales monétisent la dette, serait donc la panacée pour éviter un nouvel effondrement économique mondial. Une idée qui n’est pas sans danger.

À ce jour, le FMI ne s’est guère montré enthousiaste devant cette nouvelle théorie monétaire au motif que cette situation ne pourrait fonctionner que pendant une courte période (jusqu’au moment les taux d’intérêt commenceront à monter) car, sur le long terme, l’endettement est un piège. La réalité passée (assignats durant la Révolution Française, faillite de la Banque Law, etc.) montre, en effet, que ce type de situation se termine souvent par une inflation incontrôlée associée à une chute des investissements et de la croissance.

La nouvelle théorie monétaire suscite donc adhésion ou répulsion. Le débat est loin d'être tranché. Une chose est sûre : si une crise d’ampleur mondiale menace d’emporter tout le système économique et financier, une relance budgétaire et un rachat de la dette publique par les banques centrales seront, à ce jour, les seuls instruments à disposition.

La nomination de cette économiste peut-elle changer quelque chose à l’action du FMI ?

Aujourd’hui, outre la croissance économique mondiale qui continue de décevoir, les tensions commerciales qui persistent et le fardeau de la dette qui s’alourdit dans beaucoup de pays, la nouvelle Directrice générale devra s’occuper, à court terme, d’un dossier épineux : la crise économique argentine. Les critiques se sont, en effet, multipliées ces dernières semaines à l’encontre du FMI qui a accordé, en 2018, un prêt record de 57 milliards de dollars à ce pays en difficulté. L’institution a déjà déboursé 44 milliards de dollars en échange d’une cure d’austérité budgétaire mais l’Argentine a demandé un rééchelonnement de sa dette, ce qui fait douter de ses capacités à rembourser. Un scénario déjà connu. 

Dans cet environnement économique, la priorité de Kristalina Georgieva sera aussi d’assister certains pays membres à minimiser le risque de crises et à être prêts à faire face au ralentissement économique.

Elle en a la capacité puisqu’elle s’est forgé à la Banque mondiale (où elle a effectué l’essentiel de sa carrière avant d’en devenir directrice générale en 2017), en plus de son expertise dans le domaine de l’environnement en multipliant les fonctions dans le secteur du développement durable et des questions agricoles, une solide connaissance des pays émergents. Mais, elle a surtout acquis une solide expérience dans la finance internationale. Elle a donc su faire preuve d’une grande habileté politique et sait concilier les points de vue pour parvenir à un consensus. 

Si elle aura besoin de toutes ces qualités pour relever les nombreux et importants défis qui lui font face, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un changement dans la continuité à la tête du FMI.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 03/10/2019 - 01:36
On peut changer de reine
mais la fourmilière fonctionne toujours de la même façon.