En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 44 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 2 heures 13 sec
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 2 heures 14 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 3 heures 6 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 3 heures 15 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 17 heures 5 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 18 heures 1 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 52 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 2 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 heures 9 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 16 heures 7 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 40 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 56 min
Atlanti-Culture

Théâtre : "L’homme à la tête de chou" : Un hommage à Gainsbourg proche de la perfection, mais qui pèche là où on ne s’y attendait pas...

Publié le 23 septembre 2019
Jean Ruhlmann pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»

De Serge Gainsbourg

Mise en scène : Jean-Claude Galotta

Avec 12 danseurs

INFOS & RÉSERVATION

Théâtre du Rond-Point

Du 17 au 29 septembre à 18h30 (puis en tournée dans toute la France)

RECOMMANDATION

Excellent

THÈME

• Cette chorégraphie pour douze danseurs fut présentée pour la première fois il y a dix ans, et créée par Jean-Claude Galotta à partir du concept-album éponyme de Serge Gainsbourg (1976). L’oeuvre fait ici l’objet d’une nouvelle orchestration et d’une version enregistrée par Alain Bashung peu avant sa disparition. 

• Un homme d’âge mûr, alias du compositeur-interprête (puisque son visage arbore aussi les mêmes « feuilles de chou ») fait la connaissance dans un salon de coiffure d’une belle, jeune et - apparemment - innocente shampouineuse : la passion charnelle qui le lie immédiatement à cette Marilou se transforme chez lui en délire de jalousie et de possession. Lequel des deux aura le plus d’emprise sur l’autre ?

POINTS FORTS

 • La chorégraphie et la troupe de Jean-Claude Galotta sont impeccables : danseurs et danseuses se relaient pour interpréter les protagonistes et les situations sensuelles et infernales du couple, sans tape à l’œil, c’est-à-dire ici sans recours récurrent à la nudité ou aux ébats des protagonistes. La précision des gestes et des placements, l’occupation de ce plateau noir et dépouillé de tout élément de décor (sinon un fauteuil de coiffeur), ainsi que la disponibilité et l’énergie des danseurs et danseuses sont un régal pour l’oeil

• L’orchestration et les musiques additionnelles assurées par Denis Clavaizolle témoignent qu’il a parfaitement saisi l’atmosphère électrique de la première moitié des années 1970, où les guitares saturées et mélodiques ainsi que la pédale wah-wah régnaient en maîtres sur le rock anglo-saxon, sans toutefois que soient négligés rythmes tribaux, accents symphoniques et premiers balbutiements du reggae.

POINTS FAIBLES

• Nul ne semblait mieux indiqué qu’Alain Bashung pour une nouvelle version de L’homme à la tête de chou : après tout, les deux artistes s’estimaient et avaient déjà collaboré musicalement dans Play blessures. La voix et les atmosphères cultivées par Alain Bashung semblaient on ne peut plus compatibles avec les textes et les musiques de son aîné.

• Malheureusement, quand le projet se met en place, entre 2008 et 2009, la maladie empêche Bashung de finaliser son travail, de sorte qu’il livre un enregistrement pouvant pratiquement s’apparenter à une maquette. On entend bien qu’il s’agit d’une sorte de “mise en bouche“, et que l’artiste n’a, la plupart du temps, pas encore pu prendre la mesure de l’œuvre et définir précisément ce qu’il pouvait lui apporter. Et cela ne pardonne pas, car la plupart des textes interprétés le sont dans le talk over vers lequel Gainsbourg s’orientait de plus en plus résolument. C’est pourquoi la version inaboutie enregistrée par Bashung est moins honteuse que prometteuse, mais elle souffre de la comparaison avec l’originale, et tranche un peu avec l’extrême qualité des orchestrations et de la chorégraphie.

EN DEUX MOTS ...

Quand l’extase sensuelle le dispute à la torture mentale sur fond d’un rock somptueux et hybride, la danse nous donne à voir ce que Gainsbourg martèle depuis Je t’aime, moi non plus : « l’amour physique est sans issue ».

UN EXTRAIT

« Là-dessus, cette Narcisse / Se plonge avec délice / Dans la nuit bleu pétrole / De sa paire de Levi’s...» (Variations sur Marilou)

L'AUTEUR

• On ne présente plus Serge Gainsbourg (1928-1991), auteur, compositeur et interprète, mais aussi peintre et cinéaste à ses heures. Dès ses débuts dans la chanson française (à la fin des années cinquante), il lui apporte sa touche personnelle, toute en distance grinçante et provocatrice. Son éclectisme, son talent de parolier et son ouverture à des compositeurs issus de cultures musicales variées lui permirent d’échapper au dégagisme provoqué par la vague yé-yé en France, puis à creuser son sillon dans une œuvre aussi originale qu’ambitieuse au début des années 1970, dont Melody Nelson (1971) puis L’homme à la tête de chou - inspiré d’une statue achetée en 1968 et qui trôna dans le jardin de l’artiste et figura sur la pochette de son album - furent les points d’orgue. 

• L’homme... concept-album très abouti reçut pourtant à l’époque de sa sortie un accueil contrasté : succès d’estime, mais échec commercial patent. Il fait à présent l’unanimité et influença de nombreux artistes français de la nouvelle chanson française, dont un certain... Alain Bashung.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires