En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

07.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 9 min 15 sec
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 1 heure 16 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 2 heures 37 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 16 heures 52 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 17 heures 45 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 19 heures 49 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 44 min 10 sec
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 3 heures 27 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 4 heures 32 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 17 heures 14 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 18 heures 43 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 20 heures 22 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Bonnes feuilles

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

Publié le 15 septembre 2019
Pierre-Henri d’Argenson publie "Petit traité d’éducation conservatrice" aux éditions du Cerf. Voici un guide pratique à l'usage de tous les parents pour renouer avec le sens profond de l'éducation. Pierre-Henri d'Argenson en appelle donc à un retour aux fondamentaux. Extrait 2/2.
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d’Argenson publie "Petit traité d’éducation conservatrice" aux éditions du Cerf. Voici un guide pratique à l'usage de tous les parents pour renouer avec le sens profond de l'éducation. Pierre-Henri d'Argenson en appelle donc à un retour aux fondamentaux. Extrait 2/2.

Éduquer n’est pas seulement transmettre quelque chose. C’est aussi, et d ’abord, se transmettre. Paradoxalement, c’est un acte bien plus libérateur pour l’enfant que tout ce qu’il recevra au nom de «l’objectivité» de la science ou de «la vérité»  d’un dogme religieux. Il vaut mieux éduquer ses enfants avec des convictions qu’avec des certitudes. En proposant à nos enfants notre être, construit par une expérience et ne pouvant se réclamer que de la profondeur de son caractère et de ses valeurs, nous les encourageons à construire pour eux-mêmes cette personnalité qui seule les protégera de tous les scientismes et autres manipulations dont ils seront l’objet plus tard. Par la même occasion, nous acceptons que notre expérience de la vie est unique, qu’elle n’est pas transférable à nos enfants. Nous cessons donc de vouloir les éduquer à la façon dont nous les rêvons en tant qu’adultes, de plaquer sur eux nos réussites réelles ou fantasmées, de glorifier seulement les qualités que nous possédons ou que nous voudrions posséder.

En quoi une éducation conservatrice peut-elle y contribuer? Pour moi, une éducation conservatrice n’est ni une éducation de classe, ni une éducation nostalgique, c’est une éducation que je qualifierais d’honnête, au sens de «l’honnête homme», c’est-à-dire complète, équilibrée, morale. J’ai essayé dans ce livre de cerner les contours de ce qui me paraissait essentiel pour donner à nos enfants les bases d’une vie adulte enracinée, et par là même dotée des outils leur permettant de se confronter aux incertitudes de la vie – non pour les résoudre, mais pour les approfondir; non pour trouver la paix, mais pour apprendre à mener le combat; non pour réussir tous les concours, mais pour trouver sa vocation. Une éducation conservatrice doit, je crois, être guidée par l’estime et la confiance que nous mettons dans la capacité de nos enfants à prendre en charge le monde. 

Pour cela, il doit y avoir adhésion au projet de vouloir faire de ses enfants de futurs hommes et femmes libres. C’est sa visée existentielle, son but et fondamental, qui consiste à leur donner les moyens de devenir des personnes solides, épanouies, tenant sur leurs deux jambes; de se construire une philosophie de vie, de développer leur autonomie de pensée, de jugement, d’action; de leur permettre de trouver un équilibre entre la singularité de leur être et le respect des normes collectives; d’accumuler ces réserves existentielles dans lesquelles ils pourront puiser pour affronter les épreuves de la vie – et, disons-le de nouveau avec force, ceci n’est pas le projet libéral-progressiste, qui glorifie nos addictions plutôt que nos résistances, nos distractions plutôt que nos ambitions, nos états d’âme plutôt que notre compassion. Il ne s’agit pas de faire de nos enfants des saints, mais de leur donner une armature intellectuelle, morale, humaine qui leur permettra d’exister pleinement dans le monde, avec le souci des autres et de la planète. En un mot, c’est leur apprendre à vivre par eux-mêmes et avec les autres, et non pour eux-mêmes et dans l’indifférence. La vertu, selon moi, de «l’éducation conservatrice» dont j’ai tenté de dessiner les contours, sans d’ailleurs prétendre qu’elle soit la seule valable, est de ne pas envisager l’éducation d’un enfant comme une épreuve à réussir – une perspective typique du progressisme et de son ambition de formater les êtres en vue d’un idéal inaccessible, mais plutôt comme un projet où s’engager de la meilleure manière possible. Entre le délaissement, l’anarchie, le laisser-aller d’un côté et le contrôle rapproché, la main mise, et le dressage scolaire et comportemental de l’autre, il y a une voie médiane à trouver qui exige de travailler sur soi, ce qui est d’ailleurs la partie la plus difficile, mais aussi la plus passionnante de l’éducation. On peut en effet être un parent lucide et néanmoins plein de failles, tout simplement parce que certains combats contre soi ne sont jamais complètement gagnés, qu’on ne se change jamais à hauteur de ce que l’on souhaiterait et que c’est bien ainsi: il faut de l’imperfection pour une bonne éducation, et il faut un peu de flou pour une bonne structuration. 

Un des meilleurs livres qu’il m’ait été donné de lire sur l’éducation est le Tao Te King des parents, adaptation de la sagesse de Lao-tseu à l’éducation des enfants. Il m’a appris à poser un regard profondément bienveillant sur mes enfants, à faire confiance à leurs formidables aptitudes de vie et à m’inspirer de leur sagesse, en particulier l’art d’habiter pleinement l’instant présent. Mais la philosophie du lâcher-prise ne peut suffire et ne saurait se confondre avec le laisser-faire. Les enfants n’apprennent pas tout d’eux-mêmes. Nous avons un rôle essentiel et nous devons nous investir dans la construction de nos enfants: un enfant construit construira, alors qu’un enfant qui ne sait pas construire risque de finir par détruire, car c’est généralement ce que l’on fait dans ce cas, parce que l’on ne comprend pas, que l’on ne maîtrise pas, que l’on ne participe pas, et que l’on souffre de cette impuissance que l’on compense par la brutalité. 

Le chemin du devenir homme est celui de l’incertitude des steppes sauvages et des montagnes, du renoncement aux allées rassurantes d’un jardin, et c’est pourquoi nul n’y survit sans boussole, sans repères, sans azimuts, sans capacité à confronter sa carte intérieure avec le paysage réel de la vie. Pour équiper à nouveau nos enfants du paquetage adéquat, il est temps, collectivement, de tourner la page ouverte il y a quelques décennies et abandonner le mensonge qui a lancé tant d’enfants dans le désert en leur disant: où que vous alliez, vous arriverez quelque part et vous serez heureux. Or on n’arrive nulle part de cette manière. Notre devoir est donc de leur donner des repères, des instruments pour s’orienter, pour les laisser choisir un jour leur propre voie. Alors ils pourront viser les sommets sans se perdre en route, et s’ils se perdent, ils sauront retrouver leur chemin. J’ai conscience que mes propos peuvent avoir quelque chose de décalé par rapport au désastre éducatif actuel, c’est-à-dire que je me demande s’il n’est pas trop tard pour remédier à la détérioration profonde des conditions de l’éducation. Mais ne baissons pas les bras, et, envers et contre l’idéologie mercantile, le consumérisme écocide, le cynisme festif et l’industrie de la vacuité numérique, préparons la relève. 

Les discours visant d’une façon ou d’une autre, au nom de la défense des idéologies passées, à promouvoir la culture du laxisme scolaire, de l’excuse, de la permissivité, du relâchement, du laisser-aller, ou du pédagogisme déstructurant apparaissent profondément dépassés par la réalité, et continuent, au nom du nivellement par le bas, d’aggraver les inégalités culturelles et sociales. Il faut une fois pour toutes tourner la page de mai 1968, dont les préceptes, quelles que soient leurs justifications historiques et sociales, ont profondément abîmé la société dans sa capacité à transmettre à nos enfants des repères solides pour affronter la dureté du monde et apprivoiser leur condition humaine. Un enfant phobique, une adolescente anorexique, un jeune homme suicidaires ont des êtres qui appellent à l’aide, parce qu’ils sont perdus, déboussolés, face à eux-mêmes et face au monde. Je ne rêve pas d’une société lisse, bien-portante, sans angoissés, sans ados mal dans leurs peaux. Mais le niveau de violence, de suicides, de retard scolaire et de mal-être ne peut plus être accepté et encore moins traité avec les méthodes qui ont elles-mêmes contribué à cette situation. 

Il ne s’agit pas d’éduquer nos enfants contre la société, car nous sommes aussi cette société, mais plutôt d’oser les éduquer à une autre société que celle qui a créé les conditions de la faillite éducative contemporaine. N’ayons pas peur, n’ayons pas honte d’assumer la dimension conflictuelle des enjeux éducatifs, parce que c’est la seule façon d’y retrouver notre place.

Extrait du livre de Pierre-Henri d’Argenson, "Petit traité d’éducation conservatrice", publié aux éditions du Cerf. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

06.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

07.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 16/09/2019 - 08:42
IL faut bien imaginer que pour un enfant d'aujourd'hui
il voit l'Informatique, la téléphonie, les fusées, les Astrophysiciens, la chirurgie, les robots & avec des nouveautés chaque jour etc... & devant tout ça beaucoup, la majorité, vont se dire mais je n'y arriverai jamais à apprendre tout ça, pour encore faire mieux. En plus si sa situation initiale est encore plus éloignée de ce début de perception.
Donc ce point psychologique, qui sera vite un très grand frein, doit impérativement être éliminer. Il faut dés le début prendre le temps de réduire cette peur. Si les profs des écoles à 3ans jusqu'à 6,7ans ne sont pas formés pour ça, et bien les enfants seront psychologiquement perdus pour réussir & comprendre, ce qu'ils ont de potentiel en eux .
Benvoyons
- 15/09/2019 - 21:51
Bobby Watson - 15/09/2019 - 19:25 Amusant argument qui dit
qu'aujourd'hui, il y a un conditionnement à la société de consommation ( encore un qui n'a aucunement besoin de manger , ni de travailler. Un Gilet Jaune quoi!!)( surtout en France dont toute la gestion Socialiste depuis 1945 est Socialiste Etatique:)::)

& qui propose à la place de Conditionner les enfants par des adultes avec des valeurs morales. Cela commence mal car le conditionnement des enfants n'est pas morale. Faudrait donc, tout de même une démonstration de sa Morale:)::)
Bobby Watson
- 15/09/2019 - 19:25
Transmettre
Le mot conservatrice est trop connoté pour permettre un débat serein, la preuve est faite avec les posts précédents. Éduquer signifie étymologiquement élever, tirer vers le haut. À l'opposé du conditionnement auquel nous assistons aujourd'hui par la société de consommation et de communication qui n'offre que de tristes perspectives à notre jeunesse. Au delà des choix idéologiques ce qui compte c'est effectivement le témoignage des adultes qui osent offrir des perspectives claires aux enfants, en n'hésitant pas à affirmer des valeurs morales. Qu'il s' y oppose ou qu'il les adopte le jeune pourra se construire en toute autonomie. Liberté indispensable que le laxisme soixantehuitard à mis en péril et qui est à la source du désastre éducatif actuel.