En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Le nez n'est pas inné

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 12 min 18 sec
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 1 heure 17 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 2 heures 24 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 3 heures 8 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 6 heures 1 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 6 heures 36 min
décryptage > Economie
Règle commune

Taxation des multinationales : l’OCDE fait un petit pas sur un très grand chemin

il y a 7 heures 5 min
décryptage > Religion
Persécutions ?

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Europe
UE

Brexit : petites leçons pour l’Europe (et pour la stabilité des démocraties occidentales) après 3 ans de chaos politique britannique

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 1 heure 3 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 1 heure 51 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 2 heures 39 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 3 heures 24 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 33 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Consommation
Non on ne vous parle pas d’Apple

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

il y a 7 heures 35 min
décryptage > International
Merci Barack

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 23 heures 57 min
© PASCAL PAVANI / AFP
© PASCAL PAVANI / AFP
Audience

Rétablir la confiance envers les journalistes : le pluralisme des médias c’est bien. Le pluralisme dans chaque média, c’est mieux

Publié le 14 septembre 2019
François Fèvre revient sur la question des médias et sur la perte de confiance des Français envers les journalistes.
François Fèvre est étudiant de l’Institut Libre de Journalisme (promotion 2018/2019). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fèvre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fèvre est étudiant de l’Institut Libre de Journalisme (promotion 2018/2019). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Fèvre revient sur la question des médias et sur la perte de confiance des Français envers les journalistes.

L’affaire François de Rugy a surgi à point nommé pour raviver la flamme des Français pour l’actualité et maintenir la consommation des médias au beau fixe. Mais si les Français restent de grands consommateurs d’actualités, la relation entre les médias et les Français reste obscurcie par un gros nuage : année après année, la confiance des Français envers les journalistes chute. D’après le baromètre annuel Kantar/La Croix 2019, seuls 50 % d'entre eux déclarent avoir confiance dans une information diffusée à la radio (média jugé le plus fiable) et seuls 25% estiment les journalistes indépendants.

Les différents dirigeants de rédactions prenant conscience de ce froid en tirent souvent les mêmes solutions : la lutte contre les fake news et une meilleure représentation de la diversité. Mais qu’en est-il de la diversité d’opinions, du pluralisme ? Le pluralisme dont le Conseil constitutionnel a estimé en 1989 qu’il « constitue le fondement de la démocratie ».

Au plus fort de la crise des Gilets Jaunes, de nombreux journalistes ont été pris à partie. BFM TV devenant pour certains des manifestants un symbole du média travaillant « pour le pouvoir ». La partialité des médias dits « mainstream » était mise en accusation. Cette perte de confiance s'est amplifiée depuis l'élection présidentielle de 2017. De nombreux français ont eu le sentiment d'assister à une union, non pas nationale, mais médiatique autour d'un candidat : Emmanuel Macron. La possession de médias par des personnes supposées favorables à Emmanuel Macron avait posé de nombreuses questions. Patrick Drahi, propriétaire entre autres de Libération, L'Express, BFM TV ou RMC ou encore Xavier Niel, co-propriétaire du journal Le Monde. Un sentiment de connivence s'est ainsi installé chez une majorité de français. Sentiment renforcé lors des débats à l'Assemblée nationale sur les subventions accordées à la presse. Que ce soit les aides directes (128 millions d’euros en 2018) ou indirectes (une TVA réduite à 2,1%), la presse est fortement financée par l'Etat. Sentiment aussi renforcé par l’image d’une profession vivant dans l’entre soi et partageant les mêmes opinions. Les sondages réalisés dans les écoles de journalisme ou parmi les rédactions lors de différentes élections et montrant une profession votant à gauche sont connus. Pour les élections européennes de 2019, un questionnaire réalisé par Euro-rolling Ifop sur les intentions de vote des élèves de Sciences Po Grenoble (institut portant l’école de journalisme de Grenoble) montrait une nouvelle fois le décalage entre les « élites » et les Français : Europe Ecologie finissait premier à 30 % suivi de La République En Marche à 17 % et du parti Génération.s de Benoît Hamon à 15 %. La droite ayant quasiment disparu avec 2 % pour LR et 1% pour le RN.

Dans ces conditions, les médias peuvent-ils rétablir la confiance avec les Français ? Le manque de diversité d’opinions parmi les journalistes ne peut qu’influencer les choix des sujets traités et les angles adoptés. Au vu de la 3ème place des Verts aux élections européennes, l'ensemble des médias « mainstream » insistait sur le bon score d’Europe Ecologie et le devoir du gouvernement de « verdir » sa politique pour répondre à l'attente des 12,7% d'électeurs d’Europe Ecologie. Très peu ont parlé d'immigration, d'identité ou de souveraineté pour répondre aux attentes des 23% des électeurs du RN. Ces sujets semblent tabous. En ne les traitant pas les médias nient les préoccupations d’une partie de la population qui se sent méprisée.

Certains responsables de rédaction conscients de ce décalage cherchent à retrouver cette confiance perdue. Chaque média souhaite désormais son émission débat ou ses pages opinions, quand ils ne font pas venir quelques « polémistes » qui seront garants de la diversité d’opinions de leur rédaction. Peut-être en-ont-ils aussi pris conscience en voyant certains Français faire le choix des médias alternatifs ou des réseaux sociaux. Mais les bonnes audiences et les partages sur les Réseaux sociaux qui suivent sont aussi là pour les convaincre. Il suffit de voir le succès sur You Tube des interventions à la télévision ou à la radio d'Eric Zemmour ou de Michel Onfray ! C'est le « buzz » assuré. Les Français ont un vrai désir (voire besoin) de diversité d’opinions, de nouveautés idéologiques et surtout d'idées qui les représentent. Ils sont en droit d’attendre une meilleure représentation de leurs idées en particulier sur des chaînes du service publique financées par les contribuables. Ainsi, il est étonnant qu’une radio comme France culture se contente de l’émission Répliques d’Alain Finkielkraut comme caution de droite.

Mais les médias initiant un peu de pluralisme sauront-ils résister aux premières polémiques venues ? Polémiques qui seront le fait d’autres journalistes ou initiées par des lobbys communautaires. Mais qui ne seront nullement représentatives de l’opinion des Français. Ils ne pourront malheureusement compter sur les pouvoirs publics. Ainsi l’ancienne ministre de la Culture (jusqu’en octobre 2018) Françoise Nyssen déclarait qu'une partie des Français étaient « hautement réactionnaires » et que l'audiovisuel public avait pour mission de « changer les mentalités sur le terrain ». Autrement dit, les chaînes du service public seraient chargées d'éduquer les français à " bien penser "

Peuvent-ils compter sur le Conseil Supérieur de l’audiovisuel (CSA) dont l’exigence de pluralisme fait partie de ses missions ? Sur ce terrain, le CSA restreint ses actions au pluralisme de l’offre médiatique lors de l’attribution de fréquences, ainsi qu’au décompte des temps de parole de chaque parti lors des campagnes électorales. Même dans ce cadre, le CSA semble faire preuve de partialité. Ainsi, si l’ancien conseiller de Donald Trump, Steve Bannon, s’est vu décompter son temps de parole comme temps de parole du Rassemblement National, il n’en a rien été pour les prises de paroles de Daniel Cohn-Bendit soutien avéré de la liste de Nathalie Loiseau. 

Les médias doivent donc compter surtout sur eux-mêmes et résister à la pression médiatique. Les audiences d’Eric Zemmour ou d’autres journalistes au discours alternatif témoignent de l’attente d’un discours différent et du peu d’influence sur les audiences des différentes affaires judiciaires intentées. Mais sont-ils en mesure de le faire ou sont-ils empêchés par l’opinion de leurs journalistes ? Le pluralisme dans les médias qui n’ont pas vocation à être des médias d’opinions passe par une plus grande liberté de parole mais aussi par des journalistes aux profils moins homogènes. Un journalise ne peut traiter les sujets librement lorsqu’il exerce dans une rédaction de journalistes aux opinions semblables. La pression du groupe dans les conférences de rédaction pèse aussi sur le choix des sujets traités et les angles adoptés. Cela passe donc aussi par un recrutement de profils plus divers à l’entrée des écoles de journalisme et par des écoles de journalisme moins conformistes. Le pluralisme dans chaque média participera au rétablissement de la confiance entre les Français et les journalistes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme

06.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

07.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

01.

Le nez n'est pas inné

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 15/09/2019 - 04:19
Honnête ?
Non, M. J'accuse... Vous ne saurez jamais quand un journaliste est honnête. Ils sont honnêtes envers eux-mêmes, honnêtes envers leur journal, honnêtes envers leurs articles. Qu'ils se trompent, qu'ils se leurrent, qu'ils soient leurrés, qu'ils soient menés en bateau, c'est une autre histoire. Quand un politique parle, qu'allez-vous écrire ? Ce que rapporte le journaliste c'est ce que dit le politique, qui lui peut mentir comme un arracheur de dents. Non, M. J'accuse. Selon ce que j'interprète dans votre commentaire, le journaliste honnête est celui qui pense comme vous. Malheureusement, il est strictement impossible d'avoir quelqu'un qui pense comme vous. Ou comme moi. Ou comme n'importe qui d'autre. Seuls les très grands journalistes, vieux, revenus de tout, peuvent avoir assez de recul pour trier dans tout le baratin qu'on leur dit. Alors , à vous de faire le tri : le journaliste donne quand même les infos, mais leur hiérarchie peut-être fautive. mettez à profit votre âge. C'est tout.
J'accuse
- 14/09/2019 - 22:28
Le peuple réclame de l'honnêteté
Les journaux recourent souvent aux articles et intervenants "alibis" pour prétendre à l'objectivité: "regardez, on publie Zemmour et on invite Finkielkraut, c'est bien la preuve que nous sommes objectifs, hein ?" Bah non !
Non parce que ce articles et interventions ne représentent que 10% du contenu du journal, le reste étant exactement à l'opposé, bien-pensant, macronien, anti-Brexit, anti-gilets jaunes, etc.
Il faudrait que les journalistes soient honnêtes en avouant leurs convictions, au lieu de faire croire qu'ils sont objectifs et indépendants, ce qui est leur premier mensonge.
Est-ce que les électeurs sont objectifs quand ils votent ? Non, bien sûr. Alors, que les journalistes cessent de faire croire qu'eux le sont et qu'ils doivent l'être.
Quand ils seront honnêtes, alors on les croira.
hoche38
- 14/09/2019 - 16:01
On peut rêver!
La survie politique du système macronien repose entièrement sur la puissance de son appareil médiatique. Les media sont la peau du Système ( le mot est de Sophia Chikirou, la dircom de Mélanchon en avril 2017).