En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

ça vient d'être publié
pépites > France
Impact à Montpellier, Toulouse et Perpignan
Intempéries : le trafic SNCF fortement impacté dans le sud de la France jusqu'au 4 novembre
il y a 1 heure 9 min
pépite vidéo > International
Tentative d'apaisement
Chili : le président Sebastian Piñera demande pardon et propose des mesures sociales
il y a 2 heures 51 min
light > Science
Big One ?
Californie : une importante faille tectonique se réveille après 500 ans d'inactivité
il y a 5 heures 49 min
pépites > High-tech
Révolution ?
Google dévoile des progrès majeurs dans le calcul quantique
il y a 6 heures 51 min
pépites > Justice
"Diffamation publique"
L’État décide de porter plainte après les accusations d'un homme qui prétendait que la France était "raciste"
il y a 8 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unbelievable" : ... mais vrai !

il y a 10 heures 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hors normes" d'Eric Tolédano et Olivier Nakache : les réalisateurs d'Intouchables nous embarquent dans un film irrésistible

il y a 10 heures 35 min
décryptage > Science
Espace

Les effets du voyage spatial sur le corps humain

il y a 11 heures 35 min
décryptage > France
Repli ?

Une France, deux sentiments nationaux concurrents ?

il y a 12 heures 33 min
décryptage > Société
Tout nouveau, tout beau

L'amour sur Instagram ? C'est de l'art !

il y a 13 heures 12 min
Jamais mieux servi que par soi-même
Chine : des tueurs à gages condamnés pour avoir essayé de sous-traiter leur projet criminel
il y a 2 heures 8 min
pépites > Politique
Polémique maltaise
Matignon : Sandro Gozi, le conseiller d'Edouard Philippe, annonce sa démission
il y a 4 heures 10 min
pépites > Faits divers
Enquête
L'homme arrêté au musée de Saint-Raphaël a été hospitalisé d'office
il y a 6 heures 21 min
pépites > Politique
Avenir de la droite
Christian Jacob dévoile le nouvel organigramme des Républicains
il y a 7 heures 27 min
pépite vidéo > Défense
Promesses tenues ?
Syrie : la Turquie et la Russie évoquent un "accord historique"
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oublier Klara" d'Isabelle Autissier : une saga familiale qui s’étire des goulags staliniens à la décomposition de l’URSS

il y a 10 heures 20 min
décryptage > Société
Conséquences bénéfiques ?

L'impact social de la flexibilité des horaires de travail

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 22 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Bruges - PSG : 0-5, Avec un Mbappé fulgurant, le PSG caracole en tête de son groupe

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Société
Il n'y a rien à voir...

La haine des bien-pensants : ils voient tous ceux qui ne pensent pas comme eux comme des invalides !

il y a 13 heures 26 min
© ANDER GILLENEA / AFP
© ANDER GILLENEA / AFP
Match retour ?

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

Publié le 14 septembre 2019
Selon une dernière enquête de BVA pour La Tribune sur l'opinion des Français sur les mouvements sociaux en cette rentrée, près de 4 personnes sur 10 continuent d'exprimer un soutien à une prolongation du mouvement des Gilets jaunes.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une dernière enquête de BVA pour La Tribune sur l'opinion des Français sur les mouvements sociaux en cette rentrée, près de 4 personnes sur 10 continuent d'exprimer un soutien à une prolongation du mouvement des Gilets jaunes.

La dernière enquête de BVA pour La Tribune consacrée à l’opinion des Français sur les mouvements sociaux de la rentrée comporte plusieurs indicateurs sur les opinions vis-à-vis des Gilets jaunes. Ces données montrent un phénomène d’opinion tout à fait passionnant et même fascinant : alors que la mobilisation dans les rues et sur les ronds-points s’est essoufflée, qu’elle n’est parvenue ni à se structurer dans un mouvement politique ni à percer lors des élections européennes, que les éphémères « leaders » du mouvement ont quitté le devant de la scène et déserté les plateaux de télévision, on constate une incroyable résilience du phénomène de soutien aux Gilets jaunes dans l’opinion. L’erreur d’analyse consisterait à ne regarder que la courbe descendante du soutien, sans prêter attention au maintien : si une majorité (52%) des Français interrogés ne souhaite pas que le mouvement des Gilets jaunes se poursuive dans les semaines qui arrivent, il reste néanmoins 39% qui expriment le souhait inverse. Ce sont donc près de 4 Français sur 10 qui continuent d’exprimer un soutien à une prolongation du mouvement ; ce n’est pas rien, dix mois après le début de ce mouvement, à l’issue de 43 samedis de mobilisation et après un engagement sans précédent de l’exécutif pour tenter d’éteindre le brasier !

Que nous disent ces données ? On voit par exemple que le soutien aux Gilets jaunes n’est pas sans lien avec le soutien plus général à d’autres mobilisations : urgences hospitalières, contestations aux projets de réformes dans plusieurs secteurs publics, interrogations et oppositions face à la réforme des retraites dans plusieurs segments de l’opinion. Toutes les enquêtes d’opinion disponibles montrent en effet qu’une toile de fond de mécontentement et d’inquiétudes sociales existe dans le pays. On peut même parler d’une angoisse sociale parmi les catégories de Français les plus exposés aux injustices, aux inégalités, parmi les plus fragiles socialement. Le souhait de voir le mouvement des Gilets jaunes se prolonger exprimerait alors de manière diffuse cette angoisse sociale et la demande de protection face aux changements sociaux en cours. Politiquement, une question se pose alors : s’agit-il, à l’image de ce que l’on avait vu en 1995 lors des grandes grèves, d’une contestation de ces réformes par procuration ?

C’est sans doute aller (trop) vite en besogne et l’on ne peut plaquer sur 2019 la grille de lecture de 1995. Mais un élément du contexte politique d’aujourd’hui doit être noté : la sphère partisane et syndicale de 2019 semble avoir bien du mal à incarner, aux yeux des Français, l’opposition. Quelque chose de bancal s’est mis en place à l’issue des élections de 2017 : les oppositions ont été affaiblies, dévastées pour certaines formations politiques, et un vide s’est installé pour ceux qui s’inquiètent de toutes les réformes. Beaucoup de Français sont d’accord sur le fait qu’il faut des réformes en France, mais les réformes inquiètent, angoissent. En voulant réformer des piliers de notre modèle social, le Président de la République a lancé un chantier très délicat : faire bouger ces piliers tout en expliquant aux Français que c’est en faisant ces réformes que l’on pouvait préserver les fondations de ce modèle social… ! C’est audacieux, c’est paradoxal, c’est risqué… Par ailleurs, dans l’opinion publique, il n’y a pas de consensus sur ce que veut dire « réformer la France » : pour certains c’est abonder dans le sens du chef de l’Etat, pour d’autres c’est « faire payer les riches », pour d’autres encore c’est « lutter contre les injustices ».

Ce sont toutes ces dimensions qu’il faut prendre en compte pour comprendre le maintien d’un niveau significatif de soutien aux Gilets jaunes. A travers ce soutien se dessine de manière diffuse une demande de protection, de solidarité et peut-être aussi une demande de renouvellement des formes de l’action syndicale et politique. N’oublions pas, en effet, la formidable défiance des Français dans les organisations politiques et syndicales traditionnelles, la faiblesse de ces organisations en termes de nombre d’adhérents aussi.

Toutes ces tendances ne sont pas réparties également dans toutes les couches de l’opinion. L’enquête BVA montre la force des clivages sociaux et politiques : le souhait que le mouvement des Gilets jaunes se poursuive est porté par les catégories populaires (52% parmi les employés ou ouvriers), les salariés, les chômeurs, les Français les moins dotés en capital économique, social, culturel, mais aussi une partie importante de petits travailleurs indépendants. Politiquement ce soutien résilient aux Gilets jaunes est au plus haut à gauche (hors du PS) et auprès des sympathisants du RN. Cette sociologie politique est composite, expliquant sans doute la difficulté qu’a eu le mouvement des Gilets jaunes à se structurer politiquement, mais les lignes de force sociologiques se situent clairement parmi les classes moyennes en difficulté et les classes populaires. Après un été d’accalmie, le match entre Emmanuel Macron et les Gilets jaunes n’est en fait pas terminé. Tout le monde n’est pas rentré au vestiaire définitivement et certains demandent la seconde mi-temps ou le match retour…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 14/09/2019 - 19:33
Dis donc Popol
Tu bois trop ou alors t'es en voie de bendidonisation ? Tu files un mauvais coton mon gars !
Citoyen-libre
- 14/09/2019 - 19:11
Les Gilets Jaunes
On peut avoir un certain mépris pour des gens qui ne parviennent pas à finir leur mois. Ca rassure de se sentir au-dessus. Mais les gilets jaunes représentent ou ont représenté l'ultime résistance à un pouvoir tout puissant, qui considère depuis 40 ans, que réformer c'est appauvrir et paupériser les salariés et retraités de ce pays. Avec leur disparition programmée, ce qui est aussi logique, disparaît en France, toute sorte d'opposition, face à un pouvoir cynique, autoritaire et capable des pires abjections. Déjà, toutes les mesures prises, le sont en faveur des classes extrêmes. Les syndicats ne représentent qu'eux et la presse, pour une grande part, est une presse de propagande. La réforme destructrice des retraites qui s'annonce, les impôts qui se cumulent de manière insidieuse, la transformation de la famille, avec la PMA et la GPA, une immigration amplifiée, etc, risque de modifier très profondément ce pays et surement pas dans le bon sens, en tirant une majorité de gens de plus en plus grande, vers le bas. On attendait un pays dynamique, porté par l'enrichissement, par le renouveau, et on assiste à une soumission organisée de la société française.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 14/09/2019 - 14:22
Dès que Gil & John referont
Dès que Gil & John referont leur cirque, les Français les rejetteront à nouveau. Ils trouvent insupportable le laxisme du gouvernement face aux casseurs.....que ce soient des racailles ou Gil & John..