En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 2 min 4 sec
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 42 min 46 sec
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 1 heure 9 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 1 heure 50 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 3 heures 3 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 30 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 17 min 46 sec
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 55 min 20 sec
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 27 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 2 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 10 heures 45 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 14 heures 10 min
© MARTIN BUREAU / AFP
© MARTIN BUREAU / AFP
Bonnes feuilles

Pourquoi il faut enfin réhabiliter l’autorité à l’école

Publié le 14 septembre 2019
Pierre-Henri d’Argenson publie "Petit traité d’éducation conservatrice" aux éditions du Cerf. Voici un guide pratique à l'usage de tous les parents pour renouer avec le sens profond de l'éducation. Pierre-Henri d'Argenson en appelle donc à un retour aux fondamentaux. Extrait 1/2.
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d'Argenson est haut-fonctionnaire. Il a enseigné les questions internationales à Sciences Po Paris. Il est l’auteur de "Eduquer autrement : le regard d'un père sur l'éducation des enfants" (éd. de l'Oeuvre, 2012) et Réformer l’ENA, réformer...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-Henri d’Argenson publie "Petit traité d’éducation conservatrice" aux éditions du Cerf. Voici un guide pratique à l'usage de tous les parents pour renouer avec le sens profond de l'éducation. Pierre-Henri d'Argenson en appelle donc à un retour aux fondamentaux. Extrait 1/2.

Un sondage publié en octobre 2011 révélait que 75% des parents se jugeaient trop laxistes avec leurs enfants, 65% trop copains et 55% trop tolérants, tandis que 67% reconnaissaient explicitement manquer d’autorité. Pourquoi donc, alors que tout le monde semble vouloir aujourd’hui réhabiliter l’autorité, est-ce si difficile en pratique? 

La première raison est simple: le message que l’on reçoit en permanence à propos de l’autorité est contradictoire, donc impossible à mettre en œuvre. On dit «oui» à l’autorité, mais à condition qu’elle ne heurte pas, qu’elle ne blesse pas, qu’elle soit expliquée, qu’elle soit comprise et entourée de nombreux adoucissants… autrement dit qu’elle ne soit pas autoritaire. Voici quelques extraits d’un article tiré d’une revue d’association de parents d’élèves, intitulé martialement «Autorité: les bases de la discipline», qui illustrent cette difficulté à aborder l’autorité telle qu’elle est, et non telle qu’on la dénature pour la rendre acceptable. 

On y découvre, comme dans bien d’autres articles consacrés à ce sujet, que l’autorité consiste à «chercher à exercer une influence sur l’autre – sans recourir à la force – pour l’amener progressivement à admettre que les limites imposées lui permettent de grandir et sont bénéfiques pour lui». On y lit également que l’autorité est «la capacité à faire respecter le cadre fixé par les règles adoptées par tous».Enfin, que pour les élèves «qui ne suivent pas les règles et se mettent en situation de conflit, cela peut, en effet, aller jusqu’au rapport de force. Mais le dialogue doit toujours être instauré de façon à rappeler que le règlement n’est pas répressif ». 

Ces propos n’ont en apparence rien de choquant, sauf qu’ils posent un sérieux problème: ils reposent sur la méconnaissance, le déni ou la déformation de ce qu’est l’autorité, la rendant par-là impraticable. 

Non, faire preuve d’autorité n’est pas chercher à «exercer une influence» sur l’autre: à la différence de la manipulation ou de la séduction, l’autorité s’exerce de manière directe par un langage clair, qui utilise généralement l’impératif pour exprimer un ordre, sans détour, ni subtilités manœuvrières.

Non, l’autorité n’a pas de vocation «progressive», mais vise au contraire un but immédiat, sans délai, «sans murmures ni hésitations». 

Non l’autorité ne vise pas à «faire admettre», elle ne recherche pas l’adhésion ou le consentement, elle n’a pas pour but de convaincre, mais d’imposer. L’autorité a effectivement pour effet de permettre aux enfants de grandir, mais cet effet ne se produit justement que parce que l’autorité ne s’est pas engagée dans une négociation plaçant à égalité les raisons de l’enfant et celles de l’adulte, elle assume faire prévaloir une raison supérieure dont on n’attend pas de l’enfant qu’il la comprenne immédiatement (autrement, il n’y aurait nul besoin d’autorité).

Non, l’autorité ne vise pas seulement à faire respecter les «règles adoptées par tous»: elle est d’abord, au quotidien, le rétablissement d’un rapport de hiérarchie, de subordination à un ordre préexistant à l’enfant, qui est rejeté par le transgresseur. Lorsqu’un enseignant dit à un enfant de se taire, il dit deux choses: bien sûr, il rappelle une règle générale de comportement dans la classe, mais il dit aussi, et avant tout, qu’il est lui, l’enseignant, celui qui commande, celui à qui l’on a confié la fonction de décider ce qui pouvait ou non se faire dans la classe, et celui à qui l’on doit obéissance dans ce cadre, bien que l’enfant n’ait jamais eu son mot à dire sur cette organisation du pouvoir. 

Non, le dialogue ne doit pas être «instauré», mais plutôt restauré: par définition, l’autorité est un monologue, elle se manifeste précisément au moment où le dialogue est rompu ou rendu impossible. L’autorité vise à rétablir les conditions du dialogue, en rappelant la règle commune et la place de chacun dans l’ordre collectif. 

Enfin si, un règlement est par nature «répressif». Il suffit d ’en feuilleter un pour s’en convaincre : tout règlement prévoit un ensemble d’obligations et de sanctions pour faire respecter ces obligations, et a par construction un caractère répressif. À l’instar du règlement, l’autorité est l’expression d’une contrainte, légitimée par un ordre supérieur qui a reçu, en amont, le consentement de la société. 

Attention, je ne dis pas que l’autorité serait d’entrée de jeu la panacée, l’alpha et l’oméga de toute éducation, ni que toute forme d’autorité soit légitime (aboyer des ordres du matin au soir dénote plutôt un manque d’autorité, laquelle, même en famille, s’exerce d’autant plus sereinement qu’elle ne repose pas seulement sur la hiérarchie, mais se diffuse par l’exemplarité et la sagesse de sa conduite et de ses décisions). Il existe de nombreuses situations où le dialogue, la pédagogie, la recherche d’adhésion, la patience et la négociation valent mieux que l’exercice immédiat de l’autorité. Je dis simplement qu’on ne peut pas pratiquer en même temps dialogue et autorité, explication et autorité, consensus et autorité. 

Si nous peinons tant à exercer l’autorité sans culpabilité ou sans l’entourer de toutes ces précautions qui la vident de son sens, c’est que l’opprobre pesant sur son usage fonctionne toujours. On l’a dit, les idéologues de mai 1968 ont voulu éradiquer l’autorité (sauf la leur), la délégitimer de manière définitive, la sortir du champ de l’éducation, et plus généralement des relations humaines. Toutefois, la seule remise en cause de l’autorité n’aurait pas en soi suffi à dégrader aussi profondément son exercice si elle ne s’était inscrite dans le cadre d’une lutte plus radicale encore contre toute forme de verticalité.

Extrait du livre de Pierre-Henri d’Argenson, "Petit traité d’éducation conservatrice", publié aux éditions du Cerf. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 14/09/2019 - 17:18
Tout n'est pas perdu!
Si le président Macron déploie à rétablir l'autorité à l'école la même détermination qu'il a montré à mater les Gilets jaunes, ce n'est plus qu'une question de quelques mois et l'effet sur sa popularité sera considérable.
Benvoyons
- 14/09/2019 - 14:12
Bien évidemment il faut prendre le temps de consulter ls parents
( en fait consulter est plutôt leur dire comment être) & pour qu'eux même participent à cette cause, qui en plus sera bonne pour eux.
Benvoyons
- 14/09/2019 - 12:19
Il faut procéder par ordre. De 3 à 7 ans assener l'autorité est
totalement contre productif. Il faut en effet expliquer. Mais expliquer, en faisant débattre les enfants sur le sujet & forcément sur tous les cas qui vont se présenter. Cela doit prendre le dessus si nécessaire aux autres apprentissages. En effet cette période est primordiale pour savoir être & aussi comprendre les autres. Cela permettra de comprendre le respect de soi dans le travail individuel & de groupe.
La participation à l'action de l'autorité par les enfants est primordiale pour que cela s'insère efficacement dans les esprits. L'enfant doit apprendre le respect de soi pour avoir du respect vers les autres.
Je considère qu'après cela est bigrement tard & souvent sans une solution plus Militaire.