En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Atlantico Business

Pékin lance sa guerre des monnaies contre le dollar

Publié le 07 août 2019
La Chine a donc riposté en dévaluant sa monnaie. Alors qu’on s’attendait à la poursuite d’un dialogue musclé mais convenu entre l’Europe et les USA sur la fiscalité du digital, le risque de guerre des monnaies à l’échelle mondiale se précise.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine a donc riposté en dévaluant sa monnaie. Alors qu’on s’attendait à la poursuite d’un dialogue musclé mais convenu entre l’Europe et les USA sur la fiscalité du digital, le risque de guerre des monnaies à l’échelle mondiale se précise.

A force de menacer et de jouer avec les tarifs douaniers pour faire plaisir à son électorat du Middle West, Donald Trump va se retrouver avec une guerre des monnaies fomentée par les Chinois qui viennent de riposter assez violemment en dévaluant leur monnaie. Du coup, le prix à payer par le consommateur américain risque d’être beaucoup plus lourd.

Depuis qu’il est arrivé au pouvoir, Donald Trump a occupé la galerie internationale en menaçant la Chine de renchérir les importations chinoises avec des droits de douane.

La menace est difficile à mettre en œuvre, parce qu’elle peut affecter les consommateurs chinois qui finiront par payer ces droits. Après quelques mois de pseudo conciliabules avec les autorités chinoises, après un bras de fer perdu avec la Réserve fédérale americaine, le président américain a confirmé sa décision de fixer une surtaxe de 10% sur plus de 300 milliards d’importations chinoises qui étaient exonérés jusqu’à maintenant. A ce niveau, on touche au cœur des flux commerciaux entre la Chine et les Etats-Unis. Les autorités de Pékin ont donc assez violemment réagi et cela pour la première fois.

D’une part, elles ont demandé aux organisations agricoles de bloquer leurs achats de produits américains, les semences et les phytosanitaires, qui sont parmi les premiers postes d’exportations américaines vers la Chine.

D‘autre part et plutôt que de travailler produit par produit, la Chine s’est décidée à déprécier sa monnaie de façon à compenser les pertes liées au mesures douanières. La Chine baisse la valeur du yuan à partir de laquelle elle intervenait pour soutenir les cours et laisse donc filer sa monnaie.

Alors, ça va lui couter cher en devise compte tenu de l’argent placé aux Etats-Unis, mais peu importe puisque la Chine n’achète plus d’actifs depuis de nombreux mois.

La réaction de Donald Trump en ce début de semaine a été très brutale, puisque le président américain a traité les Chinois de tous les noms, de voleurs et de manipulateurs, les accusant de violer tous les accords. Le comble, c’est qu’il vient d’intervenir auprès des institutions internationales, du FMI et de l’OMC pour dénoncer cet "avantage concurrentiel injuste et déloyal" que viennent de s’octroyer les Chinois.

La démarche est assez cocasse quand on sait la façon dont les Américains ont utilisé dans leur histoire la variation de change du dollar. Cocasse aussi de voir le président américain en appeler aux institutions internationales après avoir proclamé leur inutilité et son ambition de détruire les accords multilatéraux au profit du bilatéral. On croit rêver !

Tout cela veut dire que nous sommes désormais entrés dans une phase d’hostilité qui va être difficile à contrôler.

Les conséquences de cet état de guerre latente sont très faciles à imaginer. La croissance mondiale va continuer de s’infléchir. Le Japon et l'Europe devraient essayer de se mettre à l'abri d’une tempête monétaire. Le Japon en a parfaitement les moyens. L’Europe aura beaucoup de mal, compte tenu de son manque de cohérence politique et économique.

En attendant, les marchés financiers se replient. Depuis le début de la semaine, les bourses américaines ont perdu près de 3% et les indices chinois de 5%. Le CAC 40, principal indicateur en Europe, a perdu 5,5% en quelques jours.

La difficulté de cette période très troublée, c’est qu’on ne peut pas parier sur une paix prochaine entre les deux protagonistes.

Tout ce qui se passe sur le champ économique et monétaire dépasse et de loin les seuls mécanismes techniques.

Du côté de la Chine, on estime et (on espère) que Donald Trump ne sera pas réélu, on reviendrait donc à un équilibre plus normal.

Du côté américain, on est convaincu que la Chine a plus à perdre que l’Amérique à ce petit jeu. La meilleure preuve est que selon les observateurs américains, la détérioration des conditions économiques encourage les forces démocratiques et fragilise le pouvoir.

A Pékin, on fait le pari que les jours de Donald Trump sont comptés.

A Washington, on explique que Xi Jinping ne pourra pas tenir longtemps la ligne aussi dure qui est la sienne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

La guerre des changes aura lieu

07.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dr Guy-André Pelouze
- 07/08/2019 - 20:13
Dans la rubrique j'ai adoré
"Du coup, le prix à payer par le consommateur américain risque d’être beaucoup plus lourd."
récap
Xi chef d'état communiste dévalue sa monnaie ce qui (retenez moi ) va faire que les chinois vont payer toute importation plus chère et tout séjour touristique plus cher. Les retraités les globetrotteurs et les acheteurs de biens made in outside RPC apprécieront...
Là JMS nous dit c'est le consommateur américain qui va payer. Ouais dans combien de temsp parce que TOUT DE SUITE je répète c'est bien le chinois qui paye la dévaluation. Il aurait mieux fait de nous expliquer POURQUOI Xi dévalue...
evgueniesokolof
- 07/08/2019 - 15:26
JMS
JMS c'est le Xavier Rauffer de l'économie: Mohamed Ben Slimane est dans un cercueil et les radeaux des anglais en fuite sont au fond du Chanel
"Du coup, le prix à payer par le consommateur américain risque d’être beaucoup plus lourd." Ah bon! les taxes allaient augmenter le prix des produits: la dévaluation du yuan va les abaisser: c'est fait pour ça non ? Pour le reste, l'industrie US est au fond du trou, comme l'industrie européenne d'ailleurs; donc il faudrait autre chose qu'une dévaluation pour l'affecter : on ne réveille pas un mort! A vrai dire, JMS c'est un peu un orgue de Barbarie: ça s'en va et ça revient et il y a toujours une mélodie qui se termine sur les marchés. JMS a lu tout Adam Smith, tout ce qui a été écrit sur Adam Smith et c'est pour cela qu'il n'a jamais entendu parler de Schumpeter.
Ah oui , je parlais de Rauffer mais il a un frère ennemi: Alain Bauer: le premier est de droite , le second socialo mais ils sont au moins d'accord pour raconter des conneries, à condition d'en avoir la primeur.