En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 33 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 15 heures 10 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 15 heures 22 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 16 heures 22 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 17 heures 28 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 19 heures 14 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 19 heures 14 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 12 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 15 heures 13 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 17 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 18 heures 18 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 56 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 19 heures 14 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Un Produit français vivant

Emmanuel Macron, ne touchez pas à notre système social s’il vous plaît. Sans lui, je ne serais plus là. Il m'a sauvée

Publié le 05 août 2019
Avec Marie Abel
Sans lui, je ne serais plus là. Il m'a sauvée.
Marie Abel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie Abel est chercheuse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sans lui, je ne serais plus là. Il m'a sauvée.
Avec Marie Abel

J'ai toujours connu l'hôpital et la maladie, et ce depuis mes 2 ans. Je suis familière, voire à l'aise, avec les examens médicaux de tous genres : prise de sang, examens en petite culotte de la rotation et de la flexion de ma hanche, IRM, scanner, radiographies, électrocardiogrammes, encéphalogrammes...

Je connais les hospitalisations longues, la gentillesse des infirmières, le langage médical si particulier, l'apparente froideur des médecins spécialistes, la douceur des internes, la nourriture de l'hôpital qui, je dois l'avouer, s'est nettement améliorée en 25 ans.

J'ai connu la morphine et toute autre sorte d'antidouleurs. J'ai connu le fauteuil roulant, les cannes anglaises, les appareillages de toute sorte, y compris les tractions. J'ai connu la mort d'autres enfants, avec des maladies bien plus grave que la mienne. Puis, la peur de ma propre mort, quand j'ai eu une infection et qu'on a dû m'opérer à nouveau. Je sais qu'on ne revient pas de la mort. J'ai peur du néant quand je ferme les yeux. Je ne ne veux pas me perdre dans les limbes et ne plus jamais voir ma mère.

Citoyenne française, née sur le sol français de parents français, j'ai bénéficié de notre système de sécurité sociale à 100 %. Les neuf premières années de ma vie ont été essentiellement centrées sur ma santé fragile, et le système de santé français a été mon premier compagnon.

Puis, sont arrivés les problèmes familiaux. Le couple parental autour de moi se sépare. Mon père ne parle plus, puis part loin. C'est la première fois que je vois un psychiatre. C'est la première fois que je bois. C'est la première fois que je me fais du mal. Mais personne ne voit rien dans ma famille. Disons que ma famille est aveuglée de tristesse, et que j'ai dû me débrouiller seule.

Je ne suis plus retournée à l'hôpital, abandonnant mon suivi. La justice française est devenue ma nouvelle compagne. Je rencontre un juge à qui je dis que j'aime ma mère et que mon père ne donnepas de nouvelles. Puis, ce sont les jugements, les arrêts, et un divorce qui dure et qui dérange même la Cour de cassation, sans succès. Dix années se sont écoulées avant que le divorce ne soit enfin prononcé. Je me sens orpheline de parents. Je suis déjà un produit français.

Après avoir effectué tout mon scolaire en école publique, je m'oriente vers une prépa dans un lycée public, puis vers l'université. Mes études sont gratuites, quasiment. Je touche une bourse car ma mère ne gagne pas assez pour subvenir à mes besoins. Je touche aussi une allocation logement, pour les mêmes raisons.

Puis, arrivée à Paris pour continuer mes études, je ne touche plus de bourse. Ma mère s'est remariée, et elle gagne trop pour que je puisse prétendre à obtenir une bourse. Mais ma mère ne veut pasm'aider. Elle n'a pas de projet pour moi. Donc je travaille. J'enchaîne les petits boulots tout en restant studieuse. Je tombe amoureuse, plusieurs fois. Puis je me casse les ailes, pour diverses raisons. Je dois revoir un psychiatre, car je ne peux plus me lever, je ne peux plus arrêter de pleurer. Mes parents ne sont pas là, incapables de gérer une telle situation. Pire, ce qui m'arrive leur arrive à eux, en fait.

Je connais les anxiolytiques, puis les antidépresseurs, les CMP, la différence entre les psychologues et les psychiatres. Puis l'hôpital psychiatrique.

Je ressors de cette histoire avec un sac de médicaments en guise de cannes anglaises. Je sais que comparé à ma sœur, qui a 11 ans de plus que moi, je n'ai pas beaucoup de cheveux, et je semble en moins meilleure forme. Je sais que je ne peux pas prétendre à une vie rêvée comme la rêve ma sœur, car mes fragilités m'isolent et me rendent trop lucide parfois.

Enfin, je garde des séquelles de ma maladie d'enfance. Je dors mal, depuis longtemps. Je suis fragile moralement. J'ai trouvé un CDI. Mais quand mon manager pose ses mains belliqueuses et tremblantes sur moi, à l'occasion d'une demande d'augmentation de salaire, je tombe malade. Ma thyroïde s'enflamme d'une maladie auto immune qui me mets au tapis pendant plus de six mois.

Je bénéficie donc d'un arrêt maladie. Comble de la situation, alors que je souhaitais une augmentation de salaire, car les jeunes sont mal payés en France, au delà de quatre mois d'arrêt maladie, je netouche plus que 80 % de mon salaire. Ma nouvelle mère, la Sécurité sociale, verse une partie de mon salaire sous forme d'indemnités journalières.

La maladie que j'ai contractée petite me rattrape et je dois de nouveau me faire opérer. Ambulances, médecins, radiographies, IRM, salle d'opération, salle de réveil. Douleur. Échelle de 0 à 10.

En rééducation post opératoire, un kinésithérapeute me demande d'évaluer ma douleur. Par pudeur, je dis 6. Puis, il me dit qu'il n'est pas dans mon corps et que je dois lui dire réellement ce que je ressens en me servant de cette échelle. Je détourne la tête pour qu'il ne voit pas mes larmes. C'est un 9 en fait, si on prend en compte mes sentiments. La douleur, au delà d'être physique, affaiblit moralement.

J'ai trente ans. Je viens de sortir de l'hôpital. Je suis claudicante et j'ai mal. Je me dis que ma vie est brisée. Je n'ai plus de travail, aucune idée de ce que je vais faire. Je vais bientôt toucher le chômage, chômage de cadre, de la part de Pôle emploi.

Je ne sais pas quand je serai rétablie. Grâce à ma mutuelle d'entreprise et au système français, je n'ai rien à prendre en charge. Seuls les outils d'aide à l'habillement, comme les pinces, les chausses-pieds plus longs et autres, sont à ma charge. Ma solitude, gagnée au fil du temps, reste à ma charge aussi. J'ai le cœur brisé. Certaines personnes reviennent vers moi, mais des personnes rencontrées alors que je ne parlais pas de maladie, sont absentes et totalement absorbées par leurs propres vies. Une vie que j'ai tenté d’atteindre, sans jamais y arriver réellement. Une vie faite de projets à deux, d'after-work, de travail acharné, d'argent, de trajets matinaux en métro sur-bondé, de stress hiérarchique, parfois de frime, de jalousies, de compétitions.

Je redécouvre l'amour fraternel que j'ai oublié pendant que j'ai vécu ma vie de con, quand mes parents m'ont poussée à faire des études gratuites mais qui me rapporteraient de l'argent, et quand j'ai travaillé pour me faire de l'argent, m'inventant des passions étrangères à ce que je suis intérieurement.

Je me regarde. Je suis un pur produit français. La patrie est ma béquille. Je ne serais pas là sans elle. J'implore le président Macron de ne pas toucher à cette béquille. Le chômage, la santé, le système boursier universitaire ne sont pas des choix. Je ne suis pas une profiteuse. J'ai eu des accidents. Malgré cela, je porte un regard amoureux sur l'humanité, et je veux faire du bien.

Les accidents arrivent, même aux plus pauvres. Le système français doit continuer à porter son secours, et dans de bonnes conditions.

Soutenons ceux qui font ce système français. Militons pour plus de moyens. Je le répète, les accidents arrivent. Sans prévenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy-André Pelouze
- 07/08/2019 - 21:54
Au delà de l’émotion suscitée pourquoi plus de moyens?
D’une manière générale en Europe vous auriez eu les mêmes avantages sociaux. La différence dans la plupart des autres pays d’Europe c’est pour pour les curistes, les VSL, les AT de convenance et tous les autres dispositifs de redistribution sociale qui coûtent fort cher.
Ce sont ses dépenses inutiles qu’il faut réduire pour que vous puissiez comme tous les autres patients bénéficier des soins pour maladie.
Par ailleurs la France dépense beaucoup pour son système de soins et il est donc un peu inconvenant de demander plus de cotisations dans un pays qui a des prélèvements obligatoires qui sont les plus élevés du monde en terme de dépenses sociales.
Benvoyons
- 06/08/2019 - 15:52
venise:
"c'est à creuser car les cotisations sont gigantesques" elles ne sont pas gigantesques car elles ne couvrent pas les besoins & en fait le seul gigantisme n'existe que dans les déficits & les gabegies, qui se font ainsi comme un rituel Socialiste jusqu'à la mort du système tant choyé par la gangrène du Gratuit.
venise
- 06/08/2019 - 13:34
BEN VOYONS
non, juste le dentaire, les lunettes et le sonotone , pas la peine de me faire une leçon! je sais tout ça, mais c'est à creuser car les cotisations sont gigantesques et pourraient renflouer la sécu
une parkinsonienne, aprés avoir risqué le tetanos en taillant son rosier miniature se jucha sur un tabouret pour changer l'ampoule du lustre......je ne suis pas une héroine, juste prudente