En direct
Best of
Best of du 20 au 26 juin
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Présidentielle 2022 : pourquoi le duel tant annoncé n’aura pas lieu

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Houria Bouteldja assassina la "gauche blanche"…

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

07.

2020, fin de l’hégémonie occidentale et première victoire de la Chine dans la nouvelle guerre froide ?

01.

Augmentation de capital pour Libération

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 26 min 27 sec
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 5 heures 12 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 6 heures 14 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 8 heures 44 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 9 heures 26 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 10 heures 1 min
pépites > Politique
"Ouvrir un nouveau chemin"
Emmanuel Macron se confie à la presse quotidienne régionale avant le remaniement et dévoile ses priorités pour la fin du quinquennat
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Cafard" de Ian McEwan : une fable mordante sur les politiciens britanniques et le Brexit, par un des maîtres du roman anglo-saxon contemporain

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 1 heure 48 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 5 heures 52 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 9 heures 3 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Histoire du Consulat et de l’Empire" de Adolphe Thiers : le Consulat, le meilleur de Bonaparte ?

il y a 1 jour 1 heure
light > Justice
Espoir pour les victimes
Affaire Jeffrey Epstein : Ghislaine Maxwell, sa complice présumée, a été enfin arrêtée par le FBI
il y a 1 jour 2 heures
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Bonnes Feuilles

La détresse de la police après le meurtre de Magnanville, vécue dans la peau d'une femme d'un policier du RAID

Publié le 04 août 2019
Dans "Femme de policier d'élite", (Editions Mareuil) Véronique Fauvergue et Catherine Salinas, épouses du patron du Raid et du numéro 2 de la BRI, reviennent sur le jour des attentats de Magnanville.
Véronique Fauvergue et Catherine Salinas
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Véronique Fauvergue et Catherine Salinas sont les épouses du patron du Raid et du numéro 2 de la BRI au moment des attentats de Charlie Hebdo. Elles reviennent sur leur expérience dans "Femme de policier d'élite".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Femme de policier d'élite", (Editions Mareuil) Véronique Fauvergue et Catherine Salinas, épouses du patron du Raid et du numéro 2 de la BRI, reviennent sur le jour des attentats de Magnanville.

Mon époux se réveille, ravi de passer cette soirée dans le calme et dans l’intimité. Nous sommes bien. Nous commençons à manger lorsque le portable professionnel de Jean-Michel (celui du RAID) sonne. Je l’entends donner les premières instructions :

— OK. Partez sur place ! Je passe à Bièvres et vous rejoins immédiatement.

Puis il s’adresse à moi :

— Désolé, chérie. Un commandant de police se serait fait agresser devant chez lui dans les Yvelines. Le forcené serait retranché dans son domicile. Il y aurait des otages… C’est pour nous. Je file.

Comme à mon habitude, j’éteins la télévision. Lorsque mon mari rentre, très tard dans la nuit, j’apprends qu’un couple de policiers a été assassiné à leur domicile. Le seul survivant est Mathieu, un petit bout de chou de 3 ans.

— Tu te rends compte, le petit était là ! Sa maman a été égorgée !

— …

Je reste sans voix, profondément choquée par cet acte de barbarie. Jean-Mi, lui, est totalement bouleversé, le visage pâle comme jamais. Nous avons une petite-fille du même âge. Je fais un transfert émotionnel. Je pense à ce petit garçon désormais orphelin.

Suite à cet attentat, j’éprouve pour la première fois un sentiment d’insécurité. Je suis dans la crainte de rester seule chez moi. Je ferme les volets plus tôt et la porte à clé même pendant la journée.

Mon époux, lui, ne se remettra jamais vraiment de cette soirée. Cette attaque ravive toutes les autres. Surtout celle du Bataclan, qui l’a si profondément marqué. Il porte désormais une tristesse en lui qui ne le quitte plus vraiment.

Quelques jours après ce double meurtre, je vis un moment très perturbant. Je me trouve devant chez moi, sur le pas de ma porte. À l’aide d’un sécateur, je taille ma glycine. Une voiture de police fait alors son apparition sur la petite route qui croise ma rue. Elle roule doucement, très doucement, comme si elle cherchait son chemin.

Puis elle tourne dans ma direction. Les policiers, dont je distingue maintenant le visage, regardent de droite à gauche. Ils cherchent une adresse, c’est évident.

J’ai l’impression que tout se déroule au ralenti. Je me redresse un peu pour mieux les voir et manque aussitôt de m’effondrer. Mes jambes flageolent. Je n’ai plus aucune force. Le souffle me manque. Je

prends appui sur ma boîte aux lettres tandis que des pensées terribles

traversent mon esprit : « Ça y est, c’est mon tour. C’est pour moi. Ils

viennent m’apporter la mauvaise nouvelle. Jean-Mi est mort… »

Paniquée, effrayée, je suis sûrement livide. Le véhicule s’arrête à

ma hauteur. L’un des deux policiers baisse la vitre et s’adresse à moi :

— Madame, est-ce que…

Je ne comprends absolument rien à ce qu’il me raconte. Je suis sonnée. Il descend alors de sa voiture, s’approche de moi et pose sa main sur mon épaule :

— Ça va, madame ?

— …

Non, ça ne va pas. Je m’attends au pire.

— Madame, vous m’entendez ? Ça n’a pas l’air d’aller très bien ? Je peux vous aider ?

— Comment ? Euh… Non, merci… Tout va bien… C’est pourquoi ?

— Nous faisons une ronde dans le village. Mais en vous apercevant, de loin, nous avons eu l’impression que vous faisiez un malaise. Vous avez l’air d’aller un peu mieux, on dirait. Je comprends alors qu’ils ne sont pas là pour moi. Mes yeux, mon coeur et mon corps pleurent de joie.

— Je suis désolée, messieurs. Je suis d’habitude très discrète mais je suis Véronique Fauvergue, l’épouse de Jean-Michel Fauvergue, le patron du RAID. J’ai cru que vous veniez m’annoncer une très mauvaise nouvelle. J’ai eu peur comme jamais…

Ils captent tout de suite. L’autre fonctionnaire descend à son tour de la voiture. Désolés de m’avoir effrayée pour rien, ils m’offrent tous les deux des paroles réconfortantes. Je ne connais ni leur nom ni le commissariat dont ils dépendaient mais, aujourd’hui, je tiens à les remercier encore d’avoir pris ce temps pour moi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires