En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

04.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

05.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 8 heures 22 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 9 heures 50 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 18 heures 7 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 18 heures 43 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 19 heures 56 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 20 heures 13 min
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 9 heures 7 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 18 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 18 heures 55 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 19 heures 12 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 20 heures 1 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 20 heures 14 min
© ANGELA WEISS / AFP
© ANGELA WEISS / AFP
Déni

Agressions homophobes : mais pourquoi oublie-t-on si souvent de parler du profil des agresseurs ?

Publié le 01 août 2019
D'après une enquête réalisée par l'Ifop en juin 2019, 63% des personnes de confession musulmane perçoivent l'homosexualité comme étant une "maladie" contre 20% chez les catholiques pratiquants et 10% chez les individus "sans religion".
Vincent Tournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Tournier est maître de conférence de science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une enquête réalisée par l'Ifop en juin 2019, 63% des personnes de confession musulmane perçoivent l'homosexualité comme étant une "maladie" contre 20% chez les catholiques pratiquants et 10% chez les individus "sans religion".

Atlantico : A partir de ce chiffre, ne peut-on pas établir un lien de corrélation entre l'augmentation des actes homophobes et sinon la religion musulmane du moins l'origine sociale des agresseurs ?

Vincent Tournier : Ce résultat de l’IFOP est conforme à ce que disent les enquêtes : toutes montrent que les musulmans sont en profond décalage avec l’évolution de la société sur la question de l’homosexualité. Même l’extrême-droite a largement déserté ce créneau. 

Parler de décalage est presque un euphémisme : on devrait parler de contre-courant tant on a affaire à une population qui souscrit à des valeurs très traditionalistes, voire franchement réactionnaires. C’est un sujet que les médias n’aiment pas aborder : la dénonciation serait certainement plus facile s’il s’agissait de catholiques. 

Cela dit, le fait de passer à l’acte relève d’une autre logique. S’en prendre à des personnes, ce n’est pas la même chose. On peut avoir des attitudes hostiles envers un groupe sans être amené à agir physiquement contre les individus. Il est hautement plausible que les auteurs proviennent des groupes qui sont les plus hostiles envers les homosexuels, mais on manque de données sur ce point. Cela étant, il faut quand même tenir compte d’un autre facteur déclenchant : les passages à l’acte sont souvent le fait d’individus particuliers ; ce sont des gens qui ont l’habitude de la violence et qui souffrent d’un déficit d’empathie pour autrui. Ces deux ingrédients (expérience de la violence et absence d’empathie) semblent surreprésentés dans les milieux issus de l’immigration. Plus que les préjugés homophobes, ce sont ces éléments qui expliquent les passages à l’acte. Plus exactement, il faut une conjonction de deux : un environnement culturel ou idéologique favorable, et des individus prédisposés à agir.  

 

Cette réalité si elle n'est pas méconnue, est souvent niée. Est-ce là le signe de l'échec de la politique d'intégration de l'Etat français ou davantage l'illustration d'un renoncement, c'est à dire celui de nommer et lutter contre ces actes homophobes ? 

C’est un peu tout ceci : la politique d’intégration en France n’a pas été suffisamment prise au sérieux face une immigration très importante, en provenance de pays culturellement très décalés par rapport au continent européen, lequel connaissait de son côté un processus de libéralisation des mœurs enclenché par les Trente glorieuses ; de plus, tout ce qui touche aux minorités demeure un sujet sensible. C’est tout le paradoxe de notre époque : l’intolérance est vivement dénoncée, sauf lorsqu’elle provient des minorités.

Du coup, on préfère rester aveugle sur les problèmes. L’Etat ne collecte pas de données sur les auteurs des agressions, pas plus qu’il ne s’intéresse d’ailleurs aux caractéristiques des personnes qui agressent des femmes ou qui tuent leur conjointe. Il y a là tout un pan de la réalité sociale qui n’intéresse pas les pouvoirs publics, ni les sciences sociales. Or, en refusant de faire des diagnostics, on ne voit pas comment on peut envisager des réponses. Cela dit, il n’est pas certain que l’on puisse trouver des solutions. 

 

Si tel est le problème comment lutter contre l'homophobie présente dans les milieux socialement défavorisés ? Bâtir un islam de France peut-il être une solution ?

Les optimistes diront que, avec une bonne dose d’éducation et de morale, il est possible de lutter contre les préjugés homophobes. Ce point de vue repose sur l’idée que les préjugés sont relativement superficiels, qu’il suffit donc de parler avec les gens, de leur montrer quelques vidéos, de leur faire une belle leçon de morale avec un beau Powerpoint, pour les ramener dans le droit chemin. En somme, la rééducation est à portée de main, notamment à l’égard des milieux défavorisés. 

Les pessimistes feront toutefois remarquer que la question de l’homosexualité touche à des choses très profondes dans la psyché humaine, qu’elle relève de la constitution psychique des individus, voire des groupes, et qu’on ne s’en débarrasse pas facilement. Pire : il est même possible que les préjugés viennent se nourrir des confrontations entre les minorités et la majorité, ce qui pourrait faire de l’homosexualité un marqueur identitaire : c’est parce que la population majoritaire est perçue comme favorable à l’homosexualité que, par réaction, certaines minorités peuvent être incitées à refuser toute évolution. En d’autres termes, à l’injonction : « soyez tolérant, acceptez les homosexuels et vous deviendrez comme nous », on risque de se voir répondre : « mais justement nous ne voulons pas être comme vous, donc nous n’accepterons pas l’homosexualité ». Ce genre de tensions fait désormais partie des quelques défis que nous lance la diversité culturelle, et auxquelles les théoriciens du multiculturalisme n’ont pas forcément pensé. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 03/08/2019 - 07:43
@Didou33
Nous sommes d'accord.
zelectron
- 02/08/2019 - 18:55
n'est pas provocateur qui l'on dit
Tout est prétexte aux dérives, dévoiements, détournements et autres moyens pour assouvir et asservir ceux qui ne voudraient pas mais passer à la casserole est un fait de prédation qui permet de maintenir une population de lgbtqirhwcgk (je ne me souvient plus des lettres) à peu près constante puisque cette nouvelle espèce d'humaine ne peut pas se reproduire selon le système qui avait prévalu depuis des des millénaires à défaut de millions d'année par mère nature. Le gauchiard (hétérophobe?) sait détruire en un instant ce qui nous a été légué par des générations de parents "hétérophiles".

Addendum, je ne n'ose employer dans le texte : détournement, captation, concussion, (dé)prédation, dérivation, déroutement, déviation, enlèvement, exaction, malversation, pillage, prévarication, fourvoiement, rapt, séduction, soustraction, viol

Dernière contribution "on asservit bien mieux une population par la pornographie que par les miradors" Alexandre Soljenitsyne.
hoche38
- 02/08/2019 - 17:46
Tout se passera bien!
Je ne doute pas que les organisations homophiles se prêtent à tous les "accommodements raisonnables" pour assurer l'épanouissement du "vivre ensemble".