En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday
il y a 1 min 37 sec
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 14 heures 56 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 15 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Surface" d'Olivier Norek : la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 16 heures 58 min
pépite vidéo > International
Culiacan
L'arrestation du fils d'El Chapo entraîne des affrontements violents entre la police et le cartel de Sinaloa
il y a 18 heures 3 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand on fait mieux que le superlatif et quand on s’illumine comme une éclipse : c'est l’actualité des montres en veille de Brumaire
il y a 19 heures 10 min
pépites > France
Casse-tête budgétaire
L'Assemblée nationale valide la suppression de la taxe d'habitation
il y a 19 heures 55 min
pépites > France
TER
Un mouvement social "inopiné" à la SNCF perturbe la circulation
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Société
Bonne gouvernance

Pour sortir (enfin) de la crise des services publics

il y a 22 heures 47 min
rendez-vous > France
Géopolitico-scanner
Destin méditerranéen, immigration, communautarisme, délinquance : Marseille sans fatalisme mais sans langue de bois, entretien avec un homme politique qui monte, Bruno Gilles
il y a 23 heures 22 min
décryptage > France
Atlantico.fr opération Sentinelle Vigipirate
"Années de plomb"

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

il y a 4 min 34 sec
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 15 heures 22 min
light > Politique
Lettre ouverte
Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes
il y a 16 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Avant que j'oublie" de Anne Pauly : un magnifique roman sur le deuil

il y a 17 heures 49 min
pépites > Justice
Blanchiment aggravé
Patrick Balkany condamné à 5 ans de prison et à 10 ans d'inéligibilité, 4 ans de prison ferme sans mandat de dépôt pour son épouse Isabelle
il y a 18 heures 37 min
pépites > Terrorisme
Lutte antiterroriste
Un projet d'attentat "inspiré du 11 septembre" a été déjoué en France
il y a 19 heures 26 min
décryptage > Société
Laïcité

Sur le voile, Jean-Michel Blanquer a dix longueurs d’avance sur Emmanuel Macron

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 19 min
décryptage > France
Effets

Loi alimentation : le gouvernement persiste malgré les effets pervers

il y a 23 heures 11 min
décryptage > Europe
Brexit

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

il y a 23 heures 34 min
© JULIEN WARNAND / POOL / AFP
© JULIEN WARNAND / POOL / AFP
BCE

Mario Draghi annonce des taux plus bas plus longtemps : banquiers de la zone euro, serrez vos ceintures !

Publié le 29 juillet 2019
Mario Draghi s'est exprimé jeudi lors d'une conférence de presse. La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu ses taux directeurs inchangés mais a modifié sa communication afin de préparer une baisse de taux. Différentes options sont étudiées pour un nouvel assouplissement de la politique monétaire, peut-être dès le mois de septembre.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mario Draghi s'est exprimé jeudi lors d'une conférence de presse. La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu ses taux directeurs inchangés mais a modifié sa communication afin de préparer une baisse de taux. Différentes options sont étudiées pour un nouvel assouplissement de la politique monétaire, peut-être dès le mois de septembre.

Mario Draghi n’est pas content. Il l’a dit et répété ce jeudi 25 juillet. On a compris qu’il s’apprête à réagir le 13 septembre, ce sera son dernier whatever it takes, pour corriger la situation, en faisant en sorte aussi que Christine Lagarde poursuivre sa démarche pendant un an au moins (plus en réalité). Il n’est pas content, parce que l’inflation reste basse (1,3%), et pourrait même baisser encore dans les mois qui viennent. Il n’est pas content parce que la croissance est faible, dans un contexte international défavorable notamment au secteur manufacturier. On aura reconnu ici les effets des droits de douane trumpiens contre les automobiles allemandes. Et il ajoute, dans son diagnostic, « les critères d’octroi de prêts se sont durcis pour les entreprises, dans un contexte d’inquiétudes croissantes relatives aux perspectives économiques ». Le contraire de ce qu’il veut.

Donc un comité sera chargé de muscler les réponses, au-delà des mots qu’il a employés et de la détermination qu’il a montrée. En langue banque centrale, il s’agira « de renforcer nos orientations sur la trajectoire future des taux d’intérêt directeurs (forward guidance), des mesures compensatrices, comme la mise au point d’un système de paliers pour la rémunération des réserves, et des scénarios relatifs à l’encours et à la composition d’éventuels nouveaux achats nets d’actifs ». En d’autres termes, la BCE va, à la fois, baisser ses taux d’intérêt en trouvant des mesures compensatrices pour les banques qui font plus de crédit – tant pis pour les autres, et maintenir ses taux bas encore plus longtemps que prévu – tant pis pour toutes. En même temps, elle va acheter plus de bons du trésor, publics et privés, pour faire baisser davantage les taux longs, pesant sur les marges – et tant pis pour les banques, encore une fois ! Bien sûr, si la politique budgétaire prêtait main forte, comme l’y appelle régulièrement Mario Draghi, autrement dit si l’Allemagne augmentait son déficit public, tout serait plus facile. Mais si rien ne vient de ce côté, la BCE continuera du sien, même si c’est plus pénible. Pour qui ?

Pour toutes les banques, notamment celles des pays plus fragiles, ce qui en pousse certaines à réagir plus nettement. C’est le cas de l’Italie et d’UniCredit, première banque du pays. Ainsi, le premier juillet, Jean-Pierre Mustier, son administrateur délégué, annonce-t-il que la première banque italienne privilégiera la « croissance organique » dans son nouveau plan stratégique. « Croissance organique », comme « nourriture organique », autrement dit : aussi naturelle et locale que possible ? Tout ceci paraît de très bon aloi, et pourtant.

Une « croissance naturelle » pour les banques, avec les taux et la croissance actuels ? Pas facile. Elle sera « saine », donc sans ces adjuvants risqués que sont les crédits, puisqu’une banque aussi peut s’endetter ! Vivent donc le profit et l’autofinancement ! Une croissance « plus locale » ? Elle ne sera donc pas « externe » (anti-organique ?), liée à des achats de banques dans ou hors du pays. Pour UniCredit, « croissance organique » veut dire : sans acheter de banques italiennes ou non italiennes. Ne pas acheter de banques italiennes, pour consolider un secteur perclus de « crédits non performants », on peut le comprendre. Ils sont considérables ces « crédits non performants », ou mieux encore « en souffrance », façon italienne élégante de dire que les remboursements sont beaucoup ou très en retard. Mais, si on reconnaît que les crédits sont perdus, ceci oblige à déclarer des pertes, dont à augmenter le capital de la banque déjà en difficulté. Mais les actionnaires italiens ne voudront plus cotiser ! Ce sera la vente forcée, avec coûts sociaux et financiers à la clef. Bonjour le prix politique, avec ces banques locales médiévales ! « Croissance organique », c’est ne pas acheter non plus de banque en zone euro, une zone qui a pourtant bien besoin d’un secteur bancaire plus solide et intégré. Alors, Jean-Pierre Mustier en profite pour dire que les fusions entre grandes banques européennes sont « très difficiles ». « Des sources » auraient dit à Reuters qu'UniCredit aurait gelé un projet d'offre sur Commerzbank en raison des réticences de cette banque allemande à ouvrir des discussions à la suite de l'échec de ses négociations avec Deutsche Bank. Pour mettre les points sur le i, Jean-Pierre Mustier précise : « notre plan (est fondé) sur une base organique... Les fusions européennes sont très difficiles et ce nouveau plan sera en phase avec le précédent, le but étant de créer de la valeur pour les actionnaires. » Sans consolidation interne ou externe, « croissance organique » veut dire plus d’autofinancement donc, dans un pays comme l’Italie au bord de la récession, serrage des dépenses.

Et voilà que des fuites indiquent que cette banque envisagerait de supprimer 10 000 postes, 10% de ses effectifs, dont 9 000 en Italie. Ceci après 14 000 suppressions d’emplois entre 2016 et 2019 ! Bien sûr, il devra y avoir aussi des réductions du réseau international, mais on comprend bien que, pour UniCredit, « croissance organique » veut surtout dire réduction du réseau bancaire italien, du risque italien. Ce qui se passe avec UniCredit est l’addition d’un secteur bancaire surnuméraire, d’une croissance italienne très faible et d’une politique des taux bas par la Banque centrale qui pèse sur les marges. C’est la plus difficile des combinaisons. 

En Allemagne, il a un secteur surnuméraire et coopératif, autrement dit moins soucieux de rentabilité « capitaliste », ce qui y rend la vie plus difficile, sinon  impossible, à Commerzbank et Deutsche Bank. En France, le système bancaire réunit quatre banques systémiques, avec un réseau très dense – qui devra être réduit, d’autant que les Fintech attaquent. En Espagne, après des crises majeures, le secteur se consolide avec Santander et BBVA, et au-delà ? 

La bourse l’a compris : pour elle, la valeur boursière de Deustsche Bank et de Commerzbank est de l’ordre du quart de leurs fonds propres comptable ! Le tiers pour la Société Générale, la moitié pour Crédit Agricole, près de 60% pour BNP et Intesa, 75% pour Santander et BBVA. Aucune banque de la zone euro ne vaut en bourse plus que ses fonds propres ! En moyenne, la moitié !

Alors, comme la BCE va continuer sa politique de taux bas, les banques de la zone euro vont souffrir. Si elles ne peuvent se concentrer pour des raisons sociales et surtout politiques dans les pays fragiles, si des consolidations ne peuvent se produire entre pays et banques en relative bonne santé, pour les mêmes raisons, alors tous les réseaux se réduiront : UniCredit, Générale, LCL… En attendant la même évolution chez les gestionnaires d’actifs et les compagnies d’assurance vie. La bonne solution est donc le renforcement des réseaux bancaires dans les pays où ils sont les plus faibles, sauf si, en l’empêchant, on affaiblit les réseaux des pays où ils sont les plus solides ! La politique monétaire avance, aux politiques de l’aider ou de la contrer, pour soutenir la croissance et l’emploi. Sinon, les grandes banques américaines, plus rentables, vont aimer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Comment Poutine a réussi à subtiliser le Moyen-Orient au nez et à la barbe des Etats-Unis

06.

Cosmic Crisp, la nouvelle pomme américaine qui part à l’assaut du monde

07.

Yassine Belattar décide de démissionner du Conseil présidentiel des villes

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 29/07/2019 - 19:08
Mario Draghi est un voleur!
Celui qui s'enrichit en faisant ''travailler'' son argent est un personnage malhonnête! Il exploite la naïveté de ses concitoyens parce qu'il utilise ses connaissances en mathématiques pour s'enrichir….Je préfère l'ouvrier qui s'est enrichi en travaillant honnêtement, par exemple en montant son entreprise, que le banquier qui, derrière son ordinateur,attend que les cours de la Bourse baissent pour acheter et s'enrichir...sans se fatiguer!....