En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

03.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 2 min 15 sec
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 46 min 6 sec
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 1 heure 5 min
pépites > Politique
Immigration
L'ex-ministre de la Justice souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

il y a 2 heures 19 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 16 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 17 heures 41 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 19 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 20 heures 23 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 28 min 26 sec
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 53 min 21 sec
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 1 heure 42 min
décryptage > Economie
Diversions budgétaires

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

il y a 2 heures 2 min
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 16 heures 2 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 17 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 18 heures 3 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 19 heures 35 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 20 heures 59 min
© JULIEN WARNAND / POOL / AFP
© JULIEN WARNAND / POOL / AFP
BCE

Mario Draghi annonce des taux plus bas plus longtemps : banquiers de la zone euro, serrez vos ceintures !

Publié le 29 juillet 2019
Mario Draghi s'est exprimé jeudi lors d'une conférence de presse. La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu ses taux directeurs inchangés mais a modifié sa communication afin de préparer une baisse de taux. Différentes options sont étudiées pour un nouvel assouplissement de la politique monétaire, peut-être dès le mois de septembre.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mario Draghi s'est exprimé jeudi lors d'une conférence de presse. La Banque centrale européenne (BCE) a maintenu ses taux directeurs inchangés mais a modifié sa communication afin de préparer une baisse de taux. Différentes options sont étudiées pour un nouvel assouplissement de la politique monétaire, peut-être dès le mois de septembre.

Mario Draghi n’est pas content. Il l’a dit et répété ce jeudi 25 juillet. On a compris qu’il s’apprête à réagir le 13 septembre, ce sera son dernier whatever it takes, pour corriger la situation, en faisant en sorte aussi que Christine Lagarde poursuivre sa démarche pendant un an au moins (plus en réalité). Il n’est pas content, parce que l’inflation reste basse (1,3%), et pourrait même baisser encore dans les mois qui viennent. Il n’est pas content parce que la croissance est faible, dans un contexte international défavorable notamment au secteur manufacturier. On aura reconnu ici les effets des droits de douane trumpiens contre les automobiles allemandes. Et il ajoute, dans son diagnostic, « les critères d’octroi de prêts se sont durcis pour les entreprises, dans un contexte d’inquiétudes croissantes relatives aux perspectives économiques ». Le contraire de ce qu’il veut.

Donc un comité sera chargé de muscler les réponses, au-delà des mots qu’il a employés et de la détermination qu’il a montrée. En langue banque centrale, il s’agira « de renforcer nos orientations sur la trajectoire future des taux d’intérêt directeurs (forward guidance), des mesures compensatrices, comme la mise au point d’un système de paliers pour la rémunération des réserves, et des scénarios relatifs à l’encours et à la composition d’éventuels nouveaux achats nets d’actifs ». En d’autres termes, la BCE va, à la fois, baisser ses taux d’intérêt en trouvant des mesures compensatrices pour les banques qui font plus de crédit – tant pis pour les autres, et maintenir ses taux bas encore plus longtemps que prévu – tant pis pour toutes. En même temps, elle va acheter plus de bons du trésor, publics et privés, pour faire baisser davantage les taux longs, pesant sur les marges – et tant pis pour les banques, encore une fois ! Bien sûr, si la politique budgétaire prêtait main forte, comme l’y appelle régulièrement Mario Draghi, autrement dit si l’Allemagne augmentait son déficit public, tout serait plus facile. Mais si rien ne vient de ce côté, la BCE continuera du sien, même si c’est plus pénible. Pour qui ?

Pour toutes les banques, notamment celles des pays plus fragiles, ce qui en pousse certaines à réagir plus nettement. C’est le cas de l’Italie et d’UniCredit, première banque du pays. Ainsi, le premier juillet, Jean-Pierre Mustier, son administrateur délégué, annonce-t-il que la première banque italienne privilégiera la « croissance organique » dans son nouveau plan stratégique. « Croissance organique », comme « nourriture organique », autrement dit : aussi naturelle et locale que possible ? Tout ceci paraît de très bon aloi, et pourtant.

Une « croissance naturelle » pour les banques, avec les taux et la croissance actuels ? Pas facile. Elle sera « saine », donc sans ces adjuvants risqués que sont les crédits, puisqu’une banque aussi peut s’endetter ! Vivent donc le profit et l’autofinancement ! Une croissance « plus locale » ? Elle ne sera donc pas « externe » (anti-organique ?), liée à des achats de banques dans ou hors du pays. Pour UniCredit, « croissance organique » veut dire : sans acheter de banques italiennes ou non italiennes. Ne pas acheter de banques italiennes, pour consolider un secteur perclus de « crédits non performants », on peut le comprendre. Ils sont considérables ces « crédits non performants », ou mieux encore « en souffrance », façon italienne élégante de dire que les remboursements sont beaucoup ou très en retard. Mais, si on reconnaît que les crédits sont perdus, ceci oblige à déclarer des pertes, dont à augmenter le capital de la banque déjà en difficulté. Mais les actionnaires italiens ne voudront plus cotiser ! Ce sera la vente forcée, avec coûts sociaux et financiers à la clef. Bonjour le prix politique, avec ces banques locales médiévales ! « Croissance organique », c’est ne pas acheter non plus de banque en zone euro, une zone qui a pourtant bien besoin d’un secteur bancaire plus solide et intégré. Alors, Jean-Pierre Mustier en profite pour dire que les fusions entre grandes banques européennes sont « très difficiles ». « Des sources » auraient dit à Reuters qu'UniCredit aurait gelé un projet d'offre sur Commerzbank en raison des réticences de cette banque allemande à ouvrir des discussions à la suite de l'échec de ses négociations avec Deutsche Bank. Pour mettre les points sur le i, Jean-Pierre Mustier précise : « notre plan (est fondé) sur une base organique... Les fusions européennes sont très difficiles et ce nouveau plan sera en phase avec le précédent, le but étant de créer de la valeur pour les actionnaires. » Sans consolidation interne ou externe, « croissance organique » veut dire plus d’autofinancement donc, dans un pays comme l’Italie au bord de la récession, serrage des dépenses.

Et voilà que des fuites indiquent que cette banque envisagerait de supprimer 10 000 postes, 10% de ses effectifs, dont 9 000 en Italie. Ceci après 14 000 suppressions d’emplois entre 2016 et 2019 ! Bien sûr, il devra y avoir aussi des réductions du réseau international, mais on comprend bien que, pour UniCredit, « croissance organique » veut surtout dire réduction du réseau bancaire italien, du risque italien. Ce qui se passe avec UniCredit est l’addition d’un secteur bancaire surnuméraire, d’une croissance italienne très faible et d’une politique des taux bas par la Banque centrale qui pèse sur les marges. C’est la plus difficile des combinaisons. 

En Allemagne, il a un secteur surnuméraire et coopératif, autrement dit moins soucieux de rentabilité « capitaliste », ce qui y rend la vie plus difficile, sinon  impossible, à Commerzbank et Deutsche Bank. En France, le système bancaire réunit quatre banques systémiques, avec un réseau très dense – qui devra être réduit, d’autant que les Fintech attaquent. En Espagne, après des crises majeures, le secteur se consolide avec Santander et BBVA, et au-delà ? 

La bourse l’a compris : pour elle, la valeur boursière de Deustsche Bank et de Commerzbank est de l’ordre du quart de leurs fonds propres comptable ! Le tiers pour la Société Générale, la moitié pour Crédit Agricole, près de 60% pour BNP et Intesa, 75% pour Santander et BBVA. Aucune banque de la zone euro ne vaut en bourse plus que ses fonds propres ! En moyenne, la moitié !

Alors, comme la BCE va continuer sa politique de taux bas, les banques de la zone euro vont souffrir. Si elles ne peuvent se concentrer pour des raisons sociales et surtout politiques dans les pays fragiles, si des consolidations ne peuvent se produire entre pays et banques en relative bonne santé, pour les mêmes raisons, alors tous les réseaux se réduiront : UniCredit, Générale, LCL… En attendant la même évolution chez les gestionnaires d’actifs et les compagnies d’assurance vie. La bonne solution est donc le renforcement des réseaux bancaires dans les pays où ils sont les plus faibles, sauf si, en l’empêchant, on affaiblit les réseaux des pays où ils sont les plus solides ! La politique monétaire avance, aux politiques de l’aider ou de la contrer, pour soutenir la croissance et l’emploi. Sinon, les grandes banques américaines, plus rentables, vont aimer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 29/07/2019 - 19:08
Mario Draghi est un voleur!
Celui qui s'enrichit en faisant ''travailler'' son argent est un personnage malhonnête! Il exploite la naïveté de ses concitoyens parce qu'il utilise ses connaissances en mathématiques pour s'enrichir….Je préfère l'ouvrier qui s'est enrichi en travaillant honnêtement, par exemple en montant son entreprise, que le banquier qui, derrière son ordinateur,attend que les cours de la Bourse baissent pour acheter et s'enrichir...sans se fatiguer!....