En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 33 min 20 sec
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 2 heures 53 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 36 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 4 heures 44 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 5 heures 8 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 21 heures 1 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 37 min 52 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 1 heure 59 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 2 heures 31 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 4 heures 19 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 4 heures 43 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 5 heures 9 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 36 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 21 heures 20 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Match

Inversion des courbes du chômage : Macron 2019, Hollande 2017, qui avait la meilleure dynamique ?

Publié le 27 juillet 2019
Les chiffres du nombre de demandeurs d’emploi pour le deuxième trimestre 2019 viennent d'être publiés : il s’agit de la 12ème    baisse trimestrielle enregistrée depuis l’inversion de la courbe observée à la mi-2015 sous François Hollande. Pour Emmanuel Macron, il va être difficile de maintenir cette tendance.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les chiffres du nombre de demandeurs d’emploi pour le deuxième trimestre 2019 viennent d'être publiés : il s’agit de la 12ème    baisse trimestrielle enregistrée depuis l’inversion de la courbe observée à la mi-2015 sous François Hollande. Pour Emmanuel Macron, il va être difficile de maintenir cette tendance.

Atlantico : Les chiffres Pôle emploi du nombre de demandeurs d’emploi pour le deuxième trimestre 2019 viennent d'être publiés. Le bilan de ces chiffres est-il positif ? L’est-il vraiment quand on compare ces chiffres avec ceux qui ont marqué la fin du quinquennat Hollande, de mi-2015 à l’élection d’Emmanuel Macron ?

Michel Ruimy : Le bilan peut sembler positif en apparence ! En effet, le total des inscrits en catégorie A à Pôle emploi en France a reculé de 16  800 sur le dernier trimestre, de 72 000 en 1 an. Le nombre de demandeurs d’emploi est ainsi redescendu juste au-dessus des 3,63 millions. En considérant uniquement cette catégorie, il s’agit de la 12ème    baisse trimestrielle enregistrée depuis l’inversion de la courbe observée à la mi-2015 sous François Hollande. En 4 ans, le nombre d’inscrits en catégorie A a reculé de près de 180   000.

Mais la photographie est un peu moins belle si on intègre le nombre des demandeurs d’emploi en activité réduite c’est-à-dire les chômeurs recensés dans les catégories B et C (ceux qui déclarent travailler plus ou moins de 78 heures au cours du mois écoulé). Si le nombre d’inscrits en A, B et C se replie d’un peu moins de 27 000   d’avril à juin 2019, il ne s’agit que de la 3èmebaisse observée depuis la mi-2015 et surtout la moins importante des trois.Sur 1 an, le repli est limité à un peu plus de 56 000 personnes. Sur les 4 dernières années, le nombre d’inscrits n’a pas baissé mais progressé de près de 200 000 personnes dans les trois principales catégories de Pôle emploi pour frôler désormais les 5,9 millions pour la France entière.

La hausse du nombre de demandeurs d’emploi de la catégorie C (ceux qui ont travaillé au moins 78 heures au cours du mois écoulé) est l’une des manifestations de la précarité qui touche le monde du travail. La première raison d’une inscription à Pôle Emploi reste, en effet, la rupture d’un contrat à durée déterminée. Elle a concerné, au deuxième trimestre 2019, près de 20 % des entrées. Ainsi, la baisse, amorcée depuis la mi-2015, se poursuit mais à un rythme toujours aussi poussif et avec toujours, un grand nombre de chômeurs.

Des derniers présidents à avoir dirigé la France, c’est sous Nicolas Sarkozy que les chiffres du chômage ont été les meilleurs. En 2008, le taux de chômage en France métropolitaine atteint son plus bas niveau depuis 1996 (6,8 % en janvier) ainsi que le nombre de chômeurs de catégorie A (1 976 900 dans la métropole en février). Concernant notre actuel président, Emmanuel Macron compte beaucoup sur la réforme du code du Travail - dont l’ensemble des mesures des ordonnances sont en vigueur depuis le 1erjanvier 2018 - pour faire baisser durablement le taux de chômage. Selon lui, il faudra 2 ans pour se rendre compte des résultats des réformes. Rendez-vous donc en fin d’année !

Alors que le Gouvernement Philippe se félicite régulièrement de son action sur le chômage, ne pourrait-on pas y voir plutôt le résultat d’une bonne conjoncture économique internationale dont aurait aussi bénéficié François Hollande dès 2015 ?

L’exécutif est sous pression. Il vise un taux de chômage de 7 % à la fin du quinquennat, et même le plein emploi en 2025. Deux objectifs qui paraissent ambitieux au regard de plusieurs faits.

Tout d’abord, la diminution du chômage qui est observée actuellement est la conséquence d’une hausse des créations nettes d’emploi combinée à un ralentissement de la hausse de la population active.

Ensuite, et surtout, les chiffres du premier semestre le montrent. L’économie française ne tient pas son destin en mains. Elle dépend de l’environnement international. Dans ce contexte, il est, de toute manière, difficile de faire mieux du fait d’une activité mollassonne, notamment en l’Union européenne dont le niveau de croissance est plus faible qu’il y a 1 ou 2 ans (+1,2 % attendu cette année) et des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine qui génèrent des éléments d’incertitude.

Enfin, une question importante reste le niveau du chômage dit « structurel », celui qui reste insensible aux variations de la croissance, celui qui ne dépend que de la structure de l’économie (la population en âge de travailler, sa qualification, etc.), de facteurs institutionnels (l’indemnisation du chômage, le niveau du salaire minimum, les taux de cotisations, etc.) et de facteurs technologiques. Son niveau fait débat chez les économistes. Certaines institutions, comme la Commission européenne, estiment qu’il tourne autour de 9 % en France. Selon leur point de vue, le taux de chômage (actuellement à 8,7 %) ne pourrait donc plus baisser de manière durable, à moins de lancer de nouvelles réformes structurelles. D’autres économistes, estiment que ce « plancher » se situerait entre 6,5 et 7 % et il y a donc encore de la marge pour lancer de nouvelles réformes.

Le gouvernement a choisi la poursuite des réformes. Il a commencé par flexibiliser le marché du travail au regard d’un chômage structurel important. Depuis, il constate une nouvelle fois que le taux de chômage est élevé. Il doit donc encore accroître la flexibilité. C’est un discours peu en prise avec la réalité. En fait, les réformes El Khomri (2016) et les ordonnances Pénicaud (septembre 2017) ont certes visé à assouplir le marché du travail. Mais elles ont été timides puisque pour faire baisser le chômage, il conviendrait, dans un contexte de mégalopolisation de l’activité, notamment d’améliorer la fluidité du marché du travail (la mobilité des actifs) en développant les infrastructures de transports et l’offre de logements. A ce titre, dans un rapport de 2016, l’Inspection générale des affaires sociales estimait qu’une meilleure mobilité pouvait contribuer à réduire le taux de chômage de 1 à 2,5 points, tout en soulignant toutefois que ce résultat était purement théorique et soumis à des limites de méthode.

Comment s’explique la différence significative du nombre de chômeurs français par rapport aux autres pays de l’OCDE ?

Alors qu’à l’heure actuelle, le taux de chômage de la zone OCDE est légèrement supérieur à 5°%, les Français vivent avec un chômage de masse depuis le milieu des années 1980. Les causes de cette situation sont multiples.

On peut citer, dans le désordre, le taux d’emploi (pourcentage entre le nombre d'actifs occupés et la population en âge de travailler). En France, à la fin du 1er trimestre de cette année, il se situe à 65,5% contre 68,7% dans l’OCDE et 71,7% pour le G7 ! Si ce chiffre est soumis aux fluctuations du cycle économique, il est aussi, à plus long terme, influencé par les politiques publiques en matière d’enseignement supérieur et de garantie de ressources ainsi que par les mesures qui facilitent l’emploi des femmes et des catégories défavorisées. Ainsi, en France, il y a une inégalité face au chômage. Par exemple, les femmes sont plus touchées que les hommes en raison, pour partie, du développement d’emplois peu qualifiés majoritairement féminins.

Il y a également le chômage élevé des jeunes. Près du quart des actifs âgés de 15 à 24 ans sont sans emploi ! Or, les dix premières années de travail sont essentielles pour construire les perspectives de carrière à long-terme. Avec un tel taux de chômage, la France prend le risque de compromettre l’avenir de ses jeunes générations.

Le chômage des « seniors » est également important. Ces personnes sont en proportion bien plus souvent en situation de chômage de longue durée que le reste de la population (60 % contre 42 %).Les difficultés des seniors sur le marché du travail restent ainsi bien ancrées.

Et on pourrait continuer, la liste des dysfonctionnements est longue !

Quel a été l’impact de la politique monétaire de la BCE sur le chômage ?

Le principal mandat de la BCE est la stabilité des prix, quantifiée comme une inflation inférieure à mais proche de 2 % à moyen terme. Or, contrairement à d’autres banques centrales, elle n’a pas, en principe, à se préoccuper du niveau d’activité - le plein emploi ne fait pas partie de ses objectifs -. L’idée est que l’inflation est essentiellement un phénomène monétaire, déconnecté du niveau de production.

Or, dans le contexte actuel, l’objectif ultime de la politique économique doit être de stimuler l’activité et l’emploi. Concernant la zone euro, la banque centrale européenne doit ainsi faciliter les conditions permettant d’atteindre le plein emploi, charge à chaque Etat de créer les conditions d’une dynamique de l’emploi efficace et génératrice de productivité. C’est pourquoi, dans la conduite actuelle de sa politique, elle s’intéresse de près au niveau d’activité et à son effet sur les prix. En effet, dans des périodes de faible demande, il y a une « coïncidence » entre ces deux variables c’est-à-dire qu’en réduisant le sous-emploi, des pressions inflationnistes compatibles avec l’objectif de stabilité des prix peuvent se matérialiser. La conduite de la politique monétaire de la BCE s’appuie donc sur la courbe de Phillips. En stimulant la demande, la politique monétaire entend fait baisser le chômage jusqu’au point où la croissance des salaires excède les gains de productivité induisant des tensions sur les prix. Dans cette perspective, elle a donc mené, entre 2015 et 2018, une politique accommodante en injectant près de 2 600 milliards d’euros.

Le problème est que, jusqu’ici, les salaires et les prix n’ont réagi que timidement à l’amélioration conjoncturelle. Les coûts salariaux unitaires demeurent sur un faible rythme de croissance annuel et l’inflation sous-jacente ne montre pas de signe convaincant de redressement. La raison ? L’existence de nombreuses fuites dans cette stratégie. Cette masse phénoménale d’argent a notamment alimenté le prix de certains actifs (financiers, immobiliers…) - si l’inflation réelle est faible, l’inflation des actifs est explosive - avec une frustration grandissante du côté de l’économie réelle, en particulier l’accroissement des inégalités.

Cet aplatissement de la courbe de Phillips suscite plusieurs interprétations dont certaines remettent en cause le bien-fondé de l’orientation monétaire actuelle au regard des indicateurs économiques (croissance molle, taux de chômage se situant à 7,5 %...).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 28/07/2019 - 09:01
Socialisme !
Comme d'habitude sur Atlantico, le titre est grotesque !
Mais au moins, mr. Ruimy a le courage de nous donner les chiffres.
Le chômage de catégorie A a baissé de 5% en 4 ans : faites le calcul : à ce rythme, combien d'années pour atteindre le plein emploi ?
D'autant plus que, si on considère l'ensemble des catégories A+B+C, sur ces quatre ans, on passe de 5,7 à 5,9 millions de chômeurs.

La réalité est donc... tout simplement catastrophique.

Mr. Ruimy a même le courage, à la fin de son article, de nous expliquer la cause de de ce désastre : de 2015 à 2018, la BCE a injecté 2.600 milliards dans l'économie européenne.
Mais, cette somme gigantesque a été détournée dans la spéculation boursière et immobilière.

Ce qui est amusant, c'est de trouver dans les commentaires ci-dessous un papy-crétin qui écrit : ''Les ultra-riches qui s'en mettent plein les poches, c'est le Socialisme'' !
JBL
- 27/07/2019 - 14:05
Le chômage à la française !!!!
Petite anecdote vécue d'un chef d'entreprise : suite à un accident de moto, le dit chef d'une petite entreprise de 5 salariés est resté un mois dans le coma. Sans chef, l'entreprise a très vite périclité. Lorsque l'activité a repris, il a fallu remonter la pente, et ça prend un peu de temps. Le problème, les URSSAF n'ont pas été payées en temps et en heure . Et qu'ont-il fait ????? Et bien tout simplement ils ont saisi les machines. On imagine la suite. Il y a dans ce pays, une véritable dictature de certains fonctionnaires qui se comportent comme dans un pays totalitaire. Si on ajoute à ces méthodes le fonctionnement du RSI, qui est une boite privée, maintenant rattachée à l'Urssaf, ou véritablement vous avez en face de vous, des gens d'une férocité extrême, qui ne sont là que pour vous "crever", alors que personne n'est en mesure de comprendre les méthodes de calcul, vous sortez des schémas "zéconomiques" pompeux et vous vous confrontez à la réalité de ce pays. Vouloir être chef d'entreprise dans ce pays, c'est être prêt à payer, payer, payer, pour avoir une couverture sociale misérable. Alors vous comprenez que l'autre avec son homard, il nous emmerde !!
J'accuse
- 27/07/2019 - 12:10
Blocages français
La possible baisse structurelle du chômage ne peut aller de pair qu'avec une diminution de la protection sociale, et inversement.
En France, on a choisi de protéger de plus en plus (ce qui a un coût économique, fiscal et social très important), au détriment de l'emploi.
Le salarié français est à la fois très protégé pour garder son emploi, et très protégé lorsqu'il le perd: double barrière pour le plein emploi, impossible à atteindre de ce fait.
Trop protéger l'emploi conduit à réduire les embauches par peur de ne pas pouvoir licencier; trop protéger le chômeur conduit à faire durer un chômage pas trop dur à vivre.
Nous avons des syndicats qui refusent toute diminution de la protection, des élus et des gouvernements qui ont peur de vraiment s'y engager, des fonctionnaires hors du débat, les salariés des entreprises publiques et autres grandes entreprises peu concernés: voilà les blocages.
La France est socialiste: ce choix doit être assumé ou changé.