En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 33 min 39 sec
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 59 min 57 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 1 heure 25 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 15 heures 26 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 14 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 14 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 52 min 45 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 2 sec
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 13 heures 24 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 15 heures 49 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 2 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 19 heures 39 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 20 heures 38 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 22 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 21 heures 53 min
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Bonnes feuilles

Lyon : la ville de l’empereur Claude

Publié le 27 juillet 2019
Jean Etèvenaux publie "Les grandes heures de Lyon" aux éditions Perrin. Située à la croisée des mondes germanique et latin, Lyon s'est façonnée au fil des siècles malgré une topographie difficile. Jean Etèvenaux raconte, siècle après siècle, l'histoire de la troisième ville de France, une ville cosmopolite et inventive. Extrait 1/2.
Jean Etèvenaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur en histoire et diplômé de l'Institut d'études politiques de Lyon, membre du Pen Club français, Jean Étèvenaux préside la Société des écrivains et du livre lyonnais et régionaux. Enseignant et journaliste, il donne de nombreuses conférences,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Etèvenaux publie "Les grandes heures de Lyon" aux éditions Perrin. Située à la croisée des mondes germanique et latin, Lyon s'est façonnée au fil des siècles malgré une topographie difficile. Jean Etèvenaux raconte, siècle après siècle, l'histoire de la troisième ville de France, une ville cosmopolite et inventive. Extrait 1/2.

Dans les couloirs du palais impérial, un Lyonnais se cache, redoutant de subir le sort de Caligula : son oncle Claude (né en 10 av. J.-C.) craint d’être englobé dans la même réprobation. Lui n’est pas un politique, mais plutôt un chercheur qui a consacré de longues études aux Étrusques et aux Carthaginois. Mais ce grand bègue a déjà, avec sa blanche chevelure, l’aspect d’un noble vieillard et, comme il n’a jamais causé de tort à personne, c’est vers lui qu’on se tourne : les soldats qui le cherchent ne veulent pas le mettre à mort mais le proclamer empereur ! 

Il accepte finalement. Son règne dure treize ans et va être bénéfique pour Lugdunum comme pour Rome et l’Empire. Pas du tout porté vers l’autoritarisme, manifestant sa volonté de collaborer avec le Sénat, c’est un homme tourné vers la tradition et qui voudrait en faire profiter le plus grand nombre. Ses affranchis jouent un rôle de premier plan, ce qui marque un tournant dans l’évolution sociale et politique de l’Empire : des anciens esclaves peuvent parvenir à de hautes responsabilités et le pouvoir est confié à des gens compétents. C’est ainsi que naît l’administration impériale au tournant du premier demi-siècle de notre ère. 

Grâce à Claude, non seulement la bureaucratie mais l’ensemble des forces vives de l’Empire s’alimentent de plus en plus à des sources variées, dont celles de la Gaule. Cela lui semble d’autant plus naturel qu’il y est né, et pas à n’importe quelle date : le 1er août de l’an  10 avant le Christ, soit le jour anniversaire du premier rassemblement des délégués des soixante tribus gauloises. Celui-ci avait été organisé par son père Drusus, le beau-fils d’Auguste, qui avait si bien manœuvré pour attacher à la dynastie l’aristocratie gauloise. Claude est géographiquement la concrétisation de l’union gallo-romaine. Il fait presque figure de premier empereur galloromain. Centré sur la double personne de Rome et d’Auguste, le culte impérial est symbolisé par l’autel qui se dresse dans le sanctuaire des trois Gaules. Cet ara romae et avgvsti ad conflventem va recevoir un témoignage éclatant de l’attention que lui porte l’empereur. Nous sommes en 48. L’année est importante pour Claude, plus, même, qu’il ne se l’imagine. Lassé des avanies que lui a fait subir sa troisième épouse, Messaline (20-48), il la fait exécuter ; malheureusement, il remplace une mauvaise influence par une autre, puisque sa quatrième femme, Agrippine la Jeune (15-59), va arriver à ses fins en plaçant son propre fils au détriment de celui de l’empereur, le fameux Britannicus (41-55). Mais, pour le moment, il est tout accaparé justement par son retour de Bretagne qui lui a permis de montrer un autre visage que celui d’un intellectuel : c’est sous son règne qu’est annexée la grande île – tout au moins sa partie la plus peuplée. Il fait étape à Lugdunum, où les notables le pressent d’intervenir pour que leur soit accordé le droit de citoyenneté italique. Cela présenterait pour eux un double avantage  : fiscal, par l’exemption de taxes, et politique, par l’accessibilité à certaines charges (certains Lyonnais se voient déjà sénateurs). 

Claude se fait l’avocat de la mesure devant le Sénat de Rome qui ne peut qu’adopter la proposition. Nous connaissons le texte du discours impérial par Tacite, qui l’a rapporté (avec, peut-être, le regret que les anciens Barbares qu’étaient les Gaulois soient en train de devenir les égaux des vieux Romains). Mais il existe une autre version que celle de l’historien, qui l’a manifestement remise en forme. C’est quelque chose de finalement plus authentique, retranscrivant les lourdeurs et les hésitations d’un homme qui n’était vraiment pas un orateur. Envoyée à Lugdunum, elle est gravée dans le bronze par les délégués des soixante peuples, naturellement reconnaissants à leur illustre concitoyen de ce qu’il avait obtenu pour eux. 

Ainsi apparaît la Table claudienne, de surcroît un très beau monument typographique. Pieusement conservée, elle est cassée en quatre morceaux au Moyen Âge afin d’en récupérer le matériau. La moitié prendra ainsi le chemin de la fonte, tandis que les deux autres pièces resteront enfouies dans la colline de la Croix-Rousse où elles seront redécouvertes à la Renaissance. Michelet qualifiait la Table claudienne de « premier monument authentique de notre histoire nationale ». On constatera simplement qu’au moment où Lutèce demeure une bourgade dans le territoire des Parisii qui ne lui ont pas encore donné leur nom, Lyon accumule les titres à la prééminence sur toute la Gaule. En même temps, la cité tient un rôle majeur dans l’Empire romain, notamment parce que la dynastie lui montre un constant attachement. 

Claude lui donne encore plusieurs manifestations de son affection. Tout d’abord, la ville prend son nom : elle s’appelle dorénavant Colonia Copia Claudia Augusta Lugdunum, alors que l’usage ne fait normalement référence qu’au souverain régnant lors de sa fondation. On ne sera donc pas surpris que s’ajoutent de nouveaux témoignages de la vénération lyonnaise à l’égard de la personne de l’empereur. Outre le culte général qui lui est rendu, il y en a un municipal, ainsi qu’un temple dédié à la gens Julia, puisque la famille de César est pratiquement considérée comme divinisée ; dans un ordre d’idées semblable, une statue de Tibère est adjointe à celles de Mercure et de Maia.

De son côté, l’empereur fait construire un aqueduc. Ce n’est certes pas le premier à alimenter la cité, mais celui-là transporte les eaux des monts du Lyonnais à partir des environs d’Avaize ; il est connu sous le nom de la Brévenne, dont il domine la vallée sur la plus grande partie de son parcours. Ses cinquante-cinq kilomètres déversent 28 000 mètres cubes quotidiens, indispensables à une agglomération de plus en plus importante.

Extrait du livre de Jean Etèvenaux, "Les grandes heures de Lyon", publié aux éditions Perrin. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 28/07/2019 - 08:47
Bon livre, malgré la préface politicarde...
Juste pour rire : quelle est la seconde ville de France ?