En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 3 heures 49 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 22 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 39 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 31 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 12 heures 2 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 13 heures 22 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 14 heures 21 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 35 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 4 heures 48 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 5 heures 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 11 heures 53 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 39 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 13 heures 59 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 14 heures 44 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Ecologie réaliste

Le dérèglement climatique appelle des solutions d’ampleur. Et voilà pourquoi de petits pas sont le meilleur moyen d’y parvenir

Publié le 25 juillet 2019
La venue de Greta Thunberg à l'Assemblée Nationale et son discours alarmiste mettent en exergue une certaine déconnexion avec le réel existant au sein de la sphère écologiste.
Bruno Durieux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Conseiller au cabinet de Raymond Barre (1976-1981), ancien député (1986-1994), ancien ministre (Santé, 1990-1992 ; Commerce extérieur, 1992-1993), Bruno Durieux est maire de Grignan dans la Drôme. Il est notamment l'auteur de "Contre l'écologisme, Pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La venue de Greta Thunberg à l'Assemblée Nationale et son discours alarmiste mettent en exergue une certaine déconnexion avec le réel existant au sein de la sphère écologiste.

Atlantico : Greta Thunberg, invitée à l’Assemblée Nationale mardi dernier, ne cesse d’évoquer l’inactivité des entreprises ou des gouvernements en faveur de l’environnement à cause de leur frilosité politique (elle aurait par exemple déclaré : « tant que vous ne commencez pas à vous concentrer sur ce qui doit être fait, plutôt que sur ce qui est politiquement possible, il n’y a aucun espoir. »). En quoi l’année sociale en France et dans le monde a montré au contraire qu’il est difficile de faire des choses sans s’assurer de leur faisabilité politique ?

Bruno Durieux : Greta Thunberg incarne la sainteté d’une Bernadette Soubirous, la vaillance d’une Jeanne d’Arc et la dureté d’un Savonarole du climat ; la médiocrité coupable de ceux qui manquent de conviction face au climat n’en ressort que plus cruellement ! On a installé Greta dans le registre du catastrophisme prophétique, procédé par lequel l’idéologie écologiste assoit depuis toujours son emprise médiatique. 

Ce phénomène, les grèves, marches et manifestations qu’il entretient, les oppositions qu’il suscite, les ralliements opportunistes, les silences accablés et les colères rentrées, illustrent parfaitement le malaise politique qui règne autour de la question climatique. 

Le mouvement des « gilets jaunes » (après celui des « bonnets rouges » opposés à une écotaxe aujourd’hui abandonnée) est la première manifestation d’ampleur contre la « taxe carbone », taxe au cœur des politiques actuelles de lutte contre les émissions de CO2. Le représentant des écologistes au gouvernement, N. Hulot, ardent défenseur de la taxe, prenait cependant la tangente et quittait le gouvernement sans prévenir. Il sera bien difficile aux écologistes de conduire et d’assumer la politique climatique qu’ils réclament.

Au récent G20 de Tokyo, le climat tenait encore la vedette. Les Etats-Unis confirmaient leur hostilité à l’accord de Paris ; l’Union Européenne réaffirmait son zèle ; les autres pays, dont la Chine et l’Inde, restaient discrets. Le Brésil, qui voulait quitter l’accord, a été rattrapé in extremis par l’UE grâce à l’accord de libre-échange avec celle-ci ; un accord que condamnent violemment les … écologistes. Le climat était de nouveau au centre de la campagne menée par les écologistes contre l’accord de libre-échange avec le Canada. Ceux-ci criaient à l’écocide, le gouvernement prit le risque climaticide et passa outre ; admirable défaite des premiers, acte immoral du second ! 

Le climat n’est plus un sujet d’expertise technique ou scientifique. C’est un sujet désormais écrasé par l’idéologie et par la religion ; l’idéologie anticapitaliste et « décroissanciste » des écologistes et leur doxa apocalyptique. L’écologisme s’est emparé de la question climatique, comme autrefois le communisme de la question sociale. Pour lui, la solution passe par la sortie du capitalisme (cf. Naomi Klein et bien d’autres activistes). Ainsi, en renonçant à la liberté d’entreprendre et à l’économie de marché, « ce qui doit être fait » et qui doit, selon Greta, « passer avant ce qui est politiquement possible », le sera en effet ; au prix de l’addition d’une guerre de religion et d’une révolution politique. Il faudra à Greta plus que convaincre Davos, le pape, tel chef d’Etat ou des députés français, pour réussir cette entreprise. Faut-il préciser que dans un tel chaos, le climat et les politiques environnementales passeraient à la trappe ? 

 

Un sujet est emblématique à ce titre : celui des taxes carbone en tout genre ? Sont-elles vraiment efficaces dans la mesure où elles sont si peu acceptées ? 

La question climatique est un enjeu politique dont les termes sont radicalement nouveaux. Les grandes confrontations politiques passées et encore présentes portent sur les libertés politiques, les droits de l’homme, les régimes de propriété, les inégalités sociales, ou encore la répartition des fruits de la croissance. Dans ces domaines nul « expert » ne pèse en comparaison des valeurs philosophiques et morales qui s’attachent à ces sujets. 

Pour le climat, ce sont au contraire les experts – et le fameux GIEC – qui fixent les éléments du débat ; pour eux, le réchauffement est essentiellement d’origine humaine.  Ils affirment en outre que les conséquences du réchauffement seront terribles pour nos descendants si l’on ne fait rien. Les économistes ont donc raison de soutenir, au vu de ces dires d’experts, que la solution passe par une taxation du carbone, si possible mondiale. C’est sans doute impopulaire mais c’est ce que l’économie de marché et de libre entreprise enseignent sans ambiguïté.

Cependant son avenir est compromis. La majorité agissante des écologistes est foncièrement anticapitaliste. Elle récuse l’approche « libérale ». Pour elle, il n’est d’autre solution que la planification et le rationnement des émissions de CO2 au niveau mondial. C’est bien sûr utopique. Et l’imposer seulement à la France (1 % des émissions mondiales) ou même à l’Europe, serait aussi absurde du point de vue de l’efficacité climatique. Technophobes, les écologistes rejettent, contrairement aux économistes classiques, les solutions technologiques au défi climatique, dont le nucléaire. Hyper malthusiens contemporains, ils n’ont donc pas d’autres perspectives à proposer à l’humanité que la « décroissance heureuse » et, pour cela, sortir du capitalisme.

 

Une approche plus silencieuse, politiquement et socialement, de l’écologie n’est-elle pas préférable ? Quels en seraient les principes ? Et les mesures les plus évidentes ?

En dramatisant à outrance la question climatique, l’idéologie écologiste se piège elle-même. La tragédie qu’elle pronostique (prophétise ?) d’ici trente ou cinquante ans se matérialiserait par 2, 3 ou 4 degrés de plus ; c’est-à-dire, comme le font remarquer quelques espiègles facétieux, beaucoup moins que l’écart de température entre Paris et Singapour, où pourtant il fait bon vivre. Une telle prophétie, pour être surmontée, impliquerait de tels changements de comportements, individuels et collectifs, de tels bouleversements politiques, que seule un régime autoritaire y pourvoirait. La misère et l’injustice sociale ont pu engendrer un tel régime en Russie. La prédiction de canicules de plus en plus nombreuses suffiraient-elles à le faire accepter dans nos démocraties ?

Pour autant, le défi climatique doit être relevé. Un premier impératif est de sortir de l’obsession du CO2 et de compléter l’objectif central de réduction des émissions de GES par un second objectif d’adaptation au changement climatique, indispensable dans les pays pauvres et pour les populations les plus vulnérables. Un second impératif est de sortir du dilemme climat ou capitalisme, de tourner le dos à la décroissance malthusienne et de privilégier les investissements de croissance (recherche-développement, technologies bas carbone, infrastructures, équipements éducatifs, sociaux, de santé et d’isolation de logement) qui protègent les populations les plus exposées, accroissent la productivité globale des économies et diminuent le contenu en carbone de la croissance. 

Des mesures évidentes : le développement de l’énergie nucléaire et des énergies intermittentes (sous réserve que celles-ci accroissent la productivité de l’économie et le revenu, ce qui n’est pas le cas de la France mais sans doute celui de nombre de pays en développement) ; le soutien du gaz (y compris du gaz de schiste) comme substitut au charbon et au pétrole ; l’encouragement des cultures qui réduisent le CO2 et les consommations d’eau, en recourant aux OGM, aux fertilisants ou aux produits phytosanitaires dont l’innocuité pour la santé humaine et la biodiversité est établie. Bien d’autres « petits pas » pourraient être cités.

On ne traitera pas la question climatique par une régression malthusienne mais par une politique progressive, patiente, pariant sur la croissance et la technologie, jouant sur une fiscalité rationnelle, incitant aux bons choix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 26/07/2019 - 19:01
Le sauvetage de la planète commence bien!
Autrefois dans les foires on montrait un ours. Aujourd'hui, dans l'enceinte de notre Assemblée nationale, on montre une jeune fille mineure, parfaitement contrôlée et manipulée par une secte politique qui dit vouloir sauver la planète. Le sauvetage commence bien. La différence, c'est qu'il ne lui ont pas percé les narines pour y mettre leur corde. C'est cela le progrès.

La religion de "l'homme nouveau" sous sa forme écologique sera-t-elle aussi catastrophique pour l'humanité que sous sa forme socialiste avec ses variantes nazie et communiste?
salamander
- 25/07/2019 - 21:08
bon article.
mais le titre de Atlantico est surprenant.
Cela me fait penser aux "décodeurs" du Monde qui tentent de "decoder" mais avec un tel biais que cela en devient ridicule.
Par ex. la planète reverdit (images de la Nasa / plus 5% de couverture végétale sur la planète en 25 ans ), mais selon les "décodeurs" c une mauvaise nouvelle parce que la planète se réchauffe.
ah bon? alors c la faute à la canicule?
Paulquiroulenamassepasmousse
- 25/07/2019 - 15:02
"On ne traitera pas la
"On ne traitera pas la question climatique par une régression malthusienne mais par une politique...... " faudrait commencer par prouver que l'homme est responsable de cet état de chose, et ensuite s'assurer que tous ces sacrifices demandés aux occidentaux sont utiles.