En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 12 heures 9 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 16 heures 22 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 18 heures 21 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 20 heures 22 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 20 heures 37 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 17 heures 56 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 20 heures 28 sec
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 20 heures 8 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 20 heures 33 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 20 heures 42 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 6 heures
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois

Publié le 25 juillet 2019
AUJOURD'HUI : "Leurre et malheur du transhumanisme" d’Olivier Rey, publié aux éditions Desclée de Brouwer.
Laurent Stalla-Bourdillon, 45 ans, est actuellement curé de la Basilique de Sainte Clotilde (7e) et directeur du Service Pastoral d'Études Politiques (SPEP), enseignant au Collège des Bernardins et à l'Institut Supérieur de Formation de l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Stalla-Bourdillon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Stalla-Bourdillon, 45 ans, est actuellement curé de la Basilique de Sainte Clotilde (7e) et directeur du Service Pastoral d'Études Politiques (SPEP), enseignant au Collège des Bernardins et à l'Institut Supérieur de Formation de l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
AUJOURD'HUI : "Leurre et malheur du transhumanisme" d’Olivier Rey, publié aux éditions Desclée de Brouwer.
LIVRE
Leurre et malheur du transhumanisme
d’Olivier Rey
Ed. Desclée de Brouwer
 
 
RECOMMANDATION
 
En priorité
 
 
THÈME
 
Que cache le « transhumanisme » ? Un programme, une propagande, une promesse, une projection ? Probablement tout à la fois. Olivier Rey propose un chemin de découverte de l’idéologie techno-commerciale de ce début de XXIème siècle : le bonheur humain par la technique. Un technique qui ne transforme plus le monde comme à l’ère industrielle, mais qui transforme l’homme lui-même. Ainsi, le bonheur d’un être humain serait-il enfin accessible moyennant son consentement à être « augmenté ».             En trois chapitres très denses, Olivier Rey assume le questionnement critique de cette proposition, en demandant: s’il faut prendre le transhumanisme au sérieux, s’il n’y a pas quelques diminutions collatérales au projet d’augmenter l’humain, et enfin si la technique n’a pas dépossédé l’homme de son propre projet de développement intérieur ?  
 
Le transhumanisme, explique Olivier Rey, est à prendre au sérieux non pour sa rhétorique de vendeurs de rêves, mais pour le projet de société qui est sous-jacent, au service d’un colossal marché couplant l’homme à la technologie. Il sert donc « non pas l’apothéose de l’humain, mais la régression vers l’infrahumain. »
 
 
POINTS FORTS
 
 
 
- Un livre de référence excellent sur le fond comme sur la forme par la qualité du texte d’Oliver Rey : précis, percutant, savoureux à lire, offrant une véritable délectation de l’esprit. Sur le fond, une remarquable étude, ample et lucide sur la place du « progrès » dans les sociétés modernes, élaborée avec recul. Les références aux grandes figures de la philosophie des sciences permettent de mieux comprendre d’où vient la tentation transhumaniste.
 
- Par ailleurs, cette très puissante critique de l’idéologie de XXIème siècle commençant, évite l’opposition stérile entre technophile et technophobe, pour interroger le ressort de ses discours. L’irruption des sciences et techniques jusque dans le corps humain est-elle au bénéfice de l’être humain ? Olivier Rey démasque une vieille rhétorique en trois temps : d’abord l’affirmation d’une radicale, fascinante et prometteuse nouveauté, puis une mise en sourdine des effets du progrès comme s’il n’y avait rien de vraiment si nouveau, pour finir par l’affirmation que de toute façon, l’évolution des techniques est inévitable et s’imposera.
 
- Qu’avons-nous à gagner de l’hégémonie de la technique ? L’auteur répond qu’ « en poussant à l’extrême la mainmise de la technologie sur l’humain, les perspectives transhumanistes nous font oublier ce qu’il y a de démesuré dans la domination technologique et ses progrès »,  « nous sommes arrivés à un stade où le rapport entre les bénéfices du « développement » et les nuisances qu’il engendre s’avère de plus en plus défavorable, où il apparaît que la trajectoire suivie ne tend pas vers un état paradisiaque, mais nous condamne à une situation de plus en plus dégradée, voir à l’anéantissement ». « Lorsque la nature est sollicitée au-delà de ses capacités de régénération, elle dépérit ».
 
- Tout progrès exige des investissements colossaux. Toute innovation a un coût et l’heure est venue d’en payer le prix. Ce sera le prix de l’humain. Pas de doute pour Olivier Rey : « les machines déploient une puissance telle que leurs performances ne sont plus une amplification des capacités humaines mais leur mortification ». « Le développement n’a pas engendré, comme on en rêvait encore dans les années 1960, une société du loisir, mais plutôt une société de la fatigue ».
 
- Le transhumanisme n’est-il pas au fond qu’une utopie promue par le marché ?  N’a-t-il pas comme ambition de faire adhérer les populations à une technologie toujours plus coûteuse, et donc arracher le consentement avec des promesses toujours plus exubérantes ? Publicité quand tu nous tiens…
 
 
POINTS FAIBLES
 
-     _-- Une exigence d’attention pour suivre l’auteur ; non que le texte soit difficile, mais il requiert une grande concentration pour goûter la finesse et la profondeur des analyses.
 
-   - Quelques notions philosophiques à revisiter au préalable, comme l’aristotélisme, le kantisme et la téléologie … mais la pédagogie du texte permet d’y accéder sans trop de peine.
 
 
EN DEUX MOTS 
 
Qu’allons-nous devenir ? Peut-on croire au transhumanisme ? Quelle vision du futur est crédible ? Peut-on faire reculer la mort ? Olivier Rey, en philosophe et scientifique, interroge les promesses du transhumanisme et dévoile son principal ressort caché. Le marché sait très bien toucher nos pulsions pour nous faire acheter les marchandises qu’il veut écouler.
 
Face à cette tentation, l’exercice de défense consiste à interroger la capacité des technologies de nous conduire au bonheur. La science se met-elle au service du bonheur ou du malheur de l’humanité ? 
 
Un essai pour se réapproprier notre avenir, cesser de se laisser distraire par des promesses, et soigner nos relations, nos liens : ce qu’il faut vraiment augmenter.
 
 
UN EXTRAIT
 
« Qu’est-ce que le transhumanisme, tel qu’il se présente à nous ? Rien d’autre que le prolongement d’une logique de découpage de la vie en fonctions, chacune susceptibles d’être « augmentée » par implémentation du dispositif adéquat. On en peut même plus exclure que l’évolution de l’environnement social rende de tels dispositifs nécessaires, et que des prothèses incorporées deviennent aussi indispensables à la vie en société que le sont devenues en très peu de temps ces prothèses encore détachables que sont la carte de crédit ou le téléphone portable. Ce qui est proposé à l’individu comme une possibilité supplémentaire, propre à lui faciliter la vie, pourrait rapidement se révéler une obligation, sous peine de bannissement du monde commun. En témoigne la part grandissante, « contrainte », de la technologie dans le « budget des ménages », au détriment de l’alimentation qui s’ajuste à la baisse : le branchement au réseau se fait plus vital que la nourriture elle-même. Le transhumanisme ne cesse d’en appeler à l’imaginaire de la souveraineté individuelle, mais ne laisse présager qu’une radicalisation de l’aliénation. Il promet d’étendre les pouvoirs de l’individu mais, en réalité, il est porteur d’une exigence d’adaptation à un environnement technologique si hégémonique qu’il ne respecte même plus l’intégrité corporelle. » p 77.
 
 
L'AUTEUR
 
Olivier Rey, né à Nantes en 1964, est entré au CNRS en 1989 dans la section « mathématiques », matière qu'il a enseignée à l'École polytechnique jusqu'en 2003. Aussi doué avec les chiffres qu’avec les lettres, Olivier Rey se passionne pour le statut des sciences et leurs apports à notre société moderne. Ses travaux cherchent à interroger la cohérence des choix techniques et scientifiques. Il enseigne aujourd’hui la philosophie à l’Université Panthéon Sorbonne. Auteur de deux romans et de plusieurs essais, il a reçu le Prix Bristol des Lumières en 2014 pour Une question de taille, et le Grand Prix de la Fondation Prince Louis de Polignac en 2015.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires