En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Atlantico-Business

Facebook choisit la Suisse pour lancer le Libra, monnaie mondiale, comme Martin Luther avait choisi Genève pour lancer la Réforme contre les catholiques

Publié le 23 juillet 2019
Avec le Libra, Facebook défie les banques centrales comme les protestants ont défié l’église de Rome. Pas étonnant que Mark Zuckerberg s’installe à Genève.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec le Libra, Facebook défie les banques centrales comme les protestants ont défié l’église de Rome. Pas étonnant que Mark Zuckerberg s’installe à Genève.
Alors que le G7 Finances qui s’est déroulé ce week-end a vu les grands argentiers condamner les cryptomonnaies, Facebook confirme qu’il installe la base de lancement de sa monnaie Libra à Genève, la ville où Martin Luther a annoncé au XVIème siècle la rupture de son église Réformée avec Rome. 
 
L’Histoire nous sert parfois des coïncidences d’événements intéressantes pour comprendre les mutations de l’humanité. Pour les mêmes raisons politiques, économiques et juridiques que Martin Luther en 1517 annonçait à l’Occident la rupture de son église avec le Vatican et officialisait le schisme le plus important dans le peuple des chrétiens, Mark Zuckerberg a confirmé sa décision d’installer le siège de la société qui va gérer le développement mondial du Libra, sa cryptomonnaie, à Genève à quelques pas où Luther avait résidé. Et les dirigeants de Facebook prennent cette décision au moment où se termine le G7 Finances qui communique au monde en entier deux intentions importantes certes, mais qui vont rester très symboliques encore très longtemps. 
 
D‘un côté, les 7 ministres de l’économie et des finances des pays les plus riches du monde ont déclaré être d’accord sur le principe de créer un impôt mondial sur l’activité des grandes multinationales et notamment celles qui opèrent dans le digital. Il s’agit d’imposer les sociétés sur les activités, où qu’elles soient et d’où qu‘elles viennent. Bref, il s’agira de généraliser la taxe GAFA initiée et appliquée depuis peu par la France 
D’un autre côté, les 7 ministres ont condamné le projet de monnaie virtuelle et en particulier celle de Facebook. « Nous refusons l’émergence d’Etats privés qui auraient les mêmes privilèges que les Etats sans les contrôles qui vont avec, sans les obligations qui vont avec », a indiqué Bruno Le Maire, On ne pourra pas reprocher au ministre français un manque de cohérence, lui qui est à l’origine de la taxe GAFA. On pourra cependant s’inquiéter du déficit de responsabilité des dirigeants politiques quand ils prennent ce type de décision qui n’empêchera en rien l’impérialisme des grands du digital. 
 
Et quand Facebook achète des locaux et installe sa première usine à fabriquer de la monnaie virtuelle et mondiale à Genève, la ville où est née la Réforme, le géant des réseaux sociaux a sans doute de vraies raisons, mais quel pied de nez à l’Histoire.
 
Quand, il y a 500 ans, le 31 octobre 1517, Martin Luther placarde sur les portes des églises dans le Nord de l’Allemagne, les 95 thèses qui scellent les bases du protestantisme, et surtout la rupture avec l’église de Rome et la hiérarchie catholique, il n’a guère d’échos. Il lui faut attendre 1523, année où les idées protestantes entrent en Suisse et se propagent avec une rapidité fulgurante. Zurich, Bale, Berne et Genève se convertissent. 
Les élites politiques et économiques y voient un outil d’émancipation et de libération dans tous les domaines, politique, économique et surtout financier. Et c’est à partir de la Suisse que l’église protestantes va se propager dans l’Europe toute entière en suivant les grandes lignes de communication et notamment le long du Rhin. 
 
Mais la propagation de la Réforme en Suisse va aussi imposer l’idée de trouver des consensus et des compromis avec des individus de confessions différentes. La coexistence entre des gens très différents va être aussi importante que la puissance des idées de la Réforme pour le développement de la Suisse. Pendant que certaines régions européennes (dont la France ) s’épuisaient dans des guerres intestines de religion, la Suisse bâtissait des empires financiers d’abord et économiques ensuite. Les catholiques n’ont jamais reconnu les activités de crédit, mais en Suisse, ils n'ont pas, pour autant, bruler sur des buchers les protestants qui développaient des banques et des établissements financiers dans toute l'Europe avec pour objectif de concurrencer la banque juive. Ajoutons à cela que les protestants trouvaient dans les structures fédérales de la Suisse (ou ce qui allait devenir une fédération d’Etats) les moyens d’assouvir leur liberté et la concurrence dont a on avait déjà compris à l’époque qu'elle pouvait être génératrice de progrès. Pendant toute son histoire, la prospérité suisse a profité de cet ADN, en autorisant des facilités fiscales et règlementaires, ce qui lui a valu cet état d’indépendance et de neutralité. La neutralité politique lui assurant l’indépendance. 
 
Au cours du 20ème siècle, la Suisse a énormément profité d’une industrie financière qui venait se mettre à l’abri des fiscalités et des règlements mis en place par les grandes démocraties mondiales. L’argent est venu se réfugier en masse. Et jusqu'à une époque très récente, le monde entier a fait semblant de ne pas trop attacher d’importance à l’origine de ces fonds. C’était l’intérêt de tout le monde de savoir qu’il existait sur la planète un lieu où on pourrait stocker de l’argent pas très propre. 
 
Globalement, le succès de la Suisse est le résultat de la gestion habile d’une série de transgressions par rapport au pouvoir. Transgression religieuse, puis politique, puis fiscale, puis légale, et enfin économique et monétaire. 
 
Facebook ne cache donc pas aujourd’hui son attirance pour ce pays qui s’est construit sur la transgression et qui continue de l’assumer et d’attirer les transgressifs. Le projet de monnaie virtuelle étudié par Facebook est sans doute le projet le plus transgressif depuis deux siècles. Il s’agit de créer une monnaie en dehors d’un Etat, en dehors d’une règlementation et dont la seule puissance sera de pouvoir être utilisée par les 2,3 milliards d’utilisateurs de Facebook dans le monde. Le choix de la Suisse pour y installer les systèmes de gestion n’est donc pas anodin. Règlementation light, fiscalité light et immersion immédiate dans un écosystème dominé par des organisations internationales non-étatiques. Genève est la capitale mondiale des ONG, c’est à dire des communautés et des adhérents qui sont généralement en guerre avec les Etats démocratiques ou pas. Pour toutes ces ONG, la création d’une monnaie mondiale comme le LIBRA dont le marché est considérable, c’est l’arme fatale et miracle. 
 
Prime sur le gâteau : la fiscalité et une transparence des transactions qui n’est pas obsessionnelle. 
 
Il n’y a pas de hasard. Facebook ne pouvait pas trouver meilleur havre de paix pour créer cette monnaie qui va à l’encontre des pouvoirs centraux de contrôle des monnaies et qui s’adresse aux adhérents d’une communauté mondiale qui ignore les frontières politiques et qui cherchent à tout prix à  défendre les moyens de la liberté individuelle. 
La réforme à Genève, c’était le début de l’uberisation de la religion et du vivre ensemble. L’église protestante, c’était le Uber de la chrétienté pout s’affranchir du pouvoir du clergé. Le Libra de Facebook est d’une certaine manière le Uber de la monnaie qui s’affranchit du contrôle et des garanties de la banque centrale
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/07/2019 - 22:25
Et qu'est ce qu'on en a à
Et qu'est ce qu'on en a à battre de la monnaie de chez Amazon, elle fera un gros "splashhh" et disparaîtra en laissant derrière elle des monceaux de cadavres .....les cadavres de ceux qui comme toujours se seront fait baiser par cupidité, et parallèlement rendra Zuckerberg encore plus riche car il aura misé sur la connerie humaine...... Depuis Law, rien n'a changé.
AZKA
- 23/07/2019 - 18:28
Luvin ou Calther
Pauvre Sylvestre! A réformer !
Didou33
- 23/07/2019 - 12:26
M Sylvestre, vous avez tout faux.
M Sylvestre, vous avez tout faux. Au XVIème siècle, la Suisse est une confédération de 8 cantons, tous alémaniques. Elle ne comprend ni Bâle, ni Lausanne, ni Genève, et personne ne prévoit qu'elle puisse les inclure un jour. Elle se bat pour son indépendance et les Suisses sont réputés pour leur esprit guerrier, beaucoup plus que pour leurs talents financiers. C'est pourquoi elle fournit ses mercenaires au roi de France et au Pape.
Les banques suisses ont prospéré au XXème siècle, sur la base de la neutralité qui a fait de la Suisse un lieu de refuge des capitaux et de transactions idéal pendant les deux guerres mondiales. La pression fiscale dans les états voisins aidant après la 2ème guerre mondiale... Rien de bien transgressif dans tout ça, bien au contraire. C'est par une garantie de stabilité que la Suisse a su attirer les capitaux, pas par sa capacité de transgression.