En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Ursula von der Leyen. FREDERICK FLORIN / AFP
Disraeli Scanner

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

Publié le 22 juillet 2019
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXe siècle.
Londres, 
Le 21 juillet 2019 
 
Mon cher ami, 
 
Il y a 75 ans jour pour jour, le comte von Stauffenberg était assassiné par les nazis, au lendemain de l’attentat manqué contre Hitler du 20 juillet 1944. Pendant longtemps, les motifs profonds de la tentative de tyrannicide ont été mal connus. On a réduit « l’Opération Walkyrie» à la volonté désespérée de sauver l’honneur de l’armée allemande, si compromise avec Hitler. Depuis les années 1950, les historiens ont eu beau jeu de répéter que le parlementarisme et la démocratie n’étaient pas les préoccupations premières d’un certain nombre d’officiers entrés dans le complot. Mais on a mieux pris, récemment, la mesure de la personnalité de Stauffenberg et de l’événement. Et il y a bien des leçons à en tirer pour notre temps. 

Claus von Stauffenberg, un pur héros

La personne de Stauffenberg, tout d’abord. Né en 1907, il appartient à la génération qui a été la plus ambitieuse sous le nazisme, celle qui a profité de la « révolution brune » pour accéder très jeune à des postes de responsabilité. Les rangs des cadres supérieurs de la SS étaient peuplés de contemporains de Stauffenberg. Lui-même appartenait à une vieille famille aristocratique catholique du sud de l’Allemagne. Quand bien même il a pu être séduit par la perspective - mensongère mais volontiers véhiculée par le régime naissant -  d’un régime qui remette l’Allemagne en ordre; quand bien même le jeune officier de carrière a servi son pays avec un total dévouement patriotique entre  1939 et 1943; quand bien même les paroles exaltées du poète nationaliste Stefan George ont longtemps résonné dans son esprit, le catholicisme l’a toujours protégé de la séduction ultime. Petit à petit, à partir de l’hiver 1941-1942, Stauffenberg a saisi la vraie nature du régime nazi. Il est entrée dans une opposition de plus en plus déterminée, restée secrète mais qui l’a conduit à fréquenter les cercles militaires d’opposition et les personnalités entourant Carl Goerdeler mais aussi d’autres grandes personnalités aristocratiques entrées dans l’opposition avant lui : Helmut James von Moltke, Ulrich von Hassell, par exemple. Après avoir été grièvement blessé en Afrique du Nord, au printemps 1943 (il perd la main droite, l’annulaire et l’auriculaire de la main gauche), il bascule définitivement dans la préparation d’une action contre le tyran. 
 
Il ne s’agit pas d’accumuler les regrets ni de se complaire dans les détails, nombreux, qui ont fait rater l’opération. Hitler a toujours eu, comme l’écrit mon compatriote Ian Kershaw, « la chance du diable ». Le matin du 20 juillet, la réunion d’Etat-major fut avancée de 30 minutes parce que Mussolini effectuait une visite impromptue au Quartier Général hitlérien; Stauffenberg n’eut le temps d’amorcer qu’une des deux charges qu’il avait prévues. Ensuite, la réunion ne se tenait pas pas dans le bunker habituel, en réflection, mais dans un bâtiment provisoire, beaucoup moins propre à amplifier l’effet de souffle par la résistance des matériaux; enfin, l’épisode est bien connu, un des participants éloigna la serviette de la proximité d’Hitler. Stauffenberg lui, qui se méfiait de la velléité de bien d’autres conjurés parmi ses amis officiers, avait tenu à déposer la bombe lui-même dans la salle d’Etat-major. Mais lorsqu’elle explosa, il était déjà en route pour Berlin, où il n’était pas moins indispensable pour prendre la tête du coup d’Etat qui devait suivre la mort du dictateur. Bien que sans nouvelles précises, les conjurés avancèrent autant qu’ils le purent, jusqu’à ce que que l’information de la survie du Führer leur parvienne. Loin de saisir l’occasion qu’ils avaient entre les mains d’en finir, malgré tout, avec le régime, la plupart des officiers, au-delà du cercle des conjurés, qui avaient accepter de suivre l’opération, se rétractèrent. A la fin, il resta un petit groupe de héros, dont Stauffenberg, qui fut fusillé à l’aube du 21 juillet pour trahison. 
 
Ses derniers mots furent pour crier « Vive la Sainte Allemagne !» Contre le totalitarisme national-socialiste, le cerveau de la conjuration invoquait tout ce qui rattachait son pays au meilleur de la tradition européenne: chrétienne, conservatrice, humaniste. On sait aujourd’hui, grâce aux recherches de Mark Riebling, que le pape Pie XII était au courant de la préparation de l’attentat et qu’il voyait dans le projet de Stauffenberg un tyrannicide légitime. Si l’attentat avait réussi, Stauffenberg aurait siégé dans un gouvernement largement conservateur, présidé par Carl Goerdeler mais qui aurait inclus aussi au moins un membre du SPD: Julius Leber. Ce qui a le plus retenu l’attention des historiens après la Seconde Guerre mondiale, c’est la profondeur et la sincérité des plans de réconciliation européenne que ce futur gouvernement avait en tête. Pour ma part, je pense qu’il faut aller encore plus loin. Le complot du 20 juillet 1944 aurait permis, s’il avait réussi, de faire émerger une autre Europe, plus solide, plus conservatrice. 

L’élément d’alternative au plan de Roosevelt

On mesure aujourd’hui l’étendue du désastre lorsque l’on sait que l’Allemagne a eu autant de soldats tués au combat dans les neuf mois qui ont suivi l’attentat manqué, jusqu’à l’armistice, qu’elle en avait eu jusqu’au 20 juillet 1944. Surtout, c’est durant ces neuf mois que l’Union Soviétique a pu s’emparer d’une grande partie de l’Europe centrale. Le pape Pie XII, qui est le seul à avoir développé une vision parfaitement cohérente de la situation, détestait au même titre les deux totalitarismes. Et il avait, dès l’automne 1939, pris le risque - bien loin de la neutralité qu’on lui prête habituellement - de faire passer à Londres des messages des opposants conservateurs à Hitler. A l’époque, c’était encore la mentalité des appeasers qui faisait la loi. Mais, même par la suite, lorsque le Saint-Siège continua à se faire le relais discret mais constant de messages des opposants militaires à Hitler, Winston Churchill ne prit jamais ce qu’on lui présentait au sérieux. Il devait plus à son ascendance maternelle américaine que ce qu’on pense habituellement. Il était incapable de réfléchir autrement qu’en termes binaires quand il prenait un ennemi pour cible. L’Allemagne qu’il combattait, était « une et indivisible ». Elle ne pouvait compter des opposants conservateurs. Winston fut ainsi entraîné dans la logique de la capitulation sans conditions que voulait Roosevelt. Et, surtout, il priva l’Europe des moyens de résister à la poussée de Staline. 
 
D’une part, il est évident que si les conjurés avaient pu se réclamer d’un possible armistice avec Londres et Washington - ce que Hitler ne pourrait jamais obtenir - ils auraient eu un pouvoir de conviction considérable et rapidement élargi le cercle de leurs soutiens. D’autre part, arrêter la guerre à l’été 1944, aurait consisté à mettre en oeuvre ce fameux « retournement d’alliance » que redoutait tant Staline. Au lieu que les principaux dignitaires nazis soient traduits devant la justice internationale à Nuremberg, ils auraient été jugés et condamnés par un gouvernement allemand légitime, ce qui aurait été beaucoup plus sain. Les événements ont prouvé par la suite qu’après avoir été aveuglément alliée à Staline, la coalition occidentale a dû inverser sa politique radicalement, se réconcilier avec ce qui restait des forces conservatrices, libérales et social-démocrates allemandes, réintégrer l’Allemagne dans une alliance militaire antisoviétique, reconstruire la puissance économique allemande. Mais entretemps, certains des meilleurs cerveaux conservateurs allemands avaient disparu. Le centre de gravité de la vie politique allemande s’était irrémédiablement déplacé vers la gauche - les conservateurs étaient désormais les chrétiens-démocrates et la République Fédérale se construisit sur l’idée qu’on devait brider la souveraineté nationale au sein d’une Europe fédérale. 
 
En fait, les dégâts ont été beaucoup plus larges. La capitulation sans conditions de l’Allemagne, l’occupation soviétique d’une moitié de l’Europe, le prestige - impossible à contester - que la victoire de l’Armée Rouge avait procuré à l’Union Soviétique, tout cela contribua à faire émerger une vulgate progressiste, « antifasciste », consistant à penser qu’au fond la gauche avait vaincu Hitler, avec la force d’appoint d’une partie de la droite qui avait sauvé l’honneur. L’évidente parenté entre le nazisme, le fascisme et le communisme fut soudain retournée au profit d’une mise en cause de toute la tradition conservatrice et authentiquement libérale qui a fabriqué l’Occident, ses réussites, ses innovations sans pareilles. Lorsque l’Union Soviétique apparut vieillie, sclérosée, la jeunesse d’Europe et des Etats-Unis ne se convertit pas au conservatisme mais à l’idéologie d’une « nouvelle Gauche », d’abord fascinée par Mao et Trotski, puis, sous le prétexte d’un retour au « jeune Marx », mettant les méthodes de terrorisme intellectuel marxiste au service d’un individualisme absolu.  On est passé en quarante ans de Mao à la théorie du genre. 
 
Je ne dis pas que ces dérives idéologiques ne seraient pas advenues si le 20 juillet 1944 avait réussi. Je pense simplement que le rapport de forces n’aurait pas été le même, entre la droite et la gauche, entre les amoureux du réel et les sophistes, dans la seconde moitié du XXè siècle. Regardez par exemple comme la réputation du pape Pie XII a été salie, à partir du début des années 1960. Il n’y avait plus de survivants de la conjuration du 20 juillet 1944 pour témoigner du soutien indéfectible du Souverain Pontife au projet de tyrannicide - ancré dans la meilleure tradition théologique médiévale et moderne. On sait aujourd’hui que le tombereau de calomnies fut déversé par des auxiliaires roumains de Moscou sur le terreau néo-gauchiste fertile de Berlin-Ouest. Et des générations de têtes faibles s’en sont emparées au nom de la lutte contre le « dernier des totalitarismes ». 

Ursula von der Leyen et la vacuité du conservatisme allemand en 2019  

J’ai repensé aux résistants du 20 juillet 1944 quand Ursula von der Leyen nous a infligé son très vide discours de candidature devant le Parlement européen. Cette femme politique ne mérite ni les espoirs qu’on a mis en elle au début de sa carrière politique, dans les années 2000, ni les attaques qu’on lui adresse depuis qu’elle est ministre de la Défense. On discerne en elle des restes du meilleur de cette tradition aristocratique allemande dont le noyau resté fidèle au christianisme s’est dressé, viscéralement, contre Hitler. Après tout, il n’est pas banal, dans l’Allemagne d’aujourd’hui, de se présenter fièrement comme la mère de sept enfants qui a, en outre, une belle carrière professionnelle. Mais ce qui frappe l’observateur, c’est la manière dont, pour être élue à la tête de la Commission, Madame von der Leyen a procédé aux sacrifices attendus sur l’autel du progressisme: apocalypse climatique, immigrationnisme, centralisation européenne, instrumentalisation de la cause des femmes; tous les poncifs progressistes y sont passés. En fait, le tableau est extrêmement cohérent: Angela Merkel, produit progressiste conformiste du régime de RDA, soutenait la candidature d’une femme politique, qui est quasiment sa contemporaine, grandie en Allemagne de l’Ouest, et nourrie au lait d’un conservatisme de plus en plus affadi. Madame von der Leyen a réduit à néant il y a quelques années son témoignage personnel et son engagement pour la famille lorsque, pour des raisons politiciennes, elle a dit soutenir l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. 
 
Il ne s’agit pas de verser dans une nostalgie qui deviendrait vite réactionnaire. Mais de constater que la réussite politique des résistants du 20 juillet a manqué cruellement à l’Europe. Qui peut sérieusement nier que l’Union Européenne actuelle n’est qu’une caricature hideuse de ce que les conservateurs, les chrétiens-démocrates et les sociaux-démocrates des années 1940 et 1950 avaient en tête? Et qui refusera d’entendre que la contribution conservatrice au grand projet de réconciliation européenne aurait aidé à stabiliser les fondations de l’édifice. Imagine-t-on ce qu’aurait donné un dialogue entre le Général de Gaulle et le Colonel von Stauffenberg? 
 
Bien fidèlement à vous 
 
Benjamin Disraëli
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 23/07/2019 - 10:48
Primauté de l'obéissance sur le libre arbitre
Si E.Husson avait pris en compte cette singularité de la civilisation allemande il ne se serait pas étonné du renoncement des conjurés de 1944 après l'annonce de la survie de Hitler. Nous oublions que la paix d'Augsbourg a été fondée sur ce principe que la religion du peuple doit être celle de son prince. Nous oublions que la primauté allemande de l'obéissance sur le libre arbitre est toujours à l’œuvre.
En politique, l'obéissance que doit le perdant des élections au chef des vainqueurs, conduit le vaincu à chercher un compromis pour sauver une partie de ses idées. En économie, les patrons ne sont pas contestés, et l'obéissance des salariés pas davantage. Et cela stimule un dialogue social dont la finalité est de rendre l'obéissance moins dure.
Au temps de la paix d'Augsbourg, la multitude des états allemands atténuait le danger de ce trait de civilisation. Avec une Allemagne réunie, il en est allé tout autrement : quand le chef est fou, le peuple est fou. Et encore maintenant, les auteurs de crimes de guerre, continuent à être traités de lâches, parce qu'ils disent qu'ils n'ont fait qu'obéir, ce qui est, hélas, la triste vérité.
Benvoyons
- 22/07/2019 - 18:01
Ben si l'Europe n'était pas Chrétienne pourquoi aujourd'hui
nous ne sommes pas Musulmans puisque les Arabo-musulmans ont colonisé le Maghreb, l'Espagne, & ils sont allés jusqu'en Hongrie,& Vienne.
& il me semble que les Arabo-musulmans ont toujours dit par leurs Historiens qu'ils allaient vers l'Europe pour détruire la Chrétienté.
Ils sont cons ces Historien Arabo-musulmans car pourquoi attaquer des pays qui n'étaient pas Chrétiens.:)::)
My Godmichet à Barbe :)::)
Benvoyons
- 22/07/2019 - 17:52
Ce dont nous sommes certains le Whisky coule à flot .....
Élémentaire mon cher Disraeli & son Scanner Hussonien !

J'ajoute ( pour faire mon Si aussi ) que si Staline n'avait pas trucidé ses Généraux, ni signé avec Hitler (juste pour coloniser la moitié de la Pologne & le pacte de non agression & acceptant de fournir à profusion Pétrole & matière première) & bien les Généraux Hitlérien n'auraient pas mis toutes leurs forces pour attaquer la Belgique, Pays-Bas, France, & les ancêtres de Disraeli. Même voir ils n'auraient pas attaqué puisque l'immense front Est permettait à l'URSS de planifier immédiatement une attaque sur l'Allemagne fatalement devenue excessivement fragile en ayant massé l'ensemble de ses forces vers l'Ouest.
Même s'il avait attaqué en gardant la moitié de ses forces sur le Front Est & bien les forces Anglaises, Françaises, Belges, Pays-Bas avaient à ce moment là suffisamment de force pour bloquer Hitler.
En fait le Socialisme a été la Grande Pourriture idéologie mortifère sur l'ensemble du 20eme siècle.