En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

Tentative de main basse sur Hong Kong et l’Asie : les Chinois profitent du Coronavirus pour lancer une inquiétante offensive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 26 min 9 sec
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 4 heures 16 sec
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 5 heures 11 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 17 heures 54 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 20 heures 6 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’empreinte du dieu" (Tome 4 de la saga "Gens du Nord") de Maxence Van der Meersch : cet été 2020 marchez en Flandres dans les empreintes du dieu

il y a 22 heures 36 min
pépites > Politique
Bataille pour Paris
LREM : Agnès Buzyn annonce qu'elle est toujours candidate pour le second tour des municipales à Paris
il y a 23 heures 33 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 3 heures 38 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 4 heures 11 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 5 heures 24 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 19 heures 5 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 21 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 22 heures 20 min
pépites > Politique
"Agir ensemble"
Création d’un 10e groupe politique, situé dans la majorité, à l’Assemblée nationale
il y a 22 heures 56 min
pépites > High-tech
Atout contre le virus
StopCovid : la Cnil autorise l’application de traçage pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 jour 11 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Solidarité

Estivales seniors : ce pari du 5e arrondissement de Paris dont la réussite souligne la soif de lien social pendant l’été

Publié le 20 juillet 2019
De nombreuses initiatives devraient être mise en place pour soulager les personnes âgées de l'isolement. C'est ce que fait Florence Berthout, maire du 5e arrondissement de Paris, qui organise les Estivales Seniors voués à rompre avec cette solitude des retraités.
Florence Berthout est présidente du groupe Les Républicains et Indépendants (LRI) au Conseil de Paris et maire du 5ème arrondissement.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Berthout
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florence Berthout est présidente du groupe Les Républicains et Indépendants (LRI) au Conseil de Paris et maire du 5ème arrondissement.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreuses initiatives devraient être mise en place pour soulager les personnes âgées de l'isolement. C'est ce que fait Florence Berthout, maire du 5e arrondissement de Paris, qui organise les Estivales Seniors voués à rompre avec cette solitude des retraités.

Atlantico : Pourquoi la vie est-elle si dure pour les personnes âgées, en particulier dans les grandes métropoles ?

Florence Berthout : Il y a plusieurs facteurs. La première est d'ordre psychanalytique : vieillir fait peur à tout le monde. On a sans doute l'impression en communication que c'est évidemment moins attractif de réaliser des opérations envers les seniors. Par ailleurs il y a une espèce de déni sur la vieillesse. On ne met pas de mots sur les maux.  Lorsque j'ai monté les Estivales Seniors, beaucoup de mes proches m'ont reproché d'inscrire le mot "senior" car les personnes âgées n'aiment pas qu'on les qualifie de la sorte. J'ai répondu que je souhaitais justement dédier un événement aux seniors et que je n'avais pas les moyens d'organiser un immense festival qui va aller de 5 ans à 100 ans.

Les opérations dédiées aux seniors et ceux à en devenir, fonctionnent comme si on opérait pour une minorité invisible. Tout ce qui concerne les personnes âgées est souvent caché. On ne veut pas assumer le fait que l'on veuille montrer des choses novatrices et branchées car dans l'imaginaire collectif, la vieillesse est la dépendance, la perte d'autonomie et le renfermement. La société met souvent beaucoup de temps à s'adapter et à s'adresser aux plus âgés et à ceux en perte d'autonomie. On considère que ce n'est pas positif et je pense que cela joue beaucoup. J'assume donc de faire des Estivales Seniors.

Concernant le deuxième facteur, tout n'est pas question de moyens. J'organise cet événement avec zéro moyen mais mes équipes, mes bénévoles, sont mobilisées toute l'année pour préparer les Estivales Seniors. L'année dernière, un groupe de jeunes graffeurs est venu et les seniors ont adoré.

Est-ce que c'est une question de manque de moyens ou de pauvreté des retraités ou bien est-ce que cela touche toutes les catégories de la population âgée ? Quelles sont les autres facteurs ?

Il y a certes une question de moyens mais deux objectifs en sont la clé avec les Estivales Seniors : permettre à ceux qui n'ont pas les moyens de partir deux mois en vacances et voir des propositions ludiques et culturelles mais aussi un second aspect dont on ne parle jamais ou très peu, l'extrême isolement et la solitude du senior. Si on y réfléchit bien, peu d'offres, surtout celles attractives lui sont dédiées. On est très vite dans "l'atelier tricot", qui peut être par ailleurs très bien.

Si la pauvreté et l'isolement sont deux facteurs majeurs,  la maladie est évidemment aussi pointée du doigt. La société se polarise sur la maladie et la perte d'autonomie. Des médecins ont d'ailleurs prouvé que le fait d'être isolé accélère la maladie et la perte d'autonomie. Plus on bouge, plus on retarde ou évite la perte d'autonomie.   

En quoi vos Estivales Seniors répondent à ces questions ? Faudra-t-il davantage développer ces événements ?

Le sujet est de ne pas faire des événements seulement pour les retraités pauvres. L'objet numéro un est de rompre l'isolement. Quand on est un retraité avec de petits moyens, il ne faut l'ostraciser pour ceux qui ont peu de moyens. C'est le double piège. Des retraités qui ont peu de moyens sont davantage isolés car il y a une espèce de déclassement par rapport au moment où ils travaillaient et maintenant. Ils vivent mal ce déclassement et n'ont pas envie de faire l'aumône. Ils ne supportent pas le statut d'assisté y compris ceux qui sont pauvres.

Nous proposons un grand nombre d'activités pour rompre avec l'isolement des seniors : ateliers culinaires avec un établissement franco-vietnamien réputé du 5e arrondissement, des visites diverses à peu près une fois par semaine, des conférences, des ateliers formes et zen comme avec un sophrologue, ou un atelier d'expressions corporelles avec une troupe de théâtre, un atelier danse, un atelier bricolage…

Il faudrait évidemment développer davantage ces événements. Je suis obligé maintenant de recruter des dizaines et des dizaines de personnes. Il faudrait que je doublonne une partie des ateliers mais j'ai malheureusement un fort manque de moyens ; j'ai 30 dates avec zéro euros de budget. Il y a beaucoup de bénévolat et de travail à fournir. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 20/07/2019 - 11:40
estivales seniors
bravo à Madame Berthout pour cette mobilisation; vous aviez aussi organiser une exposition de peintres a ctuels avec M. Jean Tulard ,il me semble: très utile aussi car ces peintres peinent à trouver des lieux d'exposition.
Madame Berthout a le sens du bien commun ,réjouissons-nous.