En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

06.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 1 heure 21 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 2 heures 17 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 6 heures 13 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 7 heures 22 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 8 heures 57 sec
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 9 heures 1 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 42 min
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 1 heure
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 1 heure 38 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 2 heures 24 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 5 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 6 heures 35 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 7 heures 26 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 9 heures 35 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 1 heure
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 2 heures
© INDRANIL MUKHERJEE / AFP
© INDRANIL MUKHERJEE / AFP
Données personnelles

Dans la jungle des conditions générales d’utilisation : savez-vous vraiment à quoi vous consentez lorsque vous utilisez des applications de reconnaissance faciale ?

Publié le 18 juillet 2019
L'énorme succès de l'application FaceApp interroge sur un problème plus complexe. La récupération de données personnelles est un enjeu économique majeur pour ce type d'entreprises et peu d'utilisateurs prennent le temps de s'informer sur l'utilisation de ces données. Et la régulation a bien du mal à s'imposer dans ce secteur.
Claude-Etienne Armingaud est avocat, exerçant notamment en droit de l'informatique et des réseaux de communication électronique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude-Etienne Armingaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Claude-Etienne Armingaud est avocat, exerçant notamment en droit de l'informatique et des réseaux de communication électronique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'énorme succès de l'application FaceApp interroge sur un problème plus complexe. La récupération de données personnelles est un enjeu économique majeur pour ce type d'entreprises et peu d'utilisateurs prennent le temps de s'informer sur l'utilisation de ces données. Et la régulation a bien du mal à s'imposer dans ce secteur.

Atlantico : Certaines applications qui permettent à une personne de modifier des photos prises sur son portable avec des filtres divertissants disposent de conditions générales d'utilisation particulièrement gênantes. L'une d'entre elles, FaceApp, demande par exemple l'autorisation d'utiliser l'image de l'utilisateur à n'importe quel moment. Faut-il mettre ce problème sur le dos du consommateur imprudent, ou sur celui des services numériques qui rédigent volontairement des clauses de ce type ? Les conditions générales ne sont-elles pas généralement trop complexes, trop nombreuses ou trop longues pour que l'accord de l'utilisateur ait une validité juridique ?

Claude-Etienne Armingaud : On voit ici l’un des effets pervers de la viralité des usages au travers de l’environnement numérique et, dans une certaine mesure, ce que les anglo-saxons appellent le FoMo (« Fear of Missing out ») -- tout le monde le fait, et je veux en être.

 Si en France, les contrats légalement formés tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faits (Article 1103 du Code Civil français), cette absolutisme contractuel est encore plus vrai outre-Atlantique. La peur du manque décrite ci-dessus conduit souvent à installer des applications et utiliser des services rapidement, sans lire des conditions générales qui, ne l’oublions pas, constituent un contrat entre l’éditeur du services et l’utilisateur, et qu’un contrat engage.

 A cet égard, les éditeurs de services ont besoin de certains droits de la part des utilisateurs pour pouvoir fournir leur service -- c’est le cas, par exemple, d’une licence sur le contenu pour que l’éditeur puisse héberger, copier, et effectuer d’autres diligences au nom et pour le compte de l’utilisateur, sans risquer de se voir attaquer pour contrefaçon de droits d’auteur sur les images.

 Cependant, la tentation est parfois grande de s’octroyer des droits le plus largement possible, notamment aux fins de monétiser, directement (en vendant ces images à des tiers) ou indirectement (en utilisant ces images pour la publicité des services). Cette utilisation n’est pas strictement nécessaire à la fourniture des services mais peut l’être pour qu’une telle fourniture de services soit gratuite pour l’utilisateur. 

 En parallèle, la nouvelle réglementation européenne (Règlement Général sur la Protection des Données, le fameux RGPD) impose une transparence totale des fournisseurs de services sur les traitements mis en œuvre. Il faut donc se féliciter que cette clause soit présente par souci de transparence, plutôt que cette fonction soit effectivement utilisée à l’insu des personnes.

 Néanmoins, et surtout depuis l’entrée en vigueur en 2018 du RGPD, l’inflation textuelle est énorme. En 2012, déjà, les recherches de l’université de Carnegie Mellon à Pittsburgh établissait que la lecture complète des conditions d’utilisation et politique de confidentialité validées par an et par utilisateur représenterait en moyenne 76 journées de travail  ! (source : The Cost of Reading Privacy Policies, A Journal of Law and Policy For the Information Society) .

 Il serait dès lors illusoire de penser que tout le monde lit tout, peu important les obligations de transparence requises par le droit.

 Heureusement, l’Europe se distingue des États-Unis par sa forte protection des consommateurs - il faut non seulement que l’information soit disponible, mais également qu’elle soit en conformité avec ces obligations protectrices, au risque de se voir déclarée inapplicable !

 Cette bataille a déjà commencé -- l’UFC Que Choisir a d’ores et déjà remporté un combat similaire contre Twitter en 2018 (TGI Paris, 7 août 2018) et Google en 2019 (TGI Paris, 12 février 2019 ). Si ces décisions ont fait l’objet de plusieurs années de procédures, et que des appels sont susceptibles de renverser le schéma, la tendance est à l’activisme européen pour protéger les utilisateurs, parfois vis-à-vis d’eux-mêmes, et de forcer les éditeurs à simplifier leur démarche envers leurs utilisateurs.

 Dans le cas de FaceApp, les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité pré-datent l’entrée en vigueur du RGPD (2017) et l’éditeur, qui semble être une société russe (et donc en dehors de l’Union Européenne), ne respecte pas les nouveaux critères d’applicabilité de la réglementation européenne… 


Comment ce genre de problèmes est-il pris en compte par nos législations, par exemple le RGPD ?

 En effet, le RGPD a vocation à s’appliquer non solum à toute entreprise mettant en œuvre des traitements dans le cadre d’un établissement stable dans l’Union européenne, sed etiam aux entités étrangères, si elles dirigent leurs services vers des utilisateurs européens. Si les lignes directrice du Comité Européen pour la Protection des Données sur la territorialité n’ont pas encore fait l’objet d’une révision après la consultation opérée en fin d’année 2018, leurs versions actuelles établissent des critères d’évaluation qui nous semblent pérennes : si une service, fourni par une société non européenne et non francophone, est disponible sur un magasin d’application européen, dans une langue européenne autre que celle du lieu d’établissement (par exemple, le français pour des américains ou des russes), et est tarifé en euros, l’offre de service à direction d’un public européen est difficilement contestable. 

Dès lors, le RGPD vient protéger, en plus du droit de la consommation, les utilisateurs. Le grand message envoyé par ce Règlement est que les données à caractère ne sont pas une simple marchandise qui peut librement s’échanger sur une place de marché, mais qu’elles sont intrinsèquement liées à la personne dont elles émanent et constituent une composante de sa personnalité et un droit fondamental. En conséquence, une action, individuelle ou collective, pourrait être envisagée à l’encontre des sociétés peu scrupuleuses, tentées d’utiliser de manière trop large les données des utilisateurs, au-delà de ce qu’il serait strictement nécessaire pour les finalités légitimes envisagées, en application du principe de minimisation posé par le RGPD… et depuis les affaires menées tambour battant par la CNIL en France et l’ICO au Royaume Uni, les sanctions peuvent dissuasives, surtout pour des jeunes sociétés innovantes.

 Dans l’attente d’une rationalisation des acteurs, le pouvoir reste in fine dans les mains des utilisateurs. Et s’il avère que les conditions d’utilisation sont trop exigeantes, il demeure toujours possible de faire directement valoir ses droits à l’encontre de la société en question -- à commencer à désinstaller l’application et d’exiger la mise en œuvre des droits d’accès et d’effacement des données ainsi que d’opposition au traitement !

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Valeurs Actuelles démolit Greta Thunberg, le Point la CGT; Le permis de conduire: truc de vieux; Les secrets de Netflix pour nous rendre addicts; François Baroin & Eric Besson gagnent très bien leur vie, Arnaud Lagardere ses finances virent au rouge vif

03.

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Et Macron lança : "Vous patachonnez dans la tête"! Souhaitez-vous savoir ce que ça veut dire ?

06.

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

07.

Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série

01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

06.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires