En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 5 heures 41 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 6 heures 41 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 11 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 12 heures 49 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 14 heures 12 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 15 heures 19 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 15 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 16 heures 25 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 16 heures 56 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 17 heures 33 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 53 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 9 heures 56 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 11 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 13 heures 11 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 15 heures 8 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 15 heures 33 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 16 heures 5 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 16 heures 35 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 17 heures 13 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 17 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Régimes très spéciaux

Retraites : ces réformes au coût supérieur à celui des économies qu’elles permettent

Publié le 17 juillet 2019
La Cour des comptes a dévoilé lundi 15 juillet un rapport sur la réforme des régimes spéciaux de retraite. Elle pointe notamment du doigt les contreparties accordées aux salariés pour faire passer les réformes.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour des comptes a dévoilé lundi 15 juillet un rapport sur la réforme des régimes spéciaux de retraite. Elle pointe notamment du doigt les contreparties accordées aux salariés pour faire passer les réformes.

Atlantico : La Cour des comptes pointe du doigt les "accompagnements généreux pour garantir [l'] acceptabilité sociale" des réformes. Quels sont ces dispositifs et en quoi leur coût constitue-t-il un problème ? 

Eric Verhaeghe : On oublie en effet de dire que la réforme des régimes spéciaux dont Nicolas Sarkozy s'était proclamé le chantre a coûté cher aux contribuables. On le savait déjà à l'époque, et la réforme de 2014 n'a rien arrangé. Dans la pratique, pour limiter au maximum les grèves, les gouvernements successifs ont accordé des contreparties aux salariés bien plus chères que les économies apportées par la réforme. Par exemple, chez EDF, on estime que les mesures d'accompagnement comme les augmentations salariales ou de prime de départ à la retraite coûteront 250 millions de 2009 à 2035, pour une économie sur les retraites de moins de 120 millions. Autrement dit, pour tout euro épargné sur la réforme du régime EDF, le client doit débourser 2 euros sur sa facture! A la RATP, des mesures similaires (augmentations de salaires, avantages divers) auraient coûté 300 millions d'euros pour une économie sur le régime d'environ 270 millions. A la SNCF, le surcoût serait d'environ 600 millions d'euros, soit près de 5 milliards de dépenses supplémentaires pour justifier un peu plus de 4 milliards d'économies. 

Autrement dit, pour éviter de perturber le pays par un conflit social dur, on a échangé des économies sur les salaires de remplacement que sont les retraites (ou salaires différés) contre des avantages immédiats. C'était évidemment absurde, puisque tout cela repose sur une incompréhension de ce qu'est une retraite. Insistons sur ce point: une retraite est un salaire différé. Cela n'a évidemment pas de sens de diminuer le volume des salaires versés plus tard en augmentant le volume des salaires versés tout de suite. Au final, ces choix ne dégagent aucune économie. Ils permettent sans doute un affichage politique (Sarkozy ayant abondamment joué la carte du briseurs de grèves et du grand réformateur des régimes spéciaux irréformables avant lui). Mais sur le fond, cette stratégie a dégradé les finances publiques au lieu de les améliorer, et elle a plus rapporté aux bénéficiaires des régimes spéciaux qu'elle ne le leur a coûté. 

 

Comment expliquer la difficulté de faire de véritables réformes, où aucun dispositif ne vient compenser les avantages budgétaires ? Est-ce de la faiblesse politique ou y a-t-il un vrai risque social ? Comment dès lors mettre en place cette réforme selon vous ?

En fait, s'agissant des régimes de la RATP, de la SNCF ou d'EDF, je suis convaincu qu'il faut les replacer bien au-delà du problème circonstanciel des réformes récentes, et placer le sujet dans son sens profond. En l'espèce, ces régimes sont en quelque sorte des espèces préhistoriques menacées. Ils ont été créés dans les années 30, à une époque où la sécurité sociale n'existait pas. Ils ont survécu à la création de celle-ci, c'est-à-dire aux différentes étapes qui ont donné du sens à notre protection sociale.

En 1941, Vichy a nationalisé les régimes en créant la CNAV, et en adoptant le principe de la répartition au lieu de la capitalisation. Vichy a aussi décidé que la retraite générale serait à 65 ans et non à 60 ans comme le prévoyaient les lois de 1928 et 1930. En 1945, après les ordonnances du gouvernement provisoire préservant ces créations de Vichy, personne n'a osé touché des régimes spéciaux qui étaient politiquement sensibles pour un pays en ruine ou en grève. Entre 1939 et 1945, et même après, il n'était pas imaginable de se couper des cheminots, des conducteurs de métro ou des électriciens d'EDF. Donc, on a sursis à l'intégration de tout ce petit monde dans le régime général dont les gens de gauche continuent à dire le plus grand bien, et on leur a laissé leur propre régime de retraite. 

Or, il faut comprendre ce que signifie ce choix. Depuis 1941, il existe en France une résistance à la mise en place d'une sécurité sociale imposée par les élites de la technostructure. Un même régime solidaire pour tout le monde (sauf pour les fonctionnaires) est un urticant pour l'opinion publique, même si un discours officiel parfaitement rôdé soutient le contraire. Dans la pratique, c'est surtout parmi les bénéficiaires des régimes spéciaux qu'on trouve aujourd'hui les défenseurs les plus virulents d'un régime universel de solidarité. J'ai toujours été convaincu que les cégétistes de la SNCF achetaient la passivité des gouvernements successifs en faisant la promotion du régime général auxquels ils ne voulaient surtout pas être intégrés. En disant du bien de la CNAV (mais en refusant d'en devenir les ressortissants), ils faisaient le travail de soumission des salariés que le gouvernement attendait d'eux. En contrepartie, ils conservaient le droit d'avoir un régime à part, leur régime, avec des avantages importants. 

Et c'est bien ici le sujet de la résistance à la sécurité sociale: sa mise en place a dégradé la protection sociale qui existait durant l'entre-deux-guerres. Quand les technocrates qui l'ont promue (malgré les réticences du PCF et de la CGT de l'époque, contrairement à la propagande actuelle de la France Insoumise) dès 1944, ceux qui bénéficiaient de régimes plus favorables ont tous lutté pied à pied pour les garder. Dans la pratique, les professions liées à des entreprises publiques de l'époque ont eu gain de cause et, comme d'habitude, le tout venant des salariés du privé ont dû, pour leur part, subir un système défavorable, mais qui leur était imposé. 

Quelles conclusions tirer de cela? Qu'au lieu de vouloir mettre en place au forceps un système unique, le sens profond de l'histoire de France est de laisser chaque profession s'organiser, comme dans les années 30. Le bon sens n'est pas de réformer les régimes spéciaux, mais de supprimer le régime général. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 18/07/2019 - 06:12
DES RÉFORMES EN TROMPE-L'OEIL
Sur tous les plateaux de télévision bien-pensants, Monsieur Soubie passe pour un expert reconnu des questions sociales. Pourtant en dressant le bilan accablant des réformes qu'il a impulsées en tant que conseiller du Président Sarkozy, force est de reconnaître qu'il a acheté très cher les quelques avancées dont il s'est enorgueilli et que le soi-disant alignement des retraites des régimes spéciaux s'est fait plus qu'au prix fort. Mais il est vrai qu'en proposant 200 d'avantages nouveaux à des gens déjà privilégiés que vous voulez contraindre à une économie de 100, la négociation est infiniment plus facile et cela vous évite bien des tracas. Monsieur Soubie fait partie de ces élites pour lesquelles ces questions financières sont tout à fait subalternes, puisqu'à la fin le contribuable payera, mais c'est un excellent annonciateur des réformes actuelles en trompe l'oeil où tout est réglé sauf l'essentiel.