En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© FRED DUFOUR / AFP
"Seulement" 6 %...

Croissance au ralenti : la Chine connaît-elle la fin de ses “Trente Glorieuses” ?

Publié le 16 juillet 2019
L'économie chinoise affiche une croissance de 6,2% au second trimestre de l'année 2019, la plus faible hausse du PIB depuis près d'une trentaine d'années. Conséquence de la guerre économique ou fin des "trente glorieuses" chinoises ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'économie chinoise affiche une croissance de 6,2% au second trimestre de l'année 2019, la plus faible hausse du PIB depuis près d'une trentaine d'années. Conséquence de la guerre économique ou fin des "trente glorieuses" chinoises ?

Atlantico: Le ralentissement de la croissance chinoise, après plusieurs "glorieuses" décennies pour l'économie, est-il dû à des causes internes (saturation du marché intérieur, fin de cycle de croissance, etc.) ou externes comme la guerre commerciale avec les Etats-Unis ?

Jean-Paul Betbeze : Pour Donald Trump, la cause est claire selon son tweet du 15 juillet : « La croissance chinoise du deuxième trimestre est la plus lente depuis 27 ans. Les tarifs (douaniers) américains ont un effet majeur sur les sociétés qui veulent quitter la Chine pour des pays non tarifés (?).  Des milliers de compagnies partent. C’est pourquoi la Chine veut un accord avec les États-Unis… ». De fait, la politique d’augmentation tarifaire décidée par Donald Trump a un effet sur les comportements des entreprises américaines. Elles changent leurs chaînes de production pour expédier des produits semi-finis au Cambodge ou au Vietnam et les y faire achever, avant envoi aux États-Unis, ce qui évite les hausses des droits de douane trumpiens.

De fait, les autorités chinoises reconnaissent aussi que les « conditions sont sévères, à la fois dans le pays et à l’extérieur ». Les enquêtes menées auprès des entreprises, des informations sur telle ou tel entreprise montrent que d’importants changements se mettent en œuvre. Les entreprises américaines ont pris en compte que leur logique antérieure : production dans un pays à moindre coût, mais avec des prestations de bonne qualité et d’importante quantité, pour servir les États-Unis et les autres pays industrialisés ne pouvaient continuer comme avant. Donald Trump veut taxer plus et, plus encore, vérifier plus l’usage de la propriété des savoirs américains, autrement dit empêcher ou freiner le « vol des savoirs américains » et les transferts technologiques forcés. Tariffs et Huawei : il avance ainsi sur ces deux logiques. Bien sûr, il se doute qu’il est impossible que les échanges extérieurs soient équilibrés entre Chine et États-Unis. La Chine épargne beaucoup, et trop, les États-Unis peu, trop peu. Mais, en inquiétant les entreprises américaines, et chinoises, il leur fait repenser leurs logiques de production. Un peu plus de produits seront donc réalisés aux États-Unis, bien plus au Vietnam et au Cambodge, avant qu’il ne se mette à taxer ces deux pays – mais il préfère d’abord affaiblir la Chine, en attendant que le Mexique bénéficie de tous ces rapatriements partiels (et qu’il s’en occupe) !

Au fond, la Chine a organisé ses « trente glorieuses » avec les États-Unis, car elle a bien vu qu’elle ne se sortait pas de la misère « en comptant sur ses propres forces ». La stratégie Mao était catastrophique : famines, misère, écart croissant avec les Etats-Unis, et même avec les pays voisins et socialistes. C’est bien pourquoi elle a voulu entrer à l’OMC, après plus de dix ans de discussions ! Mais les « trente glorieuses chinoises » ont aidé les « trente glorieuses américaines » ! En effet, quand la Chine produisait pour pas cher des biens de consommation, puis montait en qualité, elle les vendait aux États-Unis, qui en profitaient pour accroître leur niveau de vie. Mieux même : la Chine utilisait ses excédent extérieurs pour acheter les bons du trésor américain issus du déficit qu’elle provoquait et permettait de se poursuivre. La grande croissance américaine, ces « trente glorieuses », étaient donc l’envers des « trente glorieuses chinoises », dans une dépendance mutuelle.

L'économie chinoise, qui reposait globalement jusque-là sur une économie de rattrapage (technologique) et d'imitation, semble arrivée au terme de son modèle économique, comme la France au début des années 1970. Peut-on donc parler de "trente glorieuses" chinoises ? Si l'on prolonge l'analogie avec la thèse fourastienne, que peut-on prédire quant aux cycles de croissance à venir pour la Chine ?

En fait non : la Chine ne s’est pas développée par rattrapage seulement, de façon endogène, comme la France d’après-guerre, mais par le développement d’un modèle complémentaire de double déficit commercial et financier entre Chine et USA. C’est un modèle double, et ce modèle double s’arrête aujourd’hui. D’abord, la Chine devient une économie plus urbaine, de services et de consommation, plus vieille aussi. Sa croissance ne peut donc plus être la même, car la croissance de sa productivité ne peut plus être la même. La part de l’industrie chute, celle des services et des administrations explose. La croissance par l’export de produits industriels n’est plus à l’ordre du jour : la croissance du PIB chinois passe de 10 à 6%, en attendant moins. 

Mais, côté américain non plus, les choses ne peuvent plus continuer ainsi. Les États-Unis s’endettent trop et menacent leur expansion : c’est la crise de 2008, où le financement du logement américain par l’épargnant chinois montre ses limites ! En même temps, les États-Unis voient la montée technologique, monétaire, militaire et politique de la Chine. Ils ne bénéficient plus, ou plus assez, du modèle des deux « trente glorieuses ». Ils décident de l’encadrer avec Obama puis de le briser, par la finance, avec Trump. Car la Chine est surendettée : trois fois le PIB, pour les ménages, entreprises publiques et privées et collectivités publiques. Elle peut certes vouloir continuer à croître et éviter de passer au-dessous des 6% officiels (bien sûr), ce qui serait un problème politique. Mais encore plus de crédits aux ménages surendettés et aux entreprises zombies, privées et publiques, ne va pas de soi, sachant que Donald Trump bloque la dépréciation du yuan ! On dira aussi que les États-Unis sont endettés, mais eux ils ont le dollar ! C’est là-dessus qu’ils vont continuer à jouer, en augmentait leur déficit budgétaire et en baissant les taux : magie de la MMT, Modern Monetary Theory !

La croissance chinoise ne pourra donc se faire comme avant avec les États-Unis : les chaines de production entre eux sont devenues instables et vont changer, peu à peu d’abord, puis par pans. Mais on voit que la Chine prépare sa stratégie de rechange, par « les routes de la soie ». Il s’agira de s’appuyer sur les nouveaux réseaux d’échanges entre pays peu développés. Ils vont se développer, par échanges, copies et rattrapages. Ce sera leur « trente glorieuses » ! Avec la Chine !

Au fond, après le couple des deux trente glorieuses Chine/USA, chacun doit changer. Les États-Unis veulent bloquer le modèle chinois des routes de la soie, modèle de croissance à moyen terme pour ses membres, modèle économique et aussi politique. Les États-Unis vont tenter de bloquer la Chine, et inquiètent aussi leurs alliés ! Si leur stratégie se poursuit, ils vont une grande zone Amérique, peut-être moins prometteuse mais plus stable, en tout cas moins coûteuse à entretenir. Au fond, en Chine, aux Etats-Unis et en Europe, toute la question est celle des trois trente glorieuses à construire, en lieu et place des deux aujourd’hui en question, États-Unis avec Chine, dans le cadre d’une mondialisation dominance américaine qui ne veut plus s’assumer.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 16/07/2019 - 11:25
croissance chinoise
la croissance est bidonné et le risque est l implosion de la Chine car lorsque le chinois pètent les plombs c est pas joli joli.
le chinois s est endetté ( appart et bourse) et si l immobilier et la bourse tombent c est la revolution
clo-ette
- 16/07/2019 - 10:57
Ils se tourneront vers leur consommation intérieure
Ils sont combien ? 1, 5 milliard ?