En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Oli SCARFF / AFP
Coup de com' ?

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

Publié le 16 juillet 2019
Le 23 juillet, Greta Thunberg sera reçue à l’Assemblée nationale lors d’une réunion organisée par 162 députés du collectif « Accélérons », mais ouverte aux autres députés. Une invitation qui interroge sur la capacité des écologistes à construire un vrai projet politique.
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 23 juillet, Greta Thunberg sera reçue à l’Assemblée nationale lors d’une réunion organisée par 162 députés du collectif « Accélérons », mais ouverte aux autres députés. Une invitation qui interroge sur la capacité des écologistes à construire un vrai projet politique.

Atlantico : Est-ce qu’il vous semble que cette invitation révèle une forme de faiblesse des écologistes en politique, contraints de recourir à ce type d’artifices de communication ?

Eddy Fougier : Greta Thunberg a elle-même annoncé dans une interview pour Libération qu'elle participerait à cette réunion. L'Assemblée nationale a l'habitude d'accueillir un certain nombre de personnalités : Greta est considérée comme une personnalité éminente. Elle apparait sur une photo récente aux côtés de Barack Obama et d'autres personnalités très connues. Cette invitation à l'Assemblée nationale fait partie de l'ère du temps : la version pour adolescents de Science et avenir affiche Greta Thunberg en "une" de son dernier numéro. Greta Thunberg est devenue le symbole de l'incapacité ou de la faible volonté du gouvernement à lutter contre le changement climatique. Sans doute les écologistes ont-ils voulu faire un coup médiatique. On en reparlera probablement le jour J, l'actualité ne sera pas très importante le 23 juillet : c'est donc davantage un coup de communication qu'un exercice politique montrant leur faiblesse en tant que tel.

La lutte pour le climat paraît moins une affaire politique qu'une affaire de société civile et Greta Thunberg est plus que quiconque le symbole de cette société civile, celle de jeunes qui refusent de se rendre à l'école pour lutter contre le réchauffement climatique dont ils estiment être victimes. Ces actions se multiplient : "Youth for climate" a mené une action dimanche à Bordeaux en bloquant en McDo, samedi des activistes ont protesté pacifiquement dans un aéroport en Suisse. Aujourd'hui, il y a une forte mobilisation du côté de la société civile qui passe par des actions de "désobéissance civile". Jean-François Julliard explique dans son dernier livre que c'est la voie à suivre. Aujourd'hui, le "combat" écologique se fait dans la rue de la part de la société civile et des citoyens plus qu'à l'Assemblée nationale, a fortiori plus que dans les partis politiques écologistes. Greta Thunberg est invitée par les écologistes français : il n'est même pas sûr qu'elle connaisse Yannick Jadot.

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France écrit dans son livre On ne joue plus ! Manuel d’action climatique et de désobéissance civile : « il faut savoir désobéir et multiplier les actions pour s’opposer à tous les projets incompatibles avec l’urgence climatique ». Quel est le risque de voir ce genre d’actions se produire ? Comment l’expliquer ?

Ces actions se produisent déjà, et de plus en plus. Je suis avec intérêt le mouvement Extinction Rébellion, qui revendique ouvertement au nom de la lutte contre le réchauffement climatique des actions de désobéissance civile de masse, y compris au risque de payer des amendes élevées et d'aller en prison, puisque l'une des actions revendiquées par le mouvement en Grande-Bretagne consiste à utiliser des drones pour bloquer le trafic aérien sur l'aéroport de Heathrow. Ils ont formulé la menace mais ne l'ont pas encore mis en œuvre. Ce type d'actions visant les "acteurs du réchauffement climatique" va à l'avenir se multiplier. En France par exemple, sans parler du seating sur le pont de Sully, deux mille activistes écologistes ont mené l'opération "Bloquons la république des pollueurs" au mois d'Avril dernier à la Défense, opération d'une ampleur rarement égalée.

Entre artifices de communication et opposition systématique, est-ce qu’il vous semble que les activistes et les écologistes en politique prennent une direction efficace pour l'environnement ?

Ce qui relève de la société civile m'intéresse davantage que ce qui dépend de l'écologie politique. Selon moi, l'écologie politique, si ce n'est dans certains scrutins comme celui des européennes mais qui n'a pas eu beaucoup d'impact en France, est souvent un vote par défaut. Ce n'est donc probablement pas de ce côté-là qu'il faut attendre quelque chose pour faire évoluer les choses dans le bon sens. Pour beaucoup d'écologistes aujourd'hui, le combat ne passe plus par la politique et la "politique des petits pas" incarnée par Nicolas Hulot a été, de mon point de vue, une mauvaise idée. La démission de Nicolas Hulot a fait un électrochoc aux yeux de très nombreux écologistes qui se sont rendus compte que ce n'était pas par le biais politique que la situation évoluerait mais justement par une action directe, sur le terrain, à la fois en faisant pression sur les individus mais pas que (les gouvernements et les acteurs économiques), et en ayant recours, de plus en plus, dans le discours et dans la réalité à cette idée de désobéissance civile. On voit bien ce passage de sentiment que la politique ne mène à rien et que pour améliorer la situation, il faut agir directement sur les mentalités et sur les acteurs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

04.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

05.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

Balance ton port : les Marseillais veulent-ils couler leurs gros bateaux ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

Affaire Jeffrey Epstein : cette épidémie de suicides dans les prisons françaises qu'il serait également bon d'interroger

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Onc Donald
- 20/07/2019 - 11:19
Ecologie à bon marché
Que l'écologie politique en soit réduite à utiliser ce moyen de communication affligeant montre son incapacité a exister et avoir la moindre crédibilité auprès d'une opinion publique dont les principaux soucis se situent assez loin des problèmes environnementaux, malgré tout ce que l'on veut faire croire : cette instrumentalisation d'une adolescente qui, si l'on croit ce qu'en dit sa mère dans son livre, " voit le dioxyde de carbone à l'oeil nu " est tout simplement honteuse et ridicule pour un mouvement qui veut sauver la planète ! Et que cette jeune fille soit invitée à une réunion à l'Assemblée nationale, alors là ... c'est tout simplement stupéfiant !
Didou33
- 17/07/2019 - 11:36
Ainsi l'assemblée se fait
Ainsi l'assemblée se fait complice de l'instrumentalisation d'une enfant handicapée soumise dès son plus jeune âge à des traitements inhumains (visionnage de films de terreur ayant entraîné un état paranoïaque aiguë). Mais que fait le procureur ?
assougoudrel
- 17/07/2019 - 10:04
Je l'avais dit, il y a peu de temps, que l'on
déroulerait le tapis rouge pour cette fille à l'Elysée et qu'elle serait reçu à L'Assemblée Nationale. Macron demandera à tous ses députés d'y être présent. Comme elle voit le CO2, à Paris, elle sera dans le flou total.