En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© FRED DUFOUR / AFP
Une polémique peut en cacher une autre

Soins palliatifs : un incompréhensible retard français

Publié le 12 juillet 2019
Alors que la mort de Vincent Lambert au terme de plus d’une décennie de batailles judiciaires et médiatiques a remis la question de l’euthanasie au cœur des débats, comment expliquer notre relative indifférence générale au défi du traitement de la douleur par le système médical français ?
Le Dr Alain Derniaux est ancien vice-président de la SFAP.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Derniaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Alain Derniaux est ancien vice-président de la SFAP.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la mort de Vincent Lambert au terme de plus d’une décennie de batailles judiciaires et médiatiques a remis la question de l’euthanasie au cœur des débats, comment expliquer notre relative indifférence générale au défi du traitement de la douleur par le système médical français ?

Atlantico.fr : Même si l'accès aux soins palliatifs a été amélioré lors des dernières décennies et pris en compte de façon plus sérieuse, le pays semble toujours en retard et plutôt limité en ce qui concerne l'accès à ces soins et, globalement la prise en compte de la douleur des patients. Quelle explication donner à ce retard ?

Alain Derniaux : Certes les soins palliatifs et la lutte contre la douleur se sont développés mais la formation des médecins dans ces deux domaines est encore insuffisante ; de plus les moyens affectés à ces domaines de soins sont eux-mêmes insuffisants.

La première enveloppe financière permettant de développer les structures de soins palliatifs n’est arrivée qu’à la suite de la loi Kouchner-Neuwirth de 1999, alors que la circulaire actant l’obligation de pratiquer les soins palliatifs a été publiée en 1986 !

Le développement des structures d’expertise(EMSP, USP, réseaux, LISP) se fait de façon hétérogène selon les territoires, certains réseaux de terrain orientés sur le domicile ont été fermés, certaines enveloppes budgétaires ont été réduites de 30%.

On considère encore trop souvent ces structures comme une « cerise sur le gâteau ».

L’ensemble des hôpitaux, sous pression financière, ont bien d’autres priorités et les temps de réflexion en sont réduits de fait !

La réflexion, le questionnement, la recherche de sens constituent le cœur du soin palliatif et nécessite du temps pour mettre en pratique les démarches interdisciplinaires.

Chaque situation est unique, les protocoles généraux d’y répondent pas.

Les professionnels de santé en soins palliatifs plaident pour considérer ces soins ultimes comme des soins majeurs et l’accompagnement de fin de vie comme la simple manifestation du respect de la dignité dus à ceux qui vont nous quitter !

Nous n’y sommes vraiment pas encore.

Au total, à peine un Français sur deux aura accès à une expertise de soins palliatifs… et encore !

Selon le directeur du Comité d'éthique, Jean-François Delfraissy, la loi Leonetti serait insuffisamment appliquée et il n'y aurait pas assez de moyens en soins palliatifs. La question des moyens explique-t-elle tout ?

Effectivement, la loi Léonetti de 2005 avait été évaluée en 2008 et cette évaluation avait pointé le manque de développement suffisant des moyens alloués et le manque très important de formation des professionnels.

Le rapport d’évaluation avait entraîné la création de l’Observatoire National de la fin de vie, avait conclu à la nécessité de poursuivre le développement des structures de soins palliatifs et d’organiser des campagnes d’information du grand public ( une seule campagne à ce jour, sur les directives anticipées en 2017… !).

A mon avis la loi Claeys-léonetti de 2016 a, elle aussi, bien du mal aussi à diffuser dans les esprits.

Tous les rapports ( CCNE, comité citoyen, conseil d’état, IGAS etc…) ont montré eux aussi l’insuffisance de moyens, donc d’accès aux structures d’expertise en soins palliatifs.

Le point positif consiste à avoir mis en avant le principe de réflexion collégiale dans le processus décisionnel à mettre en œuvre dans les situations complexes de fin de vie, malheureusement les contours de cet exercice collégial n’ont pas été suffisamment définis .

Les esprits ne sont pas préparés à la révolution que représente l’approche palliative, si singulière, si chronophage et parfois si anxiogène, tant pour les patients, les familles que les soignants, eux-mêmes non formés à la gestion des émotions suscitées par les situations auxquelles ils (elles) seront confronté(e)s.

Le manque de moyens n’explique peut être pas tout dans le sens où les questions autour de la fin de vie restent encore trop tabou et donc non anticipées suffisamment.

Les performances de la médecine permettent de penser qu’elle est toute puissante et peut (voire doit) retarder la survenue de la mort, elle-même vécue comme un échec. 

On assimile encore trop les soins palliatifs avec les derniers moments de la vie et cette confusion ne facilite pas leur intégration dans le parcours de soins.

Nous militons pour une introduction précoce des soins palliatifs dès le moment où une personne se trouve confrontée à une maladie grave, évolutive et potentiellement mortelle et ce n’est pas le cas actuellement.

Les soins palliatifs ne sont pas mortels, la maladie grave oui !

Quel pays pourrait être pris comme modèle sur ces questions ?

L’Angleterre a développé les soins palliatifs (palliative care) bien avant nous sous l’impulsion du Dr Cicely Saunders qui a créé l’hospice Saint Christopher dans la banlieue de Londres en 1966 ; elle a promu une utilisation plus optimale des opioïdes ce qui a permis de soulager l’immense majorité des patients douloureux.

Elle a initié ces pratiques et a contribué à leur diffusion universelle. 

Concernant la législation autour de ces questions, je pense que la France est très bien dotée et représente un modèle pour de nombreux pays. 

Certains pays, comme la Belgique ont légalisé l’euthanasie mais interdise le suicide assisté ; la Suisse autorise le suicide assisté mais interdit l’euthanasie.

La loi Française actuelle représente le plus juste équilibre et prône le développement de l’accompagnement et des soins palliatifs, comme une alternative crédible, ce qui renforce les piliers et les repères des métiers du soin ; savoir ne pas s’acharner d’une part (primum non nocere) et ne pas donner la mort d’autre part.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

L’urgent débat sur la géo-ingénierie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dr Guy-André Pelouze
- 14/07/2019 - 10:23
Le consentement écrit et éclairé est essentiel
"Nous militons pour une introduction précoce des soins palliatifs dès le moment où une personne se trouve confrontée à une maladie grave, évolutive et potentiellement mortelle et ce n’est pas le cas actuellement." D'une manière générale il faut être prudent avec le militantisme en Médecine. Chaque médecin dans sa relation avec le patient répond d'abord aux demandes. Dans le cas d'une maladie mortelle il évoque le sujet de la fin de vie si le patient le souhaite. Je ne suis pas sur que l'évoquer au début lors du diagnostic soit une bonne idée. Pour une seule raison suffisante, nos pronostics sont incertains.
Ganesha
- 12/07/2019 - 19:14
Définition
Les curés sont d'infects bonimenteurs qui réussissent à trouver des individus crédules auxquels ils font croire qu'ils sont en contact direct avec le Créateur.
clo-ette
- 12/07/2019 - 15:11
que disent les curés
Ils disent que en cas d'euthanasie souhaitée par le patient, ce n'est pas lui qui ira en enfer, mais celui qui l'a pratiquée . hi hi .