En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

07.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

01.

Un dirigeant du Medef en cessation de paiement

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 5 heures 20 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 8 heures 2 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 11 heures 28 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 14 heures 37 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 15 heures 10 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 15 heures 42 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 7 heures 42 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 8 heures 47 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 10 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 11 heures 19 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 11 heures 41 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 heures 29 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 16 heures 15 min
© NICHOLAS KAMM / AFP
© NICHOLAS KAMM / AFP
conflit commercial

Ces risques que prend Donald Trump en se lançant dans une guerre des monnaies

Publié le 09 juillet 2019
Les Américains montent les droits de douane, la Chine riposte, puis cela entraîne de nouvelles initiatives du côté américain. C'est une sorte d'escalade dans ce conflit commercial.
Christian de Boissieu est économiste, spécialiste des questions monétaires et bancaires. Il est membre du conseil du collège de l'AMF (Autorité des marchés financiers) depuis mai 2011 et ancien régulateur bancaire.Professeur à l'université de Paris I...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian de Boissieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian de Boissieu est économiste, spécialiste des questions monétaires et bancaires. Il est membre du conseil du collège de l'AMF (Autorité des marchés financiers) depuis mai 2011 et ancien régulateur bancaire.Professeur à l'université de Paris I...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Américains montent les droits de douane, la Chine riposte, puis cela entraîne de nouvelles initiatives du côté américain. C'est une sorte d'escalade dans ce conflit commercial.

Atlantico : Donald Trump a récemment accusé la Chine et l'Europe de jouer un grand jeu de manipulation monétaire en affirmant que les Etats-Unis devraient faire de même. Mais cela contredit la politique américaine qui consistait à manipuler la valeur du dollar pour gagner des avantages commerciaux. Quels sont alors les risques d'un dollar faible et d'une dévaluation des monnaies comme le dit Trump ?

Christian de Boissieu : Je pense que ce serait assez mal venu dans le contexte actuel d'ajouter la guerre des monnaies à la guerre commerciale. Le mot "guerre" est-il trop fort ou pas ? Nous sommes dans un contexte de menace protectionniste, où les deux principaux protagonistes de cette guerre commerciale sont en train de monter un peu "au cocotier". Les Américains montent les droits de douane, la Chine riposte, puis cela entraîne de nouvelles initiatives du côté américain. C'est une sorte d'escalade dans ce conflit commercial. Si jamais on s'enfonce là-dedans, il y aura des perdants, y compris du côté américain. Quand il devient général, le protectionnisme devient un jeu perdant-perdant. Les Américains n'ont pas intérêt à pousser trop loin dans cette direction, la situation se retournera contre eux. Il y a déjà un nombre d'augmentation des prix aux Etats-Unis suite à l'augmentation des tarifs douaniers. 

Si on rajoute ce conflit commercial ou cette perspective d'échanges des monnaies, on enfonce l'économie dans un contexte compliqué. On peut provoquer l'initiation dont personne n'a besoin. Les Américains, Trump, ont aussi la mémoire courte. Il y a deux choses qu'il faut distinguer sur le dollar : le rôle international du dollar tel que l'on ne mesure pas une part de marché dans les différentes fonctions d'une monnaie. Aujourd'hui, le dollar fait à peu près 60% des réserves de change des banques centrales dans le monde. Cela a lentement baissé depuis trente ans puisque le dollar reste le dollar.

Ce rôle international du dollar repose aussi sur l'extraterritorialité américaine. L'unilatéralisme américain permet de bien alimenter par le rôle international. Si on prend les mêmes statistiques, l'euro fait 1% des réserves de change. Or les réserves de change en devise laissent des miettes pour les autres. L'économie chinoise fait 1,6% de réserve de change.

Quand on regarde l'évolution du taux de change du dollar depuis trente ou quarante ans, il y a des cycles : il y a des périodes où le dollar a été sous-évalué et d'autres où il a été surévalué. Si je prends aujourd'hui le taux de change en euros et en dollars. Aujourd'hui, l'euro est à environ 1, 13 dollar. La parité euro contre dollar, nous ne sommes pas loin de ce qu'il pourrait être imaginé comme un taux de change d'équilibre. Au niveau actuel et avec l'euro qui vaut 1, 13 dollar, l'euro n'est ni sous-évalué, ni surévalué. Toutes les mesures réalisées par des économistes pour déterminer ce qu'est un taux de change d'équilibre. Si on le définit sur la base d'une parité des pouvoirs d'achat, les études faites sur le taux de change euro contre dollar donne une parité du pouvoir d'achat pas très élevé et éloigné du taux de change actuel.

Il faut tout de même se souvenir qu'il y a cinq ans, l'euro était à 1,30 dollars voire 1,35 dollars. A cette époque, on n'entendait pas les Américains sur ce taux de change. Tout le débat se pose alors là : le dollar est-il surévalué ? La réponse est non. Quand Donald Trump accuse d'autres pays de manipuler leur devise et de jouer le jeu de la compétitivité par la baisse du taux de change. Je pense qu'il se trompe de cible. On ne parle jamais du Japon, pays qui fait tout pour baisser son taux de change. Depuis quatre à cinq ans, le gouvernement japonais a demandé à la Banque centrale d'injecter massivement des liquidités en Yen pour le faire ainsi baisser. Ce pays est bien l'acteur majeur de la guerre des changes à travers une création de liquidité en Yen.

La Chine n'est pas non plus claire. Le taux de change du Yuan est déterminé par les autorités chinoises. Il ne flotte pas librement contrairement au marché plus libre à Hong Kong ou à Singapour. J'ai trouvé que les Chinois étaient assez prudents sur ce sujet-là. Depuis quelques années, lorsque le pays faisait baisser massivement le Yuan, cette monnaie ne baissait pas forcément ou alors pas tout le temps. Les Chinois ne veulent pas ouvrir tous les fronts et ne veulent pas qu'on les accuse de faire baisser leur devise.

Il y avait une période où la guerre des changes était beaucoup plus marqué qu'elle ne l'est aujourd'hui. En ce moment, le Japon est clairement dans cette guerre des changes et fait tout pour baisser le Yen. En Europe, nous avons eu de longues périodes où l'euro était dévalué par rapport au dollar. Je diagnostique que nous ne sommes pas très loin d'un taux de change d'équilibre.

La FED a resserrée sa politique monétaire avant nous. Au point, qu'aujourd'hui, elle parle de faire baisser ces taux. Nous sommes dans un contexte où le taux d'inflation est trop bas comme dans beaucoup de pays avancés. Par ailleurs, le rôle de Christine Lagarde à la tête de la BCE va être de gérer ces tournants de politique monétaire. Va-t-on vers une normalisation de l'échéance de la politique monétaire dans la zone euro ?

Mario Draghi a déclaré sur le taux des recteurs de la Banque centrale qu'il lui "restait zéro jusqu'à au moins la fin du premier semestre 2020". Il a un peu engagé sa successeur en faisant du pilotage prospectif sur les taux. Il veut ancrer les anticipations. Le problème que l'on a dans la zone euro comme dans d'autres pays avancés, c'est que le taux d'inflation est probable par rapport à l'objectif de la BCE. Faut-il baisser l'inflation ou la maintenir à 2 ou proche de 2 et puis tout lâcher ? C'est un vrai débat à laquelle va faire face Christine Lagarde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

07.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

01.

Un dirigeant du Medef en cessation de paiement

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 09/07/2019 - 14:48
Baisse de la devise conséquence et non objectif.
Même sans vouloir mener une guerre des changes, le fait de monétiser la dette publique et de faire du QE , poussant les taux en territoire négatif ou quasi nul pour soutenir la croissance, provoque mécaniquement la baisse de sa monnaie ou en tout cas sa non réévaluation.