En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 4 heures 50 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 7 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 7 heures 36 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 7 heures 53 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 8 heures 24 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 8 heures 42 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 10 heures 12 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 3 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 8 heures 37 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 10 heures 31 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Loi contre les propos haineux

La haine au jugement des bienveillants

Publié le 09 juillet 2019
Dans la république flower power de M. Macron, la haine sera bientôt interdite. Il nous faut désormais attendre, en toute logique et les âmes remplies d’espoir, une loi portant devoir universel d’amour.
Radu Portocală
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Radu Portocală est un écrivain et journaliste français, né en 1951 en Roumanie, pays dont il fut exilé par le pouvoir communiste en 1977. En tant que journaliste, il a collaboré depuis 1985 avec divers organes de presse en France : RFI, Le Point, Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans la république flower power de M. Macron, la haine sera bientôt interdite. Il nous faut désormais attendre, en toute logique et les âmes remplies d’espoir, une loi portant devoir universel d’amour.
Certes, on est en droit de se demander s’il est possible, s’il est rationnel de légiférer contre un sentiment, fût-il très puissant (le Dictionnaire de l’Académie française définit ainsi la haine : « Violente aversion qu’inspire quelqu’un »). Surtout lorsque nous savons les avatars qu’a connus la haine durant l’histoire, ses visages qui s’opposaient souvent pour former comme une tête de Janus. N’a-t-elle, parfois, été considérée comme une passion légitime ?
 
Le cri « À la lanterne ! » qui résonnait dans les rues de France qu’était-il sinon l’affirmation d’une haine qui n’avait pas toujours lieu d’être ? Et le « Serment de haine à la royauté » instauré par la loi du 10 mars 1796 ? Dans sa concision, il était on ne peut plus explicite : « Je jure haine à la royauté, attachement et fidélité à la République et à la Constitution de l’an III. » La République, donc, ne se pouvait concevoir en dehors de la haine envers l’ancien régime. En ce temps-là, cette haine était un sentimentjuste, positif, républicain.
 
Et au front, dans le face-à-face des soldats, n’y a-t-il pas haine réciproque, et chaque camp ne trouve-t-il pasnaturel de haïr celui d’en face ?De part et d’autre, ils jugent avoir raison et, même si l’Histoire donne tort aux uns, ils croiront toujours que leur cause était la bonne.
 
Légiférer contre la haine c’est, implicitement, établir le domaine du Bien et celui du Mal, séparés par une frontière lumineuse d’une part, sombre de l’autre. Il suffirait donc d’être haï pour être classé automatiquement parmi les bons. Calcul inepte dont seuls des illuminés peuvent prétendre détenir la solution. Après avoir édicté le vrai, le régime Macron, toujours en veine démiurgique, prétend nous séparer en bons et mauvais – créer une déchirure de plus, morale cette fois, dans le corps de la société.
 
Logiquement, la notion d’ennemi devrait, elle aussi, disparaître par l’effet de cette loi. Ce serait l’avènement du lumineux monde nouveau. Toutefois, le gouvernement, affirmant l’existence des affreux qu’il lui faut faire taire, reconnaît que ce fantasme n’est pas encore réalisable.
 
Mais quelle est la limite inférieure de la haine ? Une foule d’émotions la précèdent, dont l’intensité est difficile à ranger avec quelque précisionsur une échelle : mésestime, mépris, répugnance, ressentiment, répulsion, animosité, hostilité, antipathie et bien d’autres. La loi s’embarrassera-t-elle à distinguer entre toutes ces nuances, à tenir compte de leur complexité ? Sans doute, non. Tout cela portera l’étiquette « Haine », et tout cela sera punissable d’une mise au silence plus ou moins longue, sinon définitive. La pensée sera amputée de toute opinion négative. Et le législateur ne semble pas entrevoir les désastres que cela provoquera ni les haines dont l’interdiction de la haine sera la cause.
Une censure terrible s’installe, donc, censure morale qui n’est que la prémisse de l’inévitable constitution du délit d’opinion. Mais qui seront les officiants de ce nouveau rituel stérilisateur ? Des employés des grandes plateformes Internet, juges improvisés de la vertu générale, dotés de pouvoirs exorbitants et soumis, sous peine d’amende, à l’obligation d’un haut et pernicieux rendement. Nul ne sait quelles seront leurs compétences intellectuelles ni quels critères guideront leur action. Dans les écrits des uns et des autres, ils décèleront, moyennant rétribution mensuelle, le bon et le mauvais – ce qui les placera d’emblée au-dessus des auteurs, sur lesquels ils auront un inadmissible ascendant : celui de leur pureté présumée. À travers eux, le gouvernement nous protégera de nous-mêmes et de nos errances scabreuses dans le monde des ténèbres.
 
Supposons que la question de la « haine » sur Internet sera ainsi réglée. Mais il restera toujours l’écrit sur papier – les journaux, les livres. Le gouvernement ne peut ignorer ce domaine qui garde encore son importance. Celui qui ne peut plus exprimer son animosité sur les « réseaux sociaux » pourra l’enfermer entre les couvertures d’un livre. Que feront les bienveillants de la majorité dans ce cas ? Pensent-ils à une nouvelle loi mettant en place un autre système de censure, dirigé, celui-là, contre les rédactions et les éditeurs ? Ce serait parfaitement logique, quoique plus difficile à mettre en œuvre. Il faudra faire chanter les journaux – enfin, les subventions de l’État montreraient leur utilité – et menacer les maisons d’éditions de représailles assez faciles à imaginer.
 
Reste, bien entendu, cette aversion que d’aucuns qualifieraient de « positive ». Celle, par exemple, qu’éprouvent les féministes radicales contre les hommes. Ou l’autre – non pas positive, certes, mais justifiée, donc excusable – que certaines communautés expriment sans aucune retenue à l’égard de la France et des Français. Les cerbères ne devront pas se tromper : il s’agit là du droit inaliénable à la liberté d’expression. De tels propos sont, en vérité, du domaine de la colère, contre laquelle le gouvernement ne prévoit ni sanctions ni censure, puisqu’elle est de nature à équilibrer la société. Elle s’exprimera, donc, librement et tout sera pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 09/07/2019 - 16:02
la foule haineuse vilipendée par le mignon
la peste brune, les séditieux, ceux qui fument des clopes et roulent au diesel, illettrés, etc.....ces insultes là ne génèrent elles pas de la haine lorsqu'elles sont prononcées par les énarques, politiques et celui qui devrait rassembler son peuple??