En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© JACK GUEZ / AFP
L'ère du faux

Après les fake news, la menace des faux textes ?

Publié le 07 juillet 2019
Un logiciel d'intelligence artificiel capable de rédiger des faux textes inquiète : une invasion de textes écrits dans le seul but de tromper les citoyens est-elle à craindre ?
Alexandre Alaphilippe est directeur de l'organisation EU DisinfoLab.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Alaphilippe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Alaphilippe est directeur de l'organisation EU DisinfoLab.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un logiciel d'intelligence artificiel capable de rédiger des faux textes inquiète : une invasion de textes écrits dans le seul but de tromper les citoyens est-elle à craindre ?

Atlantico : Le logiciel de création de faux textes GPT-2 inquiète ses créateurs dans le sens où la technologie employée pourrait être utilisée à des fins de propagation de fausses informations en ligne. Concrètement quels sont les risques d'un détournement d'un tel outil ?

Alexandre Alaphilippe : Le scénario noir serait une combinaison de textes écrits, de synthétisation de voix qui peuvent ressembler à de la voix d'hommes politiques ou de personnalités connues pour leur faire dire des choses qui n'existent pas et les faire circuler sur les réseaux sociaux. C'est un risque nouveau avec une technologie nouvelle qui pourrait avoir un impact négatif mais aujourd'hui rien n'est certain. Derrière ce scénario toutefois se pose la question de la labellisation des contenus publiés en ligne. L'évolution des technologies de l'intelligence artificielle pousse à se poser la question de la possibilité d'indentification des contenus qui seraient artificiels. Ces réflexions doivent être entamées dès aujourd'hui. Aujourd'hui et comme l'explique le Guardian, il est possible d'identifier facilement les contenus produits par GPT-2. Mais ces contenus seront de moins en moins identifiables à l'avenir avec le développement de l'IA car le but est d'arriver à quelque chose qui soit indétectable pour ne plus faire de distinction entre hommes et machines.

Les deep fakes (fausses vidéos) d'abord, maintenant GPT-2… ces nouveaux risques inquiètent de manière grandissante les autorités mais ne sommes-nous pas en train de prendre le problème par le mauvais bout ? A-t-on raison de se focaliser à ce point sur l'aspect technologique du problème des fausses informations ?

Il convient de distinguer deux choses. D'abord le cadrage très marketing de toutes les entreprises qui veulent produire de l'intelligence artificielle. Les grosses sociétés américaines ou européennes sont en train de montrer ce qu'il est possible de faire avec cette dernière en vue de futures perspectives commerciales.

Ensuite, même si ces technologies présentent des risques qu'il est important de ne pas minorer, il faut garder en tête qu'elles ne représentent pas aujourd'hui le gros du problème. Nous ne voyons pas de propagations massives de vidéos produites par l'intelligence artificielle. Le cœur du problème reste la malveillance ou l'inattention humaine. Pas besoin de technologies pour propager des rumeurs ou sortir des phrases hors de leur contexte afin de nuire.

Il suffit de prendre l'exemple de l'incendie de Notre-Dame pour s'en rendre compte. Une vingtaine de minutes après que l'incendie de soit déclaré, de nombreuses rumeurs faisaient déjà état d'un acte criminel voire terroriste. Photos très pixélisées à l'appui présentées comme des preuves (alors qu'il s'agissait des statues de la cathédrale.

Les technologies qui permettent les deep fakes ne sont pas à la portée de n'importe qui aujourd'hui. Peut-être à l'avenir et c'est pour cela qu'il est nécessaire de les étudier mais il serait une erreur d'étudier le phénomène de la propagation des fausses informations uniquement par le prisme des nouvelles technologies.

Une étude "Ipsos global advisor" publiée hier montre qu'un Français sur deux pense que les journaux et magazines véhiculent de fausses informations et à l'inverse la seule source d'information qui inspire encore confiance se trouve dans les relations de proximité: plus d'un Français sur 5 (26%) reconnait faire davantage confiance à une information délivrée par une personne qu'il connaît personnellement. Si le constat peut inquiéter, n'est-il pas aussi une possible solution dans la lutte contre les fausses informations ?

Complètement. L'étude Ipsos confirme ce que l'école de Palo Alto a théorisé au début des années 1960 sur la théorie de la communication avec le phénomène des leaders d'opinion.

Ne nous y trompons pas, le vrai problème aujourd'hui est bien la défiance des citoyens envers les politiques et les médias. C'est sur ce terreau fertile que la propagation des fausses informations peut se faire. C'est bien cette quête d'une proximité retrouvée et d'une confiance restaurée qui doit être le centre des politiques de lutte contre les rumeurs et les manipulations de l'opinion.

Cette crise de défiance s'accompagne aussi d'une réelle remise en question par les médias sur leur mode de fonctionnement. On voit un retour à l'investigation et un vrai développement du fact-checking. Cela va dans le bon sens mais la lutte contre les fausses informations est loin d'être gagnée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

02.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

03.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

04.

Un Rugy de perdu, 10 populistes de retrouvés ? Quand les opérations mains propres ne produisent pas la vertu escomptée

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Du CETA aux particules ultra-fines, comment de vraies questions sanitaires ou environnementales se transforment de plus en plus en peurs irrationnelles

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 08/07/2019 - 09:12
Le problème est-il encore là!
Je viens de demander à un nouveau diplômé du baccalauréat avec mention, de lire votre article et de me dire ce qu'il en retenait. Messieurs les journalistes, vous n'avez aucune crainte à redouter de vos concurrents électroniques car de toutes façons ce brillant jeune homme n'en avait rien compris. La question n'est plus, pour cette génération, que de lui concocter un post-media de post-communication post-adapté. La démocratie, on en parlera un autre jour!
zelectron
- 07/07/2019 - 11:42
« Les promesses électorales n’engagent que . . .
. . . ceux qui y croient
Toutes catégories confondues ce sont les hommes politiques pratiquement sans exceptions (tôt ou tard) qui mentent le plus et de loin, ils y trouvent même mille et une raisons.
- entendu lors de réunions politiques de tous bords : de toute façon ils ne comprennent rien à rien, ils s'en foutent, il faut leur caresser le dos dans le sens du poil, on leur dit ça pour leur faire plaisir, si on ne dit pas de c....., les autres en face ne vont pas se gêner, c'est le seul moyen de gagner, c'est pour la bonne cause, il faut bien dire quelque chose, plus le mensonge est gros plus il passe, un mensonge dit une fois est un mensonge, 100 fois c'est toujours un mensonge, 10 000 fois c'est une vérité Dr. Paul Joseph Goebbels . . .
et puis pour les journalistes : Pour un journaliste de gauche, le devoir suprême est de servir non pas la vérité, mais la révolution. Salvador ALLENDE.
Anouman
- 07/07/2019 - 11:14
Faux textes?
Pas besoin d'une IA pour faire de faux textes. Evidemment avec une IA c'est moins fatigant et on peut en faire plus. Mais quel intérêt? Surtout pour imiter des personnalités politiques qui n'ont pas besoin d'IA pour dire n'importe quoi.