En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 2 heures 55 sec
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 43 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 40 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 40 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 10 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 43 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 45 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 39 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 9 heures 22 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 37 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 9 heures 52 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 44 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 48 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Atlantico business

G20 : Ces 4 dossiers sans lesquels le multilatéralisme ne pourra pas être sauvé

Publié le 27 juin 2019
Le G20 a en général plus d’impact sur l’économie mondiale que le G7. Le G20, c’est la gouvernance mondiale, le G7 c’est un club de riches qui défendent leurs privilèges.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le G20 a en général plus d’impact sur l’économie mondiale que le G7. Le G20, c’est la gouvernance mondiale, le G7 c’est un club de riches qui défendent leurs privilèges.

Le Groupe des vingt (G20) qui se réunit à Osaka ce vendredi et samedi se compose de dix-neuf pays et de l’Union européenne en tant que telle. Se retrouvent là les chefs d’Etat, les ministres de l’économie et des affaires étrangères et les présidents de banques centrales. Pour les chefs d’entreprise du monde occidental, cette réunion a beaucoup plus d’impact que celle du G7. Le G7, c’est le groupe des 7 pays les plus riches du monde. Il se réunira à Biarritz au mois d’août prochain.

Le G20 est plus important parce que se confrontent autour de la table les responsables politiques de la planète. Le G20 représente 85 % du commerce mondial, les deux tiers de la population mondiale et plus de 90 % des richesses mondiales. En bref, le G20 a le poids d’une gouvernance mondiale .

Les pays occidentaux, les producteurs de pétrole et les plus grands des émergents (Brésil, Inde, Chine).  Bref, le G20 réunit des pays souvent très antagonistes (qui acceptent de se parler) aux intérêts contradictoires et conflictuels. Le G20 est un pur produit de la mondialisation quand la mondialisation a parfois échappé aux gouvernances politiques. Le G20 est né au début des années 2000.

Le G7, lui est beaucoup plus ancien, il est né en 1974 à l’initiative de Valery Giscard d’Estaing qui a pensé que le groupe des 7 pays les plus riches du monde pouvait formuler une réponse commune à la crise pétrolière. Les réponses le plus souvent monétaires n'ont pas été probantes, elles ont entrainé des crises financières.

Le G7 a été considéré à juste titre comme le club des plus riches préoccupés surtout de protéger leur confort.

Le G20 est différent, les intentions qui émergent des débats s’appliquent plus concrètement à la situation réelle du monde. Le G20 s’est imposé comme le principal forum de gouvernance économique mondiale, où sont discutés aussi bien les questions économiques et financières que les grands enjeux globaux, la lutte contre le terrorisme, la santé mondiale, le trafic de drogue, l’évasion fiscale,  la lutte contre le réchauffement climatique, les migrations ou encore la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Alors cette année, il apparaît que ce groupe des 20 sera confronté à l’examen de 4 dossiers parmi les plus brulants pour l’équilibre du monde.

1er dossier, le conflit entre la Chine et les Etats-Unis dont l’enjeu porte sur la domination économique et technologique. Cet enjeu existe évidemment et concerne, par ses effets collatéraux, le reste du monde. Alors, les faucons peuvent toujours penser que ce type de conflit ne peut se solder que par les armes, mais la majorité des gouvernants estiment que l’interaction des intérêts est telle que personne n'a intérêt à asphyxier l’autre. La Chine et les USA se tiennent. Chacun a besoin de l’autre. Alors, il faudra bien résoudre les différents. Le cadre du G20 se prête mieux à une négociation collective, une confrontation publique des contradictions, plus que par l’échange de Tweets agressifs et violents qui eux s’adressent plus aux politiques internes qu’aux relations internationales.

L’affaire des recherches nucléaires en Corée du Nord est connexe au dossier de la crise sino-américaine. Mais non moins risquée.

2e dossier, urgent, concerne tout ce qui touche à l’Iran. Et là, c’est plus compliqué parce que cette marmite fait bouillir des intérêts pétroliers, monétaires, religieux et culturels. Mais là encore, l’ensemble de la planète est concerné.

3e dossier, l’avenir du commerce international. Tout le monde est d’accord pour constater que la mondialisation a entraîné beaucoup d’inégalités sociales, entre les pays riches et les pays pauvres ... mais aussi à l’intérieur des pays développés. Mais tout le monde reconnaît aussi que la mondialisation des échanges a eu des effets bénéfiques extraordinaires.

La question qui se pose est de savoir dans quelle mesure il faut accepter un contrôle ou une régulation des échanges commerciaux sans prendre le risque de s’engager dans une logique du déclin, ce dont personne ne veut.

Là encore, ce ne sont pas les Tweet de Donald Trump prophétisant la restauration du protectionnisme qui règleront la situation.

4e dossier, la lutte contre le réchauffement climatique. La France a fait savoir qu’elle ne signerait pas le communiqué final si on en exclu la nécessité de lutter contre le réchauffement de la planète. Le président a raison, ne serait-ce que pour des raisons de politique intérieure. Pour les mêmes raisons, Donald Trump refusera lui qu’on priorise les objectifs écologiques. Mais tout cela, c’est de la politique pour les riches.

L’essentiel va être de mettre en évidence des faits que les Occidentaux font semblant de ne pas voir.

D’abord, les objectifs écologiques doivent être compatibles avec la croissance et le progrès scientifique. Les grandes entreprises internationales ont déjà fait savoir que l’écologie compatible avec la croissance était une demande expresse des salariés d’entreprises, des actionnaires, mais avant tout des clients. Donc, on peut se passer d’injonctions ou de menaces.

Ensuite, il faut aussi rappeler que les plus gros pollueurs sont les Etats Unis, la Chine et l’Inde. Alors les Etats-Unis trouveront les moyens de régler le problème. Les marchés financiers, les entreprises et les collectivités locales s’en occupent. La situation sera beaucoup plus difficile à régler dans les pays émergents. Sauf à faire payer les consommateurs, et les consommateurs, ce sont les pays occidentaux qui tiennent de beaux discours moralisateurs en faveur du climat, mais qui exportent très loin les activités les plus polluantes dans les pays émergents. Le plan anti-climat sera évidemment mondial ou ne servira à rien. Tweets trumpiens ou pas. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 27/06/2019 - 15:10
Heureusement il y a Trump!
Il est le seul à oser s'opposer à l'a folie écologique à la mode.

Les Européens semblent convertis à cette nouvelle religion, la Chine et l'Inde font semblant, en espérant que les investissements dans les énergies renouvelables relanceront leurs exportations, handicaperont la compétitivité des vieilles nations industrielles, et que la folie réglementaire encouragera les délocalisations à leur profit.

Comme d'habitude le président Français se fera le chevalier blanc de la lutte contre le réchauffement climatique.

Noble cause dont il reste à demontrer qu'elle soit vraiment plus utile à l'humanité que les danses de la pluie de naguère.

Mais ça permettra de conforter l'emprise des gourous et de justifier de nouvelles taxes et interdits.