En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 33 min 50 sec
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 4 heures 51 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 5 heures 13 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 18 heures 22 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 19 heures 13 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 1 heure 18 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 1 heure 42 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 2 heures 19 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 3 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 3 heures 42 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 11 sec
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 5 heures 50 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 18 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 19 heures 32 min
© Eric CABANIS / AFP
© Eric CABANIS / AFP
Médias

Polarisation des médias et Gilets jaunes : radioscopie d’un angle mort français

Publié le 21 juin 2019
Selon une étude de l'institut Montaigne, la polarisation de l’espace médiatique français opposerait les médias traditionnels aux médias anti-élites et "antisystème" qui se définissent par opposition aux premiers. Une fracture particulièrement visible lors de la crise des Gilets jaunes.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude de l'institut Montaigne, la polarisation de l’espace médiatique français opposerait les médias traditionnels aux médias anti-élites et "antisystème" qui se définissent par opposition aux premiers. Une fracture particulièrement visible lors de la crise des Gilets jaunes.

Atlantico : Une très grande enquête menée par l'Institut Montaigne en France s'est intéressée aux clivages que montrent la circulation des informations dans les médias français, s'intéressant en particulier à la période clé des Gilets Jaunes. Si cette enquête relève que notre système médiatique n'est pas encore totalement polarisé comme c'est le cas aux États-Unis, on voit une vraie opposition entre des médias concentrés sur les conséquences de la crise et d'autres sur les valeurs portées par le mouvement. Quels sont les grands clivages que cette séparation singulière au sein de notre presse laisse apparaître dans notre société ?

Yves Michaud : L’enquête de l’Institut Montaigne est passionnante parce qu’elle traite du basculement du paysage des médias et de la sphère publique à l’époque des réseaux sociaux et des moyens de communication alternatifs en prenant le cas précis de la crise des Gilets jaunes.

Dans votre question vous dites « notre presse » ou « les médias français ». Il faut commencer par souligner que, justement, la presse en question n’est plus uniquement la presse « officielle » écrite, parlée ou télévisée, et que « les médias », ce sont désormais tous les médias…

C’est cet élargissement sans précédent de l’éventail des médias et de la communication qui engendre de nouvelles polarisations.

La leçon de la comparaison avec les USA est édifiante.

Aux USA, la polarisation des médias (anciens et nouveaux) est une polarisation droite/gauche, qui recoupe celle des politiciens en compétition (Trump/Clinton) et des grands partis et qui connaît une forte droitisation. L’affrontement entre élites prescriptrices sérieuses et médias sociaux s’est en fait transporté au sein des médias institués : l’apparition d’un site ultra-conservateur comme Breitbart news a pour ainsi dire notabilisé les fake news, la désinformation et les insultes des tweeters. Trump lui-même avec ses 71 millions de followers a initié le mouvement.

En France, la polarisation semble toute autre selon l’enquête : elle est entre le monde des médias institués, ce qu’on pourrait appeler les médias notables, et la sphère publique en réseau. Avec cette conséquence concernant la crise des Gilets jaunes que les médias-notables l’ont évoquée tardivement et surtout du point de vue de ses conséquences pour...le pouvoir, l’ordre et la vie politique installée, alors qu’une frange seulement des médias, en générale alternative, s’est occupée des valeurs et revendications porté par le mouvement.  La leçon est claire : nous avons en France un noyau de médias « officiels » qui se préoccupent de leur entre soi, dont les différends sont policés et de pure façade, qu’ils s’agisse du Monde, du Figaro, de Libération, du Parisien, etc ., etc. L’enquête range ces médias en quatre groupes, le Cœur des notables (les « grands » médias français) qui s’entre-cite à longueur de temps (y compris via les « revues de presse » de copinage sur radios et télévisions), la Couronne qui cite les notables et est parfois citée par eux ( Russia To-day, Valeurs actuelles, Sputnik,  etc.), les satellites de province qui citent tout le monde sans l’être et enfin une niche de petits médias (presse locale, sites spécialisés) auxquels il est fait parfois référence.

Bref, la polarisation, pas encore trop forte, est entre… élites et gens d’en-bas. Quelle surprise ! J’ajouterai ironiquement que juger cette polarisation « pas encore trop forte » sent fortement son «élite ». Il est vrai que l’enquête a mis à contribution Sciences-po journalisme qui est un vivier de notables pressés...

Edouard Husson : Ce qui intéresse à la lecture du rapport de l’Institut Montaigne, c’est le parallélisme entre les polarisations politique et médiatique. L’absence de polarisation politique en France n’empêche pas qu’il y en ait une autre, entre médias établis et les autres, parallèlement au clivage entre LREM et les forces politiques que le gouvernement voudrait dzéfinitivement minoritaires, sinon résiduelles. J’ajoute que, lorsqu’on regarde de plus près, il y a un biais dans les classifications.  Il est étonnant que Dreuz et Europe Israël soient classés à l’extrême-droite ! J’imagine que c’est leur présentation des événements du Proche-Orient du point de vue israélien - de la droite israélienne - qui les fait classer ainsi. Quand on voit, par exemple, la qualité des analyses sur ce qui rapproche christianisme et judaïsme sur le site Dreuz, cela laisse songeur.....De même, on suppose que, selon les critères de classification utilisés, Valeurs Actuelles échappe à la classification « extrême droite » pour être un média établi depuis longtemps; tandis que Boulevard Voltaire, dont la ligne n’est pas très éloignée, est envoyé en enfer....Evidemment, l’Institut Montaigne, en l’occurrence, ne fait que suivre le comportement d’un système médiatique largement mimétique du comportement politique dominant. Au lieu d’être le grand média intégrateur des droites, le Figaro est devenu un soutien objectif du macronisme, avec un tout petit peu de place laissée à des opinions « originales », dans Figaro Vox; or le Figaro devrait être le modérateur d’une grande galaxie de droite, d’un conservatisme à la française, qui fasse une place aux points de vue identitaire, souverainiste, catholique conservateur ou pro-israélien par exemple. Le fait que l’on observe ensuite une tendance des médias établis à se concentrer sur les conséquences de la crise des Gilets Jaunes tandis que des médias périphériques mettent au coeur la question des valeurs défendues par les Gilets Jaunes n’est qu’une conséquence de choix faits en amont. 

 

Si on se penche sur le cas particulier d'Atlantico, on peut observer un paradoxe : en mettant en avant les valeurs portées par les Gilets jaunes tout comme les sujets plus orientés vers les conséquences du mouvement, nous avons tenté de tenir une ligne de crête. Cependant, on observe que ce choix d'un certain équilibre des points de vue, celui qui demande d'accepter de penser contre soi-même ne correspond pas du tout aux rapports qu'entendent avoir les Français avec leurs médias, et Atlantico est classé dans le "Cœur" des médias traditionnels. Comment expliquer qu'une certaine "honnêteté" quant à la situation générale de la France lors de cette crise n'ait pas permis de décloisonner les camps ?

Yves Michaud : Alors là c’est la tuile ! Atlantico se retrouve classé dans les médias notables, malgré tous ses efforts pour faire entendre une autre voix !

Écartons tout de suite une explication : non, Atlantico ne fait pas partie du « Cœur ». Le Cœur de nos médias officiels est en effet socialement verrouillé et même blindé, incestueux (avec des journalistes et rédacteurs en chef allant de l’un à l’autre au rythme des clauses de conscience…), très fort en relations publiques (le Siècle) et en dîners en ville, où des faux ennemis jurés s’embrassent autour d’un saumon fumé de Pétrossian.

En revanche, Atlantico reste la réalisation d’un certain nombre d’intellectuels et journalistes qui, même quand ils ont viré leur cuti, restent très convenables, n’osent pas reconnaître ouvertement ce qu’ont d’intéressant et de neuf les populismes, ont toujours peur de se faire traiter de lepénistes, populistes, matteo-salvinistes, orbanistes, que sais-je encore, et dont le libéralisme, même de plus en plus flageolant, les rapproche de la « pensée unique » des médias-notables. La pression de la correction politique et morale est énorme et nous avons tous tendance à l’intérioriser.

Peut-être faudrait-il plus aller du côté du « peuple ». Vous me direz qu’on a déjà entendu ça, aussi bien au temps des narodniki russes des années 1870 (des « populistes » déjà !) qu’à celui des maoïstes un siècle plus tard. Non je ne parle pas de ça. Il me semble que nous sommes beaucoup trop coupés de la réalité sociale, celle que décrivent pourtant sous nos yeux des femmes et des hommes de lettres qui ont nom Virginie Despentes (Vernon Subutex), François Beaune (Une vie de Gérard en Occident) ou Nicolas Mathieu (Leurs enfants après eux).

J’ajoute que la recherche de l’honnêteté et de l’analyse lucide n’arrange rien : car les médias-notables aussi se drapent dans l’honnêteté et l’analyse. Quand on lit les pages Débats ou Idées de nos notables, on n’y trouve que prétentions à la scientificité, au savoir et au « décryptage » signatures d’experts en tout et n’importe quoi et d’universitaires de l’université de Pétaouchnok. De ce point de vue Atlantico tombe dans leur piège. Je ne dis pas que l’honnêteté et l’analyses doivent être mises au rencart mais qu’il faudrait plus se démarquer de l’hypocrisie ambiante et plus fortement, affirmer plus brutalement la différence. Il faut savoir être mal élevé. Si les élites françaises sont bon chic bon genre, ça les regarde. Un peu de tonitruance à la Flaubert, à la Bloy, à la Bernanos, à la Houellebecq serait bienvenue.

Edouard Husson : Je ne crois pas que l’on puisse éviter que des camps se constituent. Au contraire, c’est éminemment souhaitable ! La question est plutôt de savoir quels clivages sont les plus utiles. Tant mieux si Atlantico est classé dans le « coeur «  des médias traditionnels, en étant d’une part un « pure player » et en refusant, d’autre part, le clivage entre les médias établis et les autres. Marianne ou Médiapart, chacun dans leur genre, suivent une ligne comparable et se retrouve aussi dans les médias « du centre ». Il serait bon pour la démocratie qu’il y ait, à droite comme à gauche, plus de médias adoptant le comportement de ces trois titres, au lieu d’alimenter, comme le font Libération, le Monde ou le Figaro, l’opposition entre élitisme et populisme. 

Ne faut-il pas y voir aussi une forme de domination de l'émotion dans notre débat public ?

Yves Michaud : L’émotion est le pivot des médias (le fait divers!) et aujourd’hui des médias sociaux. On ne peut pas l’éliminer. Le débat public n’est pas faussé par l’émotion : il est faussé par le fait d’être confisqué.

Il est confisqué aujourd’hui comme hier par les prétendues élites » qui veulent surtout ne rien perdre de leur pouvoir et survivent en grande partie grâce aux subventions à la presse. En revanche, comme le dit aussi le rapport de l’Institut Montaigne, il n’y a pas de business model valide pour d’autres pratiques. Qui plus est la nature addictive des média internet non seulement facilite la diffusion des mensonges et de la sottise mais surtout dévore le temps de cerveau disponible du citoyen. Ajoutons que la tolérance accordée à Google pour Google news qui, sous prétexte d’information, vole leurs clients aux médias contribue encore à renforcer la forteresse des médias-notables. La situation n’est donc pas réjouissante mais c’est précisément la raison pour laquelle il faut continuer à proposer des analyses sérieuses,celles qui manquent le plus – à condition qu’elles soient un peu plus insolentes et irrespectueuses. Le journalisme d’actualité est mort quand on peut tout trouver dans la seconde sur le net. Il faut le remplacer par un journalisme de réflexion et de critique, mais qui dérange sans scrupule. De toute manière, l’histoire est loin d’être terminée. La crise des Gilets jaunes a été glissée sous le tapis et l’oligarchie médiatico-politico-financière est toujours aux manettes. Si bien que la même polarisation que celle de la crise des Gilets jaunes guette et probablement en plus rude.

Edouard Husson : Nous sommes dans une époque où les émotions se donnent libre cours. Mais vous conviendrez que ce n’est qu’une conséquence de choix fondamentaux. Le cortex est bien encadré par le cerveau reptilien et le néo-cortex. On n’a pas vu beaucoup de lecteurs du Figaro ou du Monde s’émouvoir des crânes fracassés ou des yeux détruits par la police frappant les Gilets Jaunes. Nous sommes dans une situation qui rappelle beaucoup la seconde moitié du XVIIIè siècle, quand, à quelques exceptions près, des élites larmoyantes s’exaltaient pour toutes les conquêtes individualistes, méprisaient l’Eglise et ses réseaux de charité et s’adonnaient à de régulières bouffées d’émotion fondées sur une bonne dose d’auto-apitoiement. En 1789-93, la bourgeoisie hyperindividualiste utilisait les voyous parisiens pour imposer la peur en politique avec la même dextérité qu’Emmanuel Macron instrumentalisant l’extrême gauche pour disqualifier le mouvement des Gilets Jaunes. Quand on voit comme s’est imposé un récit mythologique de la Révolution comme soulèvement du peuple contre la tyrannie - alors qu’il s’agit d’une des plus féroces guerres de classe de l’histoire, où la bourgeoisie du Bassin Parisien a détruit les élites traditionnelles, la monarchie et toute la « Société-Providence » de l’époque, pour effectuer un énorme transfert de richesses en sa faveur - on se dit qu’il va falloir prendre garde, dès maintenant, à raconter la vraie histoire du macronisme. Il vaudrait mieux éviter qu’on nous raconte un jour que la République éclairée de M. Macron - ce bourgeois d’Amiens si semblable aux révolutionnaires des années 1780 - a défendu l’ordre public et les conquêtes dites sociétales contre des hordes d’ignorants manipulés par des forces politiques ou religieuses obscurantistes. De fait, les gazettes de l’époque révolutionnaire avaient accompagné, pour la plupart, les événements révolutionnaires comme les médias d’aujourd’hui, sauf exception, ont alimenté le récit gouvernemental.  

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires