En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© ALAIN JOCARD / AFP
Les voies du macronisme sont-elles impénétrables ?

Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?

Publié le 19 juin 2019
Assurance-chômage, retraites...les grandes réformes du quinquennat Macron arrivent à échéance. Voilà deux ans que le gouvernement les enchaîne. En creux, loin d'une politique strictement libérale, social-libérale, se dessine un bilan plus nuancé de l'action de l'exécutif.
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Assurance-chômage, retraites...les grandes réformes du quinquennat Macron arrivent à échéance. Voilà deux ans que le gouvernement les enchaîne. En creux, loin d'une politique strictement libérale, social-libérale, se dessine un bilan plus nuancé de l'action de l'exécutif.

Atlantico : En pratique, si l'on prête attention à toutes les lois adoptées depuis 2017 sur le plan économique, comment pourrait-on définir la politique du gouvernement ? Sociale-libérale, protectionniste, interventionniste ?

Michel Ruimy : Emmanuel Macron s’est réclamé être un « social libéral ». A la vue de son « recrutement » d’élus pour son parti LREM, on ne peut pas dire qu’il soit social-libéral, ni même protectionniste, ni interventionniste mais il essaie de trouver une 3ème voie reprenant des idées de Gauche et d’autres de Droite.

Par son enthousiasme et sa volonté de réformes, son début de mandature semble ressembler à celui de Nicolas Sarkozy : un jeune président de la République qui laisse imaginer qu’il veut réformer le pays dans une optique plutôt libérale, quelques réformes timides qui vont dans ce sens et puis finalement l’abandon et le retour à la gestion traditionnelle. Le fait générateur de ce changement de « casaque » est la gestion de la crise des « Gilets Jaunes ». Une logique de redistribution. Donc pas de politique libérale.

Sur quels aspects de la politique économique du gouvernement se manifeste avec le plus d'évidence sa "ligne" économique ? Si tant est qu'il existe une « ligne » cohérente sur le plan théorique ?

En fait, jouant sur la désintégration du clivage Gauche - Droite, le président de la République souhaite attirer une partie des élus de la Droite après avoir fait la même chose avec certains représentants de la Gauche. Concernant son programme, Tout est une question de dosage selon les circonstances. Un exemple est sa volonté de réformer l’Etat. Il a abandonné toute velléité de réformer le « mammouth » étatique français.

La situation de la France n’évoluera pas tant que l’État ne réduira pas son périmètre. Cela passe notamment par des privatisations et des simplifications administratives. Si nous ne voyons pas ces mesures poindre, il y a peu d’espoirs de voir une baisse des impôts et que la situation des finances publiques de la France s’améliore à long terme.

La réforme de l'assurance chômage était annoncée comme l'une des dernières grandes réformes par le gouvernement. Que peut-on attendre de celles qui sont annoncées en matière de politique économique - notamment celle sur les retraites ? Peut-on voir une forme d'inflexion "sociale", comme annoncé par le gouvernement ? 

La réforme de l’assurance-chômage est une grande réforme structurelle. Emmanuel Macron propose d’en confier la gestion à l’État, de basculer les cotisations salariales sur la CSG, et d’en ouvrir le bénéfice à toutes les sorties d’emploi (y compris donc pour les salariés qui démissionnent ou les indépendants qui veulent « se mettre au vert »).

Concernant la réforme des retraites, Emmanuel Macron s'est engagé pendant la campagne présidentielle à faire converger la quarantaine de régimes de retraite en un système « universel ». Un système par points où « 1 euro cotisé donne les mêmes droits, quel que soit le moment où il a été versé, quel que soit le statut de celui qui a cotisé ». Et, ce, sans toucher à l'âge de la retraite ni au niveau des pensions.

Un projet potentiellement explosif, les différentes tentatives de réforme des retraites ayant donné lieu à d'importants mouvements sociaux et manifestations massives. Dans un régime par points où l'intégralité des salaires sert pour le calcul de la retraite, il y a beaucoup à perdre pour les cadres aux carrières ascendantes. Les futurs retraités ne pourront plus sélectionner leurs 25 meilleures années ou, dans la fonction publique, s'en tenir aux 6 derniers mois de carrière. Or les très hauts salaires du privé peuvent gagner un tiers de pension en plus grâce à cette règle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

03.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

06.

20 après le Kosovo, l’Occident et l’UE devraient-ils éprouver une pointe de regret vis-à-vis de la Serbie ?

07.

Alerte à la pollution des pneus et des freins des voitures

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 19/06/2019 - 19:17
LVMH
Et alors , si les chinois achètent des sacs Vuitton et que cela augmente le patrimoine des actionnaires de LVMH et permet aussi d'embaucher des milliers de salariés en Europe, France et Italie notamment , tant mieux. C'est plus utile que des vieux coco qui n'ont jamais rien fait gagner à qui que ce soit.
assougoudrel
- 19/06/2019 - 19:16
Ânesha, parmi ses convictions de
taré, n'a dit qu'une chose de juste: "les français avaient l'opportunité de faire une "queue de poisson" à Macron pour les européennes, mais ils se sont abstenus; alors si ils doivent dans un futur proche "manger chaud", ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux. Macron a un "Billard" devant lui et personne ne peut l'arrêter, à par lui même ( il pourra glisser sur une savonnette sous la douche). Le "billard est un terrain dégagé, propice pour les chars et Macron est à la manœuvre, écrasant tout devant lui. Les légionnaires ont un chant qui dit: "la rue appartient à celui qui y descend". Tant que les citoyens pleurnicheront devant une binouze dans les bars, ils continueront de s'enfoncer et se retrouveront dans la M...e jusqu'aux yeux si ils ne descendent pas dans la rue. Je m'inquiète pour mes enfants; je n'ai pas à me plaindre, car j'ai 64 ans et cela fait 19 ans et 3 mois que je suis à la retraite et je n'ai jamais retravaillé (ni hérité).
Ganesha
- 19/06/2019 - 18:13
Optimistes ?
S'il y a parmi les abonnés d'Atlantico quelques ''heureux propriétaires'' d'actions LVMH, je comprends qu'ils soient d'humeur ''joyeuse''.

J'espère simplement que ce précieux portefeuille est rangé bien à l'abri des humeurs malveillantes du fisc.

Mais si vous vous imaginez que cette ''sinistre farce'' va continuer éternellement, vous paraissez bien optimistes !