En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 5 heures 47 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 7 heures 29 sec
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 9 heures 54 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 10 heures 21 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 4 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 6 heures 17 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 8 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 9 heures 24 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 10 heures 6 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 1 heure
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 5 heures
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 6 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 9 heures
© Reuters
© Reuters
Des mots, toujours des mots

Insécurité : l’ambition très mesurée d’Edouard Philippe

Publié le 13 juin 2019
Lors de sa deuxième déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale, point de départ de l' "acte II" du quinquennat d'Emmanuel Macron, Edouard Philippe a affirmé son souhait de "finaliser les réformes que nos forces de l'ordre attendent".
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de sa deuxième déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale, point de départ de l' "acte II" du quinquennat d'Emmanuel Macron, Edouard Philippe a affirmé son souhait de "finaliser les réformes que nos forces de l'ordre attendent".

Atlantico : Lors de sa deuxième déclaration de politique générale devant l'Assemblée nationale, point de départ de l' "acte II" du quinquennat d'Emmanuel Macron, Edouard Philippe a affirmé son souhait de "finaliser les réformes que nos forces de l'ordre attendent". Dans sa déclaration, Edouard Philippe s'est félicité des premiers résultats sur la délinquance et les incivilités : "en 2018, les vols avec arme ont baissé de 10%, les cambriolages de 6% et les vols de véhicules de 8%." Ce bilan des mesures de sécurité du gouvernement Macron est-il fidèle à la situation ?

Xavier Raufer : Pendant des années, on a été habitué à ce que les affaires de sécurité intérieure soient passées à l'as : il faut aujourd'hui reconnaître qu'elles sont mentionnées. En outre, Edouard Philippe n'édulcore pas en parlant de "délinquance" au lieu de "criminalité". Quand on attaque des banques ou quand on agresse des gens ou qu'on les tue, ce ne sont pas des délits mais des crimes. M. Philippe appelle les choses par leur nom : vols, trafics, têtes de réseaux, coups de couteaux, batailles entre bandes rivales. Vu de l'extérieur, il y a donc progrès par rapport aux anciennes équipes ministérielles, y compris de la droite libérale. La nomination des choses colle déjà plus à la réalité.

Cela dit, qui suit au quotidien les affaires de sécurité en France métropolitaine ne reconnaît pas bien, dans les propos du ministre, la situation telle qu'elle est concrètement. Ce que décrit le premier ministre n'est pas la réalité criminelle de la France d'aujourd'hui, mais ce que lui dit le ministre de l'Intérieur. Ce, sur deux points inquiétant les Français : vols à main armée et cambriolages.

Car ne sont pas les grandes banques que l'on attaque à mains armée, mais d'usage le multi-commerce, le bistrot ou la pharmacie du quartier ou du village. Là, comme en matière de cambriolages, ce que dit M. Philippe s'écarte sérieusement de la réalité. S'agissant des braquages, on triche pour réduire tant et plus le nombre des vols à mains armés. On en fait passer le maximum dans une catégorie inférieure,, du crime passible d'une cour d'Assise, de vingt ans de prison et trois-cents mille euros d'amende, en "vol en réunion" ou "avec violence", délit passible de quelques années de prison et bâclé par un Tribunal de grande instance.

De ce que disent les Hauts magistrats, un procès d'assise coûte en moyenne six-cents mille euros (experts, analyses scientifiques, ADN, durée, etc.). Imaginons qu'il y ait en France trois mille mille vols à main armée passible des assises chaque année : le budget du ministère de la Justice explose en vol. La plupart des vols à main armée tombent ainsi dans une catégorie inférieure. Donc disparaissent de la statistique "vol à main armée". Ce que dit le premier ministre ne signale pas la diminution réelle de ces vols à main armée, mais le coup de lime des ministères de l'Intérieur et de la Justice pour faire maigrir artificiellement cette catégorie-là.

Quand un vol à main armée est constaté sur le terrain, un officier de police ou un gendarme arrive : il note "vol avec arme" dans la nature de l'affaire ("Nataf") avec la date, l'heure, les témoins, etc. Rentré au commissariat, lui n'envoie pas le rapport dans le circuit mais le commissaire ou le gendarme en chef du coin - qui peut transformer le vol à main armée en vol en réunion, ou avec violence. Ce qu'il envoie dans les circuits officiels n'est plus la nature d'affaire mais la nature d'infraction ("Natinf") : c'est parfois le "vol avec arme", la plupart du temps, c'est "vol en réunion" et là, on passe du crime au délit. Le passage de "Nataf" à "Natinf" (nature d'infraction) advient entre le commissariat ou la gendarmerie et le parquet : là advient la forte érosion des vols à main armée. La réalité des vols à main armée de tout type en France, telle que subie par la population est donc plus près de dix mille que de huit mille, même s'il faudrait avoir accès aux archives internes des ministères de la Justice et de l'Intérieur pour l'établir pleinement.

Deuxièmement, les chiffres que publie chaque mois le système statistique du ministère de l'Intérieur ne concernent - étrangement - que les cambriolages de résidences principales. S'il on a une maison de campagne et qu'elle est cambriolée, cela manque dans la statistique publique. Quand on totalise ce qui manque dans les statistiques (locaux officiels, d'entreprise, agricoles, résidences secondaires etc.), on a à peu près 40% du total global des cambriolages - triche assez considérable. On devrait publier le chiffre total des cambriolages et préciser le nombre de résidences secondaires, locaux professionnels, agricoles ou officiels, etc., cambriolés. Sur ces deux points cruciaux, les chiffres sont faussés. Que le premier ministre raisonne sur des figures fausses promet un résultat inquiétant.

Pour les mesures à venir, Edouard Philippe a déclaré : "nous procéderons aux changements d'organisation nécessaires pour parvenir à ces résultats opérationnels." Derrière ces promesses encore vagues, le gouvernement se donne-t-il les moyens de ses ambitions ?

Pas besoin d'encore plus de livres blancs, de colloques etc. : ce qu'il faut savoir sur le sujet, on le sait. L'essence de l'art de gouverner ne consiste pas à accumuler en vain les études et recherches mais à décider. On sait ce qui pourrit la vie des Français : ce qu'on regroupe sous le terme générique de "violences urbaines". Elles adviennent dans vingt-six départements de la France métropolitaine. C'est dans ces départements qu'il faut agir sur la criminalité des rues. C'est là qu'il y a sans cesse des émeutes (à Grenoble encore récemment), des agressions contre les policiers, les commerçants etc. On sait d'où émane cette criminalité. Il faut s'attaque au noyau dur des bandes commettant chaque jour ces infractions.

Existent déjà dans notre système judiciaire des injonctions pénales qui interdisent ces individus de se rencontrer et de fréquenter les quartiers où ils sévissent. Ces injonctions sont un terrible dissolvant pour ces bandes mais sont rarement utilisées et jamais pour les bandes. Pourquoi ? La justice est au bord de l'effondrement : lutter efficacement contre la criminalité des rues suppose que les détenus restent en prison et qu'on ne leur accorde pas sans cesse des circonstances atténuantes. Car ici, l'aspect crucial de la prison est "l'incapacitation sélective", comme dit le jargon criminologique : empêcher une sélection d'individus de commettre des crimes. Les individus dangereux incarcérés ne peuvent bien sûr pas commettre de crimes à l'extérieur.

Aujourd'hui, nul besoin d'un homme ni d'une loi de plus pour cibler la criminalité : c'est une pure affaire de décision politique. Si le gouvernement cible demain les voyous aussi durement qu'il ne réprime les Gilets jaunes, la criminalité des rues s'effondrera. Il faut et il suffit pour cela de convoquer les vingt-six préfets des départements en cause, les commissaires et officiers de gendarmerie concernés, et de leur donner des ordres clairs et précis - une fois la justice mise en ordre, bien sûr.

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 13/06/2019 - 22:14
Macron massacre les GJ
Avec un Castaner incompétent et mauvais mais il est moins cinglant avec les black blocks et les voyous de quartier