En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Le nucléaire oui, mais la pollution atmosphérique ?

02.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 min 55 sec
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 18 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 19 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 22 heures 53 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 23 heures 50 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 5 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 3 heures 34 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 18 heures 40 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 19 heures 48 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 22 heures 59 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 1 jour 34 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Tribune

Sanction des propos répréhensibles sur les réseaux sociaux : faut-il privatiser le droit à la liberté d’expression ?

Publié le 05 juin 2019
La proposition de loi déposée par Laetitia Avia exige des plateformes qu'elles retirent les contenus "manifestement" illicites.
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La proposition de loi déposée par Laetitia Avia exige des plateformes qu'elles retirent les contenus "manifestement" illicites.

Quelques mois après la présentation mouvementée du projet de réforme de la Justice, la proposition de loi déposée par la députée Laetitia Avia mérite qu’on s’y arrête quelques instants. Partie d’une belle intention (sanctionner les propos répréhensibles sur les réseaux sociaux), elle court le risque d’une mise en pratique inquiétante : une police de la pensée, privatisée et confiée à des grands opérateurs digitaux.

Constatant à raison qu’il est impossible pour les services de l’État de suivre les réseaux sociaux mieux que les entreprises qui les gèrent, le législateur propose de confier à celles-ci l’application de la loi. C’est une forme de délégation de la mission publique qui est, somme toute, parfaitement classique : dans de nombreux domaines de la vie quotidienne, l’État fixe les objectifs puis confie au secteur privé la mission de les réaliser.

En l’espèce, la proposition de loi demande aux plateformes digitales de retirer promptement les contenus « manifestement » illicites. Le problème, c’est qu’elle ne définit pas ce qui est « manifestement » illicite. Ainsi, c’est aux géants digitaux qu’il appartiendra de définir ce qu’est un contenu manifestement illicite et de le rendre inaccessible aux utilisateurs. En clair, la proposition Avia leur demande d’assurer la police de l’expression sur le web, y compris dans les cas complexes et débattus où il ne sera pas évident de distinguer ce qui est « manifestement » illicite, de ce qui est simplement (on pourrait dire « banalement ») illicite  et ce faisant, de réguler la liberté d’expression en ligne. Les plateformes vont donc avoir pour mission d’analyser l’immensité de l’offre de contenus disponible en ligne et de décider, même en l’absence de définition claire et de critères incontestables, ce qui relève d’un côté de la liberté d’expression, de la démarche artistique et humoristique ou, de l’autre, d’un contenu illicite. Or, ce rôle est généralement dévolu au juge : dans un État de droit, c’est l’autorité judiciaire qui est mobilisée pour surveiller que les contraintes portées à la liberté sont justifiées et proportionnées. Il y a ainsi quelque chose de profondément paradoxal à ne cesser de dénoncer les « GAFA » comme le fait le Gouvernement et, dans le même temps, à leur confier une mission régalienne ! L’État marque là un désengagement de sa mission de garant des libertés publiques et de l’ordre public qui est loin d’être anodin.

Cette proposition doit être regardée avec d’autant plus de prudence que les dispositions du projet de loi font en sorte que les plateformes seront incitées à être restrictives plutôt que permissives. Le texte envisage de leur imposer des sanctions financières importantes : pour les éviter, les réseaux sociaux seront naturellement portés à retirer tout ce qui pourrait sembler problématique. D’espaces non régulés, où cohabitaient les meilleures réflexions et les pires abominations, ils vont se rétrécir. L’alerte n’est pas fictive. Un texte similaire avait été envisagé il y a quelques mois en Allemagne. Il a immédiatement suscité l’inquiétude des associations de défense de la liberté, de l’ONU et du Conseil de l’Europe ! Ce n’est pas rien ! Leur message était clair : dans toute démocratie parlementaire moderne, c’est au juge qu’il revient de réguler l’exercice des libertés.

La proposition de loi Avia aurait pu prévoir un partenariat efficace dans lequel la puissance publique dit le droit, le secteur privé l’applique et le juge tranche les litiges. Ce n’est pas ce qu’elle fait : elle met donc tout en place pour que, demain, des opérateurs privés soient chargés de définir le périmètre de la liberté d’expression en ligne et encouragés à le restreindre au maximum. Elle se décharge sur le privé de la définition du droit et prépare la privatisation de la censure. Ce n’est pas une bonne nouvelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Le nucléaire oui, mais la pollution atmosphérique ?

02.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 06/06/2019 - 08:08
Une seule sanction :
Une morsure à l’épaule
clo-ette
- 05/06/2019 - 16:16
plutôt que de censurer
Elle devrait se demander pourquoi il y a tous ces propos pas gentils .
J'accuse
- 05/06/2019 - 15:17
Explication de texte
Est "manifestement illicite" tout ce qui ne plaît pas à la macronie.
Mais le dire comme ça n'aurait pas été bien perçu...