En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

03.

Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique

04.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

05.

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

06.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

07.

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Ce que la redoutable efficacité vietnamienne face au Coronavirus pourrait nous apprendre pour faire face à une potentielle 2eme vague (et ce dont nous ne voulons surtout pas...)

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

05.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 15 heures 27 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 16 heures 29 min
light > Culture
On ira tous au paradis
Le romancier et parolier Jean-Loup Dabadie est décédé
il y a 17 heures 19 min
pépites > Politique
Duo
Popularité : Macron en baisse, Philippe en hausse
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Soifs d’amitié

il y a 22 heures 5 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Cette grande bouffée d’air marin que vous respirez est probablement pleine de particules de microplastique
il y a 22 heures 22 min
décryptage > International
Animal social

Les années 2020, nouvelles années folles ?

il y a 22 heures 41 min
décryptage > International
Confrontation

Face à la Chine : l’Occident oublie les éléments qui nous avaient permis de gagner la guerre froide

il y a 23 heures 2 min
décryptage > Economie
Proposition

500 milliards pour relancer l'Europe... Mais de nombreuses questions en suspens

il y a 23 heures 29 min
décryptage > International
White only?

"Un Noir n'est pas un Noir s'il pense voter Trump" : les nouvelles théories racialistes de Joe Biden

il y a 23 heures 29 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 15 heures 58 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 17 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Les premiers stades de la formation d'une planète observés en direct ; Le Pentagone rend public huit rapports de rencontres avec des « phénomènes aériens inexpliqués »
il y a 20 heures 3 min
pépites > International
Confrontation
Le ministre chinois des Affaires étrangères estime que son pays est "au bord d'une nouvelle Guerre froide" avec les États-Unis
il y a 20 heures 57 min
décryptage > International
Accalmie

Téhéran-Washington : Le calme d’après ou d’avant la tempête ?

il y a 22 heures 14 min
décryptage > High-tech
Volontariat

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Société
Tentation liberticide

Covid-19 : une nouvelle servitude volontaire

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Economie
Problème culturel

Avant de parler relocalisations, il est urgent de répondre aux vraies causes des délocalisations

il y a 23 heures 29 min
décryptage > France
Agriculture

Les abeilles, atout des céréaliers dans leur volonté de reconquête de l'opinion publique

il y a 23 heures 29 min
décryptage > High-tech
Big Brother

Facebook se lance dans la vente en ligne pour vraiment TOUT savoir de vous

il y a 23 heures 29 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Tribune

Sanction des propos répréhensibles sur les réseaux sociaux : faut-il privatiser le droit à la liberté d’expression ?

Publié le 05 juin 2019
La proposition de loi déposée par Laetitia Avia exige des plateformes qu'elles retirent les contenus "manifestement" illicites.
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Perri est économiste. Il dirige le cabinet PNC Economic, cabinet européen spécialisé dans les politiques de prix et les stratégies low cost. Il est l’auteur de  l’ouvrage "Les impôts pour les nuls" chez First Editions et de "Google, un ami qui ne...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La proposition de loi déposée par Laetitia Avia exige des plateformes qu'elles retirent les contenus "manifestement" illicites.

Quelques mois après la présentation mouvementée du projet de réforme de la Justice, la proposition de loi déposée par la députée Laetitia Avia mérite qu’on s’y arrête quelques instants. Partie d’une belle intention (sanctionner les propos répréhensibles sur les réseaux sociaux), elle court le risque d’une mise en pratique inquiétante : une police de la pensée, privatisée et confiée à des grands opérateurs digitaux.

Constatant à raison qu’il est impossible pour les services de l’État de suivre les réseaux sociaux mieux que les entreprises qui les gèrent, le législateur propose de confier à celles-ci l’application de la loi. C’est une forme de délégation de la mission publique qui est, somme toute, parfaitement classique : dans de nombreux domaines de la vie quotidienne, l’État fixe les objectifs puis confie au secteur privé la mission de les réaliser.

En l’espèce, la proposition de loi demande aux plateformes digitales de retirer promptement les contenus « manifestement » illicites. Le problème, c’est qu’elle ne définit pas ce qui est « manifestement » illicite. Ainsi, c’est aux géants digitaux qu’il appartiendra de définir ce qu’est un contenu manifestement illicite et de le rendre inaccessible aux utilisateurs. En clair, la proposition Avia leur demande d’assurer la police de l’expression sur le web, y compris dans les cas complexes et débattus où il ne sera pas évident de distinguer ce qui est « manifestement » illicite, de ce qui est simplement (on pourrait dire « banalement ») illicite  et ce faisant, de réguler la liberté d’expression en ligne. Les plateformes vont donc avoir pour mission d’analyser l’immensité de l’offre de contenus disponible en ligne et de décider, même en l’absence de définition claire et de critères incontestables, ce qui relève d’un côté de la liberté d’expression, de la démarche artistique et humoristique ou, de l’autre, d’un contenu illicite. Or, ce rôle est généralement dévolu au juge : dans un État de droit, c’est l’autorité judiciaire qui est mobilisée pour surveiller que les contraintes portées à la liberté sont justifiées et proportionnées. Il y a ainsi quelque chose de profondément paradoxal à ne cesser de dénoncer les « GAFA » comme le fait le Gouvernement et, dans le même temps, à leur confier une mission régalienne ! L’État marque là un désengagement de sa mission de garant des libertés publiques et de l’ordre public qui est loin d’être anodin.

Cette proposition doit être regardée avec d’autant plus de prudence que les dispositions du projet de loi font en sorte que les plateformes seront incitées à être restrictives plutôt que permissives. Le texte envisage de leur imposer des sanctions financières importantes : pour les éviter, les réseaux sociaux seront naturellement portés à retirer tout ce qui pourrait sembler problématique. D’espaces non régulés, où cohabitaient les meilleures réflexions et les pires abominations, ils vont se rétrécir. L’alerte n’est pas fictive. Un texte similaire avait été envisagé il y a quelques mois en Allemagne. Il a immédiatement suscité l’inquiétude des associations de défense de la liberté, de l’ONU et du Conseil de l’Europe ! Ce n’est pas rien ! Leur message était clair : dans toute démocratie parlementaire moderne, c’est au juge qu’il revient de réguler l’exercice des libertés.

La proposition de loi Avia aurait pu prévoir un partenariat efficace dans lequel la puissance publique dit le droit, le secteur privé l’applique et le juge tranche les litiges. Ce n’est pas ce qu’elle fait : elle met donc tout en place pour que, demain, des opérateurs privés soient chargés de définir le périmètre de la liberté d’expression en ligne et encouragés à le restreindre au maximum. Elle se décharge sur le privé de la définition du droit et prépare la privatisation de la censure. Ce n’est pas une bonne nouvelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 06/06/2019 - 08:08
Une seule sanction :
Une morsure à l’épaule
clo-ette
- 05/06/2019 - 16:16
plutôt que de censurer
Elle devrait se demander pourquoi il y a tous ces propos pas gentils .
J'accuse
- 05/06/2019 - 15:17
Explication de texte
Est "manifestement illicite" tout ce qui ne plaît pas à la macronie.
Mais le dire comme ça n'aurait pas été bien perçu...