En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 30 min 11 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 10 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 18 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 4 heures 54 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 23 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 6 heures 50 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 17 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 32 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 38 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 5 heures 43 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 43 sec
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 40 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 4 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 12 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 8 heures 34 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Pathologie

Eco-anxiété : comment détecter ceux qui en sont atteints et comment y remédier ?

Publié le 01 juin 2019
Défini comme un "désordre psychologique assez récent qui s'inquiètent de la crise environnementale" par Psychology Today, le phénomène d'"anxiété écologique" affecte un nombre croissant d'individus.
Jacques Fradin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Fradin est médecin, comportementaliste et cognitiviste.Il a fondé en 1987 l'Institut de médecine environnementale à Paris. Il est membre de l’Association française de Thérapie comportementale et cognitive.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Défini comme un "désordre psychologique assez récent qui s'inquiètent de la crise environnementale" par Psychology Today, le phénomène d'"anxiété écologique" affecte un nombre croissant d'individus.

Atlantico : Selon Anxiety UK, plus d'un adulte britannique sur dix est susceptible de souffrir d'"éco-anxiété" au cours de sa vie. Défini comme un "désordre psychologique assez récent qui s'inquiètent de la crise environnementale" par Psychology Today, le phénomène d'"anxiété écologique" affecte un nombre croissant d'individus. Quels sont les symptômes et les causes de l'éco-anxiété ? Est-ce un trouble nouveau ?

Jacques Fradin : Un individu victime d'éco-anxiété est quelqu'un qui a le sentiment d'impuissance face aux problèmes de dégradation des écosystèmes, sur lequel il pense ne pouvoir qu'agir de façon microscopique. Cela confronte à l'impuissance de l'action et à la mort, sauf qu'il ne s'agit pas d'une mort personnelle mais de collapsologie, à savoir que les systèmes de croissance actuels ne sont pas soutenables et comme la trajectoire ne change pas, un certain nombre de gens réagissent de façon anxieuse pour des raisons mi-rationnelles mi-psychologiques. La problématique telle qu'elle est posée n'est plus de l'ordre de quelques Cassandre et autres dramaturges mais de la communauté scientifique, ce qui en donne le caractère plus anxiogène pour une certaine partie de la population.

Les thérapies cognitives nous disent que l'on a deux grands facteurs de stress : des facteurs externes, de non-maitrise et de danger (environnementaux ou politiques) ; des facteurs internes, de "stressabilité", c'est-à-dire notre réceptivité au stress et à la non-maîtrise. Les premiers facteurs relèvent de facteurs plus ou moins objectivables. A l'inverse, la réactivité au stress traduit toutes les difficultés que l'on n'a pas réglé dans notre propre vie, aux échelles individuelle ou collectives, sur le sentiment d'impuissance, la capacité à faire face à l'incertain, à se heurter au courant dominant. À partir de là, il y a deux grandes sortes de solution : l'action objective (le dernier livre d'Aurélien Barrau par exemple). En effet, il y a besoin d'une évolution, pour ne pas dire une révolution, sur les questions environnementales. De plus, il faut travailler le sentiment d'impuissance : par une psychothérapie par exemple, parce qu'on a toujours une dimension individuelle à gérer pour nous remettre en état de faire face au réel comme il est. Heureusement qu'on arrive d'ailleurs psychologiquement à aider des gens à retrouver leur sang-froid, avant même que les problèmes soient résolus.

Il y a donc de vraies raisons de paniquer au niveau objectif : notre société n'est pas assez lucide, d'un côté. Mais d'un certain point de vue, ce sont ceux qui ne s'inquiètent pas du tout qui devraient préoccuper le plus parce qu'ils vont dans le mur et nous amènent avec eux. Les autres, d'un certain point de vue, ont de la lucidité mais aussi malgré tout des difficultés, sinon la lucidité ne débouche pas forcément sur l'anxiété.  Cela relève de la psychologie ordinaire que d'être prêt au risque individuel ; le risque collectif crée un plus grand sentiment d'impuissance voire d'injustice. On est sur des scénarios qui seraient plus proches du burn-out que de la psychologie au sens strict du terme.

L'éco-anxiété reflète tous les points faibles de notre propre fonctionnement émotionnel. Les gens qui sont frappés d'éco-anxiété sont des gens normaux, donc on devrait le considérer moins comme un trouble que comme des difficultés révélées par des difficultés réelles : c'est grâce à un développement personnel qu'ils devraient être capables d'agir que de déprimer. L'éco-anxiété n'est pas un trouble mais un signal d'alerte, un signal du danger : paniquer devant le danger n'est pas un trouble. L'anxiété est une mauvaise réponse à la lucidité : en ce sens-là il faut la traiter. La bonne réponse à la lucidité, c'est le sang-froid et l'action.

L'angoisse environnementale est-elle un trouble psychologique à part-entière ? N'est-il pas lié à des paniques plus globales (panique devant la mort etc.) ?

On classifie trop par contenus psychologiques plutôt que par processus de réponses du cerveau et de la psychologie. De ce point de vue, l'éco-anxiété est donc plus proche des événements de type anxiété devant la maladie quand on est atteint d'un trouble grave ou anxiété professionnelle quand on n'arrive pas à faire face à certains devoirs que de la dépression au sens strict du terme. En tant que tel, le facteur externe est important mais révèle des faiblesses : il ne s'agit donc pas d'une nouvelle catégorie pertinente au niveau de l'individu, mais plutôt une meilleure prise en compte par notre société de ce nouveau péril. Prenez par exemple Greta Thunberg : elle a affirmé "je veux que vous paniquiez". Ce n'est pas la bonne réponse, même si elle n'est pas insensée. Certaines personnes agissent précocement par rapport à d'autres. On parle beaucoup des système 1 et 2 en psychologie : le premier est émotionnel et concret ; le deuxième est rationnel et anticipateur. C'est le second qui, dans un monde équilibré, devrait dominer le premier. Aujourd'hui, notre société vend beaucoup l'émotionnel et le court-terme : il serait temps de faire un tour du côté de la rationalité et de l'anticipation qui est en grand déficit collectif. C'est moins un sujet nouveau du point de vue psychologique que du point de vue sociétal.

Existe-t-il des thérapies et des traitements capables de soigner l'éco-anxiété ? Les solutions à l'échelle politique pourraient-elles réduire les troubles psychologiques des individus concernés ?

La première solution est d'agir à son échelle pour calmer l'anxiété. LA seconde étape est de travailler sur soi pour comprendre ce que cela déstabilise chez nous, dans notre rapport aux autres. Il s'agit là de psychologie, psychothérapie et développement personnels classiques. L'éco-anxiété peut révéler un burn-out, des fragilités sous-jacentes. Il ne faut pas confondre la remise en état de soi-même pour faire face aux enjeux et les actions que l'on peut réellement entamer pour contribuer à la résolution du problème. Si l'on veut agir collectivement, il faut d'abord retrouver le sang-froid individuellement. Peut-être un élément pour redonner le moral à ceux qui le perdent trop : certains travaux montrent qu'à partir de 2 ou 3% de personnes engagés, une société peut basculer. La plupart des gens sont indéfinis plus qu'hostiles et leur inaction ne traduit pas toujours une conviction. La première chose à faire évoluer c'est l'inertie ; l'anxiété est un deuxième facteur d'échec parce qu'entre l'inertie de l'inconscience ou du sentiment que ce n'est pas urgent et l'inertie liée à la dépression, les deux sont des obstacles. Le sentiment d'anxiété face à la crise environnementale est très intéressant du point de vue de l'évolution parce qu'on a au moins une motivation pour agir : c'est donc un bon moment pour entamer des actions individuelles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 02/06/2019 - 08:08
Putain, qu'ils sortent de leurs ville monde
Et aillent dans la nature, ça ira mieux sans bar à Sushi et jus de Quinoa.
L'abus de Greta rend malade...
valencia77
- 01/06/2019 - 13:41
ecologie
OK snowflakes, time to hit the bottle if grass does not do it.